Graphiques de la semaine

Zone euro : les découverts des entreprises proches de leur niveau pré-pandémique

12/07/2022

L’encours[1] total des découverts, crédits renouvelables, facilités de remboursement et prorogations sur cartes de crédits, accordés par les banques[2] aux sociétés non financières (SNF) de la zone euro, s’établissait en mai 2022 à EUR 535 mds, soit un niveau comparable à celui de mai 2020 après cinq mois de hausses. Depuis son point bas d’août 2021 à EUR 452 mds, l’encours des découverts des SNF a augmenté de 18,3% après une baisse de 35,6% entamée en février 2015.

La baisse de l’encours des découverts des SNF s’est accentuée en 2020, probablement en raison des mesures de soutien public mises en place en réponse à la pandémie de Covid-19. Plus particulièrement, les prêts garantis par les États ont permis aux entreprises de bénéficier de ressources à des conditions exceptionnellement attractives. Elles ont ainsi réduit le recours aux découverts, comme en témoigne l’augmentation sensible de l’encours des prêts hors découverts à partir du mois de mars 2020.

La levée progressive des mesures de soutien public (moratoires sur les remboursements de prêts et garantie des prêts par les États, notamment) ainsi que la très nette détérioration de l’environnement macroéconomique et géopolitique semblent avoir contribué à l’augmentation de l’encours des découverts des SNF depuis le début de l’année 2022. En outre, les hausses du prix des matières premières et des autres intrants ont également contribué à l’augmentation des besoins en fonds de roulement. Du côté des ménages[3], l’encours des découverts demeurait inférieur, en mai 2022, de 7,9% à son niveau de décembre 2019. Il avait néanmoins augmenté de 5,5% depuis son point bas de mai 2021, suggérant un resserrement de la contrainte financière pour certains ménages en raison de la résurgence de l’inflation.

[1] L’encours coïncide avec la production nouvelle. Ces prêts sont ainsi intégralement remboursés d’une période sur l’autre.

[2] Institutions financières monétaires (IFM) à l’exclusion du système européen de banques centrales (SEBC).

[3] Y compris les entrepreneurs individuels ainsi que les institutions sans but lucratif au service des ménages.

Zone euro : encours des prêts bancaires aux sociétés non financières
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
Thomas HUMBLOT
Equipe : Economie bancaire