EcoWeek

L’amélioration conjoncturelle tarde à se confirmer

Eco week 21-07 // 19 février 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
6
BAROMÈTRE  
ZONE EURO : L’AMÉLIORATION CONJONCTURELLE TARDE À SE CONFIRMER  
L’épidémie montre des signes d’amélioration en Europe comme aux À ce titre, l’indice de confiance économique reste dégradé en zone euro,  
États-Unis. Si le nombre de contaminations reste élevé dans certains tout comme celui relatif à la confiance des consommateurs. La hausse  
pays, et malgré la crainte de l’accélération des variants du virus, du chômage, qui jusqu’ici est restée contenue, pourrait s’accentuer  
la diminution des cas quotidiens et l’avancée des campagnes de au cours de l’année. Le secteur manufacturier de la zone euro envoie  
vaccination éclaircissent l’horizon économique. Comme déjà indiqué à des signaux plus encourageants. Le PMI du secteur s’est stabilisé à un  
plusieurs reprises, une normalisation plus franche et pérenne de la niveau élevé depuis plusieurs mois et a même progressé à 57,7 en février  
situation économique dépendra de la pleine maîtrise de l’épidémie de 2021, après 54,8 en janvier. La composante « nouvelles commandes  
Covid-19 et du retour de la confiance des agents économiques.  
à l’export » reste bien orientée, dans un contexte de normalisation  
rapide du commerce mondial, qui a retrouvé en novembre dernier son  
niveau de fin 2019. Les entreprises exportatrices ont notamment pu  
bénéficier de la reprise économique en Chine, partenaire commercial  
important de la zone euro. Face à un environnement économique encore  
incertain, la politique monétaire restera accommodante. La hausse  
marquée de l’inflation en janvier 2021 en zone euro pourrait n’être  
que de courte durée et celle-ci pourrait demeurer encore longtemps  
inférieure à la cible de 2%. L’agrégat monétaire étroit M1 reste, à ce  
titre, très dynamique, progressant nettement plus fortement que sa  
moyenne historique.  
Toutefois, l’économie de la zone euro peine à poursuivre son rattrapage,  
dans un contexte de restrictions sanitaires. En effet, après une  
sensible amélioration conjoncturelle post-printemps 2020, la phase  
de rattrapage s’est depuis globalement stabilisée. Sans surprise, le  
secteur des services en zone euro reste particulièrement pénalisé.  
L’indice des directeurs d’achats (PMI) de ce secteur s’est légèrement  
dégradé ces trois derniers mois par rapport aux trois mois précédents  
et demeure bas au regard de sa moyenne de long terme. Le PMI des  
services a atteint seulement 44,7 en février 2021, et ne parvient plus  
à dépasser le seuil des 50 (qui sépare les zones d’expansion de celle  
de contraction) depuis l’été 2020. L’accélération de l’activité dans ce  
secteur dépendra notamment du retour de la confiance des agents  
économiques.  
Louis Boisset  
ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS  
Moyenne mobile sur 3 mois (actuel)  
Taux de change effectif  
--- Moyenne mobile sur 3 mois (il y a 4 mois)  
2
1
0
1
2
3
4
IPCH  
PMI manufacturier  
Taux de chômage  
PMI services  
-
-
-
-
Masse monétaire  
réelle M1  
PMI manufacturier  
emploi  
PMI manufacturier  
nouvelles commandes à l’export  
Ventes de détail  
Production industrielle  
Confiance économique  
Climat des affaires  
SOURCES : THOMSON REUTERS, BNP PARIBAS  
Les indicateurs du radar sont transformés en « z-scores » (écarts par rapport à la valeur moyenne de long terme exprimée en écart-type). Ces z-scores ont  
une moyenne de zéro et leur valeur fluctue ici entre -4 et +2. Sur le radar, la zone en bleu indique les conditions économiques actuelles. Elle est comparée  
aux conditions 4 mois auparavant (pointillés) : un élargissement de la zone bleue indique une amélioration de l’indicateur d’activité.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2637 articles et 691 vidéos