Podcast: En ECO dans le texte
Marché du travail français : enjeux économiques et dynamiques 27/11/2019

Le marché du travail français est plus connu pour ses dysfonctionnements que pour son bon fonctionnement. Dans ce premier épisode, Hélène Baudchon rappelle en quoi l’image globale du marché du travail français n’est pas très bonne. Elle souligne aussi la longue liste de réformes engagées, hier et aujourd’hui, pour améliorer la situation, qui ont notamment pour fil conducteur d’enrichir le contenu en emplois de la croissance. Elle fait valoir, pour finir, le dynamisme actuel de l’emploi et les signes d’une amélioration en profondeur du marché du travail.

TRANSCRIPT // Marché du travail français : enjeux économiques et dynamiques : novembre 2019

François Doux : Dans ce podcast, nous nous intéressons, avec Hélène Baudchon, au marché du travail français. Nous nous focalisons sur les évolutions de l’emploi et laissons de côté, pour une autre occasion, le volet « chômage ». On va parler des actifs qui ont un travail, on abordera dans une autre série de podcast les actifs qui n’ont pas de travail.

Le premier épisode de ce podcast est consacré au cadre de ce marché du travail, aux règles qui le régissent en France et à la dynamique actuelle. Dans un deuxième épisode on va faire une radioscopie de ce marché du travail, nombre des emplois qualifiés, nombre des emplois non-qualifiés. On va parler de polarisation. Dans un troisième épisode on évoquera les causes de cette distribution du marché de l’emploi, les causes de cette polarisation.

Pour commencer, Hélène, pouvez-vous nous décrire les caractéristiques générales du marché de l’emploi français ?

Hélène Baudchon : L’image globale n’est pas très bonne. Le marché du travail français est, en effet, plus connu pour ses dysfonctionnements que pour son bon fonctionnement, plus connu sous l’angle du problème du chômage de masse que du dynamisme de ses créations d’emplois (mais on reviendra justement sur ce point plus tard pour corriger un peu le tir).

François Doux : Un marché du travail qui fonctionne bien qu’est-ce que c’est pour une économiste ? des créations d’emplois qui répondent à une demande et de fait un chômage minimum ?

Hélène Baudchon : Dans les grandes lignes, oui. Or, le marché du travail français ne fonctionne pas aussi bien. Il est notamment qualifié de rigide, avec une segmentation forte des contrats de travail entre CDI et CDD (on parle aussi de dualité / de marché du travail dual), entre emplois stables et emplois précaires.

L’opposition entre ces deux grands types d’emplois est d’autant plus forte qu’il est difficile de passer d’un emploi précaire à un emploi stable.

François Doux : Donc pour vous le dysfonctionnement vient que quand on est en CDD ou en emploi précaire, on enchaîne ces emplois précaires sans trouver nécessairement de CDI… mais ces emplois précaires fournissent en fait une certaine flexibilité aux employeurs n’est-ce pas ?

Hélène Baudchon : En effet, les emplois précaires servent de variable d’ajustement face aux fluctuations de l’activité. La flexibilité des contrats courts est très recherchée par les entreprises. Et elle a été favorisée par les politiques de l’emploi.

Cette flexibilité des contrats courts vient compenser la « fixité » des CDI. Le marché de l’emploi français est, en fait, à la fois rigide (via les CDI) et flexible (via les contrats courts).

François Doux : Y-a-t-il d’autres dysfonctionnements ?

Hélène Baudchon : On peut citer la mauvaise qualité du dialogue social, la lourdeur et la complexité du code du travail, des seuils sociaux, une adéquation perfectible entre offre et demande de travail

François Doux : face à ce tableau noir, les gouvernements successifs n’ont eu de cesse d’essayer d’améliorer la situation, non ? Contrats aidés, réduction du temps de travail, allègement de charges, flexisécurité, réforme du Code du travail, de l’assurance-chômage : de nombreux leviers ont été actionnés et le sont encore aujourd’hui.

Hélène Baudchon : Oui, tout à fait. Sur tous les points évoqués (et d’autres encore), des réformes ont été engagées, avec un succès plus ou moins grand / plus ou moins durable comme en atteste la situation qui, si elle est actuellement dans une phase d’amélioration, reste largement perfectible.

La liste des mesures mises en œuvre est longue. Il ne s’agit pas ici de les passer toute en revue. Mais il y a au moins un fil conducteur important que je souhaite souligner : la volonté d’enrichir le contenu en emplois de la croissance.

François Doux : Qu’est-ce à dire ?

