eco TV
Croissance américaine : fondamentaux solides mais des incertitudes liées à la politique commerciale 09/10/2018

Les fondamentaux solides de l'économie américaine devraient continuer à soutenir la croissance. Toutefois, les chefs d'entreprises sont de plus en plus inquiets de l'effet des mesures commerciales protectionnistes.

TRANSCRIPT // Croissance américaine : fondamentaux solides mais des incertitudes liées à la politique commerciale : octobre 2018

FOCUS

 

François Doux : La récession est-elle au coin de la rue ou plutôt pour la fin de l'année 2020 ? C'est en tout cas ce que révèle un sondage réalisé auprès des économistes d'entreprises aux États-Unis dont les deux tiers s'attendent à une récession à la fin de l'année 2020.

William De Vijlder, bonjour

 

William De Vijlder : Bonjour François

 

François Doux : Quelle est votre réaction à ce sondage réalisé auprès des économistes d'entreprise aux États-Unis ? Y-aura-t-il une récession à la fin 2020 ?

 

William De Vijlder : C'est assez étonnant de voir ce pessimisme que l’on ne retrouve pas dans d'autres enquêtes. Il y a notamment celle réalisée auprès de prévisionnistes professionnels, donc des économistes qui ne sont payés que pour faire des prévisions et qui attendent toujours une croissance de 1,5 % en 2021, et donc pas à une récession.

En même temps, force est de constater que le jour où on entrera en récession, ce sera sans doute celle dont on a le plus parlé en amont.

 

François Doux : En ce moment, nous sommes dans un long cycle de croissance qui forcément devra s'arrêter un jour. Quels "indicateurs avancés" regardez-vous pour anticiper une éventuelle récession ?

 

William De Vijlder : Pour l'instant, du côté du "ciel économique américain", tout paraît être au beau fixe. L'économie marche très bien, le niveau d'activité est très élevé. Néanmoins, il faut quand même suivre, comme vous le disiez, des indicateurs avancés.

L'indicateur préféré des économistes, analystes de marché est la pente de la courbe des taux qui s'est très fortement aplatie, ce qui, dans le passé, a toujours été le signe avant-coureur d'une entrée en récession mais dans un délai parfois considérable. Un deuxième indicateur important est l'écart de rendement entre la dette émise par les entreprises et la celle émise par le secteur public américain, donc le Trésor américain.

 

François Doux : Que l'on appelle les « spreads ».

 

William De Vijlder : Donc ce spread-là reste très étroit. La bourse atteint des records mais il faut se méfier de la bourse comme indicateur avancé. Et on continue à créer des emplois, donc pour l'instant, il n'y a pas encore de signes clairs d’un fort essoufflement.

 

François Doux : Parmi les critères cités par cette enquête NABE aux États-Unis, la guerre commerciale, la remontée des taux et l’éventuelle forte volatilité des marchés actions. Vous êtes plutôt d'accord avec ces trois indicateurs ?

 

William De Vijlder : Concernant la volatilité des marchés, il faut bien se rendre compte que les marchés ont un comportement endogène. Quand la volatilité augmente, il y a une raison à cela.

Il y a donc deux candidats, comme vous le disiez. La politique monétaire de la Réserve fédérale, qui va se caractériser par une très grande prudence, et donc là je ne suis pas trop inquiet. En revanche, la menace protectionniste est un sujet qui domine en Europe, en Chine bien évidemment, mais également du côté américain.

 

François Doux : Justement, dans le Graphique du mois que nous verrons dans quelques instants avec Jean-Luc Proutat, nous vérifierons si économiquement cela a des conséquences positives. On va aussi voir le point de vue chinois dans les Trois questions, avec Christine Peltier, en fin d'émission.

Pour vous, du point de vue américain justement, cette guerre économique est-elle soutenable ?

 

William De Vijlder : On voit de plus en plus de références à ce sujet dans les commentaires d'entreprises et dans les enquêtes. D'ailleurs, monsieur Powell de la Réserve fédérale y a fait référence aussi récemment. De plus en plus les dirigeants d'entreprises expriment leur inquiétude et ils commencent à observer les effets néfastes, soit des difficultés à importer des produits, soit une hausse des prix. Cela peut finir par peser sur la croissance et pousser l'inflation à la hausse. Ce qui serait un facteur bien évidemment d'inquiétude pour le marché et, donc, par ce biais, cela finirait par provoquer le ralentissement tant redouté.

