Eco Perspectives

Le gouvernement ouvre les vannes budgétaires

16/12/2021

Après la victoire du Parti libéral-démocrate aux élections législatives d’octobre dernier, le Premier ministre, Fumio Kishida, a toute latitude pour dérouler son programme. En novembre, il a présenté un plan de relance record de quelque JPY 55 700 mds, soit 10 % du PIB. En 2022, la croissance du PIB pourrait atteindre 2,6% (après 1,7% en 2021), en grande partie portée par la consommation privée.

Au T3 2021, l’économie japonaise s’est contractée de 0,9 % t/t. Les perturbations des chaînes d’approvisionnement ont, en effet, fortement affecté les exportations et les restrictions liées au confinement ont par ailleurs freiné la consommation privée. La levée de l’état d’urgence en octobre a permis une amélioration des conditions d’activité des entreprises, en particulier dans le secteur des services. Dans le secteur manufacturier, en revanche, le climat des affaires reste très dégradé. La production industrielle pâtit des retards de livraison des composants en provenance de l’étranger et de la pénurie de semi-conducteurs. À cela s’ajoute une forte érosion des marges, les entreprises manufacturières ayant du mal à répercuter la hausse des prix des matières premières sur leurs clients. L’inflation reste très modérée, principalement en raison d’une forte baisse des tarifs de téléphonie mobile en avril 2021, qui a réduit l’inflation sous-jacente d’un point de pourcentage. En novembre, l’indice de prix de Tokyo n’a augmenté que de 0,5 % par rapport à l’année précédente et les prix sous-jacents étaient même en baisse de 0,3 %.

Des mesures de relance économique sans précédent

Le Parti libéral-démocrate a remporté, quoique à une courte majorité, les élections législatives en octobre, ce qui permet au Premier ministre Fumio Kishida de mettre en œuvre son programme politique. Sa priorité est de réduire la fracture entre riches et pauvres, engendrée, depuis le début des années 2000, par la déréglementation et les réformes structurelles - les fameux « Abenomics » - et que la pandémie de coronavirus n’a fait qu’aggraver. L’une des mesures consiste à réduire les impôts des entreprises qui accordent des hausses de salaires. L’organisation patronale Keidanren a d’ores et déjà rejeté les demandes d’augmentations salariales généralisées. La revalorisation des revenus des personnels de santé et du soin est également à l’ordre du jour. De plus, le gouvernement s’est engagé à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, même s’il n’a pas encore annoncé comment il entend y parvenir.

CROISSANCE ET INFLATION

La prudence budgétaire n’est pas au programme. En novembre, M. Kishida a présenté un plan de relance d’un montant inédit de JPY 55 700 mds, soit 10 % du PIB, dont JPY 36 000 mds pour l’année fiscale 2021. Cette année, le programme sera financé à l’hauteur de JPY 20 000 mds par des émissions d’obligations d’État (JGB), augmentant le total des émissions de JGB à JPY 65 000 mds, et le reste par des allocations budgétaires non dépensées et une augmentation des recettes fiscales. Le plan comporte des aides très conséquentes, par exemple aux familles avec enfants, ce qui pourrait donner un coup de pouce à la coalition au pouvoir lors des élections à la Chambre haute de l’été prochain. Le gouvernement devrait, en effet, rester en campagne électorale, un scrutin local étant prévu pour le printemps 2023.

Cette politique budgétaire est soutenue par la Banque du Japon (BoJ), qui achète autant que nécessaire pour maintenir les rendements des JGB à 10 ans autour de 0 %. Dans le cadre de son programme spécial de prêt, la BoJ a également soutenu les prêts aux entreprises affectées par la crise de la Covid-19. Le programme a récemment été prolongé jusqu’à la fin mars 2022. Enfin, la BoJ a lancé un nouveau programme visant à fournir des fonds aux institutions financières en contrepartie d’investissements ou de prêts dans le cadre de projets verts.

