Perspectives

Face à de nouveaux risques

e
economic-research.bnpparibas.com  
Eco Perspectives // 4 trimestre 2021  
1
6
ESPAGNE  
FACE À DE NOUVEAUX RISQUES  
Malgré un premier semestre décevant sur le front de la croissance économique, l’Espagne connaîtra, sauf dégradation de  
la situation sanitaire, un rebond d’activité important au second semestre 2021. La fréquentation touristique se rétablit  
(
mais reste historiquement basse) tout comme l’emploi. Les risques inflationnistes s’intensifient cependant. La hausse  
spectaculaire des prix de l’énergie a contraint le gouvernement à prendre des mesures drastiques pour alléger la facture  
des ménages, au prix de dépenses budgétaires plus importantes. Dans ce contexte encore incertain, et bien que la situation  
sanitaire soit pour le moment plus favorable (soutenue par un niveau de vaccination élevé), le budget pour 2022, dévoilé  
cet automne, restera sans nul doute expansionniste. L’objectif du gouvernement socialiste sera avant tout de consolider  
la reprise économique, en protégeant notamment le pouvoir d’achat des ménages, face à la hausse des coûts de l’énergie.  
Nul doute que les chiffres de la croissance pour le T2 2021 ont  
déçu. Après révision, le PIB réel n’a enregistré qu’une hausse de  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
1
,1% t/t, un rebond bien moins prononcé que la première estimation  
fournie par l’INE (+2,7% t/t), et qui fait suite à une contraction au  
T1 (-0,2% t/t). La consommation des ménages s’est rétablie moins  
fortement que prévu. Le chemin à parcourir avant une normalisation  
de l’ensemble des pans de l’économie reste donc important. La  
consommation privée pourrait, de plus, être freinée par plusieurs  
facteurs dans les prochains mois : la montée de l’inflation (ci-après)  
mais également les problèmes d’approvisionnement qui frappent  
l’industrie, et notamment le secteur automobile. Les ventes de  
nouveaux véhicules automobiles en Espagne ont chuté de moitié  
entre avril et août 2021. Enfin, l’incertitude pèse sur l’évolution  
de l’épargne accumulée par les ménages durant cette pandémie  
Croissance du PIB  
Inflation  
Prévisions  
Prévisions  
6
.1  
6.4  
7
2
3
8
3
.4  
2.6  
2
.2  
1
.4  
-0.4  
-
-
près de EUR 117 mds selon les estimations de la Banque d’Espagne –  
-
10.8  
020  
dont la baisse pourrait être assez longue à se matérialiser.  
-13  
2
2021  
2022  
2023  
2020  
2021  
2022  
2023  
Lenetredressementdumarchédutravailopérédepuisleprintempsoffre  
cependant des perspectives encourageantes. Plus de 400 000 postes  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : BNP PARIBAS GLOBAL MARKETS  
1
ont en effet été pourvus depuis avril , et l’emploi se situe désormais  
très légèrement en dessous de son niveau d’avant-pandémie. Le taux  
de chômage reste, pour sa part, toujours au-dessus de son niveau du  
début de l’année 2020 (14,3% en juillet contre 13,7% en février 2020)  
en raison de la hausse de la population active. Une part importante des  
nouvelles embauches étant de nature saisonnière, il faudra néanmoins  
attendre l’évolution de l’emploi au cours de l’automne pour juger plus  
précisément de la vigueur de cette reprise. Conséquence du retour à  
l’emploi, le nombre de personnes couvertes par un dispositif ERTE de  
chômage partiel a chuté en août à son plus bas niveau depuis le début  
de la pandémie (272 190).  
PMI MANUFACTURIER, SECTEUR DES BIENS DE CONSOMMATION  
6
8
63  
58  
53  
48  
43  
38  
33  
L’amélioration du marché du travail offre un peu d’air aux finances  
publiques – notamment celles du gouvernement central – qui restent  
aujourd’hui encore fortement dégradées. Le déficit devrait être de  
nouveau conséquent en 2021 – au-delà de 7% du PIB selon les dernières  
estimations de la Banque d’Espagne, après un record à -11,0% du PIB  
en 2020 (voir encadré 1). Les prévisions de déficit du banquier central  
espagnol restent également élevées pour 2022 (-4,3% du PIB) et 2023  
28  
2003  
2005  
GRAPHIQUE 2  
2007  
2009  
2011  
2013  
2015  
2017  
2019  
(
-3,5%).  
SOURCE : MARKIT  
Sous réserve d’une situation sanitaire stable, la croissance devrait néan-  
moins accélérer dans la seconde moitié de l’année. L’Espagne reste tout  
d’abord l’un des pays en Europe où l’on vaccine le plus, avec près de De plus, les enquêtes d’opinion restent bonnes. L’indice composite de  
8
0% de la population ayant réalisé, à la fin septembre, un parcours vac- la confiance des directeurs d’achat (PMI) s’inscrit toujours à un niveau  
cinal complet. La fréquentation touristique est encore fragilisée par le historiquement élevé (60,6 en août). Ce sondage souligne une hausse  
contexte sanitaire mondial, mais le niveau d’activité en août s’est rap- particulièrement sensible de la demande en biens de consommation;  
proché encore un peu plus de ceux observés en 2019. Le taux d’occupa- l’indice PMI correspondant est grimpé à 63,9 (cf. graphique 2). La  
tion des hôtels est remonté à 65% en août, 10 points environ en dessous confiance des ménages a par ailleurs retrouvé, selon l’enquête de la  
du niveau habituel mais bien au-dessus de celui de 2020 (44%).  
Commission européenne, un niveau comparable à celui pré-pandémie.  
1
Le nombre de travailleurs affiliés à la Sécurité sociale s’est en effet accru de 412 447 au cours des trois derniers mois (source : SEPE).  
La banque  
d’un monde  
qui change  
e
Eco Perspectives // 4 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
1
7
Autre évolution positive, le marché immobilier retrouve des couleurs  
après un creux en 2020. Conséquence de plusieurs facteurs (taux  
BILAN PROVISOIRE DES COMPTES PUBLICS POUR 2020  
2
d’intérêt historiquement bas , hausse de l’épargne des ménages,  
Administration Publique  
en EUR mds)  
2020  
(a)  
2019  
(b)  
% du total  
(2020)  
(
a) - (b)  
démocratisation du télétravail), les autorisations de construction  
résidentielle ainsi que les prix immobiliers sont repartis à la hausse  
en 2021 (les prix sont en augmentation de 5,2% g.a. en août, selon  
l’indice TINSA). Même si le niveau de l’activité immobilière reste  
bien inférieur à celui observé durant la bulle spéculative des années  
(
Recettes totales  
463.3  
129.6  
487.8  
147.5  
-24.5  
-17.9  
-
Impôts sur la production  
et l'importation  
30.2  
TVA  
70.6  
59.0  
125.3  
121.0  
4.3  
80.9  
66.6  
129.2  
124.8  
4.4  
-10.3  
-7.6  
-3.9  
-3.8  
-0.1  
-0.9  
1.2  
16.6  
13.7  
26.5  
25.6  
0.9  
2
000, les investissements résidentiels pourraient fournir un surplus  
Autres  
de croissance bienvenu à court et moyen terme. L’emploi dans la  
construction a, par ailleurs, résisté bien mieux à la crise sanitaire que  
Impôts sur le revenu et le patrimoine  
Impôts sur le revenu  
Autres  
la plupart des autres secteurs, s’établissant dès le mois d’août près de  
2
3
% au-dessus de son niveau de l’hiver 2020.  
Impôts sur le capital  
Cotisations sociales  
Employeurs  
4.6  
5.5  
1.1  
POUSSÉE INFLATIONNISTE : LE GOUVERNEMENT INTERVIENT  
161.9  
112.3  
42.4  
7.1  
160.7  
112.3  
41.2  
7.2  
32.9  
23.0  
8.5  
Conséquence de la demande forte en gaz naturel, et des problèmes  
d’approvisionnement qui en découlent, les prix de l’électricité et du  
gaz ont bondi en Europe, et l’Espagne a été l’un des pays touchés le  
plus tôt et le plus durement par ce phénomène. Les prix de l’électricité  
dans le pays ont augmenté de 35% g.a. en août, tandis que ceux du gaz  
ont grimpé de 8,2% g.a. La hausse du coût de l’énergie a eu un impact  
significatif sur celui-ci, contribuant à hauteur de la moitié de l’inflation  
totale en août. Il n’est pas certain que les prix de l’énergie baissent ou  
se stabilisent au cours des prochains mois, les problèmes d’approvi-  
0.0  
Ménages  
1.2  
Cotisations imputées  
Impôts sur les sociétés  
Dividendes  
0.0  
1.5  
6.7  
8.8  
-2.0  
-1.5  
-0.6  
-0.2  
62.9  
2.0  
1.8  
4.7  
6.2  
1.3  
Intérêts  
2.1  
2.6  
0.5  
Autres recettes  
Dépenses totales  
Consommation intermédiaire  
Revenus des employés  
Intérêts  
26.7  
586.4  
66.0  
140.5  
25.2  
21.4  
26.9  
523.4  
64.0  
134.5  
28.3  
12.5  
5.5  
-
4
sionnement en gaz naturel risquant de perdurer cet hiver. Par rico-  
11.3  
24.0  
4.3  
chet, cela pourrait conduire à une hausse des prix dans d’autres postes  
de dépenses, notamment l’alimentation qui pèse pour près d’un quart  
du panier de consommation des ménages espagnols. Certains compo-  
sants de l’indice des prix à la consommation (IPC) restent cependant  
en territoire déflationniste en août. C’est le cas de celui relatif à la  
communication (principalement la téléphonie), l’éducation, les loisirs,  
et la culture.  
