eco TV
France : 2019, année du pouvoir d’achat 09/05/2019

Après des années de faiblesse, les gains de pouvoir d’achat des ménages français sont attendus en forte hausse en 2019, grâce à un mélange de baisses d’impôts, hausse des revenus d’activité, revalorisations de prestations et baisse de l’inflation.

TRANSCRIPT // France : 2019, année du pouvoir d’achat : mai 2019

3 QUESTIONS

François Doux

Trois questions à présent sur le pouvoir d'achat en France. Un pouvoir d'achat qui est dans l'actualité. C'est l'un des sujets du Grand débat proposé par le président de la République. En 2019, selon l'ensemble des prévisionnistes, le pouvoir d'achat devrait enregistrer sa plus forte progression depuis 2007.

Hélène Baudchon bonjour.

Hélène Baudchon

Bonjour.

François Doux

Première question, vous qui êtes économiste, quelle définition donneriez-vous du pouvoir d'achat ?

Hélène Baudchon

Au sens de la comptabilité nationale, il s'agit d'une mesure du revenu disponible réel. Disponible car c’est la part qui  reste après le paiement des impôts, dont le poids dans le revenu disponible frôle 30 %. Le revenu avant impôts est, lui, constitué des revenus d'activité (à hauteur d'un peu plus de 70 % du revenu disponible). Vous ajoutez à cela des prestations sociales (environ 35 %) et des revenus du capital (20 %). Ensuite le revenu est dit réel lorsqu'il est corrigé des prix. On mesure donc les gains de pouvoir d'achat par la différence entre le taux de croissance du revenu disponible nominal moins l'inflation. D'après cette mesure, les baisses de pouvoir d'achat au niveau macro sont très rares. La dernière en date est récente et elle a porté sur deux années : 2012 et 2013. Depuis le pouvoir d'achat progresse à un rythme annuel moyen légèrement supérieur à 1 %.

François Doux

1% à vous entendre, ce n'est pas énorme. Mais est-ce que c'est la raison pour laquelle vous, en tant qu'économiste, vous vous intéressez autant au pouvoir d'achat ?

Hélène Baudchon

Le fait est que la faiblesse de cette progression est une raison de l'attention que l'on porte au pouvoir d'achat. Surtout parce que lorsque l'on tient compte aussi de l'évolution du nombre et de la composition des ménages, c'est-à-dire lorsque l'on raisonne en unité de consommation, la hausse du pouvoir d'achat par unité de consommation est encore moins importante. En niveau, l'image est flagrante : en 2018, le pouvoir d'achat  se situe à peine au-dessus de son niveau de 2008.

Et cette longue stagnation, dont l'une des causes vient de l'augmentation forte de la pression fiscale sur la décennie écoulée, combinée au poids élevé des dépenses contraintes (30 % du budget des ménages), c'est l’une des explications des difficultés sociales actuelles. Donc une partie de la réponse à ces difficultés passe par un relèvement du pouvoir d'achat des ménages, notamment via des baisses d'impôts. Et plus globalement, les baisses d'impôts sont un moyen de soutenir la croissance.

François Doux

Troisième et dernière question, on n'a pas aujourd'hui, au moment d’enregistrer cette émission, les dernières mesures du gouvernement pour soutenir le pouvoir d'achat. Mais pouvez-vous nous dresser un premier bilan des mesures prises l'année dernière ?

Hélène Baudchon

En termes de montant, les baisses d'impôts déjà engagées sont importantes. Elles atteignent, en net, 15 milliards d'euros sur 2018-2020, qui se décomposent en un peu plus d'un milliard pour 2018, presque 11 milliards pour 2019 et 3 milliards pour 2020.

Si on se focalise sur 2019, en plus des baisses d'impôts (taxe d'habitation, cotisations salariales, correctif à la baisse sur la CSG pour une partie des retraités,…), vous avez aussi des mesures de soutien en faveur des revenus d'activité : la prime exceptionnelle et les heures supplémentaires défiscalisées. Du côté des prestations sociales, il y a une revalorisation de la prime d'activité ainsi que d'un certain nombre de minima sociaux. Enfin, l'annulation de la hausse de la fiscalité sur les carburants vient un peu réduire l'inflation. Le tout contribue à anticiper des gains de pouvoir d'achat supérieurs à 2 % cette année, soit la plus forte progression depuis 2007

