Podcast: En ECO dans le texte
Les déterminants de la consommation des ménages français : Focus sur les gains de pouvoir d’achat 26/11/2020

La consommation des ménages ne réagit pas immédiatement et intégralement à un surcroît de pouvoir d’achat. C’est, en partie, pour cette raison que la hausse de la consommation des ménages en 2019 n’a pas été aussi importante que les gains de pouvoir d’achat cette année-là.

Dans ce deuxième épisode, Hélène Baudchon abordera différents éléments d’explication de cette performance en demi-teinte de la consommation des ménages en 2019 en mettant notamment l’accent sur le rôle des gains de pouvoir d’achat.

TRANSCRIPT // Les déterminants de la consommation des ménages français : Focus sur les gains de pouvoir d’achat : novembre 2020

Plus de Podcasts

Sur le même thème

France : situation conjoncturelle au tournant 2020-2021 22/01/2021
La publication, vendredi 29 janvier prochain, de la première estimation des comptes nationaux du T4 2020 est l’occasion de faire le point sur la situation conjoncturelle française et nos prévisions à court terme.
De la lumière au bout du tunnel 17/12/2020
Le choc récessif massif du S1 a été suivi d’un rebond tout aussi spectaculaire de l’activité économique au T3 (18,7% t/t) mais de courte durée. Le scénario en « W » s’est, en effet, matérialisé : une rechute est attendue au T4, due au reconfinement instauré le 30 octobre pour endiguer la nouvelle vague épidémique. Le deuxième « V » devrait toutefois être moins marqué que le premier : à la baisse, notamment parce que le confinement est moins strict ; à la hausse, car des contraintes sanitaires subsisteront et l’économie française est fragilisée. La route s’annonce encore longue mais l’arrivée de vaccins permet d’entrevoir la lumière au bout du tunnel. Les premiers effets positifs du plan France Relance devraient aussi soutenir la croissance, ce qui permet d’envisager un retour du PIB à son niveau d’avant-crise en 2022.
Rechute 04/12/2020
Il est certain que le confinement de novembre dernier aura un impact économique négatif moindre que celui du printemps mais il reste une part d’incertitude sur l’ampleur de la rechute du PIB au T4 2020. L’INSEE et la Banque de France estiment que l’économie fonctionnait à 96% de son niveau normal en octobre, un taux qui aurait chuté à 88% en novembre...
Consommation des ménages en France. Tableau de bord : poids, vitesse et composition 26/11/2020
Dans ce premier épisode, nous remettons en perspective l’importance du rebond de la consommation des ménages en 2019. Au travers d’éléments descriptifs de la consommation des ménages, de ses rythmes de progression, historiques et récents, et de l’évolution de sa composition au cours du temps, Hélène Baudchon dresse un tableau de bord permettant de comprendre son rôle de moteur. Elle s’intéresse plus particulièrement à l’année 2019, pour mieux cerner l’ampleur du rebond de la consommation cette année-là, à quel point il est fort et/ou faible.  
Les autres déterminants de la consommation des ménages français (chômage, politique budgétaire, confiance, variables financières) 26/11/2020
Dans ce troisième et dernier épisode, Hélène Baudchon passe en revue les  déterminants de la consommation des ménages autres que le pouvoir d’achat. Elle abordera les effets du chômage et de l’épargne de précaution, de la politique budgétaire, de la confiance, des taux d’intérêt et des effets de richesse sur la consommation.
Marché du travail français : état des lieux et éléments de perspective 20/11/2020
L’ampleur du choc récessif en France, au premier semestre 2020, dû à la crise de la Covid-19, et le rebond mécanique spectaculaire qui a suivi au troisième trimestre retiennent tout particulièrement l’attention. Mais les évolutions de l’emploi salarié privé et du taux de chômage sont également remarquables.
France : les chiffres hors-normes du budget 2021 13/11/2020
Les chiffres hors-normes de déficit budgétaire prévus par le gouvernement, dans son projet de loi de finances pour 2021, portent la double trace du choc récessif massif provoqué par la pandémie de Covid-19 et de la réponse budgétaire apportée, également massive, tant pour amortir la crise que pour soutenir la reprise.
Les évolutions très amorties de l’emploi par rapport à celles du PIB 10/11/2020
D’après l’estimation flash de l’INSEE, l’emploi salarié privé en France a rebondi de 1,8% t/t au T3 2020 après avoir chuté de 2,5% au T1 et de 0,8% au T2. Un peu plus de la moitié des emplois détruits au S1 a ainsi été récupérée (345k sur 650k). L’emploi se situe 1,5% en-deçà de son niveau d’avant-crise contre 4% pour le PIB. L’évolution très amortie du premier par rapport au second, à la baisse comme à la hausse, est remarquable. Il faut y voir l’effet du recours massif au chômage partiel permis par l’important renforcement du dispositif décidé par le gouvernement dans le cadre des mesures d’urgence prises au printemps pour faire face au choc du confinement. Au T4, l’emploi devrait rechuter dans le sillage de l’activité, sous l’impact du nouveau confinement. Ensuite, l’ampleur de son redressement est très incertaine, pour partie parce que la vigueur de la reprise l’est également. En 2021, la croissance de l’emploi sera certes soutenue par le plan France Relance. Toutefois, elle restera aussi et surtout contrainte par l’effet retard de la chute de l’activité en 2020, par l’hétérogénéité sectorielle (les secteurs les plus durablement affectés par la crise de la Covid-19 étant d’importants employeurs), par le retour en activité des personnes en chômage partiel et par les efforts de reconstitution des gains de productivité et des marges des entreprises (plus ils seront importants, moins le redressement de l’emploi le sera). C’est en 2022 que la situation devrait plus visiblement s’améliorer.
Le prêt garanti par l’État évolue 06/11/2020
Afin d’atténuer les conséquences de la reprise de l’épidémie de Covid 19 et du reconfinement depuis le 30 octobre sur la trésorerie des entreprises, la distribution du Prêt garanti par l’Etat est allongée de six mois, jusqu’au 30 juin 2021.
Montagnes russes 03/11/2020
La principale nouvelle économique est la publication, par l’INSEE, vendredi 30 octobre, d’une première estimation de la croissance française au T3. La surprise est bonne puisque le rebond du PIB est plus important qu’attendu : +18,2% t/t (contre +16% t/t prévu). Il est aussi spectaculaire que le plongeon qui l’a précédé (-5,9% t/t au T1 et -13,7% t/t au T2) mais il ne permet pas de rattraper tout le terrain perdu : le PIB reste 4% sous son niveau de la fin 2019. L’ensemble des composantes du PIB ont très fortement rebondi, plus que prévu. La contribution des variations de stocks, plus négative qu’anticipé, vient atténuer le rebond...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2607 articles et 681 vidéos