Emerging

Un tigre qui ne rugit plus

e
Eco Emerging // 4 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
2
5
ÉTHIOPIE  
UN TIGRE QUI NE RUGIT PLUS  
En Éthiopie, la pandémie du coronavirus a déclenché une crise économique qui remet en cause le modèle de  
développement du pays de ces dix dernières années. Les réformes tardives, les coûts logistiques importants et la  
pénurie de devises étrangères ont fortement ralenti la modernisation de l’économie. De plus, le conflit interne dans  
la région du Tigre menace la stabilité politique du pays et aggrave la crise humanitaire. Sans ressources, le pays n’a  
pas les moyens de faire face aux conséquences économiques de la pandémie et il reste fortement dépendant des  
aides étrangères. L’endettement en devises est devenu trop important par rapport aux recettes d’exportation. Le  
pays a demandé une restructuration de sa dette extérieure dans le cadre commun proposé par le G20. Mais la crise  
diplomatique en cours avec ses partenaires internationaux retarde pour l’instant sa mise en œuvre.  
UN MODÈLE DE DEVELOPPEMENT TRÈS FRAGILE  
PRÉVISIONS  
La modernisation de l’économie de ces dix dernières années, basée sur  
une stratégie d’industrialisation, n’a pas permis au pays de résister  
2
019  
2020  
2021e  
2022e  
au choc de la pandémie. Le modèle de développement promu par le  
gouvernement a reposé sur la création de parcs industriels gérés par  
l’État, proposant une fiscalité avantageuse et un coût très faible de  
la main d’œuvre. En réalité, ces zones franches présentent de gros  
problèmes logistiques (en particulier le raccordement aux réseaux  
d’eau et d’électricité), un taux élevé de rotation du personnel et, au  
final, une productivité médiocre.  
PIB réel, variation annuelle (%)  
Inflation moyenne (IPC, %)  
9.0  
6.1  
2.0  
8.7  
15.8  
-2.5  
57.7  
-5.3  
30.5  
3.0  
20.4  
-2.8  
59.7  
-4.6  
31.6  
3.0  
21.7  
-3.3  
61.7  
-3.6  
35.6  
3.2  
19.0  
-3.0  
60.4  
-3.9  
37.9  
3.4  
Solde budgétaire / PIB (%)  
Dette du gouvernement / PIB (%)  
Solde courant / PIB (%)  
Dette extérieure / PIB (%)  
Selon les données publiées par la banque centrale, la croissance du PIB  
a ralenti à +6,1% en 2020, contre 9% à l’année précédente, malgré le  
soutien des dépenses publiques (voir graphique 1). Du côté de l’offre,  
seule l’agriculture a enregistré une contribution à la croissance en  
hausse (1,4% contre 0,9% en 2019) grâce à des récoltes abondantes.  
La production industrielle et l’activité dans la construction, déjà  
structurellement handicapées par un approvisionnement en électricité  
aléatoire, ont dû être suspendues. Aucun confinement n’a été décrété  
pendant la pandémie mais les restrictions à la mobilité, imposées  
à la population pendant l’état d’urgence, ont affecté les activités  
commerciales. Les secteurs du transport et du tourisme ont souffert le  
plus de la suspension des vols.  
Les effets récessifs de la pandémie devraient se poursuivre en 2021,  
avec une croissance attendue à seulement 2%. En effet, malgré la  
levée de l’état d’urgence en septembre 2020 (il aura duré 5 mois),  
la consommation des ménages devrait rester déprimée à cause des  
pressions inflationistes toujours importantes. Malgré la baisse des  
exportations, le déficit du compte courant continuerait de se réduire  
en raison de la faiblesse des importations. Dans le même temps, les  
investissements directs continueraient de se contracter. Le déficit  
budgétaire ne peut que se creuser avec une nouvelle hausse des  
dépenses sanitaires. En effet, la ministre de la Santé vient de confirmer  
la présence du variant delta dans le pays et sa propagation rapide,  
compte tenu de la faible couverture vaccinale.  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change, en mois d'imports  
1.7  
1.9  
1.7  
1.8  
E: ESTIMATIONS ET PRÉVISIONS  
TABLEAU 1  
SOURCE : BNP PARIBAS RECHERCHE ECONOMIQUE GROUPE  
CROISSANCE DU PIB RÉEL (CONTRIBUTION EN %)  
2
1
1
0
5
0
5
0
5
%
Exportations nettes  
Investissement  
Consommation privée  
Dépenses publiques  
Croissance du PIB réel  
10.2  
9.0  
1
0.3  
10.4  
8
.0  
7.7  
6.1  
2
.0  
-
-
10  
2
014  
2015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
2021e  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : BANQUE NATIONALE D’ÉTHIOPIE  
Les incertitudes liées à la pandémie pèsent donc sur les perspectives  
de croissance. Les efforts en matière de lutte contre la pauvreté pour- contre environ 5% avant la pandémie), de sorte que les réserves de  
raient être anéantis. En particulier, le risque alimentaire est exacerbé change diminuent en tendance depuis 2019. Les pressions sur la  
par les perturbations dans la filière agricole dues à une importante monnaie locale (le Birr, ETB) ont augmenté et les faibles réserves de  
invasion de criquets.  
change laissent le pays fortement dépendant des aides internationales.  
