eco TV

Vers un rebond de l’inflation dans la zone euro, malgré tout ?

09/02/2021

L’inflation totale est en territoire négatif depuis plusieurs mois et l’inflation sous-jacente se maintient à un niveau très bas. Le chômage devrait continuer à grimper avant d’amorcer une décrue de sorte que les hausses de salaires devaient rester limitées. Faut-il en conclure que l’inflation va rester faible encore longtemps ? Pas nécessairement.

TRANSCRIPT // Vers un rebond de l’inflation dans la zone euro, malgré tout ? : février 2021

LE GRAPHIQUE DU MOIS

FRANÇOIS DOUX

Dans le Graphique du mois, on va s'intéresser à l'inflation dans la zone euro. Va-t-elle rebondir enfin ?

William De Vijlder. Bonjour.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

On sait que du côté de Francfort, la Banque centrale européenne regarde beaucoup cette question.

WILLIAM DE VIJLDER

Question clef !

FRANÇOIS DOUX

Il existe plusieurs facteurs assez évidents, assez lisibles pour prédire un rebond éventuel de l'inflation. Tout d'abord, le marché de l'emploi, le chômage. Est-ce que cela va soutenir un rebond de l'inflation ?

WILLIAM DE VIJLDER

Pas du tout. Ce sera le dernier facteur à jouer dans ce sens. À court terme, on s'attend plutôt à une hausse du chômage, donc une absence d'accélération de la croissance des salaires, et pas d'influence à la hausse sur la dynamique inflationniste.

FRANÇOIS DOUX

Deuxième facteur assez évident : les prix de l'énergie, en particulier les cours du pétrole. Là encore, c'est reparti à la hausse.

WILLIAM DE VIJLDER

Oui, en glissement annuel on a effectivement eu une poussée à la hausse de l'inflation. Cela pèse pour un certain pourcentage, c'est quand même un élément.

FRANÇOIS DOUX

Et on a bien sûr un troisième facteur qui ne concerne que l'Allemagne. C'est la fin de la TVA réduite au 31 décembre 2020. Là encore, petit coup de pouce à attendre du côté de l'inflation sur l'Allemagne.

WILLIAM DE VIJLDER

Effectivement. À partir des chiffres du mois de janvier, cela devrait être visible. Mais c'est une problématique allemande qui ne concerne pas les autres pays.

FRANÇOIS DOUX

On va à présent regarder ce qui se passe du côté des entreprises pour anticiper justement cette inflation. Dans ce graphique, William De Vijlder, vous avez mis la courbe bleue qui montre le prix des intrants, c'est à dire le prix des matières premières et le prix des produits semi manufacturés que les entreprises payent pour acheter et produire. Ensuite, les prix à la production, les prix « sortie d'usine » si je simplifie un petit peu. Et la courbe rouge montre les délais de livraison des fournisseurs. Bien sûr, on voit un pic sur l'année 2020. Elles ont mis plus de temps à livrer à cause du confinement en zone euro. Quelle est votre analyse sur 2021 maintenant ?

WILLIAM DE VIJLDER

Ces chiffres d'enquêtes sont très importants. Ils montrent comment les entreprises appréhendent le contexte d'inflation. Cette forte poussée, que l'on a vue fin 2020 en termes de délais de livraison et de prix des intrants, laisse présager une accélération de l'inflation en zone euro.

FRANÇOIS DOUX

Et donc, pour aller un cran plus loin, vous avez synthétisé à la fois les prix des intrants et les délais de livraison. C'est ce que l'on voit sur cette courbe. L'indice PMI des directeurs d'achat du secteur manufacturier, la composante tension sur les prix, et la courbe bleue, bien sûr, c'est l'inflation sous-jacente, hors alimentation et énergie. Quelle est votre lecture de ce graphique ? L'inflation va-t-elle remonter ?

WILLIAM DE VIJLDER

C'est la conclusion à laquelle on arrive, mais je vais être un peu nuancé. Effectivement, il y a un décalage de 12 mois entre la tension sur les prix, la ligne rouge sur le graphique, et l'inflation sous-jacente, la ligne bleue. Ce décalage dit : « vous avez vu dernièrement cette poussée de tension sur les prix dont témoignent les entreprises dans les réponses aux enquêtes. Dans 12 mois à peu près, on devrait voir aussi une certaine accélération de l'inflation en zone euro. »

FRANÇOIS DOUX

Il faut donc aussi rester vigilant sur les facteurs d'offre qu'on a vus au début de cette interview.

