Perspectives

Une relance budgétaire sous l’œil attentif de Bruxelles

er  
economic-research.bnpparibas.com  
Eco Perspectives // 1 trimestre 2021  
1
6
ESPAGNE  
UNE RELANCE BUDGÉTAIRE SOUS L’ŒIL ATTENTIF DE BRUXELLES  
Les prévisions du début d’année semblent se confirmer. L’Espagne devrait être le pays de la zone euro le plus touché  
économiquement par la crise de la Covid-19. La contraction de l’activité économique devrait atteindre 11,8% en  
2
020 suivie d’un rebond de 7,0% en 2021. La situation sociale s’est dégradée, forçant le gouvernement à instaurer  
de nouvelles aides sociales d’envergure (dont le « revenu minimum vital ») qui seront renforcées en 2021. Le plan  
de relance massif de EUR 140 mds soutiendra la croissance potentielle et devrait créer de l’emploi. Mais le déficit  
budgétaire structurel se creuse : une fois la crise sanitaire passée et la reprise enclenchée, la pression de Bruxelles  
pour que certaines réformes structurelles clés (i.e. le financement du système de retraite) accélèrent risque de  
s’accentuer.  
Le trimestre qui s’achève (T4) se soldera, sans nul doute par une  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
nouvelle contraction de l’activité. Même si la seconde vague a ralenti  
très fortement depuis le pic de mi-novembre, les restrictions d’activité  
sont restées, jusqu’à la mi-décembre, très élevées et parmi les plus  
contraignantes en Europe. Le rebond mécanique d’activité au T3 (+16,7%  
en variation trimestrielle non annualisée) a permis au PIB espagnol de  
revenir près de 9% en dessous de son niveau de fin 2019. Cela constitue  
néanmoins un écart bien supérieur à celui constaté dans la plupart des  
Croissance du PIB  
Prévisions  
Inflation  
Prévisions  
7
.0  
4.9  
6
1
4
9
2
.0  
1
0.9  
autres partenaires européens . Si on décompose par poste de dépense,  
0.8  
0.4  
ce sont sans surprise les exportations de services qui ont le plus de mal  
à se redresser (-43,6% au-dessous du T4 2019), du fait de la chute du  
tourisme, suivies de la formation brute de capital fixe (-11,1%) et de la  
consommation des ménages (-10,5%). En matière de consommation,  
celle en biens durables a néanmoins rebondi très fortement, repassant  
-0.4  
-
-
2
au-dessus du niveau du T4 2019 .  
-
11.8  
-
14  
Les mesures de maintien de l’emploi – et principalement le dispositif  
ERTE de chômage partiel – ont néanmoins permis d’amortir  
significativement le choc sur le marché du travail, notamment dans  
2019  
2020  
2021  
2022  
2019  
2020  
2021  
2022  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : BNP PARIBAS GLOBAL MARKETS  
3
les services. Selon l’agence espagnole pour l’emploi (SEPE) , le nombre  
de travailleurs affiliés à la sécurité sociale se situait, en novembre, en  
dessous du niveau de février dans l’industrie 2,2%, contre 2,6% pour les  
LE CREUSEMENT DU DÉFICIT BUDGÉTAIRE STRUCTUREL SE POURSUIT  
4
services . Si l’on rapporte ces chiffres à ceux plus dégradés du PIB, cela  
montre bien que les mesures de maintien de l’emploi apportées par  
l’État produisent des effets, même si elles ont un coût très important  
pour les finances publiques. Selon le ministère du Travail, près de  
Balance budgétaire, déficit structurel primaire (% PIB)  
3
2
1
7
46 900 salariés bénéficiaient encore du dispositif en novembre. Le  
dispositif ERTE a été prolongé, pour l’heure, jusqu’au 31 janvier 2021,  
ce qui devrait permettre de contenir la hausse du chômage, dont le  
taux s’établissait à 16,2% en octobre.  
0
-1  
-
-
-
-
-
2
3
4
5
6
UNE CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE REPOUSSÉE À 2022,  
AU PLUS TÔT  
La politique budgétaire restera donc fortement expansionniste  
en 2021. Le budget pour 2021, qui a reçu l’aval du Parlement fin  
novembre, sera doté d’une enveloppe globale record de EUR 239 mds.  
Certaines mesures sociales, portées par le partenaire de la coalition  
Podemos, ont été renforcées, et notamment le revenu minimum  
vital dont l’enveloppe sera augmentée de EUR 3 mds (voir encadré).  
2
010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022  
GRAPHIQUE 2  
SOURCE : AMECO  
Néanmoins, la hausse la plus importante du budget sera consacrée à financer en partie ce budget, le gouvernement s’appuiera également  
l’investissement, avec des augmentations significatives en recherche sur les EUR 27 mds de subventions allouées en 2021 par la Commission  
&
développement, apprentissage et formation professionnelle, et à européenne à l’Espagne dans le cadre du fonds de relance européen  
la modernisation des infrastructures publiques. Du côté des recettes, (Next Generation EU). Ce budget record s’explique en partie par la  
de nouvelles taxations sur les hauts revenus seront instituées. Pour mise en oeuvre, résolument rapide, du plan de relance national (« plan  
1
2
Pour une comparaison des niveaux de rattrapage, voir H. Baudchon et L. Boisset, Zone Euro : du rebond à la rechute, BNP Paribas Ecoflash, 4 novembre 2020.  
Une bonne partie de cette hausse peut être attribuée aux ventes automobiles, qui ont rebondi, notamment grâce à l’instauration, en juin, de subventions gouvernementales pour l’achat  
de véhicules plus propres (programme Renove 2020).  
