eco TV

Inde : quels défis pour le futur gouvernement à la veille des élections générales ?

08/04/2019

Cinq ans après son arrivée au pouvoir, le bilan de Narendra Modi est globalement positif. Néanmoins, pour stimuler davantage la croissance et augmenter le revenu par tête, le futur gouvernement devra mettre en place un environnement plus favorable aux investissements domestiques et étrangers.

En savoir plus

TRANSCRIPT // Inde : quels défis pour le futur gouvernement à la veille des élections générales ? : avril 2019

3 QUESTIONS

François Doux

Trois questions sur l'Inde à présent alors que le pays s'apprête à voter pour le renouvellement de la chambre basse et donc pour la nomination d'un nouveau Premier ministre. Les élections ont lieu entre le 11 avril et le 19 mai. Quel est le bilan du Premier ministre actuel, Narendra Modi ?

Johanna Melka

Globalement le bilan de Narendra Modi est positif. Au cours des cinq dernières années, la croissance économique a atteint en moyenne 7,5 %. Cela a permis d'augmenter le revenu par tête, en termes réels, et de réduire le niveau de la pauvreté bien qu'il reste élevé. Par ailleurs les finances publiques se sont fortement consolidées grâce, d'une part, à une meilleure rationalisation des dépenses publiques et, d'autre part, à l'adoption en 2017 d'une taxe commune sur les biens et services à l'ensemble des Etats. Elle devrait permettre d'augmenter la base fiscale du pays et d'améliorer sa compétitivité, même si à ce jour les résultats sont un peu décevants.

François Doux

Deuxième question, quels sont les défis du futur gouvernement ?

Johanna Melka

Le gouvernement devra parvenir à stimuler sa croissance afin qu'elle profite davantage à l'ensemble de la population indienne. Car même si le PIB par tête a augmenté sensiblement, il reste très inférieur au revenu des autres pays d'Asie. Pour ce faire il devra notamment créer un environnement économique, financier, fiscal et institutionnel beaucoup plus favorable aux investissements domestiques et étrangers ; tout en continuant à mener une politique budgétaire rigoureuse afin de dégager des ressources financières suffisantes pour stimuler les investissements publics.

François Doux

Sacré défi. Troisième et dernière question, quel est le parti favori pour ces élections ?

Johanna Melka

Le parti de Narendra Modi est toujours donné vainqueur d'après les derniers sondages, mais il devrait perdre la majorité à la chambre basse du Parlement. Il serait donc obligé de former un gouvernement de coalition avec le congrès, ce qui pourrait peser sur la mise en place de nouvelles réformes et éventuellement générer un dérapage budgétaire.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Très forte hausse du chômage en mai 10/06/2020
Sur l’ensemble de l’année budgétaire 2019/20 (achevée en mars), la croissance économique indienne a fortement ralenti pour s’établir à seulement 4,2% et les perspectives de croissance sont extrêmement sombres pour l’année en cours. Le ralentissement de l’activité sur l’année budgétaire 2019/20 est d’autant plus préoccupant qu’il est antérieur à l’épisode de COVID-19. L’activité économique a ralenti depuis 2018 et, indépendamment de l’impact du COVID, elle pourrait afficher des rythmes de croissance bien inférieurs à sa croissance potentielle (7,3%) au cours des prochaines années, poussant l’agence de notation Moody’s à dégrader la note du souverain indien. Les derniers indicateurs d’activité laissent entrevoir une très importante contraction de la croissance entre avril et juin 2020. En avril, les productions d’électricité et de ciment ont baissé respectivement de 22,7% et 86% en glissement annuel et le transport de marchandises a chuté de 35%. Par ailleurs, pour le deuxième mois consécutif, le taux de chômage a atteint un niveau de 23,5% en mai alors qu’il s’établissait à 7% un an plus tôt et l’indice de confiance des ménages a chuté drastiquement. Même si le pays allège les règles de confinement de la population depuis le 1er juin, il est peu probable que les travailleurs migrants reprennent le chemin des villes avant plusieurs mois.  
Bilan économique à la veille des élections 18/04/2019
Après bientôt cinq années au pouvoir, le bilan de Narendra Modi est globalement positif même si la dernière année de son mandat a été difficile avec un ralentissement de la croissance au T3 2018/19. La croissance reste tirée par la consommation des ménages et, plus récemment, par les investissements privés grâce à l’amélioration de la situation financière des entreprises, à l’exception de certains secteurs. Les comptes extérieurs se sont légèrement détériorés sur l’ensemble de l’année 2018, la hausse du déficit courant n’étant plus compensée par les IDE. L’un des défis du prochain gouvernement sera de parvenir à créer un environnement plus favorable aux investissements domestiques et étrangers.
Bilan des années Modi à la veille des élections 03/04/2019
Le bilan économique de Narendra Modi est globalement positif. Au cours des cinq dernières années, ce dernier a fait adopter d’importantes réformes profitant de sa majorité à la chambre basse du Parlement. Cependant, pour parvenir à augmenter significativement le niveau de revenu par tête et réduire la vulnérabilité extérieure du pays, la poursuite et l’approfondissement des réformes sont nécessaires afin de créer un environnement plus favorable aux investissements domestiques et étrangers. Au vu des derniers sondages, aucun parti n’obtiendrait la majorité à la chambre basse du Parlement lors des élections générales qui se tiendront en avril et mai. Le parti de N. Modi, toujours donné vainqueur, serait contraint de gouverner avec le parti du Congrès. Un tel cas de figure risquerait de rendre plus difficile l’adoption des réformes et pourrait fragiliser les finances publiques.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2452 articles et 630 vidéos