Podcast: En ECO dans le texte
Taux d’intérêt nominaux négatifs : causes 28/10/2019

Dans le premier volet, il examinera les causes de ces taux négatifs et révélera en quoi ils peuvent engendrer un « paradoxe de l’épargne ». Quels sont les tenants de cette théorie économique et en quoi  un environnement de taux négatifs peut-il favoriser l’émergence de ce paradoxe ?

TRANSCRIPT // Taux d’intérêt nominaux négatifs : causes : octobre 2019

Avant d’analyser les causes des taux d’intérêt négatifs, il convient d’expliquer en quoi consiste le paradoxe.

Le paradoxe de l’épargne est une théorie développée par John Maynard Keynes, mais qui remonte à une période plus ancienne. Selon cette théorie, l’augmentation de l’épargne, qui se justifie au niveau des ménages pris individuellement, a un impact négatif au niveau agrégé dans le sens où elle freine la consommation et, par conséquent, la croissance économique.


Pourquoi consacrons-nous un podcast à cette question et pourquoi maintenant ?

Il s’agit d’une question importante : si ce paradoxe se vérifie, la politique monétaire sera impuissante à stimuler la croissance et l’inflation. Un véritable problème, non seulement pour la banque centrale, mais aussi pour chacun de nous.


En quoi est-ce un problème pour chacun de nous ?

La chute de la croissance entraîne un ralentissement de la progression du revenu et de la création d’emplois. De plus, la BCE peut décider qu’elle n’a d’autre choix que de mener une politique monétaire encore plus agressive en introduisant des taux encore plus bas qu’aujourd’hui.


Pourquoi aborder la question du paradoxe à présent ?

Les taux d’intérêt sont très bas et souvent négatifs, ce qui augmente, au moins en théorie, le risque d’être confronté à ce paradoxe.


Aussi le comportement d’épargne est-il à surveiller. Comment les économistes calculent-ils réellement l’épargne et le taux d’épargne ?

L’épargne est la part du revenu disponible brut qui n’est pas utilisée en dépense de consommation finale.
Le taux d’épargne des ménages est le rapport entre l’épargne brute des ménages et le revenu disponible brut. En conséquence, le taux d’épargne augmente lorsque le revenu disponible brut croît à un rythme supérieur à celui de la dépense de consommation finale.
Le taux d’épargne peut être mesuré sur une base brute ou nette. Le taux d’épargne net est mesuré après déduction de la consommation de capital fixe (amortissement des logements).
L’épargne des ménages peut être utilisée pour la formation de capital des ménages (principalement, l’achat et la rénovation de logements) et pour l’épargne financière.


Passons maintenant aux taux d’intérêt : pourquoi certains d’entre eux sont-ils négatifs ?

Il y a plusieurs raisons à cela, qui peuvent varier selon que l’on considère les taux d’intérêt à court terme ou à long terme.


Les taux à long terme peuvent donc également être négatifs ?

Bien sûr ! Il y a peu, l’Allemagne a émis une obligation à 30 ans à un taux négatif, mais cette émission n’a guère suscité l’enthousiasme des investisseurs.
Pour expliquer les raisons des taux d’intérêt négatifs, il convient de se pencher sur le taux d’intérêt neutre. Le taux d’intérêt réel neutre (ou naturel) correspond au taux auquel le PIB se situe à son niveau potentiel avec, par conséquent, une inflation stable, sous réserve de l’absence de chocs de la demande (susceptibles de pénaliser le PIB réalisé) et de l’offre (susceptibles de pénaliser le PIB potentiel).

En d’autres termes, le taux d’intérêt neutre est celui auquel l’économie est à l’équilibre.

 « La variable r*, qui est en théorie l’une des plus importantes de la macroéconomie moderne, est le taux d’intérêt réel qui aligne la production sur son niveau potentiel ou naturel en l’absence de chocs transitoires (s’agissant de modèles semi-structurels) ou de frictions d’ajustement nominal (s’agissant de modèles DSGE d’équilibre général intertemporels et stochastiques). ??* comble donc l’écart de production et stabilise l’inflation, in fine ou simultanément, selon le type de modèle. De nombreux facteurs, tels que la démographie ou le progrès technologique à long terme, ou encore les évolutions de l’aversion au risque à court terme, affectent ??*. » (BCE)


Pourquoi ce taux neutre est-il le point de départ logique ?

