eco TV
Quelles marges de manœuvre budgétaire en zone euro ? 09/09/2019

Les données économiques publiées cet été ont montré que la croissance mondiale et européenne ralentit, avec notamment des craintes de récession en Allemagne. La BCE se tient prête à faire plus si nécessaire, mais la question se pose aussi d’un soutien budgétaire.

TRANSCRIPT // Quelles marges de manœuvre budgétaire en zone euro ? : septembre 2019

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

François Doux : Non pas un, mais deux Graphiques du mois, en ce mois de septembre 2019. On a vu que la croissance ralentissait un petit peu du côté de la zone euro avec William De Vijlder dans la première partie de l'émission.

La BCE, elle se tient prête. Qu'en est-il des politiques budgétaires ? Frédérique Cerisier, bonjour.

Frédérique Cerisier : Bonjour.

François Doux : Est-ce qu'il nous reste de la marge de manœuvre du côté de la politique budgétaire pour soutenir la croissance en zone euro ?

Frédérique Cerisier : Alors comme souvent en zone euro la situation est assez hétérogène, mais l'idée générale c'est que probablement à l'échelle nationale il y a des marges de manœuvre, peut-être un peu plus important que l'on peut le penser dans plusieurs états membres. Le premier graphique nous montre simplement l'évolution des ratios de dette publique au cours des cinq dernières années, dans les pays la zone euro. Ce qu'on observe, c'est que cette période de reprise assez rapide a été souvent mise à profit pour consolider les finances publiques et que les ratios de dette publique sont en baisse parfois assez fortement dans 17 des 19 pays la zone euro et que même dans 9 d'entre-deux, ce ratio est inférieur à 60 % du PIB qui est le niveau de référence européen considéré comme assez confortable.

François Doux : Donc c'est une bonne nouvelle.

Frédérique Cerisier : C'est une bonne nouvelle et dans ces pays, il y a certainement moyen si cela devient nécessaire, d'augmenter un peu les déficits, de ralentir ou de stabiliser les taux d'endettement. En revanche, il est vrai qu'il y a deux exceptions à ce tableau général qui sont non négligeables puisque c'est la France et l'Italie où les ratios d'endettement sont à peine stabilisés au cours des cinq dernières années. Et compte-tenu de leurs poids à l'échelle de la zone euro, cela pose effectivement la question de savoir comment il serait possible de coordonner une réponse à l'échelle de la zone dans son ensemble.

François Doux : Alors la dette baisse, c'est un point positif mais néanmoins en termes de niveau, on reste au-dessus du niveau de 2008, d'avant la crise. Est-ce qu'il n'est pas un petit peu trop tôt pour arrêter le processus de désendettement qu'on a commencé ?

Frédérique Cerisier : Alors c'est vrai que les ratios auxquels on est aujourd'hui sont beaucoup plus élevés qu'avant la grande récession, de l'ordre de 20 points de PIB en moyenne dans la zone euro ; sachant que là encore, il y a une exception majeure qui est l'Allemagne ou là, le taux d'endettement est beaucoup plus faible qu'en 2007, qu'avant la grande récession. Ce qui veut dire que pour les autres pays en moyenne, l'augmentation est supérieure à 20 points de PIB.

Maintenant pour vraiment apprécier le risque que cela fait peser, il faut aussi prendre en compte la modification de l'environnement économique et en particulier la baisse des taux d'intérêt souverains à long terme qui s'accentue aujourd'hui avec des taux négatifs comme on le sait dans beaucoup de pays de la zone euro, mais qui est en fait à l'œuvre depuis longtemps et qui a déjà produit des effets importants.

Donc le second graphique qui est là, sur ce second graphique chaque point représente un État membre de la zone euro, placé alors en abscisse en fonction de son taux d'endettement et en ordonnée en fonction de la charge d'intérêt qu'il paye chaque année au titre de sa dette publique. Et donc le déplacement de la droite de régression entre 2007 et 2019 comme on le voit, nous montre tout simplement qu'aujourd'hui, ces pays bien qu'ils soient en règle générale beaucoup plus endettés qu'en 2007, paient une charge d'intérêts qui est plus faible que par le passé.

