eco TV Week
La Banque d'Angleterre : prudente mais confiante   18/05/2018

Depuis le référendum sur le Brexit, l’économie britannique se porte plutôt bien et la marge d’utilisation des capacités  de production est réduite d’après la Banque d’Angleterre. Augmenter progressivement le taux directeur permettrait de rapprocher l’inflation de l’objectif fixé. Néanmoins,  le Comité de politique monétaire a décidé la semaine dernière de laisser le taux inchangé malgré sa confiance dans les perspectives de croissance. Cela reflète la prudence de la Banque d’Angleterre. Après tout, le Brexit reste une source d’incertitude.

Le coût de la menace protectionniste   11/05/2018
Même si en réalité rien ne change, s'inquiéter du protectionnisme peut néanmoins agir comme un frein économique, les menaces et les contre-menaces nourrissant l'incertitude.
Fed : rendez-vous en juin   04/05/2018
Sans surprise, la réunion du FOMC a laissé inchangé le taux des fed funds. Le communiqué était très équilibré mais insistait sur le caractère symétrique de l’objectif d’inflation. Il sera particulièrement intéressant de lire les minutes (publication attendue vers le 23 mai), et en particulier la partie qui concernera le cycle de resserrement monétaire en cours. La poursuite d’une croissance soutenue semble acquise. Le débat portera donc sur l’inflation et jusqu’où la Réserve fédérale acceptera un dépassement de son objectif.
La BCE reste prudente   27/04/2018
La BCE est restée prudente en avril, la modération actuelle de la croissance pouvant donner lieu à plusieurs interprétations. Une annonce de tapering pourrait n'intervenir qu'en juillet.
Croissance, budget, réformes en France : quoi de neuf   20/04/2018
Nouvelles prévisions de croissance, nouveau programme de stabilité, nouveau programme national de réforme : l’actualité économique de ces derniers jours a été riche.
voir aussi les vidéos EcoTV

Sur le même thème

Brexit, où en est-on ? 16/02/2018
Depuis qu’il s’est embarqué dans l’aventure du Brexit, le Royaume-Uni a vu son économie ralentir. Si le climat des affaires s’est stabilisé récemment, le répit est fragile.
Gloomy weather 24/01/2018
Mal orientés l’automne dernier, les indices de la conjoncture se sont un peu redressés depuis. Au moment de basculer en 2018, l’économie britannique progresse à vitesse réduite, sans être tout à fait au point mort. La chute de la livre est enrayée. Un simple répit ? La procédure du « Brexit » entre, en tout cas, dans sa seconde phase, la plus difficile. Celle-ci va consister à définir le futur cadre des relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, dans l’optique d’un accord en octobre 2018, pour un retrait définitif en mars 2019. Le principal risque est bien celui de l’impasse, les négociateurs disposant de peu de temps pour réconcilier des positions encore très éloignées.
Brexit : des progrès incomplets, et toujours des difficultés à venir 12/12/2017
Les questions préalables au Brexit (compensation financière, statut de l'Irlande du Nord et des expatriés) ont fait l'objet d'un compromis laborieux entre Londres et Bruxelles. La deuxième phase des négociations, consistant à redéfinir le cadre des relations futures entre  Royaume-Uni et l'Union européenne, va pouvoir commencer. De loin, la plus difficile...
Royaume-Uni, le ciel s'assombrit 17/11/2017
La conjoncture économique se dégrade au Royaume-Uni. La Banque d’Angleterre relève pourtant son taux directeur... pour mieux l’abaisser demain ?
La vieille dame a la migraine 07/07/2017
Les divisions montent au sein de la Banque d’Angleterre, une conséquence parmi d’autres de la décision britannique de quitter l’UE.
Le choix de Mark 07/07/2017
Des divergences apparaissent au sein de la BoE. L’équilibre devrait être maintenu lors de la réunion du mois d’août. Ensuite, tout dépendra de la croissance au T2.   
Inflation britannique : à la hausse toute ! 28/06/2017
Les négociations en vue du Brexit viennent de débuter. Elles pourraient bien durer plus longtemps que prévu, retardant d’autant les conséquences économiques de la sortie de l’UE par le Royaume-Uni. Si ce n’est qu’une des conséquences de cette sortie à venir est d’ores et déjà mesurable. Le référendum a en effet autorisé une dépréciation marquée de la livre, entraînant une hausse du prix des biens importés. Ceci se reflète dans l’inflation des prix à la consommation, avec un taux annuel de 2,9% en mai, alors même qu’il demeurait inférieur à 1% avant novembre dernier. Certes, l’énergie a joué un rôle, mais bien moins important que dans les autres pays développés : hors cette composante, l’inflation a accéléré de 0,8% à 2,7%. Les prix sous-jacents et celui des denrées alimentaires jouent un rôle bien plus important. Ces derniers subissent directement les conséquences de la chute de la livre. Si les effets sont plus indirects pour l’inflation sous-jacente, ils sont indéniables. Le casse-tête de la Banque d’Angleterre n’est pas près de prendre fin : elle doit à la fois soutenir une économie qui ralentit et ne pas trop s’éloigner de son objectif d’inflation…
Brexit : le champ des possibles 24/05/2017
Le référendum britannique de juin 2016 et le déclenchement de l’article 50 ont donné le coup d’envoi à une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le processus promet d’être long et jalonné d’obstacles. Les sources potentielles de conflits sont en effet nombreuses, à commencer par le calcul de la somme que le Royaume-Uni devra verser à l’Union européenne lors de sa sortie et le statut des ressortissants européens présents sur le sol britannique. La négociation d’un nouvel accord commercial constitue, cependant, le principal enjeu de ces prochaines années en raison des liens étroits qui unissent le Royaume-Uni et l’Union européenne. Il existe a priori peu d’options compte tenu du souhait du Royaume-Uni de mettre fin à la libre circulation des personnes.
Le calendrier importe 09/05/2017
Les négociations en vue du Brexit commenceront bientôt. Elles pourraient s’étendre et être plus compliquées que ce qu’espéraient les Britanniques. Theresa May a ainsi décidé d’appeler des élections anticipées.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1792 articles et 490 vidéos