Hélène Baudchon : Il s’agit d’avoir une croissance plus créatrice d’emplois, c’est-à-dire avoir, pour une croissance du PIB donnée, une croissance de l’emploi plus élevée. Par exemple, 3% de croissance et +2% de hausse de l’emploi selon la formule « enrichie » au lieu de 3% de croissance et « seulement » +1% de hausse de l’emploi selon la formule « moins riche ».

L’enrichissement du contenu en emplois de la croissance se justifie aussi par la baisse tendancielle du rythme de croissance alors que celle-ci reste le facteur déterminant des créations d’emplois.

Mais cet enrichissement est à double tranchant car il signifie un écrasement, au passage, des gains de productivité apparente du travail.

L’avantage est bien d’avoir des créations d’emplois correctes même avec une croissance peu élevée.

L’inconvénient est que cette faiblesse des gains de productivité du travail est un élément modérateur des hausses de salaires et, à terme, de la croissance potentielle.

François Doux : c’est cette mécanique d’enrichissement du contenu en emplois de la croissance qui est aussi actuellement à l’œuvre, n’est-ce pas ? Puisque l’on a une croissance française, dont on parle beaucoup de la résistance actuelle, mais qui n’est tout de même pas très élevée alors que les créations d’emplois frappent plutôt par leur dynamisme.

Hélène Baudchon : C’est clair. Le dynamisme actuel des créations d’emplois en France est assez remarquable. Histoire de donner quelques chiffres, on n’est pas, il est vrai, sur les rythmes importants de créations d’emplois de la fin des années 1990 (environ 120 000 créations nettes d’emplois salariés privés en moyenne par trimestre à l’époque contre un rythme actuel de 55 000 depuis la mi-2015 ; soit, en taux de croissance, un peu moins de 3% par an en moyenne hier contre 1% aujourd’hui).

Mais la croissance n’est pas la même non plus : un peu plus de 3% en moyenne par an à l’époque contre 1,5% aujourd’hui. Les rapports sont comparables mais les gains de productivité apparaissent quand même aujourd’hui un peu plus comprimés.

Si on zoome sur les toutes dernières données, c’est plus frappant encore : l’emploi salarié privé progresse, en effet, au même rythme que la croissance (à savoir 1,3-1,4% sur un an).

L’amélioration de la situation sur le front de l’emploi est tangible et, en plus, il y a un certain nombre de signaux indiquant que c’est une amélioration en profondeur au regard, par exemple, de la hausse des emplois en CDI, du moindre dynamisme des contrats courts, de la baisse du temps partiel et du chômage de longue durée.

François Doux : bilan plutôt positif donc. Pour conclure cet épisode et annoncer le sujet du suivant : quand on parle emploi, on parle souvent (comme on l’a fait dans cet épisode) « quantité », nombre d’emplois créés (ou détruits). Mais le type, la qualité de l’emploi importe tout autant. A cet égard, le phénomène de polarisation de l’emploi fait l’objet d’une attention croissante depuis une quinzaine d’années : nous vous donnons rendez-vous dans le deuxième épisode de ce podcast pour comprendre de quoi il s’agit.

François Doux : Dans ce podcast, nous nous intéressons, avec Hélène Baudchon, au marché du travail français. Nous nous focalisons sur les évolutions de l’emploi et laissons de côté, pour une autre occasion, le volet « chômage ». On va parler des actifs qui ont un travail, on abordera dans une autre série de podcast les actifs qui n’ont pas de travail.

Le premier épisode de ce podcast est consacré au cadre de ce marché du travail, aux règles qui le régissent en France et à la dynamique actuelle. Dans un deuxième épisode on va faire une radioscopie de ce marché du travail, nombre des emplois qualifiés, nombre des emplois non-qualifiés. On va parler de polarisation. Dans un troisième épisode on évoquera les causes de cette distribution du marché de l’emploi, les causes de cette polarisation.

Pour commencer, Hélène, pouvez-vous nous décrire les caractéristiques générales du marché de l’emploi français ?

Hélène Baudchon : L’image globale n’est pas très bonne. Le marché du travail français est, en effet, plus connu pour ses dysfonctionnements que pour son bon fonctionnement, plus connu sous l’angle du problème du chômage de masse que du dynamisme de ses créations d’emplois (mais on reviendra justement sur ce point plus tard pour corriger un peu le tir).

François Doux : Un marché du travail qui fonctionne bien qu’est-ce que c’est pour une économiste ? des créations d’emplois qui répondent à une demande et de fait un chômage minimum ?