En fait, cette charge d'intérêts payée aujourd'hui est à des plus bas historiques dans la plupart des pays la zone euro, même pour les pays qui sont très endettés. Ce que cela veut dire c'est qu'il n'est pas évident simplement parce que la dette est plus élevée, que cette dette est plus difficilement soutenable qu'en 2007 et c'est cette situation qui fait qu'aujourd'hui, compte-tenu aussi du fait que les marges de manœuvre de la politique monétaire sont plus faibles, qui fait qu'aujourd'hui on envisage de se tourner vers les politiques budgétaires si c'est nécessaire.

François Doux : En tout cas, on suivra ce sujet notamment si la croissance continue de se détériorer. Merci Frédérique Cerisier. Dans un instant, Trois questions sur l'Égypte avec Pascal Devaux.

 

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Impulsion du crédit dans la zone euro : positive pour les ménages, négative pour les entreprises 10/01/2020
Après s’être redressée en octobre, l’impulsion du crédit aux sociétés non financières (SNF) s’est tassée en novembre dans la zone euro. Le recul de l’impulsion du crédit au secteur privé est toutefois demeuré très limité, à la faveur de la remarquable stabilité de l’impulsion du crédit aux ménages. Le premier trimestre 2020 s’inscrirait dans le prolongement de la tendance récente : les banques interrogées anticipent, en effet, une poursuite de la modération de la demande de financements émanant des SNF. A l’inverse, la demande de prêts des ménages, principalement au titre de l’habitat, resterait soutenue par des taux exceptionnellement bas.
Un soutien budgétaire, pour quoi faire ? 08/01/2020
Après plusieurs années d’ajustement, l’Europe et plus particulièrement la zone euro s’interroge sur l’opportunité de renouer avec des politiques budgétaires expansionnistes. Dans ce premier épisode, Frédérique Cerisier énumère les raisons qui pourraient justifier ce retour. Limiter le risque de récession, sortir d’un régime de faible inflation ou encore saisir une opportunité historique grâce au faible taux d’intérêts comptent parmi ces raisons.
Faut-il réformer le cadre budgétaire européen ? 08/01/2020
Le cadre budgétaire européen s’est fortement complexifié au cours des dix dernières années. Dans ce deuxième épisode, Frédérique Cerisier nous en rappelle les grandes lignes, et s’interroge sur son orientation et son efficacité. Le futur instrument budgétaire de la zone euro n’en comble sans doute pas les lacunes.
Quelles marges de manœuvre ? 08/01/2020
Dans ce dernier épisode, Frédérique Cerisier essaie d’évaluer les marges de manœuvre dont disposent les pays de l’UE. Elle passe en revue la situation actuelle des finances publiques de la zone euro avant d’évoquer l’impact de la chute des taux d’intérêt sur la soutenabilité des finances publiques. Enfin, elle conclut cette série de podcasts sur l’opportunité de renouer avec des politiques budgétaires expansionnistes en en rappelant les risques auxquels peuvent être confrontés les gouvernements et en mettant en avant les perspectives pour une meilleure coordination des politiques européennes.  
Des taux d'intérêt très bas pour combien de temps encore ? 13/12/2019
La politique monétaire danoise est étroitement liée à celle de la BCE : la déclaration récente du gouverneur de la banque centrale du Danemark, selon laquelle il s’attend au maintien des taux d’intérêt autour des niveaux négatifs actuels sur les cinq à dix prochaines années, n’est donc pas sans importance pour la zone euro. Selon la forward guidance de la BCE, la politique monétaire ne sera ajustée que lorsque les conditions économiques le justifieront. L’impossibilité pour la banque d’être plus explicite sur son calendrier illustre toute la complexité de la dynamique d’inflation. Les hausses de salaires antérieures vont progressivement se transmettre à l’inflation sachant qu’une inflation basse, des anticipations d’inflation solidement ancrées et une vive concurrence dans certains secteurs pourraient très bien limiter cette transmission.Il faut donc s’attendre au maintien de la politique actuelle pendant une longue période. Que faut-il entendre par « longue période » ? Cela dépendra des données économiques. La zone euro a donc de toute évidence besoin de plus de croissance.  
