Graphiques de la semaine

Tensions inflationnistes dans les pays émergents

19/10/2021

Les pressions inflationnistes se renforcent dans les pays émergents depuis le début de l’année 2021. L’inflation totale a poursuivi son accélération au cours de l’été (à l’exception de l’Asie), principalement, sous l’effet conjugué de la hausse des prix des produits alimentaires et de l’énergie et du fléchissement des monnaies face à l’USD. Cependant, l’inflation sous-jacente s’est aussi globalement accélérée. Conséquence, les banques centrales d’Amérique latine et d’Europe centrale ont commencé à relever leurs taux directeurs. En Asie, l’inflation est restée faible (notamment en Asie du Nord) ou s’est stabilisée (Inde) de sorte que la politique monétaire est demeurée accommodante. Jusqu’à présent, les banques centrales engagées dans un cycle de resserrement monétaire ont fait preuve de retenue. Même les plus réactives (comme celles du Brésil et de la Russie) sont restées « behind the curve » (autrement dit, si le taux directeur réel est toujours négatif ou s’il n’a pas été relevé dans les mêmes proportions que la hausse de l’inflation).

TENSIONS INFLATIONNISTES DANS LES PAYS ÉMERGENTS

L’augmentation de l’inflation sera-t-elle transitoire ou s’inscrira-t-elle dans la durée ? La question reste ouverte. L’impact d’une forte reprise sur les prix du pétrole devrait s’atténuer avec l’augmentation programmée des quotas de production des pays de l’OPEP et dans l’hypothèse d’une fin rapide des perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales. Cependant, les pressions sur les prix risquent de persister si la hausse des prix des produits alimentaires et de l’énergie continue de se répercuter sur l’inflation totale. Mais également si les goulets d’étranglement du côté de l’offre tardent à se résorber, et/ou si les salaires nominaux rattrapent rapidement les prix, entraînant un désancrage potentiel des anticipations d’inflation. Une inflation élevée dans la durée pourrait faire peser un risque à la baisse sur les perspectives de croissance économique. De plus, les hausses affectant les produits alimentaires ont été plus importantes dans les pays particulièrement frappés par l’insécurité alimentaire, exerçant des pressions plus fortes sur les ménages les plus pauvres et renforçant le risque de troubles sociaux.

LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
François FAURE
Equipe : Risque pays