Hélène Baudchon : Dans les grandes lignes, oui. Or, le marché du travail français ne fonctionne pas aussi bien. Il est notamment qualifié de rigide, avec une segmentation forte des contrats de travail entre CDI et CDD (on parle aussi de dualité / de marché du travail dual), entre emplois stables et emplois précaires.

L’opposition entre ces deux grands types d’emplois est d’autant plus forte qu’il est difficile de passer d’un emploi précaire à un emploi stable.

François Doux : Donc pour vous le dysfonctionnement vient que quand on est en CDD ou en emploi précaire, on enchaîne ces emplois précaires sans trouver nécessairement de CDI… mais ces emplois précaires fournissent en fait une certaine flexibilité aux employeurs n’est-ce pas ?

Hélène Baudchon : En effet, les emplois précaires servent de variable d’ajustement face aux fluctuations de l’activité. La flexibilité des contrats courts est très recherchée par les entreprises. Et elle a été favorisée par les politiques de l’emploi.

Cette flexibilité des contrats courts vient compenser la « fixité » des CDI. Le marché de l’emploi français est, en fait, à la fois rigide (via les CDI) et flexible (via les contrats courts).

François Doux : Y-a-t-il d’autres dysfonctionnements ?

Hélène Baudchon : On peut citer la mauvaise qualité du dialogue social, la lourdeur et la complexité du code du travail, des seuils sociaux, une adéquation perfectible entre offre et demande de travail

François Doux : face à ce tableau noir, les gouvernements successifs n’ont eu de cesse d’essayer d’améliorer la situation, non ? Contrats aidés, réduction du temps de travail, allègement de charges, flexisécurité, réforme du Code du travail, de l’assurance-chômage : de nombreux leviers ont été actionnés et le sont encore aujourd’hui.

Hélène Baudchon : Oui, tout à fait. Sur tous les points évoqués (et d’autres encore), des réformes ont été engagées, avec un succès plus ou moins grand / plus ou moins durable comme en atteste la situation qui, si elle est actuellement dans une phase d’amélioration, reste largement perfectible.

La liste des mesures mises en œuvre est longue. Il ne s’agit pas ici de les passer toute en revue. Mais il y a au moins un fil conducteur important que je souhaite souligner : la volonté d’enrichir le contenu en emplois de la croissance.

François Doux : Qu’est-ce à dire ?

Hélène Baudchon : Il s’agit d’avoir une croissance plus créatrice d’emplois, c’est-à-dire avoir, pour une croissance du PIB donnée, une croissance de l’emploi plus élevée. Par exemple, 3% de croissance et +2% de hausse de l’emploi selon la formule « enrichie » au lieu de 3% de croissance et « seulement » +1% de hausse de l’emploi selon la formule « moins riche ».

L’enrichissement du contenu en emplois de la croissance se justifie aussi par la baisse tendancielle du rythme de croissance alors que celle-ci reste le facteur déterminant des créations d’emplois.

Mais cet enrichissement est à double tranchant car il signifie un écrasement, au passage, des gains de productivité apparente du travail.

L’avantage est bien d’avoir des créations d’emplois correctes même avec une croissance peu élevée.

L’inconvénient est que cette faiblesse des gains de productivité du travail est un élément modérateur des hausses de salaires et, à terme, de la croissance potentielle.

François Doux : c’est cette mécanique d’enrichissement du contenu en emplois de la croissance qui est aussi actuellement à l’œuvre, n’est-ce pas ? Puisque l’on a une croissance française, dont on parle beaucoup de la résistance actuelle, mais qui n’est tout de même pas très élevée alors que les créations d’emplois frappent plutôt par leur dynamisme.

Hélène Baudchon : C’est clair. Le dynamisme actuel des créations d’emplois en France est assez remarquable. Histoire de donner quelques chiffres, on n’est pas, il est vrai, sur les rythmes importants de créations d’emplois de la fin des années 1990 (environ 120 000 créations nettes d’emplois salariés privés en moyenne par trimestre à l’époque contre un rythme actuel de 55 000 depuis la mi-2015 ; soit, en taux de croissance, un peu moins de 3% par an en moyenne hier contre 1% aujourd’hui).

Mais la croissance n’est pas la même non plus : un peu plus de 3% en moyenne par an à l’époque contre 1,5% aujourd’hui. Les rapports sont comparables mais les gains de productivité apparaissent quand même aujourd’hui un peu plus comprimés.

Si on zoome sur les toutes dernières données, c’est plus frappant encore : l’emploi salarié privé progresse, en effet, au même rythme que la croissance (à savoir 1,3-1,4% sur un an).

