Emerging

Vers un rattrapage progressif

e
Eco Emerging // 3 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 16 juillet 2020)  
economic-research.bnpparibas.com  
1
9
THAILANDE  
VERS UN RATTRAPAGE PROGRESSIF  
Le rebond d’activité espéré à partir du deuxième semestre 2020 se fait attendre. L’épidémie semble, pour le moment,  
maîtrisée et plusieurs phases de déconfinement se sont déjà succédées. Néanmoins, la demande interne semble  
tourner au ralenti et les exportations ont de nouveau lourdement chuté en mai. Surtout, l’absence de touristes  
internationaux pèse sur les perspectives de croissance, du moins à court terme, car le soutien des politiques budgétaire  
et monétaire, pourtant massif, ne suffira pas à totalement absorber le choc. Dans ces conditions, la reprise devrait  
être plus contrainte que pour les autres pays d’Asie.  
DÉCONFINEMENT PROGRESSIF  
PRÉVISIONS  
L’état d’urgence sanitaire est toujours en vigueur en Thaïlande. Instauré  
à la fin du mois de mars, celui-ci est pour le moment prolongé jusqu’à fin  
2
018  
4,2  
1,1  
2019  
2,4  
2020e  
-9,0  
2021e  
5,3  
juillet. Cela dit, le nombre de nouveaux cas recensés quotidiennement  
est inférieur à 10 depuis la fin du mois d’avril (au nombre de 5 le 9  
juillet dernier) et plusieurs phases de déconfinement se sont succédées  
depuis le début du mois de mai. Moins de 3 500 cas au total ont été  
comptabilisés depuis le début de l’épidémie (soit seulement 46 cas  
pour 1 million d’habitants) et le nombre total de décès est stabilisé à  
PIB réel, variation annuelle (%)  
Inflation moyenne (IPC, %)  
Solde budgétaire / PIB (%)  
0,8  
-2,0  
0,0  
-0,8  
-1,0  
-6,0  
-3,5  
5
8 depuis le 2 juin.  
Dette publique / PIB (%)  
Solde courant / PIB (%)  
40,6  
5,6  
41,3  
6,9  
48,1  
2,5  
53,7  
5,1  
Pour le moment cependant, les frontières restent quasiment totalement  
fermées. Les entrées sur le territoire ne sont autorisées que pour  
un nombre restreint de cas (citoyens thaïlandais, famille, étrangers  
résidant dans le pays) dans la limite de 500 par jour, et une période  
d’isolement leur est systématiquement imposée. Ces autorisations  
devraient augmenter progressivement d’ici la fin du mois de juillet, en  
fonction de l’augmentation de la capacité d’accueil pour la période de  
quarantaine.  
e: ESTIMATIONS ET PRÉVISIONS  
TABLEAU 1  
SOURCE : BNP PARIBAS RECHERCHE ECONOMIQUE GROUPE  
LE SECTEUR DU TOURISME DUREMENT TOUCHÉ  
en provenance de Chine (contrib.)  
LE SECTEUR DU TOURISME À L’ARRÊT  
en provenance des pays d'Asie du Sud-Est (contrib.)  
Total de touristes (g.a., %)  
La réouverture des frontières aux touristes reste pour le moment  
incertaine. Le gouvernement a annoncé en juin son intention de créer  
une « bulle de voyage », c’est-à-dire l’ouverture partielle des frontières  
permettant la venue de touristes en provenance d’un nombre très limité  
de pays (dans lesquels l’épidémie ne circule plus que très faiblement,  
comme au Japon, en Chine, ou en Corée du Sud). En raison de la  
recrudescence du nombre de cas dans les pays partenaires, l’entrée  
en vigueur de la « bulle de voyage », initialement prévue pour le début  
du mois d’aout, a été reportée à une date inconnue pour le moment.  
3
2
0
0
10  
0
-10  
-
-
20  
30  
La contribution du secteur du tourisme à la croissance devrait donc  
rester très faible au cours des prochains trimestres, ce qui pèsera sur  
la croissance du deuxième semestre 2020 et de l’année 2021.  
2012  
2013  
2014  
2015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : MINISTÈRE DU TOURISME  
Un plan de soutien au secteur du tourisme a été annoncé à la fin du  
mois de mai. Il vise à encourager les Thaïlandais à voyager à l’intérieur  
du pays (notamment en subventionnant les voyages intérieurs, et en  
«
offrant » plusieurs jours de congés supplémentaires en remplacement  
4
millions en moyenne en janvier-février 2020, avant les premières  
des jours fériés ayant eu lieu pendant la période de confinement). Mais  
les revenus générés ne permettront pas de compenser la perte liée à  
l’absence de touristes étrangers.  
mesures de confinement).  
Au sens large (en prenant en compte les effets multiplicateurs des  
recettes touristiques), le poids du secteur dans l’économie est estimé  
à plus de 20% du PIB, et le ministère du Tourisme s’attend à la perte  
de près d’un million d’emplois formels (sur 4,5 millions d’emplois au  
total), ce qui pourrait augmenter le taux de chômage d’au moins deux  
points de pourcentage (les dernières données disponibles indiquent  
un taux de chômage stable à 1%, en mars dernier) et peser sur la  
consommation privée.  
D’après les données fournies par le ministère du Tourisme, les recettes  
du tourisme « intérieur » ont représenté près de USD 10 mds en  
2
018, soit 2% du PIB (les données relatives à l’année 2019 ne sont pas  
disponibles) et les recettes générées par les touristes internationaux  
ont représenté plus de USD 58 mds, soit près de six fois plus (près de  
1
2% du PIB), pour un nombre de visiteurs quatre fois plus important  
(
3,3 millions de visiteurs par mois en moyenne en 2019, et presque  
La banque  
d’un monde  
qui change  
e
Eco Emerging // 3 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 16 juillet 2020)  
economic-research.bnpparibas.com  
2
0
SOUTIEN DU POLICY MIX  
INFLATION ET TAUX DIRECTEUR  
Dès le début de la crise, les autorités ont affiché leur volonté de soutenir  
l’économie. D’une part, le gouvernement a utilisé les marges de  
manœuvre dont il disposait pour soutenir la croissance : plusieurs séries  
de mesures ont été annoncées depuis le mois de mars, représentant  
au total près de 10% du PIB. Les premières mesures de soutien ont  
visé principalement le secteur de la santé ainsi que les travailleurs  
et entreprises vulnérables (y compris les travailleurs n’ayant pas  
accès au système de sécurité sociale). Les mesures suivantes étaient  
destinées à un soutien plus large des ménages et des entreprises puis,  
enfin, un plan de soutien au secteur du tourisme a été annoncé en mai.  
IPC (g.a.,%)  
IPC sous-jacent (g.a., %)  
Taux directeur (%)  
4
3
2
1
0
1
2
-
-
Le déficit public devrait augmenter significativement en 2020, mais ne  
représenter«que»6%duPIB(après1%duPIBen2019), l’Étatprévoyant  
de financer une partie des plans de relance par des organisations et  
entreprises publiques, dont les comptes n’apparaissent pas dans le  
budget. Le gouvernement prévoit d’emprunter THB 1 bn (environ 6% du  
PIB) sous la forme d’émissions d’obligations, pour la plus grande partie  
constituée de dette domestique, échelonnée jusqu’en septembre 2021.  
Au total, la dette publique devrait augmenter (à 48% du PIB en 2020,  
après 41% en 2019) mais restera sous le seuil de 60% fixé par la règle  
fiscale du pays.  
-3  
-
4
2012  
2013  
2014  
2015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
GRAPHIQUE 2  
SOURCE : BANQUE DE THAILANDE  
Cela étant, la vulnérabilité des finances publiques ne devrait pas  
augmenter significativement, du moins à court terme. D’une part, la  
nature temporaire de certaines mesures et le retour de la croissance Au total, le PIB devrait reculer de près de 9% en 2020 (contre 3,5% en  
devraient permettre une réduction progressive du déficit public à partir moyenne au cours des 5 dernières années) et progresser de 5% en  
de 2021. D’autre part, le profil de la dette est favorable, moins de 2% 2021.  
de la dette étant libellée en devises, et la part d’investisseurs non  
Au-delà de 2021, il est très probable que la pandémie induise  
résidents détenteurs d’obligations publiques est modérée, à moins 15%.  
des changements de comportement durables des individus et des  
D’autre part, la banque centrale a réduit son taux d’intérêt de 75 points entreprises en matière de consommation et d’investissement qui  
de base depuis le début de l’année (à 0,5%), et mis en place plusieurs brideront la croissance du commerce mondial. Dans ce contexte,  
séries de mesures destinées à soutenir la stabilité du secteur financier l‘érosion de la compétitivité de l’économie thaïlandaise, une population  
et faciliter l’accès au crédit pour les entreprises les plus vulnérables. vieillissante et la situation politique toujours fragile, devraient  
Le dernier communiqué de la banque centrale insiste sur le fait que la entamer l’attractivité du pays aux yeux des investisseurs (étrangers  
reprise de la demande interne sera moins dynamique qu’initialement comme locaux) et abaisser le potentiel de croissance. Le vaste plan  
anticipé, et que les ménages les plus vulnérables et les PME (qui d’infrastructures présenté par le gouvernement au début de 2020,  
concentrent près de 9% des emplois) nécessiteront probablement des destiné justement à améliorer les infrastructures et la compétitivité du  
mesures d’aides supplémentaires. Ceci, couplé au renforcement récent pays, pourrait changer la donne. Encore faut-il qu’il soit effectivement  
de la monnaie (le baht, qui s’était déprécié de 8% contre USD entre mis en œuvre.  
janvier et avril, a retrouvé depuis son niveau de début d’année) et aux  
révisions de prévision d’inflation (-2% en 2020 et 0% en 2021) justifie la  
poursuite de l’assouplissement monétaire, voire l’annonce de nouvelles  
mesures non conventionnelles d’ici la fin de l’année.  
UN REBOND DE CROISSANCE MOINS DYNAMIQUE  
Le soutien de la politique budgétaire et la politique monétaire laisse  
espérer un rebond d’activité à partir du troisième trimestre 2020 mais  
son ampleur sera probablement contrainte. Outre l’absence de touristes  
internationaux, le maintien de l’état d’urgence sanitaire et des mesures  
de distanciation sociale continueront de peser sur la croissance. Alors  
que le déconfinement était déjà amorcé, les indicateurs mensuels  
de consommation privée et d’investissement se sont fortement  
dégradés (-12,5% chacun en moyenne en avril-mai et en glissement  
annuel). Dans le même temps, les ruptures d’approvisionnement, la  
désynchronisation des chaînes de valeur mondiales et la baisse de  
la demande externe pèsent fortement sur les exportations. Après un  
rebond en avril, celles-ci se sont de nouveau fortement repliées en mai  
(
-22% en glissement annuel).  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2569 articles et 664 vidéos