Ralentissement économique en zone euro : et si l’emploi résistait ? 12/12/2019
La croissance du PIB en zone euro inquiète mais l’emploi surprend toujours par sa relative résilience. Cette dynamique n’est pas nouvelle. L’impact négatif sur l’emploi des crises précédentes a été plutôt contenu. Malgré les grandes difficultés du secteur, l’emploi manufacturier résiste particulièrement bien. Le ralentissement des gains de productivité peut favoriser, au moins à court terme, l’enrichissement de la croissance en emplois. Recul de la croissance des heures travaillées et de l’emploi peu qualifié : un possible phénomène de rétention de main-d’œuvre est en cours dans les entreprises de la zone euro.
Zone euro : un nouveau Japon ? 04/12/2019
Le ralentissement de l’activité économique en zone euro et une inflation structurellement basse au regard de son objectif soulèvent des interrogations quant au risque de « japonisation ». Cette situation implique une croissance effective inférieure à son potentiel, des taux d’intérêt très faibles et une inflation en territoire négatif. Au Japon, cette combinaison a largement résulté du dégonflement brutal des bulles boursières et immobilières au début des années 1990. Les causes de la « japonisation » peuvent être diverses. Ainsi, confrontée aux défis du vieillissement de la population et au ralentissement de la productivité, la zone euro devra concentrer ses efforts sur le renforcement de son potentiel de croissance et de sa résistance aux chocs. Les choix de politiques économiques à court et moyen terme seront donc déterminants afin de limiter, autant que possible, le risque de « japonisation ».
Assouplissement quantitatif et risques d’instabilité du marché 29/11/2019
Le compte rendu de la réunion de politique monétaire de la BCE illustre le dilemme auquel elle est confrontée : l’inflation est modérée et les risques pour la croissance sont orientés à la baisse, néanmoins elle doit surveiller de près les conséquences de sa politique très accommodante sur la stabilité financière. La Revue de stabilité financière de la banque centrale fournit à cet égard une analyse détaillée. L’un des possibles effets secondaires des taux d’intérêt bas à négatifs est l’accentuation de la pro-cyclicité des décisions d’emprunts et de dépenses. L’assouplissement quantitatif, en modifiant la structure des risques des portefeuilles d’investissements (moins exposés aux obligations d’État mais davantage aux actifs très risqués), devrait rendre leurs rendements plus sensibles au cycle conjoncturel.
Les difficultés du secteur manufacturier sont-elles en train de s’étendre aux services ? 29/11/2019
Alors que la santé du secteur manufacturier en zone euro inquiète depuis plusieurs mois, l’activité dans celui des services continue d’afficher une résilience certaine. Les dernières indicateurs envoient toutefois un message moins favorable. L’indice des directeurs d’achats (PMI) du secteur des services apparaît en effet en baisse en novembre à 51,5 (après 52,2 en octobre), un niveau faible au regard de sa moyenne historique. Comme souvent souligné, la résistance relative de la croissance de l’emploi demeurera déterminante dans les mois à venir.
Quel rôle jouent les stabilisateurs fiscaux automatiques ? 22/11/2019
Les stabilisateurs fiscaux automatiques contribuent à amortir l’impact des chocs économiques sur le PIB par le biais de la variation des recettes publiques (dues à la progressivité de l’impôt) et des dépenses sociales (assurance chômage). L’efficacité de ces stabilisateurs présente d’autant plus d’intérêt que la marge de manœuvre de la politique monétaire est limitée. Une étude de la Commission européenne confirme que, dans une certaine mesure, les stabilisateurs automatiques atténuent l’impact des chocs négatifs sur le PIB. Cet effet est-il suffisant ? Cela reste à vérifier. Ces questions justifient un débat sur le rôle des politiques budgétaires discrétionnaires en cas de récession.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2300 articles et 585 vidéos