EcoWeek

Le secteur manufacturier va mieux mais celui des services reste inquiet

Eco week 21-13 // 2 avril 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
7
BAROMÈTRE  
JAPON : LE SECTEUR MANUFACTURIER VA MIEUX MAIS CELUI DES SERVICES RESTE INQUIET  
La lenteur de la vaccination au Japon peut s’expliquer par le fait que sa moyenne de long terme. Le moral est tout particulièrement bas  
le pays a été moins touché par la pandémie et a donc imposé des pour les entreprises de l’hôtellerie et de la restauration qui pâtissent  
restrictions beaucoup plus légères qu’ailleurs. Cette lenteur n’a pas notamment de l’absence de touristes étrangers. La décision récente de  
empêché une amélioration du moral des chefs d’entreprises. Comme ne pas en accueillir lors des Jeux Olympiques de Tokyo, l’été prochain,  
en Europe, ce constat est tout particulièrement vrai dans le secteur est un nouveau coup dur. Les professionnels des secteurs concernés  
manufacturier, moins pénalisé par les restrictions sanitaires que le devront donc compter sur la consommation intérieure. À ce titre, le  
secteur des services marchands.  
rebond de la confiance des consommateurs japonais en février 2021  
33,8 contre 29,6 en janvier) est une bonne nouvelle mais nécessite  
d’être confirmé. Cet indicateur reste faible au regard de sa moyenne  
de long terme. L’indice des directeurs d’achats (Purchasing Managers  
Index, PMI) pour le secteur manufacturier et celui des services envoient  
des messages similaires. Le PMI manufacturier s’est amélioré ces trois  
derniers mois, dépassant sa moyenne de long terme, pour atteindre  
(
Selon l’enquête Tankan publiée par la Banque du Japon, les grands  
groupes manufacturiers japonais retrouvent de la confiance et l’indice  
pour ces entreprises s’est établi en territoire positif au T1 2021 pour la  
première fois depuis le T3 2019. Il a atteint +5 (écart de pourcentage  
entre les sociétés jugeant que la conjoncture est favorable et celles  
d’avis opposé) contre -10 au T4 2020 et -34 au plus fort de la crise l’an  
dernier. Ces derniers mois, les industriels japonais ont pu bénéficier  
du retour de la demande en provenance de Chine – partenaire  
commercial important de l’économie nippone – mais également des  
États-Unis. Les exportateurs japonais pourraient continuer de tirer  
parti de l’amélioration de la situation économique en Chine et du  
plan de relance massif voté aux États-Unis. Du côté des entreprises  
non manufacturières, on observe également une nette amélioration  
depuis fin 2020 bien que l’indice Tankan reste négatif et inférieur à  
5
2,7 en mars 2021. De son côté, le PMI services peine à se redresser  
et demeure inférieur au seuil des 50, séparant les zones d’expansion  
de celles de récession. Il a atteint seulement 46,5 en mars, soit une  
quasi-stagnation. Une chose est sûre, la Banque du Japon évitera au  
maximum le resserrement des conditions monétaires dans le pays,  
toujours dans un contexte de très grande faiblesse de l’inflation.  
Louis Boisset  
ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS  
Moyenne mobile sur 3 mois (actuel)  
Confiance des ménages  
.0  
2
--- Moyenne mobile sur 3 mois (il y a 4 mois)  
TANKAN : grandes entreprises,  
manufacturier  
Production industrielle  
1.0  
.0  
0
-
-
-
-
1.0  
2.0  
3.0  
4.0  
TANKAN : grandes entreprises, non  
Taux de chômage  
manufacturier  
PMI manufacturier - nouvelles commandes  
à l'export  
Ventes au détail  
PMI services  
IPC  
PMI manufacturier  
Commandes de machines  
SOURCES : THOMSON REUTERS, BNP PARIBAS  
Les indicateurs du radar sont transformés en « z-scores » (écarts par rapport à la valeur moyenne de long terme exprimée en écart-type). Ces z-scores ont une moyenne de zéro  
et leur valeur fluctue ici entre -4 et +2. Sur le radar, la zone en bleu indique les conditions économiques actuelles. Elle est comparée aux conditions 4 mois auparavant (pointillés)  
:
un élargissement de la zone bleue indique une amélioration de l’indicateur d’activité.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2682 articles et 705 vidéos