Eco Perspectives

Un début d'année 2022 sur des bases plus solides

16/12/2021

Avec un rebond possible du PIB de plus de 7% en 2021, la Grèce a favorablement surpris. Le taux de chômage a, par ailleurs, reflué à 13% en septembre. Cette embellie permet au secteur bancaire de poursuivre son assainissement, avec une baisse du ratio de prêts non performants proche, au début de l’été, du seuil des 20%. Les difficultés sur le plan économique, social et bancaire, restent toutefois parmi les plus importantes au sein de l’Union européenne. Cela dit, et sauf complication sur le front sanitaire, la Grèce entamera l’année 2022 sur des bases bien meilleures que les années précédentes.

L’économie grecque s’est redressée bien mieux qu’attendu en 2021. Cela a conduit la Commission européenne à rehausser significativement ses prévisions de croissance pour cette année, qui passent de 4,3% (prévisions de juillet) à 7,1% en moyenne annuelle. Même si la Grèce est l’un des pays de l’UE où la couverture vaccinale contre la Covid-19 est la plus faible, la vague épidémique que subit actuellement le pays n’a pas contraint le gouvernement, pour le moment, à prendre des mesures de restrictions aussi drastiques que précédemment[1], ce qui devrait permettre à l’activité économique de continuer à progresser.

CROISSANCE ET INFLATION

L’amélioration sur le front de la conjoncture s’observe aussi bien dans les chiffres du PIB que ceux de l’emploi. Le PIB réel a enregistré une nouvelle progression au T3 (+2,7% t/t) pour le cinquième trimestre consécutif, poussant ainsi le niveau d’activité au dessus du niveau prévalant juste avant la pandémie.

Par ailleurs, comme dans de nombreux pays, les mesures destinées à protéger l’emploi – principalement le chômage partiel (programme Synergasia en Grèce) – ont été très efficaces, même si elles ont eu un coût important pour les finances publiques. Au début de l’automne, le nombre de personnes sans emploi était à son plus bas niveau depuis avril 2010, tandis que l’emploi est repassé très nettement au dessus de son niveau de pré-pandémie. Le chemin à parcourir reste néanmoins colossal pour le pays. Le niveau de son PIB et celui de l’emploi restent, en effet, respectivement près de 25% et 10% en dessous de 2008.

Une grande partie des mesures de soutien aux ménages et aux entreprises, mises en place durant la crise de la Covid-19, expireront à la fin de l’année 2021. Cela conduira à une réduction notable du déficit public en 2022. Il est ainsi attendu à 3,9% du PIB en 2022 contre 9,9% en 2021 (Commission européenne). Certaines mesures perdureront cependant : parmi celles-ci, la baisse de la TVA sur les produits des secteurs « vulnérables » (jusqu’à juin 2022), la baisse de 3 points du taux de cotisations sociales (fin 2022), et la suspension de la taxe fiscale de solidarité (fin 2022). Le ratio de dette publique devrait logiquement chuter en 2021, mais rester au dessus de la barre des 200% du PIB.

Cependant, le risque souverain restera contenu en 2022, grâce à la politique de la Banque centrale européenne encore très accommodante, malgré le risque inflationniste. Par ailleurs, Le gouvernement central grec a augmenté sa réserve de trésorerie en 2021 (près de EUR 40 mds en octobre), grâce notamment aux liquidités allouées par le Fonds de relance européen. L'Agence de gestion de la dette publique grecque (PDMA) ambitionne, pour sa part, de rembourser plus tôt que prévu une partie de la dette grecque (EUR 5,3 mds à échéance 2022 et 2023), ce qui constituerait également un signal positif pour les investisseurs quant à la capacité du pays à rembourser ses créances.

Le rythme de croissance économique soutenu, attendu en 2022, devrait faciliter l’assainissement du secteur bancaire. Celui-ci, malgré une situation encore détériorée, s’améliore grâce au programme Hercule, qui permet à l’État de garantir les créances douteuses des banques. Ce programme a été mis en place en octobre 2019 et prolongé jusqu’en octobre 2022 (il devait initialement s’arrêter en avril 2021). Le ratio de prêts non performant (NPL) a chuté fortement au T2 2021 pour s’établir à 21,3% (données consolidées), soit une division quasi par deux par rapport à 2019 (40,0%). Toutefois, cette baisse est en partie artificielle car liée aux subventions exceptionnelles accordées pour le remboursement de certains prêts accordés aux ménages et aux entreprises durant la pandémie (programme Gefyra et Gefyra II) ; ce qui pourrait conduire à un rebond des NPL à leur expiration. Néanmoins, l’objectif partagé par les quatre grandes banques grecques (Eurobank, National Bank of Greece, Alpha Bank, Piraeus Bank) d’atteindre un ratio de NPL inférieur à la barre des 10% d’ici à la fin 2022 reste atteignable[2].

