eco TV
Y a-t-il retournement de conjoncture ? Regards croisés sur les États-Unis et l’Europe 10/07/2018

Le climat des affaires se tempère quelque peu, aux États-Unis mais surtout en Europe. Assagissement passager ou début de retournement conjoncturel ?

TRANSCRIPT // Y a-t-il retournement de conjoncture ? Regards croisés sur les États-Unis et l’Europe : juillet 2018

LE DÉBAT

 

François Doux : En ce second semestre de l'année 2018, qu'en est-il de la conjoncture économique mondiale ? On va en parler, non pas avec un, mais avec deux économistes.

William De Vijlder, bonjour.

William De Vijlder : Bonjour.

François Doux : Jean-Luc Proutat, bonjour

Jean-Luc Proutat : Bonjour.

François Doux : Les enquêtes de confiance ont été plutôt bonnes jusqu'à aujourd'hui Jean-Luc Proutat. Or l'euphorie semble cesser. Quelle est votre analyse tant sur l'Europe que sur les États-Unis ?

Jean-Luc Proutat : C'est vrai que cela retombe un petit peu. Les indices de conjoncture étaient vraiment très bien positionnés en début d'année. Cela n’était sans doute pas extrapolable. On assiste donc actuellement plutôt à une normalisation du climat des affaires. Les prévisions de croissance aux États-Unis tournent toujours autour de 3 %. Cela reste un bon chiffre, en partie embelli par les baisses d'impôts. La zone euro, est plutôt à 2 % de croissance, et s’inscrit en décalage par rapport aux États-Unis, qui sont dans leur neuvième année d'expansion. Elle était encore en récession en 2013, elle n'a véritablement commencé à accélérer qu'en 2017. Elle est donc en phase de rattrapage par rapport aux États-Unis, et dans les deux zones les indices de conjoncture se normalisent.

François Doux : William De Vijlder, l'écart dont vient de parler Jean-Luc Proutat, entre la croissance américaine et la croissance européenne, est-il en train de se resserrer?

William De Vijlder : Pas vraiment si on fait référence aux indices du sentiment de confiance parce que le plafonnement aux États-Unis est une stabilisation tandis que du côté européen, les indicateurs des directeurs d'achat ou encore le sentiment de la Commission européenne ont déjà bien fléchi.

Les PMI par exemple sont au plus bas depuis 16 mois. On peut se consoler en disant que l’on partait d'un niveau très élevé, comme l'a dit Jean-Luc tout à l'heure. Ce qui veut dire que la croissance va encore largement dépasser le potentiel ; elle devrait donc tourner aux alentours de 2 %. Cela montre un écart de près de 1% de croissance entre les États-Unis et la zone euro cette année.

François Doux : Dans ce contexte, quel rôle joue la fameuse guerre commerciale ?

Les menaces protectionnistes des États-Unis dans les médias vont peut-être arriver, quel est votre point de vue d'économiste sur ce facteur ?

William De Vijlder : Tout d'abord philosophiquement, il est très intéressant d'observer que dans une économie qui tourne à plein régime et qui bénéficie d'une impulsion fiscale très importante, on veuille donner un coup de pouce supplémentaire en favorisant la production domestique au détriment des importations. Toute la théorie économique et toute la recherche empirique en économie montrent que c’est quelque chose qui  devient "perdant, perdant" pour tout le monde, y compris pour le pays qui prend ces mesures. Ce n'est pas vraiment pris en compte à l'heure actuelle et, justement, ces mesures ont créé un climat d'incertitude profonde avec des signes manifestes des chefs d'entreprise, dans leurs commentaires, mais également par exemple dans les enquêtes de conjoncture un fléchissement des commandes de l'étranger. Je pense que l'on peut commencer à voir un lien avec la politique commerciale des États-Unis.

François Doux : Justement, Jean-Luc Proutat, dans les faits qu'est-ce que ce protectionnisme américain pourrait donner ?

Jean-Luc Proutat : Rien de bon. Et, les arguments qui fondent cette politique sont contestables. Ainsi, se fermer aux échanges ne permet pas de rétablir un excédent commercial, comme semble le croire  le président américain Cela ne fonctionne pas comme ça. Lorsque l’on croise des données de pays de l’OCDE, donc des pays avancés, on constate au contraire que ce sont souvent les pays les plus ouverts qui obtiennent des excédents commerciaux.

Un autre argument également très présent dans le discours du président des États-Unis, est que l'insertion dans la mondialisation crée des inégalités. Certains en profitent, d'autres pas. C'est un débat, mais il est important d'avoir en à l’esprit, lorsque l’on aborde ce sujet, le poids des prélèvements, des transferts. Prenez par exemple les pays du Nord de l'Europe, les pays scandinaves. Ils sont à la fois très ouverts sur le commerce et peu inégalitaires. Ce n'est donc pas si simple.

