Perspectives

Une reprise mouvementée malgré une vigoureuse relance budgétaire

e
Eco Perspectives // 3 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 10 juillet 2020)  
economic-research.bnpparibas.com  
1
0
ALLEMAGNE  
UNE REPRISE MOUVEMENTÉE MALGRÉ UNE VIGOUREUSE RELANCE BUDGÉTAIRE  
Avec la levée progressive des restrictions liées au confinement, l’activité économique a donné des signes de rebond. Le  
plan de relance du gouvernement pourrait donner un nouveau coup de fouet à la croissance et contribuer également  
à réduire les émissions de dioxyde de carbone. La perspective d’un programme de relance de l’UE est une bonne  
nouvelle pour le secteur manufacturier allemand orienté vers les exportations. Cependant, en l’absence de vaccin  
contre le Covid-19 ou de traitements plus efficaces, la reprise sera probablement semée d’embûches. Le PIB ne  
devrait pas retrouver ses niveaux de pré-coronavirus d’ici 2022.  
AMÉLIORATION DU MORAL GRÂCE À LA LEVÉE DES  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
RESTRICTIONS  
Croissance du PIB  
Prévisions  
Inflation  
Le climat économique s’est nettement détérioré au cours des trois  
derniers mois en raison des mesures de confinement adoptées pour  
endiguer la pandémie de Covid-19. Il existe, néanmoins, de profondes  
différences d’un secteur à l’autre. En mai, la production dans l’industrie  
manufacturière a reculé de 23,7 % par rapport à l’année dernière. Le  
bâtiment, en revanche, a été l’une des activités les moins touchées et la  
production a même été légèrement supérieure au niveau de mai 2019.  
Dans le secteur du commerce de détail, les magasins de vêtements  
ont été particulièrement affectés, avec une chute du chiffre d’affaires  
de 21,3 % en mai par rapport à l’année dernière après plus de -70% au  
mois précèdent. Quelques grands gagnants se détachent néanmoins  
dans ce secteur. Les bars et les restaurants étant fermés, les magasins  
d’alimentation ont enregistré une augmentation des ventes de plus de  
Prévisions  
8
6
4
2
0
5
,3  
1
,9  
1
,5  
1,4  
1,5  
0,6  
0,4  
-2  
-4  
-6  
-8  
-5,6  
2
018  
2019  
2020  
2021  
2018  
2019  
2020  
2021  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : BNP PARIBAS GLOBAL MARKETS  
1
0 % en mai et les ventes en ligne ont progressé de plus de 30 % par  
rapport à l’année dernière.  
CLIMAT ÉCONOMIQUE  
Le creux est probablement derrière nous. Suite au ralentissement des  
nouveaux cas de coronavirus, les Länder allemands ont, chacun à son  
rythme, progressivement levé les restrictions liées au confinement,  
depuis la fin avril. La réouverture progressive des entreprises a  
certainement contribué à l’amélioration du sentiment économique.  
La confiance des ménages, qui a augmenté en mai et en juin, devrait,  
d’après les prévisions, poursuivre son redressement en juillet. De plus,  
l’indice Ifo sur le climat des affaires a progressé en juin pour le deuxième  
mois consécutif, porté par le rebond des anticipations (graphique 2).  
Cependant, l’évaluation des conditions actuelles a poursuivi son repli  
dans le secteur manufacturier.  
5
4
3
2
0
0
0
0
Janvier  
Avril  
Juin  
10  
0
-
-
-
-
10  
20  
30  
40  
PRÉPARER LE MONDE POST-PANDÉMIE  
-50  
Total  
Manufacturier Construction Commerce de  
détail  
Services  
Avec l’entrée du pays en confinement, en mars, le gouvernement  
fédéral a lancé un important plan d’urgence d’un montant de EUR  
GRAPHIQUE 2  
SOURCE : ENQUÊTE IFO - CONDITIONS ACTUELLES  
7
50 mds, en grande partie centré sur la protection de l’emploi et du  
revenu. Elément central de ce plan, le dispositif de chômage partiel  
Kurzarbeit) aux termes duquel l’Agence fédérale pour l’emploi verse  
0 % à 67 % des salaires des travailleurs dont le temps de travail a été  
réduit. Ce dispositif s’est révélé très efficace pour protéger les emplois  
lors de la grande récession de 2008-2009. Le plan d’urgence prévoit  
également des mesures de soutien à la liquidité et des garanties de  
prêt pour les entreprises.  
en premier lieu, à encourager les dépenses des ménages. La mesure  
phare de ce plan est la baisse temporaire de la TVA, de 19 % à 16 % pour  
le taux standard et de 7 % à 5 % pour le taux réduit entre le 1er juillet  
et le 31 décembre. Le programme comprend également un versement  
unique de EUR 300 par enfant et une réduction de la facture d’électrici-  
té grâce à la baisse de la taxe pour les énergies renouvelables.  
(
6
Ce train de mesures prévoit, en outre, d’importants transferts en  
faveur des entreprises grâce à un programme de soutien du crédit,  
d’un montant de EUR 25 mds, destiné aux petites entreprises ayant  
enregistré une chute de leur chiffre d’affaires de plus de 60 % entre  
À cela s’ajoute un programme de relance, dévoilé par le gouvernement  
début juin, d’un montant de EUR 130 mds. Selon les estimations de la  
Bundesbank, ce programme devrait faire progresser la croissance d’un  
point de pourcentage en 2020 et de 0,5 pp en 2021. Le programme vise,  
La banque  
d’un monde  
qui change  
e
Eco Perspectives // 3 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 10 juillet 2020)  
economic-research.bnpparibas.com  
1
1
juin et août. Les entreprises du secteur de l’hôtellerie-restauration  
devraient notamment bénéficier de ces aides. Par ailleurs, le plafond  
du report de perte fiscale sera temporairement relevé de EUR 1 million  
à EUR 5 millions, au titre des pertes en 2020 et 2021.  
