eco TV

Rattrapage économique France-Allemagne : où en sommes-nous ?

11/03/2021

Il reste du chemin à parcourir en zone euro pour rattraper l’ensemble des pertes accumulées au cours de l’année 2020. Les services marchands accusent un retard particulièrement important au regard de leur niveau d’activité de fin 2019. Les risques de dégradation sur le marché du travail sont à surveiller de près ces prochains mois.

TRANSCRIPT // Rattrapage économique France-Allemagne : où en sommes-nous ? : mars 2021

LE GRAPHIQUE DU MOIS

FRANÇOIS DOUX

Où en est-on du rattrapage économique post-crise du Covid ? On va faire le point sur la France et l'Allemagne avec Louis Boisset.
Bonjour Louis.

LOUIS BOISSET

Bonjour.

FRANÇOIS DOUX

Dans ce Graphique du mois, on détaille la valeur ajoutée, le secteur manufacturier et le secteur des services. Premier point : il reste encore un peu de chemin à parcourir.

LOUIS BOISSET

Effectivement. Ce que montre ce graphique, c'est le chemin déjà été parcouru pour rattraper le retard accumulé en 2020 et ce qu’il reste à parcourir. On voit que fin 2020, on était encore loin d'avoir rattrapé l'ensemble de ce qu'on avait perdu au cours de l'année 2020. Ce constat est particulièrement vrai dans la branche des services marchands qui accuse un retard encore important. Et on sait que les services marchands sont ceux qui ont été véritablement impactés négativement par les mesures sanitaires. Si on regarde les premières données conjoncturelles sur le début de l'année 2021, le constat est similaire. Les services marchands ont vraiment du mal à rattraper, tandis que du côté manufacturier, ça va beaucoup mieux et la tendance est haussière.

FRANÇOIS DOUX

Comment expliquez-vous la disparité entre la France et l'Allemagne ?

LOUIS BOISSET

Derrière cela, il y a la structure des économies. On sait que l'Allemagne est une puissance exportatrice très importante, et donc elle bénéficie, et en particulier son industrie manufacturière, d'un retour à la normale du côté du commerce mondial qui retrouve ses niveaux d'avant-crise. Or, en France, qui est moins exportatrice, ce bénéfice est moindre, ce qui explique aussi les divergences dans les dynamiques de rattrapage.

FRANÇOIS DOUX

Dernière question : quelles sont les conséquences de ce retard tant pour la France que pour l'Allemagne ?

LOUIS BOISSET

Selon de nombreux économistes, y compris nous, l'une des conséquences majeures touchera le marché du travail. Jusqu'ici, les conséquences de la crise de la Covid-19 sur le marché du travail ont été relativement contenues parce qu'il y avait en face un support budgétaire très important. Néanmoins, il existe un risque de forte détérioration des conditions sur le marché du travail et de hausse du taux de chômage, en particulier dans certains secteurs d'activité, notamment certains services marchands, comme cela est représenté ici sur le graphique. Dans le commerce, le transport, l'hébergement ou la restauration, la proportion d'emplois à risques est particulièrement importante. Il va donc falloir être particulièrement vigilant sur ce point.

FRANÇOIS DOUX

Merci Louis Boisset pour ce point sur le rattrapage économique, tant en France qu'en Allemagne. Dans un instant, Trois questions sur le marché obligataire, les causes et les conséquences de la remontée des taux longs. C'est avec William De Vijlder.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