Tout d’abord, cela nous rappelle que le taux neutre peut augmenter ou baisser pour des raisons structurelles, qui n’ont rien à voir ou presque avec la politique monétaire. C’est là un point important. Autrement dit, la politique de la banque centrale n’est pas la seule raison ni même, peut-être, la principale raison à l’origine de la faiblesse des taux.
Ensuite, le taux neutre sert d’ancrage au taux d’intérêt officiel fixé par la banque centrale : le taux directeur sera fixé en tenant compte du taux neutre. Cet ancrage ne doit pas être interprété stricto sensu : l’estimation du taux d’intérêt neutre en temps réel est une opération complexe, un peu comme l’estimation de la production en temps réel. Par conséquent, le taux neutre est plus une référence assortie d’un intervalle de confiance, qu’une estimation précise.
Si le taux officiel est supérieur au taux neutre, l’orientation de la politique monétaire n’est pas accommodante, même si le taux directeur est bas.

« Les banques centrales peuvent faire évoluer le taux d’intérêt réel à court terme par rapport à sa valeur d’équilibre en modifiant les taux d’intérêt nominaux à court terme, influençant ainsi l’évolution de l’économie réelle et de l’inflation. Si le taux directeur diminué du taux d’inflation attendu est inférieur au taux d’intérêt naturel, on peut s’attendre à ce que les ménages profitent de l’opportunité de prêts à des taux relativement favorables pour accroître leur consommation ; dès lors, les entreprises accroissent les investissements, leur production dépasse le potentiel sur le marché des produits et les prix augmentent, entraînant une hausse du taux d’inflation. Si, à l’inverse, le taux directeur diminué de l’inflation attendue est supérieur au taux d’intérêt naturel, il faut s’attendre à une sous-utilisation des capacités et à une baisse de l’inflation. » (Bundesbank)


Où se situe à présent le taux neutre ?

D’après les calculs de Laubach, il se situe autour de … % aux États-Unis et de … % dans la zone euro.


Ces chiffres sont très bas. Pourquoi ?

Comme indiqué précédemment, cela tient à plusieurs facteurs :

« Nos estimations montrent une tendance à la baisse de ??* dans les économies avancées à partir des années 1980, sous l’effet du repli de la croissance tendancielle et de facteurs démographiques. Il a été démontré que l’aversion au risque et la recherche de valeurs refuge ont contribué à accentuer cette baisse dans le sillage de la crise financière mondiale. » (BCE)


Mais la politique monétaire a également joué un rôle ?

En effet, la politique de taux d’intérêt conventionnelle, l’assouplissement quantitatif (QE) et la forward guidance ont contribué au repli des rendements obligataire à long terme, soit en faisant baisser les anticipations de taux directeurs, soit par « extraction de la duration ». Il s’ensuit une diminution de la prime de terme, destinée à rémunérer le porteur pour le risque de duration qu’il a pris.

Plus de Podcasts

Sur le même thème

La structure des revenus des plus de 65 ans dans le monde 12/11/2019
Les faibles taux d'intérêt et le vieillissement de la population exercent des pressions sur les systèmes de retraite des pays de l'OCDE. Des réformes sont nécessaires car le rapport entre le nombre de personnes âgées de plus de 65 et la population en âge de travailler augmente. Comme au Japon, le niveau faible des prestations de retraite pourrait inciter les seniors à continuer à travailler après 65 ans. Toutefois, il existe un risque qu’ils soient plus nombreux à passer sous le seuil de pauvreté, à 50% du revenu médian.
Le climat des affaires se stabilise, mais à un niveau bas 08/11/2019
Les récentes enquêtes de conjoncture, comme celles réalisées auprès des directeurs d’achats (PMI), suggèrent une stabilisation générale du climat des affaires en octobre. Après une tendance prolongée à la baisse, cette évolution est la bienvenue. Cependant, au vu des données historiques, les derniers chiffres sont bas, voire très bas pour ce qui est du secteur manufacturier, reflétant un environnement de croissance toujours atone. À terme, la stabilisation de l’évolution de ces enquêtes devrait renforcer la probabilité d’une accélération de la croissance : avec la diminution de la fréquence des mauvaises nouvelles, la confiance devrait finalement rebondir, entraînant une hausse des dépenses, d’autant plus que les conditions financières et monétaires sont très accommodantes.
Risque de pauvreté élevé et taux de participation des seniors au marché du travail 06/11/2019
Les revenus des personnes âgées sont principalement constitués des retraites publiques et professionnelles et des revenus de l'épargne et du travail. Dans les pays où les régimes de retraite sont comparativement plus généreux, le taux d'activité des seniors est relativement faible. En France, seulement 3% des personnes âgées de plus de 65 ans travaillent, contre près de 20% aux États-Unis et 25% au Japon. Par ailleurs, le taux de pauvreté des seniors en France, le pourcentage de personnes âgées de 66 ans et plus dont le revenu est inférieur à 50% du revenu médian des ménages, figure parmi les plus bas de la zone de l'OCDE. Le graphique montre qu’en général, concernant les seniors, la relation entre le pourcentage des revenus du travail et le taux de risque de pauvreté est positive. Ainsi, les seniors repousseraient leur départ à la retraite quand leurs revenus sont insuffisants, à l'exception notable des pays scandinaves. Ces derniers montrent qu'il est possible de combiner une participation relativement élevée des seniors au marché de l’emploi et un faible risque de pauvreté.
Taux d’intérêt négatifs, une aubaine pour les acheteurs, un casse-tête pour les épargnants 28/10/2019
Quel est l’impact des taux négatifs sur les ménages et sur leur épargne ?  Dans ce deuxième volet,  William De Vijlder nous montrera toute la complexité d’une réponse à cette question. Elle requiert, en effet, la prise en compte de différents facteurs, tels que l’hétérogénéité des ménages et  la composition de leur  patrimoine (actifs et passifs).
Le paradoxe de l’épargne : rationalité individuelle et casse-tête macroéconomique 28/10/2019
Dans ce troisième et dernier volet, nous verrons avec William De Vijlder comment les taux négatifs peuvent impacter défavorablement les revenus financiers et notamment le capital constitué en vue de la retraite. D’autres questions se posent : ces taux négatifs entraînent-ils une hausse du taux d’épargne des ménages et cette hausse sera-t-elle durable ? Dans quelle mesure cela peut-il affecter la politique monétaire ?
Le ralentissement de la croissance mondiale s’intensifie 10/10/2019
La croissance mondiale marque le pas, obligeant la Réserve fédérale à abaisser ses taux à deux reprises tandis que la BCE a annoncé un ensemble complet de mesures d’assouplissement. Le ralentissement devrait néanmoins se poursuivre. L’incertitude est omniprésente. Confrontées à l’essoufflement de la croissance, aux différends commerciaux, aux inquiétudes liées au Brexit et au risque géopolitique, les entreprises s’interrogent sur la situation réelle de la demande. Leur investissement est à la peine, ce qui pourrait freiner l’emploi et impacter les ménages. Autre facteur susceptible de peser sur la confiance : la marge de manœuvre désormais limitée de la politique monétaire et, dans de nombreux pays, de la politique budgétaire pour stimuler la croissance. Aux Etats-Unis, les enquêtes auprès des chefs d’entreprises font ressortir de fortes inquiétudes concernant le risque de récession et l’inversion de la courbe de taux ne fait qu’ajouter à l’inconfort. Cependant, un éventail d’indicateurs avancés brosse pour le moment un tableau moins sombre.
Affrontement commercial États-Unis – Chine, jusqu’où ? 07/10/2019
L’inflation redoutée des droits de douane entre les États-Unis et la Chine a finalement bien lieu. Dans l’immédiat, tabler sur une désescalade serait optimiste.
Fed et BCE : deux approches divergentes de la politique monétaire 20/09/2019
La Réserve fédérale américaine et la BCE adoptent des positions très différentes : la Fed dispose d’une plus grande marge de manœuvre pour assouplir sa politique monétaire et elle est plus proche de ses objectifs. L’institution de Francfort, en revanche, n’a qu’une marge limitée alors qu’elle doit faire face à une inflation inférieure à son objectif avec le risque que l’écart se creuse au lieu de se résorber. Ces différences ont conduit à des approches divergentes concernant la conduite de la politique monétaire et la communication en la matière. La Fed dépend dans chiffres économiques à court terme et, à l’exception des projections des membres du FOMC, elle ne donne pas de guidance. La BCE est indifférente aux données et centre sa communication autour d’une forward guidance liée à l’état de l’économie : le resserrement interviendra uniquement si la cible d’inflation est atteinte. L’orientation de la BCE réduit la sensibilité des marchés financiers aux surprises liées aux données tandis que celle de la Fed l’augmente. Il existe donc un risque de hausse de la volatilité aux Etats-Unis, mais également à l’étranger, du fait des effets de contagion internationaux.
La forte incertitude pèse sur la croissance, au mépris des baisses de taux 06/09/2019
Les enquêtes réalisées auprès des chefs d’entreprises aux Etats-Unis dépeignent un tableau contrasté avec, notamment, une nette détérioration de la situation dans l’industrie manufacturière et une belle reprise dans les services. Dans une perspective plus large, les signes d’un ralentissement économique se renforcent. Les moteurs de l’économie mondiale, tels la Chine et l’Inde, affichent une croissance moins dynamique, quoique pour des raisons différentes. En Europe, l’Allemagne est probablement déjà en récession technique alors que la France résiste. Les banques centrales font de nouveau le choix d’un assouplissement mais l’efficacité de cette politique va se heurter à une incertitude élevée, malgré l’annonce d’une nouvelle série de négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2261 articles et 573 vidéos