CHÔMAGE PARTIEL  
millions/% des salariés  
Le gouvernement entend, par ailleurs, faire de cet ensemble de  
mesures un instrument de politique environnementale. Un montant  
de EUR 50 mds a ainsi été affecté au financement de la recherche  
concernant des technologies prometteuses comme l’hydrogène. Il  
souhaite, en outre, encourager l’utilisation des véhicules électriques en  
augmentant le nombre de bornes de recharge. De plus, les acquéreurs  
d’un véhicule tout électrique, dont le prix affiché est au maximum  
de EUR 40 000, bénéficieront d’un bonus écologique de EUR 9 000,  
dont EUR 6 000 versés par l’État et EUR 3 000 par les constructeurs  
automobiles. Le gouvernement a toutefois refusé d’étendre ce bonus  
aux voitures thermiques.  
1
,3 mn /11,3%  
2
,2 mn/31%  
construction  
0,02 mn/ 4,1%  
2
,4 mn/ 24,5%  
,3 mn/ 29,7%  
Manufacturier Construction Commerce Services marchands Autres  
1
Les autorités sont, néanmoins, parfaitement conscientes que l’industrie  
manufacturière allemande, qui est orientée vers les exportations,  
ne pourra se redresser tant que la reprise se fera attendre dans les  
GRAPHIQUE 3  
SOURCE : IFO  
pays voisins. Aussi la chancelière Angela Merkel s’est-elle montrée Les marges bénéficiaires resteront probablement comprimées en 2020 :  
très favorable au plan de relance de la Commission européenne d’un devant la morosité de la demande, les entreprises ont en effet du mal à  
montant de EUR 750 mds. L’exercice, par l’Allemagne, de la présidence répercuter les coûts liés au Covid-19 sur les prix de vente. L’inflation va  
tournante du Conseil européen au second semestre 2020 est, à cet fortement reculer en 2020, en raison de la baisse des prix de l’énergie  
égard, une bonne nouvelle.  
et de la TVA. Elle pourrait augmenter de nouveau en 2021, avec le  
retour des prix de l’énergie et de la TVA à leurs niveaux antérieurs.  
UNE REPRISE SEMÉE D’EMBÛCHES  
Après avoir dégagé un excédent égal à 1,4 % du PIB en 2019, l’Allemagne  
accusera un important déficit en 2020, de l’ordre de 6 % du PIB, dû au  
plan d’urgence. Les recettes fiscales seront, par ailleurs, décevantes et  
les dépenses de protection sociale vont augmenter. Cependant, avec le  
redressement graduel de l’économie, le déficit devrait être limité à 3 %  
du PIB en 2021. Le ratio de dette sur PIB, qui avait été progressivement  
ramené à 60 % au cours des années précédentes, pourrait atteindre  
Quels que soient les signes évidents de rebond, la reprise va probable-  
ment rester lente et difficile, au moins tant qu’un vaccin ou de meilleurs  
traitements contre la Covid-19 n’auront pas été trouvés. En attendant,  
d’importantes restrictions seront maintenues, qui continueront à peser  
directement sur les gains de productivité. Comme la peur du virus va  
probablement freiner les investissements industriels et les dépenses  
de recherche et développement, la croissance potentielle s’en trouvera  
probablement pénalisée.  
8
0% vers la fin de 2021.  
Les risques entourant notre scénario sont équilibrés. Parmi ceux à la  
hausse figure la découverte possible d’un traitement efficace et/ou d’un  
vaccin, ce qui aurait pour effet de stimuler la demande finale. S’agissant  
des risques à la baisse, une deuxième vague de contagion pourrait de  
nouveau plonger l’économie dans la récession. Cependant, un nouveau  
confinement généralisé est peu probable. Les tensions géopolitiques  
pourraient, en outre, s’intensifier, en particulier, à l’approche de  
l’élection présidentielle aux États-Unis et de la finalisation du Brexit.  
Les répercussions pourraient être très dommageables sur l’important  
secteur manufacturier allemand.  
Du côté de la demande, le rebond actuel des dépenses de consommation  
pourrait rapidement tourner court, les consommateurs restant sur  
leurs gardes face au virus. De plus, la détérioration des perspectives  
d’emploi va probablement conduire à une augmentation de l’épargne  
de précaution. Le taux d’épargne pourrait se maintenir à un niveau  
relativement élevé.  
Les conditions se sont considérablement dégradées sur le marché du  
travail. En mai, l’emploi s’est replié de 1 % par rapport à l’année der-  
nière et le taux de chômage est passé à 4,4 %, contre 3 % en mai 2019.  
De plus, le nombre d’heures travaillées a fortement baissé en raison  
du recours massif au dispositif de chômage partiel. À la fin mai, les  
demandes déposées en vue de bénéficier de ce dispositif concernaient  
plus d’un tiers de l’ensemble des salariés (cf. graphique 3). Une partie  
pourrait se retrouver entièrement au chômage. Néanmoins, le taux de  
chômage ne devrait atteindre son point culminant que l’année pro-  
chaine.  
Raymond Van der Putten  
raymond.vanderputten@bnpparibas.com  
La rémunération par salarié est appelée à diminuer en 2020 en raison  
de la forte baisse des heures travaillées. Cependant, cette diminution  
est largement compensée par la hausse des indemnités de chômage  
partiel. Les rémunérations salariales pourraient de nouveau augmenter  
en 2021, avec la réduction du chômage partiel. Cependant, la croissance  
salariale va probablement rester modérée car le nombre grandissant  
de chômeurs limitera le pouvoir de négociation des syndicats.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2485 articles et 640 vidéos