Chine

82 Résultats, Affiner la recherche

En Chine, l’activité économique s’est contractée au mois d’avril et les perspectives de croissance à court terme restent incertaines. Dans cet environnement compliqué, comment évoluent les risques de crédit ?

La Chine, deuxième économie mondiale, est aussi le plus grand pays exportateur de marchandises. Elle dispose, par ailleurs, des plus grandes réserves de change au monde. Leader industriel au niveau mondial, la Chine est aussi devenue un acteur financier international. Le processus de libéralisation du compte de capital et d’internationalisation du renminbi (RMB) progresse régulièrement et l’ouverture des marchés financiers locaux aux investisseurs étrangers a récemment bien avancé. Par ailleurs, les contrôles sur les sorties de fonds des résidents restent importants.

Soumise à un régime de change administré, la monnaie chinoise a, au cours des dernières années, progressivement bénéficié d’une plus grande flexibilité et son taux de change est de plus en plus déterminé par le marché. Cependant, fortes de leur pouvoir discrétionnaire, les autorités continuent d’exercer une influence notable sur l’orientation du taux de change. En octobre 2016, le RMB a été intégré au panier des droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international, devenant ainsi la cinquième monnaie du panier.

La croissance économique a reculé à 7,1% par an sur la période 2012-2019 contre 10,7 % entre 2002 et 2011. En 2020, la crise Covid-19 a fait la démonstration de l’importante capacité de la Chine à absorber un choc majeur et à rebondir.

Le ralentissement structurel de la Chine devrait persister à moyen terme. La Chine poursuit un processus difficile de transition économique : son modèle, centré sur l’investissement et la croissance tirée par les exportations, a atteint ses limites et des réformes de grande ampleur restent nécessaires pour construire un modèle de croissance plus équilibré, davantage tourné vers la consommation et les services, et moins dépendant de la dette.