[1] L’une des mesures récentes est l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour les personnes âgées de plus de 60 ans.

[2] C’est ce que réitère la Commission européenne dans son dernier rapport de surveillance sur la Grèce, paru en novembre 2021.

Découvrir les autres articles de la publication

Global
2022 : vers la grande normalisation

2022 : vers la grande normalisation

Après la récession soudaine, profonde et atypique de 2020, provoquée par la pandémie de Covid-19, l’année 2021 a également inédite à plusieurs égards [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Avis d'accalmie

Avis d'accalmie

Aux États-Unis, le dérapage des prix n’en finit plus et cesse d’être regardé avec complaisance par la Réserve fédérale, qui pourrait précipiter la fin de son assouplissement quantitatif [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

La crise de l’immobilier, le maintien de la stratégie zéro covid face aux résurgences de l’épidémie, et la fragilité persistante de la consommation des ménages sont parmi les principaux facteurs de risque pesant sur la croissance chinoise [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
Le gouvernement ouvre les vannes budgétaires

Le gouvernement ouvre les vannes budgétaires

Après la victoire du Parti libéral-démocrate aux élections législatives d’octobre dernier, le Premier ministre, Fumio Kishida, a toute latitude pour dérouler son programme [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

La recrudescence de la pandémie de Covid-19 et l’apparition du nouveau variant Omicron compliquent plus encore la tâche de la Banque centrale européenne [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Alternance en période de turbulences

Alternance en période de turbulences

Après une croissance robuste au T2 et au T3, le climat des affaires s’est détérioré. En cause : les difficultés d’approvisionnement, la hausse des prix et la flambée des cas de Covid-19. La production va probablement stagner vers la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Face aux vents contraires, la croissance devrait  tenir bon

Face aux vents contraires, la croissance devrait tenir bon

Les freins à la croissance à court terme - contraintes d’offre, poussée de l’inflation, recrudescence de l’épidémie de Covid-19 - ont forci [...]

LIRE L'ARTICLE
Italie
Une croissance stable et soutenue

Une croissance stable et soutenue

Le rythme de la reprise économique italienne est comparable à celui des autres pays de la zone euro. Après une légère expansion au T1, le PIB réel a crû de plus de 2,5 % au T2 comme au T3. La reprise s’appuie sur l’ensemble des composantes du PIB [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Soutenir l'économie avant tout

Soutenir l'économie avant tout

Malgré le rétablissement poussif de son PIB, l’Espagne s’est montrée plus que résiliente sur le front de l’emploi en 2021. L’emploi (en novembre) et le taux de participation (T3) sont à des niveaux records [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Le PIB belge a crû de 2 % t/t au T3, un résultat nettement meilleur que les attentes du consensus. Le PIB dépasse ainsi son niveau pré-Covid pour la première fois depuis le début de la pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Autriche
Atmosphère de crise

Atmosphère de crise

Une fois les restrictions liées au Covid-19 levées, l’économie devrait fortement rebondir en 2022, portée en premier lieu par la consommation des ménages [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Bonne élève

Bonne élève

Confrontée comme tous les pays d’Europe a une reprise des contaminations à la Covid-19, la Finlande réinstaure des mesures de protection sanitaire qui pourraient freiner temporairement sa reprise [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
La vieille dame hésite

La vieille dame hésite

Augmenter ou ne pas augmenter les taux d’intérêt ? Telle est la question qui se pose la Banque d’Angleterre, alors que l’inflation accélère en même temps que les contaminations à la Covid-19, dont le nouveau variant « Omicron » inquiète [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
Haut débit

Haut débit

Face à l’épidémie de coronavirus, la Norvège a su minimiser ses pertes, humaines autant qu’économiques. En 2021, l’envolée des prix mondiaux du gaz et du pétrole lui a largement profité [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Jean-Luc PROUTAT
Equipe : Projections économiques
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Raymond VAN DER PUTTEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE