Eco Perspectives

Une croissance stable et soutenue

16/12/2021

Le rythme de la reprise économique italienne est comparable à celui des autres pays de la zone euro. Après une légère expansion au T1, le PIB réel a crû de plus de 2,5 % au T2 comme au T3. La reprise s’appuie sur l’ensemble des composantes du PIB. Au T3, la contribution du commerce extérieur est ressortie à 0,5 point de pourcentage, les exportations ayant augmenté davantage que les importations. Grâce à l’allégement des restrictions sanitaires, la consommation a poursuivi sa progression, tandis que l’investissement a profité des incitations budgétaires et de conditions financières favorables. Au cours de l’été, la reprise a gagné le secteur des services, qui a bénéficié d’un rebond des recettes touristiques. La production manufacturière a entièrement effacé le repli de 2020, s’inscrivant 2 % au-dessus du niveau du T4 2019. Cependant, la situation du marché du travail n’est pas aussi bonne que le redressement de l’activité suggèrerait.

Une croissance plus générale

L’économie italienne a renoué avec la croissance au début de 2021. Après une légère expansion au T1, la reprise s’est nettement accélérée. Le PIB réel a crû de plus de 2,5 % (t/t) au T2 comme au T3. L’acquis de croissance pour l’ensemble de l’année 2021 atteint 6,2 %. Le rythme de la reprise italienne est similaire à celui des autres pays de la zone euro, contrairement aux épisodes précédents. À la fin de 2019, le PIB réel de l’Italie était inférieur d’environ 5 % à son niveau de 2007, tandis que celui de l’Allemagne se situait près de 15 % au-dessus. Au T3 2021, le PIB réel italien était en retrait de 1,3 % par rapport au niveau antérieur à la pandémie, un écart similaire à celui de l’Allemagne.

La reprise de l’économie italienne a été générale au T3. La demande intérieure a contribué à hauteur de 2 points de pourcentage à la croissance, après plus de 3 points au T2. La contribution du commerce extérieur est ressortie à 0,5 point, les exportations ayant augmenté de 3,4 % t/t et les importations de 2,1 % t/t. Depuis le début de la reprise, les ventes italiennes à l’étranger ont fortement rebondi, atteignant des niveaux inédits. Entre janvier et septembre 2021, elles ont grimpé de 20 %. L’augmentation concerne tous les secteurs et toutes les destinations.

CROISSANCE ET INFLATION

Grâce à l’allégement des restrictions sanitaires, la consommation a poursuivi sa progression. Au T3, les dépenses privées ont augmenté de 3 % t/t (après +5 % t/t au T2). Elles restent toutefois 3,6% en-deçà du niveau du T4 2019, et ce, alors même que le revenu disponible brut s’est entièrement redressé. D’un côté, les ménages italiens ont bénéficié d’aides budgétaires, mises en place pendant la crise, mais de l’autre, la situation du marché du travail n’est pas aussi bonne que ce que la reprise de l’activité suggèrerait. L’emploi a baissé d’environ 250 000 postes par rapport à janvier 2020 et le nombre de chômeurs a augmenté de près de 75 000.

Les conditions de financement sont restées très favorables au T3, soutenant l’investissement. Celui-ci a progressé de 1,6 % t/t (après +4,2 % t/t au T1 et +2,4 % au T2 t/t) et se situe ainsi près de 7 % au-dessus de son niveau d’avant-crise. À la faveur des mesures budgétaires adoptées, les dépenses en capital dans le secteur du bâtiment et celui des machines-outils et équipements sont en hausse de plus de 10 % par rapport au T4 2019. L’investissement en matériels de transport se situe, en revanche, près d’un tiers en-deçà.

De l’industrie manufacturière aux services

Au début de la reprise, la croissance économique italienne a été principalement portée par le rebond rapide de l’industrie manufacturière, qui a entièrement rattrapé les pertes enregistrées pendant la crise de 2020, à la faveur de la hausse vigoureuse des exportations. Au T3 2021, la production manufacturière était en hausse de près de 2 % par rapport au T4 2019, avec une nette augmentation dans le secteur de l’équipement électrique, celui des produits métalliques et celui des produits en caoutchouc, en plastique et non-minéraux. En revanche, la production de matériels de transport est en forte chute, sous l’effet des pénuries mondiales d’intrants : elle se situe au T3 2021 près de 8 % en dessous du niveau du T4 2019.

