eco TV

Turquie : le côté obscur de la forte croissance

07/02/2018

La croissance du PIB pourrait avoisiner les 7% en 2017, soutenue par une politique budgétaire expansionniste et une conjoncture internationale porteuse (notamment en Europe). Mais cette forte croissance a creusé les déséquilibres macroéconomiques, notamment l’inflation, accentuée par la dépréciation de la livre turque sur fond de tensions (géo)politiques et le rebond des prix du pétrole.

TRANSCRIPT // Turquie : le côté obscur de la forte croissance : février 2018

- Pour le Graphique du mois, direction la Turquie. Sylvain Bellefontaine, bonjour.

- Bonjour.

- La croissance en Turquie devrait avoisiner les 7% en 2017. Quels sont les moteurs de cette croissance ?

 - Vous voyez ici sur le graphique les données lissées en moyenne mobile sur quatre trimestres. Le principal driver de ces derniers trimestres a été l’accélération du crédit, soutenue par le gouvernement et, notamment, par son fonds de garantie du crédit qui a été très largement étendu. Le gouvernement a aussi augmenté ses dépenses, d’investissement notamment. Il a augmenté les salaires et baissé la fiscalité pour soutenir la consommation des ménages. Troisième élément que vous voyez ici avec la courbe orange : le commerce extérieur a été très profitable et a largement contribué à la croissance sur les derniers trimestres, notamment du fait de la bonne conjoncture en Europe.  

- Est-ce que cela devrait continuer en 2018 ?

- En 2018, on attend un ralentissement et il sera bienvenu. En effet, sur ce deuxième graphique, on voit les conséquences d’une croissance très forte et d’une économie en surchauffe : une forte accélération de l’inflation sur la courbe bleue. Vous voyez qu’elle a tout de même atteint  13% au mois de novembre. Elle a un peu ralenti au mois de décembre, mais on finit l’année à plus de 11% d’inflation. Cela s’explique notamment par une forte dépréciation de la livre turque dans un contexte géopolitique vraiment tendu, notamment avec les pays occidentaux, l’Europe et les Etats-Unis. Dans ce contexte, la Banque centrale a dû fortement augmenter ses taux d’intérêt. On est aujourd’hui à 12,75%, mais l’économie devrait ralentir cette année.

- C’est souhaitable. Et pour 2019 ?

- Pour 2019, on attend une petite accélération. Ce sera une année électorale nous pensons donc que le gouvernement relancera sa politique budgétaire expansionniste.

- Novembre 2019, les prochaines élections générales en Turquie. Merci Sylvain Bellefontaine pour ce point.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Turquie : pas la pire crise que le pays ait connue 05/06/2020
La Turquie a enregistré une croissance positive au 1er trimestre. Le pays ne devrait pas échapper à une perte d’activité en 2020, mais celle-ci devrait rester l’une des plus faibles du Monde émergent.
Notre baromètre d'activité résiste 24/04/2020
Notre baromètre des indicateurs de la Turquie montre une bonne résistance de l’économie jusqu’en février/mars. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas imposé de confinement généralisé de sorte que le choc d’offre est moins fort que dans les autres économies européennes. Par ailleurs, la banque centrale a baissé son taux directeur de 200 points de base depuis la mi-mars et le gouvernement a annoncé qu’un tiers du programme de relance, d’un  montant de TRY 100 mds (2,3% du PIB), avait déjà été dépensé à la mi-avril. Nous anticipons une récession limitée à -2% pour 2020.
Résistance de l'économie turque 13/03/2020
Les indicateurs du radar de l’économie turque dépeignent une économie qui résiste au ralentissement économique mondial et aux incertitudes liées à l’engagement militaire en Syrie. La croissance du PIB réel a nettement rebondi au T42019 (+5,9% sur un an contre 1% au T3) grâce notamment à la consommation privée et au retour à la confiance des chefs d’entreprise. Le moral des ménages s’est, en revanche, dégradé avec la hausse du chômage, mais ces derniers ont pu bénéficier de conditions de crédit à la consommation très attractives de la part des banques publiques dans un contexte de forte baisse des taux directeurs (ramenés de 24% fin juillet à 10,75%). La baisse des prix du pétrole est une aubaine car elle pourrait compenser l’augmentation du déficit commercial hors énergie du fait de la dépréciation du change, d’une part, et de la forte intégration des industries turques dans les chaines de valeur, d’autre part. Un bémol toutefois, ces données, y compris les enquêtes, ne prennent pas en compte les effets disruptifs de la propagation du covid-19 sur la production.
Turquie, la livre turque joue aux montagnes russes 09/05/2019
Après une chute vertigineuse de 42% par rapport à la moyenne euro-dollar entre janvier et août 2018, dont la moitié sur le seul mois d’août, la livre turque (TRY) a rebondi de 15% entre septembre et décembre, dans le sillage de la hausse massive des taux d’intérêt par la banque centrale (CBRT). Mais elle s’est de nouveau dépréciée de 10% au cours des deux derniers mois, sur fond de stagflation. La volatilité du taux de change s’est accentuée du fait notamment de l’incertitude quant au niveau réel des réserves de change dites « libres ». Les sorties nettes d’investissements de portefeuille de la part des non-résidents en monnaie locale ont atteint USD 1,4 md en mars-avril, les investisseurs étrangers s’étant de nouveau désengagés du marché actions et encore davantage du marché obligataire. Ils ne détiennent plus que 12% de la dette publique domestique (contre plus de 20% jusqu’en 2014).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2454 articles et 632 vidéos