6.0  
-3.2  
8.9  
Subventions  
3.7  
Transferts sociaux  
228.1  
196.8  
31.3  
38.9  
Transferts en espèces  
33.6  
11.0  
32.8  
10.2  
0.8  
0.8  
5.7  
1.9  
Dépenses liées à l'Union Européenne  
La hausse drastique des prix de l’énergie impacte en premier lieu les  
moins fortunés, qui consacrent une part importante de leur budget à  
ces coûts fixes. Ainsi, pour préserver au mieux la consommation privée  
et ne pas freiner la reprise, le gouvernement a annoncé successivement  
deux séries de mesures. La première, début juillet, a consisté à abaisser  
temporairement – jusqu’à la fin 2021 – le niveau de TVA sur l’électricité  
Formation de capital fixe (investisse-  
ment public)  
2
8.2  
26.0  
18.2  
2.2  
4.8  
5.5  
Autres dépenses  
32.3  
14.1  
Solde budgétaire  
Solde primaire  
-123.1  
-97.9  
(% PIB: -11.0)  
(% PIB: -8.7)  
(
de 21% à 10%) et à suspendre pour trois mois la taxe sur la production  
La facture a été salée pour les finances publiques espagnoles en 2020.  
Le déficit budgétaire s’est creusé de EUR 87,4 mds pour atteindre  
EUR 23,1 mds, dépassant ainsi le triste record de 2009 (EUR 120,6 mds).  
L’effet ciseau (baisse des recettes/hausse des dépenses) a été conséquent.  
Côté recettes, la baisse est venue pour les trois-quarts d’une chute des  
collectes liées à l’impôt sur la production et sur les importations. C’est  
la conséquence du plongeon – voire de l’arrêt – de nombreuses activités  
engendré par les périodes de confinement. Pour le reste, la diminution  
des recettes s’explique par un recul des ressources générées par l’impôt  
sur les sociétés ainsi que par l’impôt sur le revenu et le patrimoine. Les  
recettes de cotisations sociales ont pour leur part augmenté, les salaires  
de la plupart des travailleurs ayant été maintenu grâce aux dispositifs  
élargis de chômage partiel. Ces mesures exceptionnelles ont néanmoins  
conduit à un bond spectaculaire des transferts sociaux, en hausse de plus  
de EUR 30 mds en 2020. À noter que le coût du remboursement de la dette  
d’électricité pesant sur les entreprises. La hausse des prix de l’électricité  
s’étant poursuivie cet été, le gouvernement a annoncé début septembre  
de nouvelles mesures visant notamment à ponctionner les compagnies  
électriques d’une partie de leurs bénéfices générés par cette hausse  
5
des prix du gaz sur les marchés internationaux. La baisse de la TVA sur  
l’électricité pourrait également être prolongée au-delà de décembre  
6
2
021.  
Achevé de rédiger le 23/09/2021  
(
intérêts) s’est de nouveau réduit en 2020, la baisse des taux d’intérêt  
s’étant poursuivie.  
ENCADRÉ 1  
SOURCES : MINISTÈRE DES FINANCES ESPAGNOL, BNP PARIBAS  
2
3
4
5
6
Les taux d’emprunt moyen ont chuté pour la première fois en juin sous la barre des 1,6% (Banque d’Espagne).  
Source : Office pour l’emploi espagnol (SEPE).  
Tagliapietra & Zachmann, Is Europe’s gas and electricity price surge a one-off?, Bruegel.  
El Gobierno recorta 2.600 millones a las eléctricas para contener el recibo de la luz, El Economista, 13 septembre 2021.  
El Gobierno estudiará ampliar la rebaja del IVA a la luz más allá del 31 de diciembre, El Economista, 21 septembre 2021.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1586 articles et 280 vidéos