Recherche par Pays

Informations économiques par zone géographique

Union Européenne
389  Articles pour France
France

La France est une puissance économique moyenne, la sixième au niveau mondial (2018) en termes de PIB nominal. Son PIB par habitant (en parité de pouvoir d’achat) la situe à la 28e place. Avec 20 % environ du PIB de la région, la France est la deuxième économie de la zone euro. L’économie française est principalement une économie de services : le secteur tertiaire représente 79 % de la valeur ajoutée brute totale, contre 13 % à peine pour le secteur secondaire, un peu moins de 2 % pour l’agriculture et 6 % pour le bâtiment. À titre de comparaison, ces chiffres pour l’UE-27 sont, respectivement, de 73 %, 20 %, 1,8 % et 6 %.

De par sa structure économique et l’importance de son État-Providence, la France est une économie peu cyclique : les récessions y sont moins sévères qu’ailleurs et les reprises, moins vigoureuses. Ce modèle a néanmoins été ébranlé par la pandémie de Covid-19 qui a sévèrement impacté les spécificités sectorielles de l’économie française. L’importance du secteur des services marchands, qui agissait jusque-là comme un régulateur, a, cette fois, eu des effets nettement préjudiciables. Les secteurs du tourisme et de l’aéronautique, de l’hôtellerie et de la restauration, des arts, des spectacles et des loisirs sont tous durement touchés et le retour à la normale prendra du temps. Le confinement strict est un autre facteur expliquant le choc massif de la récession en France. Au printemps 2020, le gouvernement français a lancé un train de mesures d’urgence de grande ampleur (d’un montant d’environ EUR 500 mds) suivi d’un plan de relance également d’envergure (EUR 100 mds sur la période 2021-2022).

Concernant les faiblesses structurelles (déficit de compétitivité, chômage de masse et importants déséquilibres budgétaires), plusieurs réformes ont été lancées depuis 2007 pour stimuler l’offre et relancer l’économie. Cette stratégie a été renforcée, à partir de 2012, avec une série de baisses de l’impôt sur les sociétés et des cotisations patronales, ajoutées à plusieurs mesures visant à introduire plus de concurrence sur le marché des biens et services, à améliorer la flexibilité sur le marché du travail ou encore à soutenir l’innovation, à accroître le financement des PME et à créer un environnement plus favorable aux entreprises. Ces réformes ont été poursuivies et quelque peu amplifiées depuis 2017 et l’arrivée au pouvoir du Président Macron. Dans le plan de relance de 2020, l’objectif à long terme est de « construire aujourd’hui la France de 2030 » en soutenant la transition écologique, la compétitivité et l’innovation, ainsi que la cohésion sociale et territoriale.

Une fois que le choc de la pandémie de Covid-19 sera passé, ces réformes devraient contribuer à faire progresser de quelques dixièmes la croissance potentielle française. Ces réformes ont déjà contribué à deux améliorations : les déséquilibres macroéconomiques ne sont plus jugés excessifs par la Commission européenne et la France est finalement sortie de la procédure de déficit excessif en 2018. Pour favoriser la croissance, la France doit capitaliser sur ses nombreuses ressources : situation géographique, démographie, infrastructures, économie diversifiée, profondeur et liquidité des marchés de capitaux et du crédit, épargne abondante du secteur privé, énergie, culture, créativité, attractivité, compétences, savoir-faire et entreprises leader au plan mondial.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2766 articles et 733 vidéos