Eco Perspectives

Soutenir l'économie avant tout

16/12/2021

Malgré le rétablissement poussif de son PIB, l’Espagne s’est montrée plus que résiliente sur le front de l’emploi en 2021. L’emploi (en novembre) et le taux de participation (T3) sont à des niveaux records. L’inflation restera l’un des obstacles majeurs en 2022, la hausse des prix à la production s’étant même accélérée cet automne. Le soutien à la croissance restera la priorité du gouvernement en 2022. Il bénéficiera de l’apport plus important des fonds européens pour financer un budget record de EUR 196 mds. La résorption du déficit public sera reléguée au second plan, le gouvernement misant principalement sur la croissance économique pour améliorer les finances publiques.

Nos prévisions de croissance pour 2021 ont été revues à la baisse depuis notre dernière publication. La hausse du PIB réel au T3 2021 (+2,0% t/t) est en effet moins forte qu’attendu. Le rebond du PIB espagnol a été, jusqu’à cet automne, le plus faible des pays de la zone euro. Des révisions significatives sont possibles, l’INE soulignant que « le volume des informations disponibles dans ce rapport avancé [pour le T3] est moindre que les [rapports] précédents ».

CROISSANCE ET INFLATION

En effet, l’évolution du PIB contraste nettement avec celle, bien meilleure, du marché du travail. La hausse de l’emploi[1] n’a montré aucun signe d’essoufflement cet automne, celui-ci atteignant un niveau record à la fin novembre. Un rythme de progression des embauches semblable à 2021 sera difficile à atteindre en 2022 mais les créations de postes pourraient néanmoins se poursuivre. Le pays enregistre toujours un taux de chômage élevé (14,5% en octobre 2021) et dispose donc d’un réservoir de main d’œuvre important. Les enquêtes d’opinion montrent, il est vrai, une détérioration de la confiance (et des intentions d’embauche) dans l’industrie, en raison des freins à l’activité que subit actuellement le secteur (hausse des coûts de production, pénurie d’intrants, etc.). À l’inverse, la dynamique des recrutements dans les services reste encourageante. L’emploi dans les secteurs fortement touchés par la crise sanitaire (hébergement et restauration, commerce, activités artistiques et de loisirs) se situe toujours bien en deçà de son niveau de fin 2019, et affiche une marge de progression importante.

L’inflation restera en 2022 l’un des obstacles à la croissance les plus importants. La hausse, déjà conséquente, des prix à la consommation (+5,6% a/a en novembre) pourrait perdurer cet hiver, sinon s’accentuer. Le renchérissement des matériaux de production et des coûts de transport montre en effet peu de signes d’essoufflement. Le bond cumulé de 11,7% des prix à la production en septembre et octobre constitue, et de loin, une hausse record. Tout cela va peser sur les marges des entreprises, qui pourraient répercuter ces hausses sur le prix de vente de leurs produits. Sur le plan sanitaire, les risques liés à la propagation de nouveaux variants, et son impact sur l’activité économique, seront encore bien présents en 2022. Le succès des premières campagnes de vaccination en Espagne réduit, néanmoins, les inquiétudes d’une vague épidémique aussi « dangereuse » que celle de 2020, et donc de la mise en place de nouvelles restrictions pesant sur l’activité économique.

Dans ce contexte encore incertain, le rétablissement des finances publiques n’est pas une priorité pour l’exécutif espagnol, qui devrait bénéficier en 2022 encore de conditions de financement très favorables pour lever de la dette. Il est par ailleurs contraint de prendre des mesures sociales importantes (baisse de la TVA sur les produits énergétiques, revalorisation des pensions de retraites et du salaire minimum d’insertion, soutien à l’accès au logement, etc.) face à la crise énergétique et à la hausse des prix à la consommation et des loyers. Le gouvernement table désormais sur un déficit public de 8,4% en 2022 et le retour de celui-ci sous la barre des 3% du PIB en 2024, au mieux. Un budget record de EUR 196 mds est en effet prévu en 2022. La coalition de Pedro Sanchez est parvenue à le faire valider par le Parlement grâce au ralliement des deux partis nationalistes (ERC et EH Bildu). Ce budget, qui contient donc une forte hausse des dépenses sociales (+3,9% par rapport à 2021) sera financé, à hauteur de EUR 27,6 mds, par le fonds de relance européen. Cette enveloppe sera destinée, entre autres, au renforcement des politiques industrielles, au soutien aux PME ainsi qu’à la rénovation énergétique des bâtiments.

