Egypte

18 Résultats, Affiner la recherche
EcoTV Week
18/03/2022 • Par Pascal DEVAUX

La forte hausse des prix des matières premières agricoles provoque un creusement du déficit des comptes courants et devrait accélérer la détérioration de la liquidité en devises du pays. Dans ce contexte, un nouveau soutien financier international pourrait être nécessaire.

L’Égypte est une grande économie diversifiée. Elle est la plus peuplée de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient avec plus de 100 millions d’habitants. La mise en œuvre de réformes économiques depuis 2016 (avec le soutien du Fonds monétaire international) a permis de rétablir des conditions macroéconomiques acceptables. Pour autant, certaines vulnérabilités et faiblesses persistent. La liquidité extérieure est soumise à la volatilité des flux de portefeuille et aux fluctuations de l’activité touristique. La dette publique est élevée et le service de la dette continue de peser lourdement sur le budget. Le recours au soutien financier du FMI pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 a montré la nécessité persistante de faire appel à l’aide internationale.

L’activité économique est viable grâce à la consommation des ménages (portée par la démographie) et aux investissements publics dans les infrastructures. Cependant, les créations d’emplois n’absorbent pas les nouveaux entrants sur le marché de l’emploi, d’où un secteur informel de grande ampleur. De plus, le rôle du secteur public dans l’économie égyptienne est très significatif. Les investissements directs étrangers, dynamiques depuis plusieurs années, sont concentrés dans le secteur des hydrocarbures.