Conjoncture
    Conjoncture - 29 juin 2018
    Consulter la publication complète
    D’importantes contraintes d’offre et des difficultés de recrutement se sont fait jour fin 2017. Elles sont normales en phase d’accélération de la croissance mais elles ont marqué les esprits car d’autres indicateurs ne témoignent pas des mêmes tensions. L’écart de production, l’indicateur de référence du cycle, tel qu’estimé aujourd’hui, n’était en effet pas complètement refermé en 2017 et la faiblesse de l’inflation sous-jacente suggère même un écart plus négatif. Ces évolutions soulèvent la question de la position de l’économie française dans son cycle. D’après notre analyse, elle aurait quitté la phase de reprise et atteint son pic de croissance, sans pour autant donner de signes de blocage typiques d’une fin de cycle. L’économie se situerait dans la phase intermédiaire, dite « de croissance », qui se caractérise par une décélération, la croissance restant toutefois supérieure à son rythme potentiel.
    Conjoncture - 04 mai 2018
    Consulter la publication complète
    La stabilité du franc CFA soulève des inquiétudes. L’effondrement des cours du pétrole a fragilisé une des deux régions qui composent la zone, au point de faire resurgir le spectre d’une dévaluation. Le statu quo devrait perdurer. Avec l’aide du FMI, plusieurs pays se sont engagés dans des programmes de stabilisation qui commencent à produire des résultats. Les indicateurs de liquidité sont encore loin des seuils d’alerte, tels que définis par les accords monétaires, alors qu’une dévaluation aurait des effets financiers et inflationnistes désastreux. Pour autant, les défis sont nombreux et de taille pour pérenniser le peg, aussi bien pour l’UEMOA, dont la croissance solide s’accompagne de déséquilibres, que pour la CEMAC qui paye aujourd’hui un lourd tribut à sa dépendance au pétrole.
    A court terme, le principal risque pour l’économie est le durcissement de la politique monétaire américaine qui pourrait générer des tensions à la baisse sur la roupie. A moyen terme, c’est celui que l’Indonésie reste durablement un pays à revenus intermédiaires (« middle income trap »). Le premier risque est a priori modéré. En effet, les fondamentaux macroéconomiques se sont consolidés au cours des cinq dernières années et la vulnérabilité extérieure, notamment, a sensiblement diminué.  Le second risque est plus élevé. Pour devenir un pays à « revenus supérieurs », l’Indonésie doit suivre le modèle coréen en développant son secteur manufacturier. Or, les déficiences en infrastructures et le faible niveau de qualification de la population sont autant de facteurs qui pèsent sur son développement et sur son intégration dans les chaînes de valeur mondiales. Néanmoins, depuis l’arrivée du président Widodo au pouvoir en 2014, de nombreuses réformes ont été entreprises. Sa réélection en 2019 permettrait de poursuivre dans cette voie.
    Conjoncture - 04 avril 2018
    Consulter la publication complète
    Les participants à la COP21 de Paris se sont mis d’accord pour limiter le réchauffement climatique à 2°C. Ce devrait être le cas à condition que la concentration de carbone reste inférieure à 450 parties par million (ppm). Cependant, plusieurs simulations à partir de modèles climatiques montrent que, même à ce niveau de CO2, le risque de dépasser les 2°C n’est pas négligeable. D’un point de vue économique, il convient de prendre rapidement des mesures pour réduire les risques extrêmes. Des politiques climatiques devront être élaborées pour surmonter l’opposition actuelle aux sacrifices pourtant nécessaires afin d’éviter des dommages bien plus importants demain.
    Aucune des propositions législatives visant à réformer le marché hypothécaire américain n’a, pour l’heure, abouti. Elles procèdent pour la plupart d’une même considération : si les garanties publiques sont indispensables à la liquidité et à la stabilité du marché hypothécaire, l’Etat fédéral ne saurait, à lui seul, assumer l’essentiel des risques de défaut de paiement, qui plus est par le biais de deux agences, Fannie Mae et Freddie Mac, en difficulté financière. A défaut d’une loi, le régulateur de ces deux agences a jeté lui-même les bases d’une réforme en développant un programme de transfert des risques de crédit « non extrêmes » vers le marché.

Sur le même thème

L’immobilier de bureaux à Paris : les prix sont-ils soutenables ? 13/07/2018
Le bureau est la première classe d’actifs détenus par les investisseurs institutionnels en immobilier, devant le commerce et le résidentiel. Ce patrimoine de bureaux représente plus de 900 milliards d’euros en Europe, les deux principaux marchés étant Londres et Paris.
