Qatar

5 Résultats, Affiner la recherche

L’économie du Qatar est dominée par la rente gazière qui fournit des revenus très élevés et amortit les chocs externes. Grâce à l’augmentation attendue de 60% de sa production, le Qatar continuera de bénéficier des perspectives favorables du marché du gaz à court et moyen terme. A long terme, dans un contexte de décarbonisation des économies, le gaz naturel devrait jouer le rôle d’énergie de transition. Néanmoins, la dépendance du Qatar aux hydrocarbures restera très élevée.

Le Qatar détient le plus grand champ de gaz non associé au monde et 13% des réserves mondiales de gaz naturel. C’est l’un des principaux producteurs et exportateurs de gaz naturel liquéfié (GNL). Depuis 2012 et la fin du développement de l’industrie gazière, la croissance économique du pays repose sur l’activité des secteurs non liés aux hydrocarbures : l’industrie, les infrastructures (avec la Coupe du monde de 2022) et les services. L’embargo décidé par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis n’a pas eu d’impact significatif sur les perspectives économiques du Qatar. Il a été levé en janvier 2021 sans concession significative de la part du gouvernement qatari. De nouvelles capacités d’exportation de GNL devraient être opérationnelles sur la période 2025-2027. L’augmentation attendue des capacités, de l’ordre de 60 %, devrait permettre de dégager d’importantes recettes supplémentaires liées aux hydrocarbures. Le principal point faible est la position extérieure du secteur bancaire. Le passif extérieur net du secteur représente un montant équivalant à USD 124 mds, soit 70 % du PIB. Sa devise, le rial qatari (QAR) est arrimé au dollar US.

Le Qatar est membre du Conseil de Coopération du Golfe. Il n’adhère plus à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) depuis 2019.