eco TV

Royaume-Uni : quel profil pour la reprise ?

11/12/2020

Après des mouvements records à la baisse puis à la hausse, le PIB du Royaume-Uni devrait rechuter au quatrième trimestre à cause de la réimposition de mesures de restriction dans tout le pays. Ensuite, l’intensité de la reprise dépendra principalement de deux facteurs : l’évolution de la situation sanitaire et les conséquences du Brexit.

TRANSCRIPT // Royaume-Uni : quel profil pour la reprise ? : décembre 2020

LE GRAPHIQUE DU MOIS

FRANÇOIS DOUX

Dans le Graphique du mois, nous faisons le point sur l'économie du Royaume-Uni, durement touchée en début d'année. C'est la deuxième plus forte récession en Europe, juste derrière l'Espagne. Certes, rebond au troisième trimestre, mais on reste 10% en dessous du niveau du PIB de 2019. Hubert de Barochez, bonjour.

HUBERT DE BAROCHEZ

Bonjour.

FRANÇOIS DOUX

Où va l'économie britannique au quatrième trimestre 2020 ?

HUBERT DE BAROCHEZ

Alors, on se dirige très certainement vers une rechute du PIB qui serait due à la réimposition de mesures de restrictions et plus particulièrement au confinement qui a été imposé en Angleterre pendant quatre semaines, pendant le mois de novembre.

FRANÇOIS DOUX

Sur 2021, quelles sont vos prévisions ?

HUBERT DE BAROCHEZ

Alors, celles-ci dépendront largement de la situation sanitaire. Et c'est aussi ce que pense l'Office for Budget Responsibility (OBR), qui fournit des prévisions indépendantes au Trésor. Elle a établi trois scénarios selon la crise sanitaire l'an prochain. Ceux-ci se basent sur l'efficacité du tester-tracer-isoler, sur la date à laquelle un vaccin sera largement disponible et, enfin, sur le besoin ou non de réimposer un confinement en Angleterre.

FRANÇOIS DOUX

On voit le scénario central sur l'écran. Quand va-t-on retrouver le niveau d'avant Covid, le niveau de fin 2019 ?

HUBERT DE BAROCHEZ

On le retrouverait au quatrième trimestre 2022.

FRANÇOIS DOUX

Alors ça, c'est le scénario central. Mais il y a d'autres hypothèses sous-jacentes.

HUBERT DE BAROCHEZ

Effectivement, il y a une hypothèse très importante qui est le fait que le Royaume-Uni et l'Union européenne arriveront à s'entendre sur un accord de libre-échange. Mais à l'heure où nous parlons, ce n'est toujours pas le cas et c'est pour cela que l'OBR a aussi fourni un autre ensemble de prévisions, dans le cas où ces négociations échoueraient.

FRANÇOIS DOUX

Quoiqu'il en soit, sur 2021, qu'est-ce qu'il devrait se passer ?

HUBERT DE BAROCHEZ

Alors dans ce cas, la croissance du PIB serait réduite de 2 points de pourcentage, elle serait d’ailleurs aussi réduite de 2 points dans le long terme.

FRANÇOIS DOUX

2 points de PIB en moins pour le Royaume-Uni. Quelles sont les raisons sous-jacentes ?

HUBERT DE BAROCHEZ

Il y aurait les perturbations aux frontières, une baisse de l'investissement, une baisse de la productivité, mais aussi une hausse du chômage structurel. Mais il faut préciser que tous ces effets se feront aussi sentir dans le cas où le Royaume-Uni sortira avec un accord. Le Royaume-Uni se dirige vers un Brexit dur : il va quitter le marché unique et, d'après l'OBR, cela coûtera 4 points de PIB dans le long terme au Royaume-Uni. Au final, si une sortie sans accord sera préjudiciable pour son économie, c'est bien la sortie du marché unique qui aura l'effet le plus important.

FRANÇOIS DOUX

Hubert de Barochez, merci. Dans un instant, trois questions sur le Chili.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Brexit : Le pire a été évité 06/01/2021
Le Royaume-Uni a, depuis le 1er janvier, les deux pieds en dehors de l’Union européenne et un accord de libre-échange entre les deux parties a été trouvé, telle semble être la coutume, à la dernière minute. Si cela est une bonne nouvelle pour les économies britannique et européenne, le Brexit est néanmoins « dur » et s’accompagnera certainement de pertes économiques importantes dans le long terme.
Une rechute en fin d’année, avant la reprise définitive ? 17/12/2020
La baisse record du PIB du Royaume-Uni au deuxième trimestre a laissé place à un rebond lui aussi inédit au troisième, et l’arrivée prochaine d’un vaccin efficace contre la Covid-19 laisse penser que l’économie entrera dès 2021 dans sa phase de reprise définitive. Cependant, le Royaume-Uni n’est pas encore tiré d’affaire. Au regard de la réimposition d’un confinement généralisé durant le mois de novembre, il fait peu de doute que l’activité économique chutera de nouveau au dernier trimestre. De surcroît, l’intensité de la reprise est, du fait du Brexit, plus incertaine qu’ailleurs. Cela est dû non seulement au caractère inédit de la décision du Royaume-Uni de sortir du marché unique et de l’union douanière de l’UE, mais aussi aux incertitudes quant à la signature d’un accord de libre-échange.
Quelles seront les conséquences économiques d’un Brexit dur ? 30/11/2020
À quelques semaines à peine de la fin de la période de transition qui maintient de fait le Royaume-Uni dans l’Union européenne, les incertitudes sont grandes quant au Brexit et à ses conséquences. Néanmoins, quel que soit le résultat des négociations sur un accord de libre-échange, il est certain qu’il s’agira d’un Brexit « dur ». En partant de ce constat, de nombreuses questions importantes se posent. Que représentent le marché unique et l’union douanière de l’UE ? Quelles seront les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de ces ensembles ? Quid des répercussions du Brexit sur l’économie du Royaume-Uni, et seront-t-elles différentes selon les secteurs ? Comment le Brexit influera-t-il la politique économique du Royaume-Uni ?
Branché sur la BBC – Budget, Brexit, Covid 27/11/2020
D’après la première estimation du Bureau de la statistique nationale (Office for National Statistics, ONS), le PIB du Royaume-Uni a rebondi de 15,5% au troisième trimestre, conformément aux attentes du consensus, du fait de l’assouplissement des mesures de restriction à la fin du premier confinement. Malgré cette augmentation record, le PIB reste près de 10% inférieur à son niveau de la fin de l’année 2019. Si le cas de l’Espagne est similaire, les PIB des États-Unis, de la France, de l’Allemagne et de l’Italie sont tous revenus à environ 5% de leur niveau d’alors...
La reprise s’essouffle déjà 16/10/2020
La plupart des indicateurs de l’état de l’économie se sont encore améliorés ces dernières semaines. Cependant, l’idée d’une reprise en « V » est déjà oubliée. Alors que l’économie est loin d’avoir retrouvé son niveau d’avant la crise, la reprise montre des signes d’affaiblissement...
Royaume-Uni : les prêts hypothécaires entre soutien et contrainte 14/10/2020
La production nouvelle de prêts hypothécaires a reculé de 33% au deuxième trimestre 2020 en glissement annuel, accusant sa plus forte baisse depuis 2008. Les établissements de crédit britanniques se montrent ainsi plus prudents depuis le début de l’année. En témoigne la diminution de 4,0 points de pourcentage (pp) de la part des prêts dont le montant rapporté à la valeur du bien financé (Loan To Value, LTV) excède 75%, principalement au titre de ceux dont la LTV est comprise entre 75% et 90% (-3,2 pp). Pour infléchir cette évolution, et alors que l’indice des prix immobiliers Nationwide continue de croître, le gouvernement britannique entend favoriser l’accession à la propriété en encourageant les prêts dont la LTV pourrait s’élever jusqu’à 95%. Le projet du gouvernement parait difficilement conciliable avec la vigilance accrue des banques, qui enregistrent par ailleurs une augmentation sensible de leur coût du risque[1], et le resserrement de la contrainte en capital associée par la Banque d’Angleterre (BoE). Celle-ci envisage une éventuelle exigence en capital supplémentaire[2] et introduit une augmentation de la pondération associée aux crédits hypothécaires dans l’approche fondée sur les notations internes[3]. Applicables dès janvier 2022, ces règles seront plus ciblées et plus rapidement applicables que l’output floor, qui vise également à corriger les pondérations des modèles internes des banques mais qui porte sur l’ensemble de leur portefeuille.  [1] https://economic-research.bnpparibas.com/ecotvweek/fr-FR/Royaume-banques-face-double-defi-Covid-19-Brexit-02/10/2020,c34490 [2] BoE (22.07.20) Speech by Sarah Breeden « Climbing mountains safely » [3] BoE (30.09.20) CP14/20  «Internal ratings based UK mortgage risk weights : Managing deficiencies in model risk capture»
Brexit : le temps d’un accord est désormais compté 13/10/2020
Si le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne le 31 janvier 2020, les relations commerciales entre les deux parties sont maintenues intactes pendant une période de transition. À moins d’un coup de théâtre, cette période s’achèvera à la fin de l’année. Quoi qu’il arrive, le Royaume-Uni se dirige vers une sortie à la fois du marché commun et de l’union douanière de l’UE. Ce sera donc un Brexit « dur », et il pourrait l’être d’autant plus que les négociations sur un accord de libre-échange progressent difficilement. En effet, alors que les négociateurs viennent d’achever leur neuvième cycle de négociations – et le dernier initialement prévu – des désaccords importants demeurent. S’ils n’arrivaient pas à s’entendre, l’application des règles de base de l’Organisation mondiale du commerce qui s’en suivrait entraverait encore plus fortement les échanges entre les deux parties. Pendant ce temps-là, le Royaume-Uni négocie avec le reste du monde pour répliquer les accords dont il bénéficiait grâce à son adhésion à l’Union européenne…
Royaume-Uni : les banques face au double défi de la Covid-19 et du Brexit 02/10/2020
Dans un contexte marqué par l’épidémie de Covid-19 et l’imminence du Brexit, une dichotomie majeure se dessine au sein des banques britanniques selon que le niveau de diversification de leur portefeuille.
De Charybde en Scylla ? 01/10/2020
Si le PIB britannique a rebondi depuis mai et a rattrapé la moitié du retard causé par la pandémie de Covid-19, la crise économique est encore loin d’être terminée. De fortes inquiétudes pèsent sur le marché du travail, les programmes de chômage partiel du gouvernement devant s’arrêter dans les prochaines semaines. Dans le même temps, la fin de la période de transition, qui maintient le Royaume-Uni dans le marché unique et l’union douanière de l’Union européenne, approche à grands pas. Des tensions dans les négociations font craindre une sortie sans accord. Cela pourrait avoir des effets de long terme sur l’économie plus importants encore que ceux liés à la crise actuelle.
Royaume-Uni : un Brexit dur, mais à quel point ? 25/09/2020
Les négociations se poursuivent entre le Royaume-Uni et l’Union européenne pour arriver à un traité de libre-échange, mais la possibilité d’une sortie sans accord est toujours bien réelle. Pendant ce temps-là, le Royaume-Uni cherche à répliquer les accords de libre-échange dont il bénéficiait grâce à son adhésion à l’UE…

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2609 articles et 681 vidéos