François Doux : Dans le match entre banques centrales, entre la Fed et la BCE, le contexte est celui d'un accroissement de la croissance et de l'inflation mais aussi des risques. Quel rôle ces deux banques centrales vont-elles jouer, William ?

William De Vijlder : Le risque, c'est le joker qui peut changer la donne soudainement. Les banques centrales mènent depuis des années une politique qui cherche à être extrêmement prévisible. C'est la fameuse ‘fonction de réaction’. Tous leurs discours cherchent à donner des indications sur ce qu'elles veulent faire sans créer de soubresauts sur le marché, sans troubler les dirigeants d'entreprises ou les ménages. A ce propos, lors des réunions récentes de la Banque centrale européenne ou de la Réserve fédérale, voire même de la Banque d'Angleterre, le message était extrêmement réconfortant. Elles insistent sur leur confiance  dans les perspectives économiques, etc.

En revanche, ce qui a frappé, lors de la réunion à Sintra de la Banque centrale européenne il y a quelques semaines, avec notamment messieurs Powell de la Fed, Draghi de la BCE et Kuroda de la Banque du Japon, c’est le ton beaucoup plus prudent. Ils ont beaucoup insisté sur les éléments d'incertitude, notamment ceux liés à la crainte d'une guerre commerciale. Ces choses peuvent donc changer la donne dans le sens où la Réserve fédérale nous prépare à plusieurs resserrements et la Banque centrale européenne a clairement indiqué l’arrêt de l'assouplissement quantitatif. Tout porte à croire qu'il y aura un premier resserrement à la rentrée 2019. C'est clair, mais si soudainement la conjoncture devait se détériorer davantage, parce que nous sommes en phase de normalisation cela changerait la donne.

C'est peut-être pour cette raison que, du côté américain par exemple, malgré la volonté claire de la Fed de resserrer la politique monétaire, les taux longs ne remontent pas.

François Doux : Jean-Luc Proutat, justement sur la dernière décision de la Fed, le président de la Fed a fait un commentaire sur l'instabilité financière. Quelle est votre analyse ?

Jean-Luc Proutat : Ce thème revient de plus en plus souvent dans le débat aux États-Unis, mais il n'est pas très présent en Europe tout simplement parce que le cycle du crédit n'en est pas du tout au même stade Ce dernier est beaucoup plus avancé aux États-Unis.

Les États-Unis enregistrent une très forte expansion des crédits à la consommation ;ils affichent un niveau d'endettement des entreprises à nouveau assez haut. L'une des raisons pour lesquelles la Réserve fédérale est en train de resserrer la politique monétaire est qu’elle cherche à contrôler l'expansion du crédit, de manière à ne pas générer de déséquilibres excessifs. La BCE n'en est pas là et cela explique aussi une partie du décalage évoqué en début d'interview.

François Doux : Pour conclure, William De Vijlder, quelles sont vos prévisions sur l'eurodollar et les marchés financiers dans les mois à venir ?

William De Vijlder : Un régime de volatilité structurellement plus élevé pour le marché, avec le resserrement monétaire américain comme facteur déterminant. Pour ce qui est de l'eurodollar, étant donné la perspective d’un arrêt par la Réserve fédérale du resserrement de sa politique monétaire à partir de début 2019, et une banque centrale européenne qui normalisera davantage sa politique en 2019, cela donne un scénario de 1,24 en fin de cette année et 1,34 fin 2019. Il faut insister sur le fait que tout ceci est extrêmement dépendant du différentiel de croissance entre les États-Unis et l’Europe, et notamment du différentiel de momentum de croissance.

