7 Jours d'économie

Actualité économique de la semaine

Semaine du 18 au 24 mai 2022
Lundi 23
Union Européenne : L’incertitude face à la Covid-19 et à la guerre en Ukraine
Pour les ménages comme pour les entreprises, l’incertitude est au cœur des prises de décision. Les causes peuvent être économiques, liées à la politique économique, politiques ou même géopolitiques. Les données d’enquête de la Commission européenne montrent que la pandémie de Covid-19 a fait bondir l’incertitude, qui a ensuite diminué progressivement. La guerre en Ukraine a aussi déclenché une hausse mais elle a été plus limitée. Il conviendra de suivre l’évolution de l’incertitude des ménages, des entreprises et des pays dans les prochains mois. Si elle ne baisse pas, l’impact négatif se fera probablement sentir sur les données relatives aux dépenses et à l’activité.
William DE VIJLDER 23/05/2022
Chine : Contraction de l'activité
La croissance économique chinoise avait commencé à ralentir en mars puis l’activité s’est contractée en avril (production industrielle : -2,9% en glissement annuel, production de services : -6,1% en g.a.). Cette dégradation rapide résulte essentiellement des restrictions à la mobilité imposées dans diverses régions du pays en réponse à l’importante vague épidémique. Surtout, des confinements stricts ont été imposés dans des régions industrielles et portuaires majeures du pays (Shanghai en particulier), ralentissant l’activité des usines et perturbant le transport de marchandises et l’approvisionnement dans de nombreux secteurs. Dans leur ensemble, la situation épidémique et le niveau des restrictions à la mobilité en Chine montrent des signes d’amélioration au mois de mai. L’activité économique locale pourrait donc commencer à se redresser.
Christine PELTIER 23/05/2022
Italie : Baisse de régime dans l’industrie
L’économie italienne a démarré l’année 2022 sur un recul, le PIB réel se contractant de 0,2% t/t au T1. L’activité du pays est fortement affectée par la guerre en Ukraine ainsi que par les perturbations durables sur les échanges de biens mondiaux. Deux événements qui impactent davantage les économies avec un socle industriel important, comme l’Italie. L’inflation, qui a atteint 6,3% a/a en avril (en baisse par rapport au mois précédent à 6,8% a/a) pèse également très significativement sur le moral des ménages. Selon la Commission européenne, la confiance des consommateurs est remontée très légèrement en avril (la balance d’opinion a grimpé de 1,9 point, à -22), mais a atteint en mars un plus bas depuis janvier 2014.
Guillaume DERRIEN 23/05/2022
Global : Pandémie Covid-19 : la situation continue de s’améliorer fortement en Europe
Selon les dernières données de l’université Johns-Hopkins, plus de 4 millions de nouveaux cas de Covid-19 ont été signalés dans le monde entre les 12 et 18 mai, soit une hausse de 5% par rapport à la semaine précédente (graphique 1). Il s’agit de la première hausse hebdomadaire observée depuis le début du mois de février. Par région, la situation continue de s’améliorer fortement en Europe (-20%), alors qu’elle s’est stabilisée en Afrique. En revanche, le nombre de cas continue d’augmenter en Amérique du Nord et en Amérique du Sud (17%). En Asie, on enregistre une première hausse après deux mois de baisse quasi continue. Par ailleurs, 66% de la population mondiale a reçu au moins une dose de vaccin (graphique 2).
Tarik Rharrab 23/05/2022
Vendredi 20
Jeudi 19
Mercredi 18
Allemagne : De la nécessité de retraiter le PMI manufacturier pour comprendre le choc sur l’industrie allemande
La bonne tenue des indices PMI du secteur manufacturier jusqu’en avril surprend tant les contraintes sur l’offre et les pressions sur les prix des intrants se sont amplifiées depuis le début du confit russo-ukrainien le 24 février dernier. C’est notamment le cas en Allemagne. Malgré une industrie fortement exposée au choc, son PMI manufacturier continue de se maintenir bien au-dessus de 50 points (54,6 en avril 2022), suggérant que l’activité dans le secteur demeure confortablement en expansion alors que la production industrielle s’est repliée de - 4,4% entre janvier et mars 2022. Ce message contradictoire tient avant tout à un biais méthodologique : celui de la prise en compte des délais de livraison dans l’indice agrégé. Ce biais peut être un véritable problème lorsque le PMI manufacturier est utilisé pour estimer en temps réel la production industrielle ou l’évolution du PIB. La construction du PMI manufacturier allemand repose sur les pondérations suivantes de cinq sous-soldes de l’enquête menée par Markit : 30% pour la production manufacturière, 25% les nouvelles commandes, 20% l’emploi, 15% les délais de livraison, 10% les stocks d’intrants. Dans cette agrégation, un accroissement les délais de livraison contribue positivement au PMI manufacturier, l’idée sous-jacente étant qu’un allongement des durées d’approvisionnement traduit un choc de demande positif non anticipé par les entreprises. Dans ce cas, il est logique que le PMI manufacturier augmente puisque la production industrielle va croître dans le même temps. Or, cette relation ne tient plus lorsque l’économie fait face des ruptures d’approvisionnement : dans ce cas, l’allongement des délais de livraison qui s’ensuit va faire augmenter le PMI manufacturier mais cela envoie un mauvais signal étant donné que la production sera limitée par des délais de livraison plus longs. Pour corriger ce biais méthodologique, il est possible soit de neutraliser la contribution des délais de livraison (cela revient à fixer à 50 ce dernier sur l’ensemble de la période), soit d’inverser son signe dans le calcul du PMI manufacturier afin de changer la signification économique d’un allongement des délais de livraison. Mais cette dernière approche requière d’être en mesure de juger si l’allongement des délais de livraison s’explique par une offre insuffisante ou un excès de demande. Cela pose un défi d’autant plus grand à mesure que l’on remonte dans le temps. Avec ces corrections, le PMI manufacturier avec délai de livraison neutralisé et celui avec le signe inversé reflètent bien mieux l’évolution récente de la production manufacturière allemande : en avril 2022, le PMI manufacturier avec signe inversé s’établit, en effet, à 46,8, traduisant bien une contraction de cette dernière.
Anthony Morlet-Lavidalie 18/05/2022
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1749 articles et 344 vidéos