Une croissance robuste en perspective

Dans les mois qui viennent, les effets de la crise de la Covid-19 continueront de se faire sentir sur l’économie nippone, quoique à un degré moindre en raison de la progression du taux de vaccination. En 2022, la croissance du PIB pourrait atteindre 2,6 %, en grande partie portée par la consommation privée. Malgré la perte de pouvoir d’achat, due à la flambée des prix de l’énergie et à une hausse limitée des salaires, les ménages vont probablement puiser dans l’épargne considérable accumulée pendant le confinement. La pénurie de semi-conducteurs et de pièces détachées va continuer à peser sur la production industrielle. La diminuation des profits liés à la hausse de prix des matières premières et de l’énergie devrait freiner les investissements des entreprises et la progression des salaires au début de 2022. La diminution des primes d’été va probablement se poursuivre. Avec la réduction progressive des goulets d’étranglement dans la production manufacturière, les exportations et l’investissement des entreprises devraient devenir plus dynamique au cours de l’année. En raison d’un ralentissement de la consommation privé, la croissance du PIB baisserait à 1,6 % en 2023, ce qui reste toutefois bien supérieur au taux de croissance potentiel du Japon. L’inflation sous-jacente pourrait remonter en 2023, avec la réduction de l’écart de production.

Découvrir les autres articles de la publication

Global
2022 : vers la grande normalisation

2022 : vers la grande normalisation

Après la récession soudaine, profonde et atypique de 2020, provoquée par la pandémie de Covid-19, l’année 2021 a également inédite à plusieurs égards [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Avis d'accalmie

Avis d'accalmie

Aux États-Unis, le dérapage des prix n’en finit plus et cesse d’être regardé avec complaisance par la Réserve fédérale, qui pourrait précipiter la fin de son assouplissement quantitatif [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

La crise de l’immobilier, le maintien de la stratégie zéro covid face aux résurgences de l’épidémie, et la fragilité persistante de la consommation des ménages sont parmi les principaux facteurs de risque pesant sur la croissance chinoise [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

La recrudescence de la pandémie de Covid-19 et l’apparition du nouveau variant Omicron compliquent plus encore la tâche de la Banque centrale européenne [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Alternance en période de turbulences

Alternance en période de turbulences

Après une croissance robuste au T2 et au T3, le climat des affaires s’est détérioré. En cause : les difficultés d’approvisionnement, la hausse des prix et la flambée des cas de Covid-19. La production va probablement stagner vers la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Face aux vents contraires, la croissance devrait  tenir bon

Face aux vents contraires, la croissance devrait tenir bon

Les freins à la croissance à court terme - contraintes d’offre, poussée de l’inflation, recrudescence de l’épidémie de Covid-19 - ont forci [...]

LIRE L'ARTICLE
Italie
Une croissance stable et soutenue

Une croissance stable et soutenue

Le rythme de la reprise économique italienne est comparable à celui des autres pays de la zone euro. Après une légère expansion au T1, le PIB réel a crû de plus de 2,5 % au T2 comme au T3. La reprise s’appuie sur l’ensemble des composantes du PIB [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Soutenir l'économie avant tout

Soutenir l'économie avant tout

Malgré le rétablissement poussif de son PIB, l’Espagne s’est montrée plus que résiliente sur le front de l’emploi en 2021. L’emploi (en novembre) et le taux de participation (T3) sont à des niveaux records [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Le PIB belge a crû de 2 % t/t au T3, un résultat nettement meilleur que les attentes du consensus. Le PIB dépasse ainsi son niveau pré-Covid pour la première fois depuis le début de la pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Autriche
Atmosphère de crise

Atmosphère de crise

Une fois les restrictions liées au Covid-19 levées, l’économie devrait fortement rebondir en 2022, portée en premier lieu par la consommation des ménages [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Bonne élève

Bonne élève

Confrontée comme tous les pays d’Europe a une reprise des contaminations à la Covid-19, la Finlande réinstaure des mesures de protection sanitaire qui pourraient freiner temporairement sa reprise [...]

LIRE L'ARTICLE
Grèce
Un début d'année 2022 sur des bases plus solides

Un début d'année 2022 sur des bases plus solides

Avec un rebond possible du PIB de plus de 7% en 2021, la Grèce a favorablement surpris. Le taux de chômage a, par ailleurs, reflué à 13% en septembre [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
La vieille dame hésite

La vieille dame hésite

Augmenter ou ne pas augmenter les taux d’intérêt ? Telle est la question qui se pose la Banque d’Angleterre, alors que l’inflation accélère en même temps que les contaminations à la Covid-19, dont le nouveau variant « Omicron » inquiète [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
Haut débit

Haut débit

Face à l’épidémie de coronavirus, la Norvège a su minimiser ses pertes, humaines autant qu’économiques. En 2021, l’envolée des prix mondiaux du gaz et du pétrole lui a largement profité [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Jean-Luc PROUTAT
Equipe : Projections économiques
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Raymond VAN DER PUTTEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE