eco TV
Pologne : Au-delà du cycle 11/06/2019

Les perspectives macroéconomiques demeurent positives à court terme malgré un ralentissement de la croissance attendu sur fond de conditions extérieures moins favorables.

TRANSCRIPT // Pologne : Au-delà du cycle : juin 2019

François Doux : L'économie polonaise va bien. 5,1 % de croissance en 2018, c’est la meilleure performance depuis 2007. Sylvain Bellefontaine bonjour.

Sylvain Bellefontaine : Bonjour François.

François Doux : Quand on regarde 2019, quelle est la tendance ?

Sylvain Bellefontaine : La tendance est un ralentissement, même si le premier trimestre est plutôt très bon, avec une première estimation à 4,6% de croissance en glissement annuel, ce qui est au-dessus des attentes.

François Doux : Est-ce que l'on peut parler d'une désynchronisation entre l'économie polonaise qui va très bien et la zone euro un petit peu plus poussive ?

Sylvain Bellefontaine : Oui, avec ce que l'on voit encore au premier trimestre de cette année, combiné avec ce qu'il s'est passé l'année dernière. On est vraiment dans la désynchronisation puisque la demande interne reste très dynamique en Pologne. Elle est notamment tirée par la consommation et l'investissement privé et public, dans le cadre d'une politique de relance mise en place au mois de février, à l'approche des élections européennes et des élections législatives au mois d'octobre.

François Doux : Juste quelques chiffres sur ce graphique. On a un taux de chômage relativement bas. P parlez-nous de l'inflation et de la croissance.

Sylvain Bellefontaine : La croissance : 5,1 % l'année dernière. On prévoit un ralentissement à 4% environ cette année. Ce qui pose plus question, ce sont les perspectives à moyen terme, notamment la possible remise en cause du modèle économique polonais qui est fondé sur la compétitivité et une main-d'œuvre à faible coût.

François Doux : Justement, en quoi ce modèle aujourd'hui peut être remis en question ?

Sylvain Bellefontaine : Ce qui pose question, c'est le marché du travail avec des pénuries de main-d'œuvre, une situation de plein-emploi en Pologne, jugulées jusqu'alors par l'afflux de travailleurs étrangers, notamment ukrainiens. Et une  accélération des salaires qui pourrait poser problème à l'avenir compte-tenu de la faiblesse des gains de productivité. Dans ce cadre, on peut aussi avoir un risque de trappe à revenu intermédiaire.

François Doux : Quelle est la solution : innover, augmenter les qualifications ?

Sylvain Bellefontaine : Oui, la formation. C'est toujours les mêmes recettes, mais ce sont celles vers lesquelles il faut tendre. L'innovation, la recherche et le développement, et puis l'automatisation de certains processus de production afin d'obtenir des gains de productivité pour faire face à cette pénurie de main-d'œuvre. Et plus fondamentalement, il y a un problème démographique. Un déclin démographique est en marche, même s'il est relativement lent depuis deux décennies. Il faudrait réussir à l’endiguer pour soutenir les perspectives macro-économiques du pays à moyen et long terme.

François Doux : En tout cas la croissance polonaise reste solide. Merci Sylvain Bellefontaine pour ce Graphique du mois. Dans un instant, on parlera du Brexit avec Jean-Luc Proutat.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Croissance au plus haut depuis dix ans 23/11/2018
La croissance du PIB réel polonais a de nouveau surpris à la hausse au T3 (+5,7% g.a.), un dynamisme sans précédent depuis une décennie, après un premier semestre déjà solide (+5% g.a.). La croissance économique a été soutenue par la consommation privée et l’accélération des investissements adossés aux fonds structurels européens, alors que les exportations ont subi le ralentissement de la demande extérieure.
Ralentissement de l’investissement en Europe centrale en 2016 21/09/2016
L’investissement décélère dans les quatre pays du « Groupe de Višegrad ». La Hongrie est la plus touchée avec une chute de 5% sur quatre trimestres glissants. En Pologne, la croissance de l’investissement est proche de zéro, alors qu’elle se maintient encore en République tchèque et en Slovaquie, mais à un rythme plus lent. On constate que malgré les taux d’intérêt à leurs minima historiques et la fin de la consolidation budgétaire, ni le secteur financier ni les financements des budgets nationaux ne sont en mesure de compenser la baisse des transferts européens. Ce ralentissement devrait se poursuivre à l'horizon de 6-12 mois et pèsera sur les chiffres de la croissance économique.
Les champions de la croissance en Europe se trouvent à l’Est 17/02/2016
En 2015, la croissance moyenne des pays du Groupe de Visegrad a été de 3,6% avec respectivement 4,3% pour la République tchèque, 3,7% pour la Pologne, 3,6% pour la Slovaquie et 2,9% pour la Hongrie. Non-inflationniste, cette croissance est créatrice d’emplois. Elle est portée par l’afflux de fonds européens : ceux « ordinaires » prévus par le budget 2014-2020 se sont ajoutés aux fonds « exceptionnels » de l’exercice 2007-2013 qui devaient être utilisés d'ici à fin 2015.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2179 articles et 574 vidéos