 

François Doux : Il existe quand même des moteurs qui soutiennent cette croissance américaine. Pour terminer quel est votre diagnostic, justement, pour les années à venir sur cette croissance américaine ?

 

William De Vijlder : Le moteur, c'est tout d'abord cet environnement de taux d'intérêt, cet environnement monétaire qui reste plutôt accommodant. C’est un élément très important. La croissance des bénéfices et la croissance des revenus disponibles des ménages sont des facteurs de soutien, respectivement, à l'investissement des entreprises et à la consommation des ménages.
Bien évidemment, on ne peut pas continuer sur ce rythme, il y aura donc un ralentissement. Mais pour l'instant, rien n’indique que ce ralentissement serait vraiment fort.

 

François Doux : William De Vijlder merci. Je vous renvoie à vos éditos et à vos publications pour retrouver tous les chiffres sur les prévisions des Etudes économiques de BNP Paribas.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Paysage contrasté 07/06/2019
Aux Etats-Unis, le vent n’a pas encore tourné pour le consommateur : la faiblesse du chômage, le haut niveau de confiance, le dynamisme des revenus autant que celui des dépenses, se distinguent positivement dans notre « baromètre ». En outre, l’inflation reste modérée, ce qui rajoute au pouvoir d’achat. Le ciel n’est toutefois pas uniformément bleu.  
A propos de la baisse des rendements longs aux Etats-Unis 05/06/2019
Les taux d’intérêt attachés à la dette américaine connaissent un recul significatif depuis quelques mois. Tombé à 2,1%, le coût des emprunts à dix ans de l’Etat fédéral est au plus bas depuis septembre 2017. Le président Donald Trump peut donc se réjouir : le dollar lui offre ce privilège de pouvoir creuser les déficits pratiquement sans limite ; en face, l’appétit pour les titres du Trésor américain semble inépuisable. L’engouement pour la dette fédérale et le repli des rendements associé a toutefois valeur d’alerte : il indique que les investisseurs, en quête de valeurs refuges, forment des anticipations plus prudentes ; aux Etats-Unis, le recul des taux d’intérêt à long terme est aussi le témoin de la dégradation du climat des affaires.
L’effet boomerang des droits de douane 17/05/2019
Une hausse des droits de douane a des conséquences négatives sur le pays ciblé. Celui à l’origine de la hausse en subira à son tour l’impact, même en l'absence de représailles. Les dépenses des ménages souffriront ainsi d'une perte de pouvoir d'achat, l’inflation augmentant en raison de la hausse des prix à l'importation et/ou du remplacement des produits importés par des produits locaux. Pour la même raison, à un niveau agrégé, les bénéfices des entreprises peuvent en souffrir, et ces dernières peuvent décider de réduire leurs investissements en raison d'une incertitude accrue. Des recherches empiriques viennent confirmer ces analyses.
Une croissance forte, mais de qualité? 03/05/2019
Selon Jerome Powell, les fondamentaux de l’économie américaine demeurent solides. La croissance a été robuste au premier trimestre, mais sa qualité ne laisse pas d’interroger. L’investissement résidentiel freine la croissance qui a, par ailleurs, bénéficié d’une baisse des importations et de l’augmentation des stocks. Dans les prochains mois, un rebond des importations et une diminution des stocks sont à prévoir. La croissance devra alors compter sur les dépenses de consommation et les investissements des entreprises.
États-Unis, faut-il se préoccuper de l'aplatissement de la courbe des taux d'intérêt ? 03/05/2019
Aux États-Unis, l’aplatissement de la courbe des taux n’est ni artificiel, ni anodin. Il anticipe un atterrissage de l’économie.
Forte croissance et inflation faible au 1er trimestre 26/04/2019
Au premier trimestre l’économie américaine s’est avérée particulièrement performante. La première estimation de la croissance trimestrielle du PIB au T1 2019 qui vient d’être publiée est de +3,2%, bien au-delà du chiffre du consensus (+2,3%) et de celui du trimestre précédent (+2,2%). Les statistiques pour le mois de mars, publiées plus tôt ce mois-ci, avaient été bonnes, sans plus.