Par ailleurs, le secteur bancaire a, dans son ensemble, bien résisté à la récession de 2020, grâce notamment au prolongement des mesures gouvernementales mises en place au début de la pandémie. Celles-ci ont amorti le choc sur l’activité et limité, par extension, l’érosion de la qualité des crédits aux entreprises (chômage partiel, moratoires sur les crédits et les cotisations sociales, prêts garantie d’État (PGE), etc.). Le ratio de prêts non performants (NPL) a continué de refluer au cours de l’année 2021, retombant à 4,35% du total des encours en septembre 2021, son niveau le plus bas depuis le printemps 2009. Le nombre de NPL devrait assez logiquement augmenter à partir de la fin 2022, en raison notamment de l’expiration des délais de remboursement de certains PGE (suspension étendue à la fin 2020 de 12 à 24 mois). Néanmoins, les risques devraient rester contenus : le volume des prêts sous moratoire représentait moins de 6% des prêts au secteur privé non financier à la fin 2020, tandis que les PGE représentait une part modérée (14,5%) du stock de prêts en juin 2021 (données de l’EBA).

[1] Plus précisément, les données présentées correspondent au nombre d’actifs enregistrés au système de sécurité sociale (source : Agence pour l’emploi espagnol).

Découvrir les autres articles de la publication

Global
2022 : vers la grande normalisation

2022 : vers la grande normalisation

Après la récession soudaine, profonde et atypique de 2020, provoquée par la pandémie de Covid-19, l’année 2021 a également inédite à plusieurs égards [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Avis d'accalmie

Avis d'accalmie

Aux États-Unis, le dérapage des prix n’en finit plus et cesse d’être regardé avec complaisance par la Réserve fédérale, qui pourrait précipiter la fin de son assouplissement quantitatif [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

Gérer les risques qui pèsent sur la croissance

La crise de l’immobilier, le maintien de la stratégie zéro covid face aux résurgences de l’épidémie, et la fragilité persistante de la consommation des ménages sont parmi les principaux facteurs de risque pesant sur la croissance chinoise [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
Le gouvernement ouvre les vannes budgétaires

Le gouvernement ouvre les vannes budgétaires

Après la victoire du Parti libéral-démocrate aux élections législatives d’octobre dernier, le Premier ministre, Fumio Kishida, a toute latitude pour dérouler son programme [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

Envolée (de l'inflation), recrudescence (de l'épidémie), modération (de la croissance)

La recrudescence de la pandémie de Covid-19 et l’apparition du nouveau variant Omicron compliquent plus encore la tâche de la Banque centrale européenne [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Alternance en période de turbulences

Alternance en période de turbulences

Après une croissance robuste au T2 et au T3, le climat des affaires s’est détérioré. En cause : les difficultés d’approvisionnement, la hausse des prix et la flambée des cas de Covid-19. La production va probablement stagner vers la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Face aux vents contraires, la croissance devrait  tenir bon

Face aux vents contraires, la croissance devrait tenir bon

Les freins à la croissance à court terme - contraintes d’offre, poussée de l’inflation, recrudescence de l’épidémie de Covid-19 - ont forci [...]

LIRE L'ARTICLE
Italie
Une croissance stable et soutenue

Une croissance stable et soutenue

Le rythme de la reprise économique italienne est comparable à celui des autres pays de la zone euro. Après une légère expansion au T1, le PIB réel a crû de plus de 2,5 % au T2 comme au T3. La reprise s’appuie sur l’ensemble des composantes du PIB [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Après le sprint de la reprise, le marathon de la consolidation budgétaire

Le PIB belge a crû de 2 % t/t au T3, un résultat nettement meilleur que les attentes du consensus. Le PIB dépasse ainsi son niveau pré-Covid pour la première fois depuis le début de la pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Autriche
Atmosphère de crise

Atmosphère de crise

Une fois les restrictions liées au Covid-19 levées, l’économie devrait fortement rebondir en 2022, portée en premier lieu par la consommation des ménages [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Bonne élève

Bonne élève

Confrontée comme tous les pays d’Europe a une reprise des contaminations à la Covid-19, la Finlande réinstaure des mesures de protection sanitaire qui pourraient freiner temporairement sa reprise [...]

LIRE L'ARTICLE
Grèce
Un début d'année 2022 sur des bases plus solides

Un début d'année 2022 sur des bases plus solides

Avec un rebond possible du PIB de plus de 7% en 2021, la Grèce a favorablement surpris. Le taux de chômage a, par ailleurs, reflué à 13% en septembre [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
La vieille dame hésite

La vieille dame hésite

Augmenter ou ne pas augmenter les taux d’intérêt ? Telle est la question qui se pose la Banque d’Angleterre, alors que l’inflation accélère en même temps que les contaminations à la Covid-19, dont le nouveau variant « Omicron » inquiète [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
Haut débit

Haut débit

Face à l’épidémie de coronavirus, la Norvège a su minimiser ses pertes, humaines autant qu’économiques. En 2021, l’envolée des prix mondiaux du gaz et du pétrole lui a largement profité [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Jean-Luc PROUTAT
Equipe : Projections économiques
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Raymond VAN DER PUTTEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE