7 Jours d'économie

Actualité économique de la semaine

Semaine du 26 au 04 mars 2021
Mercredi 3
Inde : Rebond de la croissance de 0,4% au troisième trimestre de l’exercice budgétaire
Au T4 2020, troisième trimestre de l’exercice budgétaire 2020/2021 qui s’achèvera le 31 mars 2021, l’Inde est officiellement sortie de récession. Le PIB réel est en hausse de 0,4% par rapport au T4 2019. La reprise a été favorisée par une augmentation des investissements publics et la reconstitution des stocks des entreprises. En revanche, la consommation des ménages – plus forte composante de la croissance – affichait encore une baisse alors que les pressions inflationnistes ont ralenti depuis le mois de novembre. L’activité dans les services restait d’ailleurs en repli de 1% alors qu’elle a accéléré dans l’agriculture, la construction et, dans une moindre mesure, l’industrie manufacturière. Les indicateurs d’activité du mois de janvier restent bien orientés. La production dans les industries de base a enregistré une croissance positive pour le deuxième mois consécutif, le transport de marchandises a accéléré, les ventes de véhicules automobiles ont fortement augmenté et le taux de chômage a baissé à un niveau inférieur à celui qui prévalait il y a un an (6,9% en février). En revanche, la contraction des prêts aux entreprises, pour le quatrième mois consécutif, ne laisse pas entrevoir de reprise de l’investissement privé. Or, même si un rebond mécanique de la croissance est à attendre pour 2021/2022, stimuler les investissements privés sera indispensable pour accroître la croissance à moyen terme et le niveau d’emploi sans risquer de fragiliser les finances publiques.
Johanna MELKA 03/03/2021
Mardi 2
Union Européenne : Europe : le choc de la Covid-19 et la crainte d’une zombification accélérée
Au-delà du choc économique à court terme, la pandémie de Covid-19 et les mesures sanitaires exceptionnelles mises en place pour la contenir posent de nombreuses questions sur les conséquences durables de cette crise. Le débat autour des entreprises zombies, qui n’est pas nouveau, a pris de l’ampleur puisque leur part dans les économies développées a tendanciellement augmenté depuis les années 1980. Les interventions publiques massives de lutte contre les effets de la pandémie, du côté des gouvernements - moratoire sur la dette, annulation de cotisations sociales pour les employeurs, large recours aux dispositifs d’activité partielle, etc. - comme de celui des banques centrales - augmentation et prolongement des programmes de rachats d’actifs-, pourraient maintenir en vie des entreprises non viables, ce qui ravive les inquiétudes relatives à la zombification des économies.
Hélène BAUDCHON, Louis BOISSET, Guillaume DERRIEN, Raymond VAN DER PUTTEN 02/03/2021
Royaume-Uni : Quelle trajectoire pour les finances publiques du Royaume-Uni après la crise de la Covid-19 ?
Avant même que ne survienne la pandémie de Covid-19, le Royaume-Uni avait déjà amorcé sa sortie de « l’âge de l’austérité », d’après l’expression de l’ancien Premier ministre David Cameron. L’intervention massive des autorités britanniques pour soutenir l’économie suite à la crise sanitaire a sensiblement renforcé cette tendance. Le déficit du gouvernement s’est approché de 20% du PIB en 2020, et le ratio de dette publique sur PIB a augmenté de vingt points de pourcentage jusqu’à atteindre près de 100%. Une fois la crise passée, nul doute que des ajustements seront nécessaires. Cependant, l’empressement que montre le Trésor à ramener les finances publiques sous contrôle pourrait être contre-productif s’il provoquait un étouffement de la reprise économique. De surcroît, les perspectives de long terme, particulièrement du point de vue démographique, laissent penser que cet objectif sera difficile à atteindre.
Hubert DE BAROCHEZ 02/03/2021
Vendredi 26
Etats-Unis : La remontée des rendements obligataires doit-elle inquiéter les investisseurs en actions ?
Jusqu’à une date récente, la hausse des taux d’intérêt à long terme n’a pas empêché le marché actions de grimper, mais à en juger par les évolutions de la semaine, l’inquiétude semble gagner les investisseurs. L’impact potentiel de la remontée des taux obligataires sur les cours des actions dépend des facteurs à l’origine de cette augmentation : accélération de la croissance, baisse de l’incertitude, hausse des anticipations d’inflation. Ce dernier facteur est le plus délicat car il pourrait entraîner une réévaluation en profondeur des perspectives de politique monétaire. Au cours des deux dernières décennies, la relation entre la hausse des taux et le marché actions n’a pas été significative d’un point de vue statistique, ce qui s’explique entre autres par l’approche gradualiste de la politique monétaire. Comme le montrent ses déclarations récentes, Jerome Powell sait parfaitement combien il est important de ne pas prendre le marché par surprise.
William DE VIJLDER, Tarik Rharrab 26/02/2021
Allemagne : Allemagne : le durcissement du confinement pèse sur les services
En février, le climat économique s’est légèrement dégradé par rapport au mois précédent. Notre indicateur interne du climat des affaires en Allemagne (la somme non pondérée des composants du baromètre) s’est légèrement détérioré à -0,35 en février, contre -0,1 le mois précédent. Depuis avril 2020, l’indicateur du climat économique est en territoire négatif...
Raymond VAN DER PUTTEN 26/02/2021
Italie : La reprise industrielle s’accélère
Comme le montre notre baromètre, l’activité manufacturière a continué de se renforcer en ce début d’année. L’indice de confiance des directeurs d’achat (PMI) pour le secteur a en effet atteint en janvier son niveau le plus élevé depuis mars 2018 (55,1). L’industrie italienne bénéficie vraisemblablement davantage de l’activité aux États-Unis, qui est plus soutenue qu’en Europe...  
Guillaume DERRIEN 26/02/2021
Global : Une dynamique encourageante de la mobilité et une progression des campagnes de vaccination
Le dernier rapport de Google sur la mobilité (Google Mobility Report), publié le 23 février dernier, montre une dynamique encourageante de la fréquentation des commerces et des établissements de loisirs dans le monde et notamment en Europe...
Tarik Rharrab 26/02/2021
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2637 articles et 691 vidéos