eco TV Week

Chine : nouveau ralentissement économique, nouvelle augmentation des risques de crédit

20/05/2022

En Chine, l’activité économique s’est contractée au mois d’avril et les perspectives de croissance à court terme restent incertaines. Dans cet environnement compliqué, comment évoluent les risques de crédit ?

Christine PELTIER

TRANSCRIPT // Chine : nouveau ralentissement économique, nouvelle augmentation des risques de crédit : mai 2022

En Chine, l’activité économique a de nouveau fortement ralenti en mars, puis elle s’est contractée au mois d’avril à cause des mesures de confinement et de l’effet du ralentissement de la demande mondiale sur les exportations. Les politiques budgétaire et monétaire soutiennent l’activité, mais les perspectives de croissance à court terme restent néanmoins incertaines. Dans cet environnement compliqué, comment évoluent les risques de crédit ?

 

Les risques de crédit en Chine sont d’abord alimentés par l’excès de dette de l’économie, qui s’est aggravé avec la crise du Covid de 2020 et devrait de nouveau s’aggraver en 2022. La dette domestique totale du secteur non financier était de 247% du PIB fin 2019. Elle a augmenté à 270% du PIB fin 2020, conséquence du ralentissement de la croissance du PIB et de l’accélération du crédit intérieur.

En 2021, grâce au rebond de la croissance économique et au ralentissement de la distribution de crédit, le ratio de dette sur PIB est redescendu à 264%. Mais il reste très élevé. En revanche, l’endettement extérieur de la Chine est très modéré, estimé à 15% du PIB.

 

Alors que la hausse du ratio de dette en 2020 a été généralisée, sa baisse en 2021 a surtout été le fait des entreprises privées. Le ratio de dette du PIB des entreprises publiques, très élevé, n’a que légèrement diminué. Et la dette des ménages s’est juste stabilisée, à 62% du PIB.

En ce qui concerne la dette des administrations publiques, celle du gouvernement central est restée stable en 2021 et est très modérée. En revanche, la dette des collectivités locales a continué d’augmenter en dépit du rebond économique. Elle semble modérée. Mais en réalité, les situations financières des collectivités locales sont extrêmement variables d’une province à l’autre. Et surtout, une majorité des collectivités continuent de compléter leurs ressources en ayant recours à des emprunts indirects via des véhicules de financement. Ces entités expliquent largement la hausse de l’endettement du secteur des entreprises publiques depuis deux ans.

 

La récente contraction de l’activité constitue un nouveau choc sur les revenus des entreprises et des ménages. Elle devrait accélérer la hausse des risques de défaut, déjà observée depuis l’an dernier.

La  hausse des risques de défaut des entreprises a été particulièrement visible sur les marchés obligataires locaux. Le nombre de défauts y a augmenté de plus de 10% en 2021 par rapport à 2020.

Dans le secteur bancaire, le ratio moyen de créances douteuses reste bas, inférieur à 2% à fin 2021. Néanmoins, il devrait augmenter à court terme. Les institutions les plus exposées à la dégradation de la qualité des actifs sont les petites banques commerciales, ainsi que les institutions financières non bancaires, le fameux shadow banking.

 

Les risques de défaut proviennent d’abord et surtout du secteur immobilier. Plus d’un tiers des défauts obligataires en 2021 a déjà été le fait de promoteurs immobiliers, et la crise du secteur s’est aggravée ces dernières semaines.

Les risques à court terme augmentent aussi pour les entreprises des secteurs de services les plus affectés par les récentes mesures de confinement, et/ou les resserrements réglementaires des derniers mois. Les risques de défaut augmentent aussi progressivement pour les véhicules de financement et plus généralement pour les entreprises publiques.

Enfin, la dette des ménages est un problème pour les ménages à bas revenus, qui font face à un service de la dette important et qui sont vulnérables à la dégradation actuelle du marché du travail.