WILLIAM DE VIJLDER

Tout à fait. Et en particulier il faudra regarder la dynamique du chômage et celle de la demande. C'est ce qui expliquera si cette hausse de l'inflation va être pérenne ou pas. C'est un point à garder très fortement à l'esprit parce que cela va influencer le comportement des marchés financiers par le biais de l'anticipation du discours de la Banque centrale européenne. Un point important d'ailleurs, sur lequel je voudrais insister, c'est que l'on observe une dynamique similaire lorsque l'on regarde l'économie américaine.

FRANÇOIS DOUX

À suivre donc l'évolution des deux côtés de l'Atlantique. Merci William De Vijlder. Dans un instant, Trois questions sur la Tunisie avec Stéphane Alby.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Le coût de l’annulation de la dette publique (et du débat qu’elle suscite) 19/02/2021
Récemment, plusieurs appels ont été lancés en faveur de l’annulation d’une partie de la dette publique détenue par la BCE. Une telle opération constituerait une violation du traité européen. Sur le plan économique, elle serait inutile étant donné que les intérêts versés à la BCE au titre de la dette reviennent aux États sous forme de dividendes. En outre, cela aurait un coût : la hausse des anticipations d’inflation et/ou l’augmentation de la prime de risque d’inflation entraîneraient une remontée des rendements obligataires. La nature extrême de cette mesure pourrait également saper la confiance. En réalité, du fait des taux d’intérêt très faibles les États ont beaucoup de temps devant eux pour restaurer les finances publiques. Enfin, la simple évocation, par de hauts responsables, de la possibilité d’une annulation de la dette pourrait entraîner un autre coût : les marchés financiers pourraient estimer que l’impensable l'est de moins en moins.
L’amélioration conjoncturelle tarde à se confirmer 19/02/2021
Une normalisation plus franche et pérenne de la situation économique dépendra de la pleine maîtrise de l’épidémie de Covid-19 et du retour de la confiance des agents économiques. Toutefois, l’économie de la zone euro peine à poursuivre son rattrapage, dans un contexte de restrictions sanitaires. Après une sensible amélioration conjoncturelle post-printemps 2020, la phase de rattrapage s’est depuis globalement stabilisée...
Inflation dans la zone euro : plus de bruit que de signal 05/02/2021
Les données préliminaires sur l’inflation dans la zone euro sont ressorties au-dessus des attentes, le taux d’inflation sous-jacente s’établissant à 1,4 % en janvier. L’inflation mensuelle est, néanmoins, négative, à -0,5 %. En raison de la pandémie de Covid-19, le bruit statistique associé aux données sur l’inflation est très élevé de sorte que ces dernières sont plus difficiles à interpréter. Les données d’enquête indiquent une hausse des prix des intrants et un allongement des délais de livraison, susceptibles d’exercer des pressions à la hausse sur l’inflation. Ces facteurs devraient disparaître dans le courant de l’année. Compte tenu du sous-emploi des ressources économiques, la remontée durable de l’inflation devrait être un processus très progressif.
Vers une reprise différée dans la zone euro ? 05/02/2021
La croissance du PIB réel dans la zone euro a surpris favorablement au quatrième trimestre 2020, la contraction ayant été plus faible que prévu. La croissance devrait également être négative au cours du trimestre actuel mais l’attention se reporte rapidement sur le deuxième trimestre. Compte tenu du rythme de vaccination, du niveau des nouvelles contaminations dans de nombreux pays et des inquiétudes suscitées par les nouveaux variants, les restrictions risquent de devoir être maintenues plus longtemps. Cela signifierait que la reprise serait plus tardive, avec une nette accélération de la croissance au troisième trimestre plutôt qu’au printemps. Autrement dit, la demande contenue pourrait être encore plus forte au second semestre. Cependant, dans les secteurs affectés par les restrictions, les difficultés pourraient durer plus longtemps et avoir des effets plus marquants. Enfin, la comparaison des vitesses de reprise au niveau international pourrait avoir une influence sur les flux de capitaux et sur l’euro, compte tenu du retard de la zone euro.
Les entreprises recourent au crédit bancaire pour résister plutôt que pour financer l’activité 22/01/2021
Alors que les encours de crédits bancaires et le PIB évoluent traditionnellement de conserve, la crise de la Covid-19 a provoqué leur déconnexion dans la zone euro...
