Afrique du Nord et Moyen-Orient

70 Résultats, Affiner la recherche

L’économie du Qatar est dominée par la rente gazière qui fournit des revenus très élevés et amortit les chocs externes. Grâce à l’augmentation attendue de 60% de sa production, le Qatar continuera de bénéficier des perspectives favorables du marché du gaz à court et moyen terme. A long terme, dans un contexte de décarbonisation des économies, le gaz naturel devrait jouer le rôle d’énergie de transition. Néanmoins, la dépendance du Qatar aux hydrocarbures restera très élevée.

EcoTV Week
27/05/2022 • Par Pascal DEVAUX

Aux Émirats Arabes Unis, les perspectives économiques sont positives à court terme grâce à la hausse des prix du pétrole et à la reprise de l’activité dans les services. A moyen terme, la poursuite des réformes du secteur public va renforcer la solidité budgétaire. Néanmoins, la dépendance aux hydrocarbures restera significative et les conglomérats publics sont vulnérables au durcissement des conditions de financement en raison d’une dette importante.

EcoTV Week
18/03/2022 • Par Pascal DEVAUX

La forte hausse des prix des matières premières agricoles provoque un creusement du déficit des comptes courants et devrait accélérer la détérioration de la liquidité en devises du pays. Dans ce contexte, un nouveau soutien financier international pourrait être nécessaire.

EcoTV Week
30/07/2021 • Par Pascal DEVAUX

L’économie saoudienne a traversé une période difficile en 2020, mais les perspectives sont positives à court terme. Il y a eu un double choc : la pandémie de covid 19 et surtout chute des prix du pétrole.

En effet, en plus des effets directs sur les revenus budgétaires et sur la croissance, le gouvernement a dû prendre des mesures budgétaires défavorables à la consommation des ménages qui ont amplifiées la récession. Le taux de TVA a triplé et des transferts publics aux ménages ont été réduits.

Le déficit a atteint un niveau très élevé à plus de 11% du PIB et la récession économique a été la plus forte depuis plus de vingt ans (-4,1%).

La reprise devrait être modérée cette année (2.3%), favorisée par le rebond des prix du pétrole et la hausse de la production en lien avec l’accord OPEP+. Le déficit budgétaire devrait atteindre environ 3% du PIB.

A moyen terme, cette difficile année 2020 aura quand même eu un effet positif puisqu’elle a permis une accélération de la consolidation budgétaire qui est favorable à la diversification des revenus. Par contre, l’incertitude persistante sur le marché du pétrole va continuer de peser sur le rythme des réformes économiques.