L’amélioration de la situation sur le front de l’emploi est tangible et, en plus, il y a un certain nombre de signaux indiquant que c’est une amélioration en profondeur au regard, par exemple, de la hausse des emplois en CDI, du moindre dynamisme des contrats courts, de la baisse du temps partiel et du chômage de longue durée.

François Doux : bilan plutôt positif donc. Pour conclure cet épisode et annoncer le sujet du suivant : quand on parle emploi, on parle souvent (comme on l’a fait dans cet épisode) « quantité », nombre d’emplois créés (ou détruits). Mais le type, la qualité de l’emploi importe tout autant. A cet égard, le phénomène de polarisation de l’emploi fait l’objet d’une attention croissante depuis une quinzaine d’années : nous vous donnons rendez-vous dans le deuxième épisode de ce podcast pour comprendre de quoi il s’agit.

Plus de Podcasts

Sur le même thème

France - réforme des retraites : les termes du débat 06/12/2019
Le projet de réforme des retraites, actuellement en cours d’élaboration et de concertation, est le chantier majeur de la seconde moitié du quinquennat d’Emmanuel Macron. Le sujet est vaste et complexe.
La polarisation de l’emploi : définition et ampleur du phénomène en France 27/11/2019
Le phénomène de polarisation de l’emploi fait l’objet d’une attention croissante depuis une quinzaine d’années. Dans ce deuxième épisode, Hélène Baudchon explique ce qui se cache derrière ce terme technique, à savoir une déformation de la structure de l’emploi en faveur des emplois situés en bas et en haut de l’échelle des qualifications et des salaires associés et en défaveur des emplois intermédiaires. Elle récapitule aussi les résultats des études empiriques. S’agissant de la France, la polarisation ressort de manière plus ou moins marquée. Elle évoque, pour finir, les raisons de l’intérêt porté à ce phénomène.
La polarisation de l’emploi : éléments d’explication 27/11/2019
Dans ce dernier épisode, Hélène Baudchon passe en revue les différents facteurs explicatifs du phénomène de polarisation de l’emploi. Trois grandes familles d’explications existent : le progrès technique, la mondialisation et le rôle des institutions et des mutations économiques. Le progrès technique apparaît, dans la plupart des études, comme le facteur dominant. Un bref exercice de prospective vient conclure cette série de podcasts autour de la question de l’accentuation ou de l’atténuation de la polarisation.
Bonne tenue du climat des affaires en novembre 22/11/2019
Le positionnement des indicateurs de notre baromètre laisse une impression négative trompeuse. En s’établissant à 0,3% t/t au T3 2019 (première estimation), la croissance française continue, en effet, de faire preuve d’une résistance et d’une stabilité remarquables. Et les perspectives pour le T4 sont à l’avenant au regard du résultat des enquêtes INSEE et Markit sur le climat des affaires pour octobre et novembre. Les indices composites sont certes restés quasi stables en novembre mais ils se situent à un niveau relativement élevé (respectivement, 105 et 53) et le résultat général masque des détails plus positifs, comme, par exemple, l’amélioration du climat dans l’industrie (dont on soulignera, au passage, qu’il se situe en zone d’expansion et non de récession comme en Allemagne) et la hausse des composantes emplois et nouvelles commandes à l’exportation.
20/11/2019
Forte hausse de la proportion des SNF dans les dépôts à vue 13/11/2019
En septembre 2019, l’encours des dépôts à vue collectés par les établissements de crédit demeurait particulièrement dynamique (+11,9% en glissement annuel) et atteignait plus de EUR 1 106 Mds. Cette évolution concerne l’ensemble des clientèles et surtout les sociétés non financières (SNF). Premières contributrices à la croissance des dépôts à vue totaux chaque année depuis 2011, leur proportion au sein de ces derniers a nettement progressé. Plusieurs explications à cela. Le contexte de taux d’intérêt bas, voire négatifs, rend les autres supports de placement peu attractifs et annule le coût d’opportunité lié à la détention de dépôts non rémunérés. Il contribue dans le même temps à l’élargissement des flux de crédits bancaires des SNF, qui sont relativement bien corrélés aux flux de leurs dépôts à vue depuis le début de la décennie. A contrario, les dépôts à vue des ménages, s’ils demeurent dynamiques, font l’objet d’arbitrages en faveur des produits à taux administrés (Livret A, LDD, PEL) qui procurent des rémunérations sensiblement supérieures aux taux de marché. En moyenne depuis le début de l’année 2019, le poids des SNF dans les dépôts à vue s’établit autour