eco TV
Politique monétaire : quelle efficacité ? 12/04/2017

Il est assez consensuel de conclure à l’efficacité des politiques monétaires. Reste que les banquiers centraux ne sont ni omnipotents, ni infaillibles.

TRANSCRIPT // Politique monétaire : quelle efficacité ? : avril 2017

François Doux : Pour terminer, la question qui se pose est celle de l’efficacité de cette politique monétaire ? Aux Etats-Unis, la Fed fait-elle plutôt bien ou mal son travail ?

 

Alexandra Estiot : Ça marche très bien. Le principal problème pour la politique monétaire, ce qui vaut pour la Fed, mais aussi pour les autres banques centrales, est le décalage temporel. Les décisions sont prises aujourd’hui sur la base de données qui illustrent la situation qui prévalait hier, des décisions qui n’auront d’effet que demain. Parfois, et c’est arrivé assez souvent malheureusement, la Fed peut procéder à la hausse de taux de trop, celle qui va ralentir l’économie voire la plonger dans la récession. La Fed sera particulièrement prudente pour une raison très simple : je vous parlais de la faiblesse des taux neutres, mais il y a aussi la faiblesse des taux effectifs. Cette faiblesse fait que si jamais l’économie avait besoin d’un soutien de la part de la politique monétaire, la Fed n’est pas vraiment à même de le fournir. Il lui faut vraiment aller doucement, graduellement et surtout ne pas faire de mal.

 

François Doux : Du côté de la Banque centrale européenne, est-ce que cette politique monétaire marche?

 

Thibault Mercier : C’est assez compliqué : premièrement, il faut être patient. La politique monétaire agit avec retard sur l’économie et l’inflation est un processus assez inerte. Il y a des éléments volatils, on l’a vu, mais la banque centrale ne les prend pas vraiment en compte. La dynamique des prix, fondamentalement, est assez inerte. Donc il faut être patient. Comment on mesure l’efficacité ? On pourrait se demander ce qui se serait passé si la banque centrale n’avait pas mené une telle politique. Les choses seraient probablement allées moins bien. Il faut noter qu’aujourd’hui la reprise dans la zone euro est plutôt bien ancrée ; elle se renforce même. Et cela va dans le sens d’une normalisation de l’inflation. Donc pour l’instant, je dirais que l’action de la banque centrale est efficace, mais qu’il faut être patient et si nous voulons que cela aille plus vite, d’autres politiques doivent prendre le relais, notamment la politique budgétaire.  

 

François Doux : Pour terminer sur la Chine, est-ce que cette politique monétaire est efficace ?

 

Christine Peltier : Est-ce que la croissance a été stabilisée? Oui, depuis le deuxième trimestre 2016, la croissance s’est stabilisée à 6,7/6,8%. Cependant, l’efficacité de la politique monétaire est fortement dégradée par rapport à il y a quelques années, c’est-à-dire que le supplément de dette nécessaire pour générer un point de PIB s’est fortement accru.

Et les risques de crédit en Chine continuent d’augmenter. Le ratio de dette sur PIB a encore augmenté en 2016. Cette augmentation est notamment tirée par les crédits offerts par des institutions du « shadow banking ». Et donc sur ce plan-là, on peut dire que la banque centrale a encore un problème à régler.

Depuis quelques temps, elle complète ses actions de politique monétaire par des mesures macro-prudentielles, qui doivent permettre aux autorités et aux institutions financières de mieux gérer les risques. Nous pouvons donc espérer que la qualité des nouveaux crédits pourra s’améliorer si, évidemment, la banque centrale persiste dans cette voie.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Etats-Unis, au-delà de l'effet "Trump" 21/04/2017
Aux Etats-Unis, l’amélioration de la conjoncture économique ne saurait se résumer à un simple effet « Trump ».
Effet "Trump" ou effet pétrole ? 21/04/2017
La remontée des prix du pétrole n’est pas étrangère au rebond de l’investissement américain. « L’effet Trump » se dissipe.
Optimisme prudent 21/04/2017
La situation économique continue de s’améliorer en zone euro, mais les pressions inflationnistes sont faibles, voire inexistantes. Nous continuons de prévoir une politique monétaire durablement accommodante.
Etats-Unis : Mais où sont les "canaris" du stress financier ? 19/04/2017
Les indicateurs de stress financier sont utilisés comme autrefois les canaris dans les mines : ils préviennent des éventuelles tensions que peut engendrer un resserrement de la Fed, et qui pourraient plonger l’économie dans la récession. Ce graphique montre deux indicateurs : l’écart de taux des obligations des sociétés américaines notées BBB relatif aux titres du Trésor américain et l’indice de stress financier de la réserve fédérale de St-Louis (un composite de 18 séries). Exploiter ces indicateurs pour anticiper les principaux ralentissements de la croissance ou les entrées de récession est un exercice délicat : lors de la récession de 2001, l’indicateur composite avait à peine varié et le point haut de l’écart de taux n’était apparu que fin 2002, quand la reprise était déjà amorcée ; lors de celle de 2008, les deux indices avaient grimpé en flèche. Mais compte tenu de la volatilité des séries, il semble que lorsque le signal est suffisamment clair, l’entrée en récession est imminente. Si le canari ne chante plus, lâchez tout et courez vers la sortie !  
Wait and see 14/04/2017
L’inflation reste trop faible en zone euro. C’est ce qui compte pour la BCE. 
Politique monétaire : quels objectifs ? 12/04/2017
Unique pour la BCE, dual pour le Fed et multiples pour la PBoC, les objectifs peuvent être très différents d’une banque centrale à une autre.
Politique monétaire : quels objectifs ? 12/04/2017
Unique pour la BCE, dual pour le Fed et multiples pour la PBoC, les objectifs peuvent être très différents d’une banque centrale à une autre.
Politique monétaire : quels objectifs ? 12/04/2017
Unique pour la BCE, dual pour le Fed et multiples pour la PBoC, les objectifs peuvent être très différents d’une banque centrale à une autre.
Politique monétaire : quels objectifs ? 12/04/2017
Unique pour la BCE, dual pour le Fed et multiples pour la PBoC, les objectifs peuvent être très différents d’une banque centrale à une autre.
Politique monétaire : quelles actions ? 12/04/2017
De la même façon que pour les objectifs, les instruments utilisés différent d’une banque centrale à une autre, et surtout d’un point à l’autre du cycle.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1480 articles et 368 vidéos