3
4
Chiffres ajustés des variations saisonnières.  
L’emploi dans la construction s’établissait seulement à 1,1% sous le niveau de février.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
er  
Eco Perspectives // 1 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
1
7
récupération, transformation et résilience ») massif de EUR 140 mds  
pour 2021-2026, dont la moitié doit être engagée au cours des trois  
prochaines années. Avec ce plan, le gouvernement espère générer près  
de 800 000 emplois d’ici à 2023 et accroître le PIB de 2,5 points au  
cours de la même période.  
L’IMPACT DE LA COVID-19 SUR LES INÉGALITÉS EN ESPAGNE  
L’un des risques sociaux majeurs de la crise de la Covid-19 sera  
sans aucun doute l’accroissement des inégalités dans le pays.  
1
Dans son rapport annuel sur les salaires , le Bureau international  
Néanmoins, avec un déficit public estimé à autour de 120% du PIB à  
la fin de l’année 2020 – un bond de près de 20 points de PIB en un  
an – l’exécutif espagnol restera sous la pression de Bruxelles, une  
fois la crise sanitaire passée, pour mettre en place certaines grandes  
réformes structurelles qui plombent l’équilibre budgétaire à long  
terme. La Commission européenne souhaite, en particulier, que le  
gouvernement espagnol s’engage à garantir la pérennité du système  
de retraite, et introduise de nouvelles mesures pour réduire le taux de  
du travail montre que le ratio des salaires entre le premier décile  
et le dernier décile a augmenté sensiblement durant la première  
vague de l’épidémie, soit entre le T1 et le T2 2020 (cf. graphique 3).  
À la fin du T2, l’Espagne possédait ainsi, et de loin, le plus mauvais  
ratio de l’UE. La forte concentration d’emplois précaires dans des  
secteurs particulièrement touchés par les restrictions d’activité,  
et peu conciliables avec le télétravail, explique en partie ce fort  
accroissement des disparités  
5
travail temporaire .  
Pour répondre à ces difficultés grandissantes, le gouvernement a donc  
instauré en urgence en juin le revenu minimum vital (RMV). Il s’agit  
d’un revenu de subsistance allant de EUR 462 mensuels pour une  
personne seule, à EUR 1015 pour des ménages plus importants. Ce  
RMV sera par ailleurs revalorisé de EUR 3 mds en 2021, comme le  
préconise le budget 2021 approuvé en novembre par le Parlement.  
Une seconde mesure sociale d’ampleur sera la revalorisation de 5%  
du point d’indice IPREM utilisé pour le calcul de la plupart des aides  
sociales. À noter également que le gouvernement s’est engagé, au  
début de son investiture, à porter le salaire minimum à 60% du salaire  
médian d’ici à la fin de la mandature actuelle en 2023, soit un montant  
de 1 200 euros. Le salaire minimum est actuellement de 950 euros.  
La Commission européenne s’appuie en effet sur ses dernières  
prévisions de novembre selon lesquelles le déficit primaire structurel  
espagnol (c’est-à-dire le déficit hors variations de recettes/dépenses  
liées au cycle conjoncturel et hors remboursement des intérêts de la  
dette) se creusera davantage au cours des deux prochaines années,  
pour atteindre 5,2%% du PIB en 2022 (cf. graphique 2). C’est de loin le  
niveau de déficit le plus élevé dans la zone euro, et plus du double de  
la moyenne au sein de l’union monétaire (-2,3%).  
LES SNF FACE À LA CRISE DE LA COVID-19  
L’impact de la crise sanitaire sur la liquidité et la solvabilité des  
entreprises reste pour l’heure difficile à quantifier. Une étude de la  
6
Banque d’Espagne estime néanmoins qu’entre avril et décembre,  
1 Global Wage Report 2020-21: Wages and minimum wages in the time of CO-  
VID-19, Organisation mondiale du travail, décembre 2020  
la demande de liquidité des sociétés non financières (SNF) pourrait  
excéder 230 milliards dont près des trois-quarts seraient couverts  
par les prêts garantis d’État. Les secteurs les plus en difficulté sont  
sans surprise ceux du tourisme et des loisirs, le transport et le secteur  
automobile. Rappelons néanmoins que les entreprises non-financières  
étaient entrées dans la crise de la Covid-19 dans une position financière  
plus solide que par le passé. Leur niveau d’endettement en part du PIB  
avait baissé de façon continue entre 2010 et 2019 retombant ainsi, fin  
ACCROISSEMENT DES INÉGALITÉS DURANT LE PREMIER CONFINEMENT  
e
e
Ratio de salaires entre le 90 décile (haut revenus) et le 10 décile (bas revenus)  
4
0
5
3
2
2
019, jusqu’à atteindre un niveau comparable au début des années  
T1 2020 T2 2020 (confinement)  
7
30  
25  
000 .  
Achevé de rédiger le 7 décembre 2020  
20  
15  
10  
5
0
ESP  
AUT  
IRL  
CYP  
PRT  
ITA  
FRA  
NLD  
GRC  
BEL  
GRAPHIQUE 3  
SOURCES : BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL, BNP PARIBAS  
5
6
7
« Bruselas apremia a España a reformar las pensiones y el mercado laboral », El País, 7 décembre 2020.  
Blanco et al. (2020), Spanish non-financial corporations’ liquidity needs and solvency after the Covid-19 shock, Document occasionnel, Banque d’Espagne.  
En part du PIB, la dette consolidée des entreprises non-financières a chuté de 108,2% au T2 2010 à 61,0% au T4 2019 (Banque de France)  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2682 articles et 705 vidéos