Croissance sous surveillance 11/07/2018
Au début de l’année 2018 et jusqu’à l’approche de l’été, la croissance française a été pénalisée par un certain nombre de facteurs ponctuels (fiscalité, grèves dans les transports) ou impondérables (tensions sur les prix du pétrole). Au second semestre, elle devrait accélérer de nouveau grâce aux facteurs internes de soutien qui reprendraient le dessus (amélioration du marché du travail, baisses d’impôts, conditions de financement et politique économique favorables). Le maintien d’une demande mondiale dynamique est aussi une hypothèse centrale mais plus incertaine, entourant d’un risque baissier notre prévision de 2% de croissance en moyenne cette année.
France : dans l’attente, toujours, du rebond de la consommation des ménages 06/07/2018
Quasi-stagnation de la consommation au premier trimestre, recul marqué du pouvoir d’achat, nouvel effritement de la confiance en juin : les dernières statistiques relatives aux ménages français ne sont pas favorables.
Capacité d’achat immobilier : dichotomie Paris-province 20/06/2018
En région, la surface achetable - le ratio du montant (déterminé à partir du revenu moyen par ménage et des conditions moyennes d’emprunt) qu’un ménage peut emprunter au prix moyen du m2 dans l’ancien - dépasse de 13% sa moyenne 1990-2017 et atteint son niveau le plus élevé depuis le début des années 1990. A Paris, elle est inférieure de 18% à sa moyenne 1990-2017 et de 37% à son niveau (record) de 1999. L’envolée des prix de la pierre entre 1998 et 2012 à Paris (+268%) a lourdement pesé sur la surface achetable (-44%). Celle-ci s’est ensuite redressée jusqu’en 2016 à Paris (+28%) comme en province (+31%), portée par la baisse des taux d’intérêt et le léger recul des prix. Du fait de la faible variation des conditions d’emprunt depuis 2016, le montant empruntable a connu des évolutions très comparables à celles du revenu par ménage. Toutefois, en 2017 si la progression modérée des prix de l’immobilier en province (+2,6%) a autorisé une relative stabilité de la surface achetable, cette dernière a reculé à Paris en raison de l’accélération des prix (+8,7%).
Le rebond aura-t-il lieu ? 08/06/2018
Le net rebond attendu de la croissance au T2 (0,6% t/t d’après nos prévisions), après son accès de faiblesse au T1 (+0,2% t/t), risque de ne pas être au rendez-vous. Les enquêtes sur le climat des affaires restent à un niveau élevé mais elles ont continué de fléchir en avril et mai.
Capacité d’acquisition immobilière des ménages en France 07/06/2018
Comment la capacité d’acquisition immobilière des ménages soutient-elle les prix des logements en France ?
France : fin de l'accélération ? 01/06/2018
Fin de l’accélération de la croissance française en 2018 par rapport à 2017 ? Il est, en effet, depuis peu, plus probable que la croissance en 2018 soit inférieure à celle de 2017 et non plus supérieure. Ce changement de perspective résulte d’une double révision : celle, en hausse, de la croissance en 2017 et celle, en baisse, des prévisions pour 2018.
Macronomics, an 1 29/05/2018
La politique du président Emmanuel Macron fait le pari du « choc » de compétitivité et de confiance, qu’appelait déjà de ses vœux le rapport Gallois, en 2012. Menés à vive allure et sur tous les fronts, les « Macronomics » ambitionnent de libérer et réorienter les initiatives au profit de la croissance et de l’emploi. Nous retraçons ici, dans un jeu de questions-réponses, l’action du gouvernement au terme de la première année du quinquennat Macron. Nous évoquons aussi la suite de l’agenda, qui s’annonce chargé. Les trois principaux chantiers qui restent à mener à bien sont la rationalisation des dépenses publiques, la réforme systémique des retraites et la refonte de la fiscalité locale.
France : les premiers jalons du quinquennat Macron 14/05/2018
Une année s'est écoulée depuis la prise de fonction d'Emmanuel Macron. C'est l'occasion de dresser un premier bilan de son action sur le plan économique.
La faiblesse de la croissance au T1 en (grande?) partie passagère 04/05/2018
La décélération de la croissance au T1 2018 a été plus marquée que prévu (0,3% t/t selon la première estimation après 0,7% au T4 2017). Cette faiblesse peut être mise sur le compte de plusieurs facteurs. Il est, en revanche, difficile de faire précisément la part des choses entre ces différents facteurs. Mais, à choisir, la balance semble pencher du côté d’un ralentissement ponctuel plutôt que d’un essoufflement plus profond.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1848 articles et 510 vidéos