Au cours de l’été, la reprise a peu à peu gagné tous les secteurs et les services sont alors devenus le moteur principal de la croissance. La valeur ajoutée a augmenté de 3,4 % t/t (contre +2,9 % t/t au T2), expliquant près de 2,5 points de pourcentage de l’augmentation globale. Le secteur des services a bénéficié du redressement du tourisme : au T3, les dépenses des non-résidents sur le territoire national ont plus que triplé en termes réels, tout en restant inférieures d’un tiers au niveau du T4 2019. La valeur ajoutée dans le secteur du commerce, des transports et de l’hôtellerie s’est accrue, quant à elle, de près de 10 % au T2 et de 8,6 % au T3. Dans le bâtiment, la reprise s’est poursuivie quoique à un rythme moins soutenu. La valeur ajoutée a progressé de 0,6 % t/t (après +5,4 % t/t au T1 et +3,4 % t/t au T2), dépassant de 12 % le niveau du T4 2019. Le secteur bénéficie des incitations budgétaires mise en œuvre et visant à améliorer la performance énergétique des bâtiments. Malgré la reprise, la valeur ajoutée dans ce secteur reste toutefois inférieure de près de 30 % au niveau de 2008.

Découvrir les autres articles de la publication

Global
2022 : vers la grande normalisation

2022 : vers la grande normalisation

Après la récession soudaine, profonde et atypique de 2020, provoquée par la pandémie de Covid-19, l’année 2021 a également inédite à plusieurs égards [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Avis d'accalmie

Avis d'accalmie

Aux États-Unis, le dérapage des prix n’en finit plus et cesse d’être regardé avec complaisance par la Réserve fédérale, qui pourrait précipiter la fin de son assouplissement quantitatif [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

La crise de l’immobilier, le maintien de la stratégie zéro covid face aux résurgences de l’épidémie, et la fragilité persistante de la consommation des ménages sont parmi les principaux facteurs de risque pesant sur la croissance chinoise [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
Le gouvernement ouvre les vannes budgétaires

Le gouvernement ouvre les vannes budgétaires

Après la victoire du Parti libéral-démocrate aux élections législatives d’octobre dernier, le Premier ministre, Fumio Kishida, a toute latitude pour dérouler son programme [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

La recrudescence de la pandémie de Covid-19 et l’apparition du nouveau variant Omicron compliquent plus encore la tâche de la Banque centrale européenne [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Alternance en période de turbulences

Alternance en période de turbulences

Après une croissance robuste au T2 et au T3, le climat des affaires s’est détérioré. En cause : les difficultés d’approvisionnement, la hausse des prix et la flambée des cas de Covid-19. La production va probablement stagner vers la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Face aux vents contraires, la croissance devrait  tenir bon

Face aux vents contraires, la croissance devrait tenir bon

Les freins à la croissance à court terme - contraintes d’offre, poussée de l’inflation, recrudescence de l’épidémie de Covid-19 - ont forci [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Soutenir l'économie avant tout

Soutenir l'économie avant tout

Malgré le rétablissement poussif de son PIB, l’Espagne s’est montrée plus que résiliente sur le front de l’emploi en 2021. L’emploi (en novembre) et le taux de participation (T3) sont à des niveaux records [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Le PIB belge a crû de 2 % t/t au T3, un résultat nettement meilleur que les attentes du consensus. Le PIB dépasse ainsi son niveau pré-Covid pour la première fois depuis le début de la pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Autriche
Atmosphère de crise

Atmosphère de crise

Une fois les restrictions liées au Covid-19 levées, l’économie devrait fortement rebondir en 2022, portée en premier lieu par la consommation des ménages [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Bonne élève

Bonne élève

Confrontée comme tous les pays d’Europe a une reprise des contaminations à la Covid-19, la Finlande réinstaure des mesures de protection sanitaire qui pourraient freiner temporairement sa reprise [...]

LIRE L'ARTICLE
Grèce
Un début d'année 2022 sur des bases plus solides

Un début d'année 2022 sur des bases plus solides

Avec un rebond possible du PIB de plus de 7% en 2021, la Grèce a favorablement surpris. Le taux de chômage a, par ailleurs, reflué à 13% en septembre [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
La vieille dame hésite

La vieille dame hésite

Augmenter ou ne pas augmenter les taux d’intérêt ? Telle est la question qui se pose la Banque d’Angleterre, alors que l’inflation accélère en même temps que les contaminations à la Covid-19, dont le nouveau variant « Omicron » inquiète [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
Haut débit

Haut débit

Face à l’épidémie de coronavirus, la Norvège a su minimiser ses pertes, humaines autant qu’économiques. En 2021, l’envolée des prix mondiaux du gaz et du pétrole lui a largement profité [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Jean-Luc PROUTAT
Equipe : Projections économiques
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Raymond VAN DER PUTTEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE