EcoFlash

Japon : La consommation des ménages en souffrance

Japon : La consommation des ménages en souffrance  
Louis Boisset  
L’économie japonaise a fini l’année 2019 sur une  
mauvaise note.  
Baisse marquée du PIB au T4 2019  
(PIB réel, base 100 = T1 2012 et tendance)  
La consommation des ménages a, comme dans le passé,  
souffert de la hausse de la TVA intervenue en octobre.  
1
1
1
1
1
1
1
1
1
08  
07  
06  
05  
04  
03  
02  
01  
00  
Le passage du typhon Hagibis a également sensiblement  
pesé sur la demande interne, en particulier sur  
l’investissement des entreprises privées.  
Le début de l’année 2020 s’annonce difficile dans le  
contexte de l’épidémie du Coronavirus et compte tenu  
des relations économiques étroites entre le Japon et la  
Chine.  
e
9
9
Au 4 trimestre 2019, le Japon a connu une forte contraction  
de son PIB (cf. graphiques 1 et 2). La croissance s’est établie  
à -1,6% (en variation trimestrielle non annualisée, t/t), soit la  
98  
2
012  
2013  
2014  
2015  
2016  
2017  
2018  
2019  
e
baisse la plus marquée depuis le 2 trimestre 2014 (-1,9%).  
La demande interne privée explique cette mauvaise  
Graphique 1  
Source : Cabinet Office  
performance. La consommation des ménages  
particulièrement souffert. Au total sur l’année, la croissance  
japonaise s’établirait à +0,7%.  
a
tout  
La demande interne privée a souffert au T4 2019  
Croissance trimestrielle (non annualisée) du PIB réel  
Contributions : Consommation privée Consommation publique  
Investissement  Exportations nettes  Variations de stocks  
Chute de la consommation privée, repli  
marqué de l’investissement des entreprises  
1
,5  
,0  
0,5  
,0  
1
L’économie japonaise a connu deux chocs d’ampleur au  
dernier trimestre de l’année 2019.  
0
Tout d’abord, après avoir repoussé sa mise en œuvre, les  
autorités ont finalement augmenté le taux de la TVA de 8% à  
-
0,5  
1,0  
e
1
0% en octobre 2019. Il s’agit de la 3 hausse depuis sa  
-
création (1997, 2014 et 2019). Lors de la précédente phase  
de hausse, les consommateurs japonais avaient déjà  
nettement coupé dans leurs dépenses. Alors qu’elle a baissé  
-1,5  
-2,0  
-2,5  
e
de l’ordre de 3% (t/t) au 4 trimestre 2019, la consommation  
privée avait diminué de 4,8% au T2 2014 lors du passage de  
la TVA de 5% à 8%.  
2017  
2018  
2019  
e
Le 4 trimestre 2019 a également été marqué par le passage  
du typhon Hagibis sur le Japon, dont les conséquences ont  
été particulièrement dommageables pour la demande interne.  
Graphique 2  
Source : Cabinet Office  
.
EcoFlash // Février 2020  
economic-research.bnpparibas.com  
2
L’investissement privé hors résidentiel a, dans ce contexte,  
chuté de près de 4% (t/t) au 4 trimestre 2019 par rapport au  
e
 Consommation privée relativement faible (% du PIB)  
États-Unis ---- OCDE Union européenne Japon  
trimestre précédent. La bonne tenue de l’investissement  
public est loin d’avoir compensé le recul de l’investissement  
des entreprises privées. Toutefois, l’investissement public  
devrait rester dynamique dans les trimestres à venir compte  
tenu de la montée en charge du programme d’investissement  
annoncé en décembre par les autorités nationales (de l’ordre  
de 2% du PIB).  
70  
6
8
6
6
64  
62  
Si la contribution des échanges extérieurs (exportations  
nettes) à la croissance du 4 trimestre 2019 est nettement  
positive, cela provient uniquement du recul des importations,  
dans un contexte de forte dégradation de la demande interne.  
Les exportations ont de leur côté stagné d’un trimestre à  
l’autre.  
60  
e
58  
56  
54  
2
000 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18  
Graphique 3  
Source : Banque mondiale  
La consommation privée japonaise, une  
fragilité structurelle  
 Dynamique de consommation privée heurtée  
Consommation privée (base 100 = T1 1995)  
En part du PIB, la consommation privée japonaise est  
relativement faible par rapport à la moyenne des pays de  
l’OCDE et, de surcroît, par rapport aux États-Unis  
250  
230  
210  
(cf. graphique 3). De plus, le poids de la consommation dans  
l’économie nippone a baissé de façon marquée depuis 2014.  
À l’inverse, le taux d’investissement total est relativement  
élevé par rapport aux pays de l’OCDE et aux États-Unis. Ces  
derniers présentent par ailleurs un taux d’ouverture  
190  
170  
1
50  
30  
(Exportations/PIB) moindre que celui du Japon.  
1
Par ailleurs, la consommation des ménages ralentit  
structurellement au Japon, et ne progresse quasiment plus en  
moyenne depuis la hausse de la TVA de 2014  
110  
90  
70  
(cf. graphique 4). Ce mouvement s’est inscrit dans une  
50  
tendance à la baisse des salaires nominaux. Depuis fin 2013,  
ce mouvement s’est inversé mais la dynamique réelle des  
salaires reste atone (cf. graphique 5).  
90  
93  
96  
99  
02  
05  
08  
11  
14  
17  
Graphique 4  
Source : Eurostat  
Enfin, les ménages peuvent anticiper une partie de leurs  
achats préalablement à la hausse de la TVA. Néanmoins, lors  
des précédentes hausses, le trimestre suivant n’a pas vu de  
rebond des dépenses de consommation des ménages  
Peu de soutien des salaires réels  
Salaires réels, toutes industries (base 100 = 2015, moyenne  
mobile 6 mois)  
(
dynamique que l’on peut attendre dans ce type de cas).  
116  
114  
112  
110  
108  
L’observation du passé n’augure donc rien de très positif pour  
le début de l’année 2020.  
Un début d’année 2020 qui s’annonce encore  
difficile  
La mauvaise fin d’année 2019 d’un point de vue économique  
pèse déjà sur la dynamique de 2020, l’effet d’acquis étant  
négatif. Compte tenu de ses relations étroites avec la Chine,  
l’impact du Coronavirus sur le Japon pourrait être important et  
transiterait via principalement deux canaux : le commerce (de  
manière directe ou par le biais des chaînes de valeur) et le  
tourisme.  
106  
104  
1
02  
00  
1
98  
1996 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2008 2010 2012 2014 2016 2018  
S’agissant du commerce, la Chine représente plus de 20%  
des exportations totales de biens japonais. De par son  
importance pour l’économie nippone, le secteur manufacturier  
Graphique 5  
Source : ministère de la Santé, du Travail et des  
Affaires sociales  
Au total, les risques entourant le scénario macroéconomique  
restent très significatifs. Il apparaît désormais possible que le  
Japon affiche une croissance négative cette année.  
(environ 20% du PIB japonais) souffrira du ralentissement de  
la demande en provenance de Chine. Par ailleurs, le contenu  
de la demande interne chinoise en valeur ajoutée japonaise  
(
et inversement) est loin d’être marginal.  
Du côté du canal touristique, les Chinois constituent un  
important contingent puisqu’ils ont représenté l’an dernier plus  
du quart des touristes venus au Japon.  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2416 articles et 619 vidéos