François Doux : Merci à tous les deux pour ce point sur la conjoncture mondiale.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Dégradation du sentiment économique : facteurs domestiques versus extérieurs 15/02/2019
Depuis  début 2018, les indices des directeurs d’achats montrent une érosion des nouvelles commandes à l’exportation dans un grand nombre de pays, plus marquée que la dégradation générale du climat dans l’industrie manufacturière. Les chocs extérieurs de la demande domineraient donc les facteurs domestiques dans le ralentissement global de la croissance. Le décrochement des nouvelles commandes à l’exportation fait écho au freinage des échanges internationaux. Il est sans doute lié au tassement de l’activité chinoise et à celui des dépenses d’investissement (qui nécessitent davantage d’importations que la consommation) constaté dans de nombreux pays. L’incertitude qui règne dans les relations commerciales internationales pourrait également jouer un rôle. 
Révisions à la baisse de la croissance : facteurs explicatifs 07/02/2019
Au regard du récent ralentissement des données économiques, le FMI et les prévisionnistes professionnels contactés par la BCE revoient à la baisse leurs prévisions. Nous abaissons également les nôtres pour la zone euro en 2019.
Vers une économie sobre en carbone 04/02/2019
L’Accord de Paris sur le climat, conclu lors de la COP 21 en 2015, plaide en faveur de la limitation du réchauffement climatique sous le seuil de 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle. Dans son dernier rapport, le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) lance toutefois un avertissement : les mesures d’atténuation actuelles ne permettront pas d’atteindre cet objectif. Les investissements dans les infrastructures d’énergies renouvelables et d’électricité doivent être accrus. Il faut « décarboner » le secteur de l’énergie, recourir davantage à l’électricité et améliorer l’efficacité énergétique. Les intérêts commerciaux mais aussi l’impact social lié, en particulier, à la hausse du prix du carbone, compliquent la mise en place de politiques bas carbone. Quoi qu’il en soit, pour réduire de façon notable les émissions de gaz à effet de serre, une approche différente s’impose, conjuguant une tarification du carbone et des sanctions commerciales.
Pourquoi la récession est anxiogène 29/01/2019
Un net ralentissement de croissance est anxiogène. Les ménages et entreprises détestent l’incertitude, leur confiance chute et la dynamique négative s’autoalimente. Le manque de croissance domine les esprits et un ton plus accommodant des banques centrales ne suffit pas à restaurer la confiance.
Ralentissement, ménages, entreprises et banques 29/01/2019
Face à l’essoufflement de la croissance, les ménages redoutent une détérioration du marché de travail et ajustent leur consommation. Les entreprises réduisent leurs investissements : il s’agit de dépenses quasiment irréversibles qui nécessitent une visibilité sur plusieurs années. Un ralentissement réduit cette visibilité et donc la volonté des entreprises à s’engager à long terme. En outre, les banques adopteront une politique d’octroi de crédit plus stricte.
La psychologie des marchés 29/01/2019
Les faits stylisés d’une récession (forte chute des bourses, écartement important du spread corporate par rapport aux obligations d’état) focalisent l’attention des investisseurs en période de ralentissement sur le risque d’une entrée en récession. La sensibilité aux mauvaises nouvelles augmente, l’horizon d’investissement se raccourcit et la volatilité augmenté avec effet néfaste sur la croissance.
Lorsque les politiques environnementales, commerciales et sociales se rejoignent 25/01/2019
Dans une déclaration récente relative à des dividendes de la taxe carbone, plusieurs économistes émettent, à l’attention des autorités américaines, d’importantes recommandations pour lutter contre le réchauffement climatique. Les auteurs font explicitement référence à la nécessité de créer un dispositif d’ajustement carbone à la frontière pour préserver la compétitivité américaine par rapport aux pays qui ne seraient pas dotés d’une taxe carbone. Ils recommandent que les recettes liées à cette taxe soient redistribuées de façon égale aux citoyens américains. En outre, ces rentrées fiscales pourraient permettre d’intégrer les aspects redistributifs des taxes environnementales tout en encourageant les investissements dans l’efficacité énergétique.
Une conjoncture dominée par l’incertitude 24/01/2019
Le ralentissement se généralise. Si l’on pouvait s’attendre à une normalisation de la croissance, plusieurs sources d’incertitude (crainte de guerre commerciale, Brexit, fermeture de services publics aux Etats-Unis, etc.) ont agi comme des vents contraires. Des mesures ont déjà été annoncées en Chine et, aux Etats-Unis, la Réserve fédérale américaine a insisté sur sa patience (face à l’inflation) et sa flexibilité pour adapter sa politique.
Peu d’avancées dans les négociations sur le climat 24/01/2019
Les participants à la COP 24 ont à peine réussi à se mettre d’accord sur des règles de mesure, de notification et de vérification des émissions de carbone. En attendant, le monde s’éloigne toujours un peu plus de son objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Les émissions de CO2 sont appelées à augmenter d’ici à 2030 alors qu’elles devaient atteindre un pic en 2020. Les pays sous-estiment l’urgence de la situation ou sont freinés dans leur action par des intérêts commerciaux. La législation en matière de protection de l’environnement se heurte, par ailleurs, à une opinion publique de plus en plus réfractaire. Il faut donc améliorer l’élaboration des politiques climatiques. L’OMC doit, par ailleurs, être associée au débat sur le changement climatique.
Augmentation de l’incertitude 18/01/2019
L’indice de l’incertitude de la politique économique, basé sur la couverture médiatique de cette thématique, est en forte hausse depuis mi-2018 et dépasse même son plus haut atteint fin 2016. L’évaluation de l’incertitude du monde des affaires en Allemagne et aux Etats-Unis augmente également. Une troisième mesure de l’incertitude, la dispersion des rendements boursiers des actions individuelles, croît aussi aux Etats-Unis et dans une moindre mesure dans la zone euro.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2027 articles et 558 vidéos