Le ratio de dette publique externe sur PIB s’élève à 35% en 2021, mais  
à presque 200% rapporté aux recettes d’exportations. Le service de la  
dette externe a atteint 26% des revenus d’exportations (contre 17% en  
EN SITUATION DE SURENDETTEMENT  
Les exportations de textile et de produits horticoles ont été très  
affectées par la pandémie. Les retards dans les projets de privatisation  
ont réduit les investissements directs étrangers (2,6% du PIB en 2020  
2
015) avec la fin des prêts concessionnels. De fait, le pays est aujourd’  
hui en situation de surendettement.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
e
Eco Emerging // 4 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
2
6
L’Éthiopie a demandé officiellement une restructuration de ses  
créances aux pays du G20 dans le cadre commun de traitement de  
PRESSIONS SUR LES RÉSERVES ET LE TAUX DE CHANGE  
1
la dette . La Banque mondiale et le FMI ont conclu que la dette de  
l’Éthiopie était soutenable mais qu’un rallongement des échéances sur  
la dette extérieure atténuerait le risque de surendettement à la fin  
des programmes en cours avec le FMI. Pour rappel, l’Éthiopie bénéficie  
actuellement de deux dispositifs du FMI : une facilité élargie de crédit  
concessionnel, qui expire en septembre 2021, et un mécanisme élargi  
de crédit non concessionnel qui reste opérationnel. Le comité des  
créditeurs s’est constitué le 16 septembre dernier pour examiner la  
demande de restructuration mais les négociations tardent à aboutir car  
elles se heurtent notamment au traitement comparable des créditeurs  
privés. Pour rappel, le pays a émis un eurobond d’une valeur nominale  
d’un milliard de dollars, dont la valeur s’est effondrée depuis l’annonce  
60  
Réserves de change (Mds USD, é.d.)  
Taux officiel ETB/USD  
Taux du marché noir  
5000  
50  
40  
30  
20  
4
000  
000  
3
2000  
1000  
0
2
de la participation de l’Éthiopie au cadre commun .  
10  
0
RISQUES POLITIQUES TRÈS ÉLEVÉS  
2014  
2015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
2021  
Les élections générales du 21 juin dernier ont confirmé la victoire du  
Parti de la prospérité. Il s’agit de la nouvelle formation politique du  
Premier ministre sortant, Abiy Ahmed, arrivé au pouvoir en avril 2018  
au sein d’une coalition de quatre partis, liée aux groupes ethniques  
régionaux mais dominée par un parti minoritaire, le Front populaire  
de libération du peuple du Tigré (TPLF). Fin 2019, Abiy Ahmed a mis  
fin à cette coalition pour la remplacer par un seul parti dominé par les  
Amharas. Dans les faits, trois régions sur dix n’ont pas pu participer aux  
élections en raison de la guerre civile qui sévit dans le nord du pays;  
ce conflit inter-ethnique démarré dans le Tigré en novembre 2020 s’est  
vite étendu aux États voisins de Afar et Amhara, et menace la stabilité  
de l’ensemble de la région.  
GRAPHIQUE 2  
SOURCES : BANQUE NATIONALE D’ÉTHIOPIE, FMI  
Achevé de rédiger le 30 septembre 2021  
Sara CONFALONIERI  
sara.confalonieri@bnpparibas.com  
L’ampleur des violences s’expliquent par les frustrations de l’ethnie du  
Premier ministre Abiy Ahmed (Oromo), qui attendait une amélioration  
des conditions de vie et une plus grande inclusion dans la vie politique.  
La récente coopération militaire entre les deux principaux mouvements  
3
d’insurrection en Éthiopie met le gouvernement fédéral sous pression.  
Les États-Unis ont imposé le 23 mai dernier des sanctions économiques  
au pays (restrictions des visas, suspension d’une partie de l’aide  
et pression sur le FMI et la Banque mondiale pour geler les futurs  
décaissements). Ils s’inquiètent de l’insécurité persistante dans la  
région, qui entrave les opérations humanitaires. Ils attendent le résultat  
d’une enquête du Conseil de sécurité de l’ONU sur des accusations  
de violation des droits de l’homme pouvant constituer des crimes de  
guerre. Entre-temps, Abiy Ahmed a fustigé l’ingérence américaine qui  
traite son gouvernement au même titre que les insurgés, considérés  
désormais comme organisations terroriste. Conforté par sa large  
victoire électorale, le Premier ministre éthiopien cherche désormais à  
renforcer les autres relations diplomatiques, notamment avec les pays  
de l’Union africaine et la Turquie, avec qui des accords de coopération  
militaire et économique ont été signés récemment.  
1
En novembre 2020, les pays du G20 ont adopté un cadre commun pour les éventuelles restructurations de dettes des 73 pays les plus pauvres de la planète. Après une analyse de  
la soutenabilité de la dette, réalisée par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), les négociations doivent, dans un premier temps, être engagées avec les  
membres du G20 et tout autre pays créditeur qui souhaite se joindre à l’initiative. Dans une seconde phase, sous le contrôle du FMI, le pays devra négocier avec l’ensemble de ses autres  
créditeurs des termes au moins aussi favorables que ceux obtenus auprès des pays du G20.  
2
3
Le spread JPM EMBIG a atteint 1000 points de base début septembre  
Le Front populaire de libération du Tigré (FPLT) et l ’A rmée de libération oromo (OLA)  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1586 articles et 280 vidéos