Voir plus de vidéos Eco TV Week

Sur le même thème

Les risques baissiers sur la croissance restent élevés 19/06/2022
L’importante contraction de la zone bleue par rapport à la zone en pointillés illustre l’ampleur du choc subi par l’économie chinoise depuis le mois de mars 2022. La résurgence de l’épidémie de Covid-19 a conduit plusieurs provinces à introduire de nouvelles restrictions à la mobilité, les confinements les plus stricts étant imposés dans des régions industrielles et portuaires majeures du pays, à Shanghai en particulier. Les restrictions ont affaibli les dépenses des ménages, interrompu l’activité des usines, gêné le transport et l’exportation de marchandises et provoqué des difficultés d’approvisionnement en Chine et à l’étranger.
Contraction de l'activité 22/05/2022
La croissance économique chinoise avait commencé à ralentir en mars puis l’activité s’est contractée en avril (production industrielle : -2,9% en glissement annuel, production de services : -6,1% en g.a.). Cette dégradation rapide résulte essentiellement des restrictions à la mobilité imposées dans diverses régions du pays en réponse à l’importante vague épidémique. Surtout, des confinements stricts ont été imposés dans des régions industrielles et portuaires majeures du pays (Shanghai en particulier), ralentissant l’activité des usines et perturbant le transport de marchandises et l’approvisionnement dans de nombreux secteurs. Dans leur ensemble, la situation épidémique et le niveau des restrictions à la mobilité en Chine montrent des signes d’amélioration au mois de mai. L’activité économique locale pourrait donc commencer à se redresser.
L’économie chinoise connaît un nouveau coup de frein 19/05/2022
La croissance économique chinoise s’était légèrement renforcée au cours des deux premiers mois de l’année. Mais le redressement s’est brutalement interrompu en mars.
Exportations chinoises : important ralentissement en vue 03/05/2022
Après une performance extrêmement solide en 2020 et 2021, les exportations vont ralentir fortement en 2022. Leur croissance se normalise déjà depuis quelques mois, et le ralentissement devrait s’accentuer au T2 2022. En cause : les contraintes sur l’offre résultant des perturbations dans les usines, des difficultés d’approvisionnement du secteur manufacturier et des problèmes de transport des marchandises dus aux confinements dans plusieurs grandes régions industrielles et portuaires du pays (Shanghai en particulier). Les exportations à destination des pays d’Asie (47% des exportations chinoises), premiers touchés par les problèmes logistiques de la Chine, ont particulièrement ralenti en mars. Du côté de la demande, les perspectives se dégradent également depuis le début de la guerre en Ukraine. Dans son World Economic Outlook d’avril, le FMI a révisé une nouvelle fois à la baisse ses prévisions de croissance de l’économie mondiale pour 2022 à 3,6% (après 6,1% en 2021) et du commerce mondial à 5% (après 10,1% en 2021). Le ralentissement des exportations de la Chine et la dégradation attendue de ses excédents commerciaux et courants (d’autant que la facture des importations subit la hausse des prix des matières premières) – auxquels s’ajoutent les effets de la divergence croissante entre les politiques monétaires de la Fed américaine et de la Banque Populaire de Chine – ont contribué à la soudaine dépréciation du yuan contre dollar (de 4% environ) au mois d’avril.
Chine : Confinée 24/04/2022
La croissance économique chinoise s’est établie à 4,8% en glissement annuel (g.a.) au T1 2022. Elle s’était légèrement renforcée au cours des deux premiers mois de l’année, dans l’industrie comme dans les services, mais la reprise s’est interrompue en mars. Les conditions économiques se sont rapidement dégradées, comme l’illustre notre baromètre (rétrécissement de la zone bleue par rapport à la zone en pointillés). Cette dégradation a résulté en premier lieu de la forte recrudescence de l’épidémie de Covid-19 et des restrictions à la mobilité imposées dans de nombreuses régions du pays. En outre, les perspectives de croissance à court terme sont également assombries par la détérioration de l’environnement international provoquée par la guerre en Ukraine.
Nouvelles perturbations 14/04/2022
Après un bon début d’année 2022, la croissance économique chinoise a ralenti en mars. Les vents contraires vont persister à très court terme. D’abord, la très forte hausse du nombre de cas de Covid-19 a conduit de nombreuses régions à imposer de sévères restrictions à la mobilité. Ensuite, la correction dans le secteur immobilier se poursuit. Enfin, les effets de la guerre en Ukraine sur les prix des matières premières et le commerce mondial devraient pénaliser les producteurs et les exportations. Les autorités chinoises accélèrent donc l’assouplissement de leur politique économique.
Un bon début d’année 21/03/2022
La croissance économique s’est renforcée au cours des deux premiers mois de 2022, mais il est probable que cette amélioration s’interrompe en mars. La croissance dans les services a atteint 4,2% en glissement annuel (g.a.) en janvier-février, chiffre qui reste faible mais qui est néanmoins en hausse par rapport au T4 2021 (+3,3%). Même constat pour les volumes de ventes au détail, qui ont progressé de 4,9% en g.a. en janvier-février, alors que leur croissance était inférieure à 2% au T4 2021. La croissance industrielle, plus robuste, a continué d’accélérer en janvier-février, pour s’établir à 7,5% en g.a. contre 3,9% au T4 2021.
Assouplissement monétaire en cours 23/01/2022
La croissance économique chinoise a ralenti à 4% en glissement annuel (g.a.) au T4 2021, contre 4,9% au T3. Dans l’industrie, la situation s’est redressée légèrement au cours du T4 2021 après un été très perturbé par des coupures d’électricité et des contraintes d’approvisionnement. La croissance industrielle est ainsi passée de 3,1% en g.a. en septembre à 4,3% en décembre. À très court terme, cependant, la production et les exportations du secteur manufacturier devraient souffrir des effets de la nouvelle vague épidémique (confinements, perturbations dans les usines et le transport des marchandises).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1783 articles et 354 vidéos