Inversion vaut-elle récession ? 18/04/2019
Si elle ralentit, la croissance économique des Etats-Unis conserverait un rythme somme toute enviable en 2019. Le Fonds monétaire international la situe encore à 2,3%, un chiffre qui, toutefois, contraste avec un discours de plus en plus prudent. Le taux d’endettement record des entreprises, l’opacité ainsi que la moindre sélectivité du marché des prêts à effet de levier, les valorisations boursières tendues, sont autant de risques pointés par l’Institution. La courbe des taux d’intérêt se retrouve, par ailleurs, quasiment inversée, ce qui a toujours constitué, par le passé, un signe avant-coureur de récession.
Trois messages différents de Washington DC 12/04/2019
Le Président Trump a affirmé que l’économie décollerait si la Réserve fédérale décidait d'abaisser les taux directeurs. D’après les minutes de la réunion du FOMC, les membres du Comité ont confiance dans les perspectives économiques, et celles d’inflation les autorisent à faire preuve de patience compte tenu des nombreuses incertitudes au niveau mondial. Dans son dernier rapport sur la stabilité financière dans le monde, le FMI s’inquiète du niveau élevé d’endettement qui pèse sur la capacité des entreprises à faire face à un fort ralentissement de la croissance ou à une hausse des coûts de financement. La Fed devra donc combiner patience et prudence.
Etats-Unis : les non banques, relativement plus exposées aux prêts automobiles de mauvaise qualité 10/04/2019
Fin 2018, l’encours des crédits automobiles culminait à USD 1 274 mds aux Etats-Unis. Troisième poste d’endettement des ménages américains, derrière les crédits hypothécaires (67%) et les prêts étudiants (11%), leur poids (9%) n’a cessé de progresser depuis 2010. La Réserve fédérale de New York a publié récemment des données inédites, détaillées par type d’originateur. Elles indiquent qu’au T3 2018, les sociétés de crédit non bancaires avaient originé 12% de l’encours, dont la moitié étaient des prêts subprime*. Or, ces non banques, qui présentent généralement des leviers financiers élevés, demeurent très exposées au risque de crédit (seuls 17% des encours sont titrisés). Aussi, pour ces établissements, la constante progression de la part des prêts automobiles accusant un retard de paiement de plus de 90 jours (4,5% fin 2018) n’est-elle pas de bon augure. * prêts à des emprunteurs dont la note de crédit est inférieure à 620
Les tensions sur la liquidité centrale, hors des radars 09/04/2019
Depuis le 20 mars dernier, les banques américaines se prêtent au jour le jour la monnaie centrale à un taux qui excède celui auquel la Réserve fédérale américaine (Fed) rémunère leurs comptes courants. Dans un contexte de réserves en banque centrale abondantes (au regard des standards d’avant-crise), cette hiérarchie (inédite) des taux monétaires peut surprendre. Elle traduit les tensions qui s’exercent, depuis l’an dernier, sur la liquidité centrale : du côté de la demande (en hausse en raison des exigences réglementaires de liquidité) comme du côté de l’offre (en baisse en raison d’un attrait renforcé des marchés de mise en pension). En l’absence d’une intensification des échanges sur le marché interbancaire, la décision de poursuivre le dégonflement du bilan de la Fed jusqu’à la fin septembre ne devrait pas être infléchie. Les tensions sur la liquidité centrale sont pourtant bien perceptibles mais, contrairement aux attentes des autorités monétaires, en dehors du marché monétaire. La Fed pourrait finalement être amenée à réinjecter de la monnaie centrale, par le biais de prises en pension de titres du Trésor notamment. Une alternative, pour agir plus vite et sans modifier la taille de son bilan, consisterait à réduire ses opérations de mise en pension auprès des banques centrales étrangères.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2141 articles et 562 vidéos