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

20/05/2019
France : signaux positifs sur le front de l’emploi 15/05/2019
Depuis le T3 2018, les créations nettes d’emplois salariés privés augmentent (+31k au T3 2018, + 54k au T4 2018, +66k au T1 2019), une hausse contrastant favorablement avec la stabilité de la croissance sur la période. Près de 900 000 emplois salariés privés ont ainsi été créés en net depuis le creux de 2013. Les perspectives pour 2019 sont encourageantes d’après la dernière enquête Besoins en Main d’Œuvre de Pôle emploi qui fait état d’une nouvelle forte hausse de 15% des intentions d’embauche après +19% en 2018. Ces projets représentent 2,69 millions d’embauches potentielles. Leur nombre progresse dans tous les secteurs et de manière particulièrement dynamique dans la construction, l’industrie et les services aux entreprises. La hausse importante du nombre d’intentions d’embauche en CDI (+24%) est également remarquable (+8% pour les CDD). Ce plus grand nombre de projets va de pair avec des difficultés de recrutement croissantes : le pourcentage de projets anticipés comme difficiles atteint 50,1%.
Pouvoir d’achat, le grand gain 13/05/2019
En 2019, les gains de pouvoir d’achat des ménages français sont attendus en forte hausse. D’après nos prévisions, ils seraient proches de 2,5 %, soit la progression la plus importante depuis 2007. Ce gain important a plusieurs origines. Les baisses d’impôts sont la partie la plus visible mais le soutien aux revenus d’activité et les revalorisations de prestations sociales sont également déterminants. Le reflux de l’inflation y participe aussi mais il constitue un facteur réversible, notamment si la remontée actuelle des prix du pétrole se poursuivait.
Stabilité ambivalente de la croissance 03/05/2019
Selon la première estimation de l’INSEE, la croissance est restée stable à 0,3% t/t au T1 2019, un résultat en ligne avec nos attentes mais qui laisse une impression ambivalente, plus encore que lors des deux trimestres précédents.
Une goutte de stabilisation dans un océan d’incertitudes 18/04/2019
Les enquêtes sur le climat des affaires donnent des signes de stabilisation. Les données d’activité pour janvier et février sont plutôt positives. Ces éléments sont compatibles avec le maintien d’un taux de croissance de l’ordre de 1,2%, chiffre retenu pour 2019. Il s’agit d’un rythme peu élevé mais synonyme de résistance dans un environnement marqué par les incertitudes et les inquiétudes. La cause principale de cette résistance réside dans l’impulsion de la politique économique et budgétaire et, en particulier, dans les mesures de soutien au pouvoir d’achat des ménages et le rebond attendu de leur consommation.
11/04/2019
Réduction lente mais ininterrompue du déficit budgétaire depuis 2010 02/04/2019
En 2018, d’après la première estimation de l’INSEE, le déficit budgétaire français s’est réduit de 0,3 point par rapport à 2017, s’établissant à 2,5% du PIB. Il s’agit d’une bonne surprise par rapport à la cible de 2,7% du gouvernement. Prélèvements obligatoires et dépenses publiques ont vu concomitamment leur poids dans le PIB légèrement diminuer (-0,2 et -0,4 point, respectivement). A défaut de baisser, le ratio de dette publique cesse d’augmenter pour la première fois depuis 2007. En 2018, il se stabilise à 98,4% du PIB. A la faveur du chiffre meilleur que prévu pour 2018, le dérapage, ponctuel, du déficit budgétaire au-delà de la barre des 3% de PIB en 2019 devrait rester contenu.
Tensions dans l’économie française : un peu, beaucoup ou pas du tout ? 21/03/2019
La croissance française a beaucoup perdu en vigueur entre 2017 et 2018, la question étant de savoir si elle a d’ores et déjà dépassé son potentiel. D’un côté, l’inflation sous-jacente n’a que peu augmenté, suggérant un écart de production toujours négatif. Mais de l’autre, les enquêtes font toujours état de tensions importantes sur les capacités et les facteurs de production, suggérant à l’inverse une position assez avancée dans le cycle. Si la question de la fin du cycle n’est pas tranchée, le constat que l’environnement mondial se dégrade et qu’il pèse sur l’activité est largement partagé. La crainte est que le ralentissement actuel dégénère en récession en 2019 mais cela ne nous semble pas être le scénario le plus probable. La croissance française devrait renouer en 2019 avec deux caractéristiques qui lui sont souvent associées : peu dynamique mais résistante à la faveur notamment des mesures de soutien au pouvoir d’achat des ménages.
19/03/2019
Indicateurs au vert 15/03/2019
En surprenant favorablement par rapport aux attentes (z-score positif sur l’axe des abscisses), les derniers indicateurs conjoncturels publiés confortent l’image d’une croissance française peu dynamique mais résistante et, partant, notre prévision de 0,3% t/t au premier trimestre 2019.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2124 articles et 586 vidéos