de 42% en France, contre 22% en Allemagne, 23% en Espagne et 24% en Italie; la progression des dépôts à vue totaux étant essentiellement tirée par les ménages & ISBLM[1] dans ces trois pays. La France est donc le seul pays de la zone euro dans lequel la proportion des SNF au sein des dépôts à vue totaux progresse autant. Ce phénomène peut être relié aux stratégies d’une partie des grandes ETI et sociétés cotées françaises consistant à profiter des taux exceptionnellement bas pour s’endetter et accumuler des disponibilités dont l’utilisation sera échelonnée dans le temps[2]. Enfin, les excédents bruts d’exploitation des SNF françaises augmentent depuis 2014, ce qui alimente également leurs dépôts à vue.   [1] Instituts sans but lucratif au service des ménages. [2] Insee (Déc. 2017), Faut-il s’inquiéter de la hausse de l’endettement des entreprises en France ?    
Attractivité de la France : un bon cru 2018 30/10/2019
En 2018, malgré un climat social tendu et un environnement économique marqué par l’essoufflement de la croissance européenne, le Brexit et le différend commercial sino-américain, les indicateurs d’attractivité de la France sont restés bien orientés. D’après le baromètre EY en particulier, la France devance l’Allemagne et talonne le Royaume-Uni en nombre de projets d’investissements étrangers (IDE) sur son territoire. Ces projets sont essentiellement portés par l’industrie, le numérique et les services aux entreprises. Cette attractivité de l’Hexagone témoigne de la solidité de ses secteurs historiques, de la densité de son écosystème entrepreneurial et du dynamisme de sa recherche. Les réformes récemment entreprises jouent également favorablement. Des progrès restent cependant à faire en matière de fiscalité et de coût du travail.
France : à quoi s’attendre pour la croissance au troisième trimestre ? 25/10/2019
La semaine prochaine, mercredi 30 octobre, sera publiée la première estimation de la croissance française au troisième trimestre 2019.
Budget 2020 : plus de relance, moins de rigueur 22/10/2019
Dans son projet de loi de finances pour 2020, le gouvernement prévoit un déficit de 3,1% du PIB en 2019 et de 2,2% en 2020 (après un déficit observé de 2,5% en 2018). L’amélioration en 2020 est en trompe-l’œil, comme le creusement du déficit en 2019. Les chiffres de 2020 ne portent plus la trace, contrairement à ceux de 2019, du coût budgétaire ponctuel de la bascule du CICE en baisse de charges. Hors éléments exceptionnels, le déficit budgétaire se réduit de 0,1 point chaque année et atteint 2,1% en 2020. Le nouvel objectif de déficit pour 2020 est près d’un point plus élevé que celui établi il y a un an dans le PLF 2019. Cette dégradation est imputable, dans des proportions équivalentes, à la révision à la baisse des prévisions de croissance et d’ajustement structurel. Le Haut Conseil des Finances Publiques estime « plausibles » les nouvelles prévisions de croissance et de déficit du gouvernement pour 2019 comme 2020. Le budget 2020 est un budget de continuité et d’adaptation : il intègre les baisses d’impôts prévues dans les deux lois de finances précédentes ainsi que les nouvelles annonces faites suite au grand débat national et à la crise des « gilets jaunes ». Pour les ménages, le montant cumulé 2018-2020 des baisses d’impôts atteint EUR 21 mds (net des hausses) ; pour les entreprises, ce même chiffre est de EUR 16 mds. Face aux baisses d’impôts conséquentes et documentées, les mesures de financement sont un peu moins importantes et bien moins détaillées. Dans ce budget, le soutien à la croissance, au travers du soutien au pouvoir d’achat des classes modestes et moyennes, prime sur la réduction du déficit.
Des perspectives de croissance au T3 à peine correctes 11/10/2019
Les indicateurs de notre baromètre sont moins dispersés qu’il n’y paraît. Situés dans le cadran nord-est, les données d’enquête de l’INSEE envoient un signal positif pour le mois de septembre, tandis que dans le cadran sud-ouest, les données d’activité pour le mois d’août renvoient un signal négatif. Quel signal l’emporte ? Alors que les bons résultats des enquêtes de l’INSEE sont encourageants, l’évolution décevante de la production et de la consommation des ménages en biens est préoccupante. Notre modèle nowcast réconcilie les deux informations. Sur la base des données d’enquêtes et des données d’activité, la croissance estimée est la même pour le T3 : à peine 0,2% t/t. Cela correspond à notre prévision tandis que l’INSEE et la Banque de France viennent de confirmer les leurs, à 0,3%.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2279 articles et 579 vidéos