Zone euro : Forte dépendance de l’économie à la politique de vaccination 22/01/2021
En Europe, le coronavirus est encore loin d’avoir dit son dernier mot. Depuis le début de l’année, de nombreux États membres de l’Union européenne ont introduit de nouvelles restrictions afin d’endiguer l’épidémie. Ces mesures (ré)apparaissent sur fond de début de campagnes de vaccination à travers le monde et l’Europe...
L’alourdissement de la charge des intérêts négatifs sur les réserves excédentaires temporairement compensé par les conditions des TLTRO III 14/01/2021
Opérationnel depuis le 30 octobre 2019, le tiering vise à limiter le coût du taux négatif (-0,5%) pour les banques de zone euro en exonérant de ce tribut une partie de leurs réserves excédentaires[1]. Ce dispositif exonérait les banques de la zone euro de EUR 4,3 mds en décembre 2020, leur charge résiduelle s’élevant à EUR 9,8 mds. La charge des intérêts négatifs a toutefois connu une progression continue depuis avril 2020, plus sensible durant le second trimestre 2020, en raison de la forte croissance des réserves excédentaires. Cette hausse trouve en partie son origine dans l’augmentation des encours des opérations de refinancement à plus long terme ciblées (TLTRO III), dont les conditions ont été temporairement assouplies (entre juin 2020 et juin 2021) en réponse à l’épidémie de Covid-19. En fonction notamment de l’évolution des prêts au secteur privé non financier accordés par la banque emprunteuse, lesdites conditions seront au mieux inférieures (-1%) au pire égales (-0,5%) au taux négatif appliqué aux réserves excédentaires, permettant ainsi de compenser le coût des taux négatifs sur les dépôts[2]. Une partie conséquente de la hausse des réserves excédentaires a toutefois pour contrepartie les opérations de refinancement à plus long terme d’urgence face à la pandémie (PELTRO, -0,25%), et surtout d’autres ressources bancaires lorsqu’elle découle des achats de titres effectués par l’Eurosystème (quantitative easing).  Si, au vu de l’évolution du crédit au secteur privé, les intérêts annuellement reçus par les banques de la zone euro dans le cadre de leur refinancement devraient être plus proches de l’extrémité supérieure (EUR 15 mds) que de l’extrémité inférieure (EUR 8 mds) de la fourchette, et compenser ainsi la charge des intérêts négatifs appliqués aux réserves excédentaires (de l’ordre de EUR 13 mds annuels) entre juin 2020 et juin 2021, il pourrait en aller différemment avec la fin des conditions exceptionnelles des TLTRO III, à partir de juin 2021.   [1] Dans la limite de six fois le montant de leurs réserves obligatoires. [2] Ne sont ici appréhendés que les intérêts versés et reçus dans le cadre des opérations avec l’Eurosystème et non les effets négatifs indirects plus larges sur les marges globales d’intérêt. En outre, les systèmes bancaires nationaux peuvent présenter des situations différentes de la situation décrite pour l’ensemble des banques de la zone euro. 
L’effacement des dettes détenues par la Banque centrale européenne ou le retour de l’illusionnisme monétaire. 07/01/2021
Les histoires de monétisation finissent mal… en général. L’effacement des dettes détenues par l’Eurosystème, au mieux, ne servirait à rien, au pire corromprait l’euro.
Entre prudence et espoir 17/12/2020
Avec le rebond épidémique, le processus de rattrapage économique est enrayé en zone euro. La fin de l’année 2020 s’annonce plus difficile qu’attendu en raison des nouvelles restrictions sanitaires mises en place dans la plupart des États membres. La production industrielle reste basse au regard de son niveau d’avant-crise et les entreprises des services marchands continuent d’être en première ligne face aux restrictions. Beaucoup d’incertitudes demeurent pour le 1er semestre 2021. Dans ce contexte, la Banque centrale européenne a annoncé de nouvelles mesures de stimulus monétaire lors de sa réunion du 10 décembre tandis que le soutien budgétaire devrait se réduire progressivement.
Des raisons d'espérer 04/12/2020
La résurgence épidémique, dans de nombreux pays membres de la zone euro, et le durcissement des restrictions sanitaires font peser une nouvelle menace sur la reprise économique, après une 1ère vague de contaminations qui avait été globalement maîtrisée. Les derniers indicateurs conjoncturels pour la zone euro témoignent en effet d’un tassement de la dynamique économique...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2637 articles et 691 vidéos