De la nécessité de retraiter le PMI manufacturier pour comprendre le choc sur l’industrie allemande 18/05/2022
La bonne tenue des indices PMI du secteur manufacturier jusqu’en avril surprend tant les contraintes sur l’offre et les pressions sur les prix des intrants se sont amplifiées depuis le début du confit russo-ukrainien le 24 février dernier. C’est notamment le cas en Allemagne. Malgré une industrie fortement exposée au choc, son PMI manufacturier continue de se maintenir bien au-dessus de 50 points (54,6 en avril 2022), suggérant que l’activité dans le secteur demeure confortablement en expansion alors que la production industrielle s’est repliée de - 4,4% entre janvier et mars 2022. Ce message contradictoire tient avant tout à un biais méthodologique : celui de la prise en compte des délais de livraison dans l’indice agrégé. Ce biais peut être un véritable problème lorsque le PMI manufacturier est utilisé pour estimer en temps réel la production industrielle ou l’évolution du PIB. La construction du PMI manufacturier allemand repose sur les pondérations suivantes de cinq sous-soldes de l’enquête menée par Markit : 30% pour la production manufacturière, 25% les nouvelles commandes, 20% l’emploi, 15% les délais de livraison, 10% les stocks d’intrants. Dans cette agrégation, un accroissement les délais de livraison contribue positivement au PMI manufacturier, l’idée sous-jacente étant qu’un allongement des durées d’approvisionnement traduit un choc de demande positif non anticipé par les entreprises. Dans ce cas, il est logique que le PMI manufacturier augmente puisque la production industrielle va croître dans le même temps. Or, cette relation ne tient plus lorsque l’économie fait face des ruptures d’approvisionnement : dans ce cas, l’allongement des délais de livraison qui s’ensuit va faire augmenter le PMI manufacturier mais cela envoie un mauvais signal étant donné que la production sera limitée par des délais de livraison plus longs. Pour corriger ce biais méthodologique, il est possible soit de neutraliser la contribution des délais de livraison (cela revient à fixer à 50 ce dernier sur l’ensemble de la période), soit d’inverser son signe dans le calcul du PMI manufacturier afin de changer la signification économique d’un allongement des délais de livraison. Mais cette dernière approche requière d’être en mesure de juger si l’allongement des délais de livraison s’explique par une offre insuffisante ou un excès de demande. Cela pose un défi d’autant plus grand à mesure que l’on remonte dans le temps. Avec ces corrections, le PMI manufacturier avec délai de livraison neutralisé et celui avec le signe inversé reflètent bien mieux l’évolution récente de la production manufacturière allemande : en avril 2022, le PMI manufacturier avec signe inversé s’établit, en effet, à 46,8, traduisant bien une contraction de cette dernière.
La production industrielle décroche, l’excédent commercial à un plus bas historique 16/05/2022
Bien que l’Allemagne ait retrouvé le chemin de la croissance au 1er trimestre 2022, avec un PIB qui a progressé de +0,2 % (t/t) d’après la première estimation publiée par l'Office fédéral de la statistique (Destatis), le mois de mars porte déjà les séquelles du conflit russo-ukrainien et des confinements stricts dans plusieurs régions de Chine. La production industrielle, dont le secteur représente 24 % du PIB allemand, s’est fortement repliée au mois de mars (–4,6 % m/m) après une croissance quasi-nulle en février. Elle reste très éloignée du son niveau d’avant-crise (T4 2019), à –5,2 %. Pire, cette nette baisse sur le dernier mois du 1er trimestre constitue un acquis de croissance nettement négatif pour le 2e trimestre à –3 %.
Vers une nouvelle contraction de la consommation des ménages au 2e trimestre 16/05/2022
L’inflation continue de se diffuser aux différents postes de l’indice des prix à la consommation. La composante « énergie » a légèrement reflué en avril (-2,5% m/m), après la mise en œuvre de la ristourne gouvernementale sur le carburant, mais cette baisse a été plus que compensée par l’accélération des prix des autres postes de consommation. Les prix alimentaires, singulièrement, ont progressé de 1,4% m/m en avril, une ampleur inédite depuis 20 ans (c’est-à-dire ni en 2007-08 ou en 2011, lors de précédentes vagues de hausse des prix alimentaires). Ce poste est le principal contributeur (0,2 point) à l’inflation mensuelle (+0,4% m/m).
France : contraintes d’offre et inflation pèsent sur la croissance 29/04/2022
La croissance française devrait être nettement plus faible au 1er semestre 2022, sous le poids des contraintes d’offre qui pèsent principalement sur l’automobile et sur la construction. A ces difficultés s’ajoute désormais la baisse du pouvoir d’achat des ménages, qui pénalisera principalement les secteurs où les hausses de prix sont les plus fortes (énergie, alimentation). Un rebond devrait survenir au 3ème trimestre, avec de premières hausses de revenu qui viendront compenser en partie les pertes antérieures de pouvoir d’achat.
L’inflation pèse sur la consommation des ménages 19/04/2022
L’inflation a atteint 4,5% a/a au mois de mars en France selon l’estimation finale de l’Insee, principalement en raison d’une nouvelle hausse du coût de l’énergie (+9% sur le seul mois de mars, +29,2% a/a). En parallèle, l’impact de cette inflation semble commencer à se faire sentir sur les dépenses de consommation des ménages : après avoir nettement baissé en janvier (-2% m/m), leur rebond en février est resté limité (+0,8% m/m). Et la dernière enquête de l’Insee sur la confiance des ménages n’augure pas d’un rebond à court terme, au contraire. Le moral de ces derniers a considérablement chuté notamment parce qu’ils craignent de nouvelles hausses de prix : la balance d’opinion sur les perspectives de prix a augmenté de 50 points pour atteindre un record historique.
Derrière la croissance, la récession ? 15/04/2022
Parmi les quatre plus grandes économies de la zone euro, l’Allemagne affiche les perspectives de croissance à l’horizon 2022 les moins bonnes. Selon nos prévisions, le PIB allemand augmenterait d’environ 2% quand la croissance avoisinerait 3% en France et en Italie et frôlerait 5% en Espagne. L’acquis de croissance au T4 2021 est moins élevé outre-Rhin, l’exposition aux répercussions économiques de la guerre en Ukraine est plus grande et elles s’ajoutent aux difficultés d’approvisionnement préexistantes de l’industrie. La chute de l’indice ifo en mars, en particulier des anticipations des entreprises, en atteste et alerte sur le risque de récession.  
Une croissance faible plutôt qu’une récession 15/04/2022
L’inflation a continué de croître début 2022 jusqu’à peser très fortement sur la confiance des ménages français à partir de mars. Cette problématique de pouvoir d’achat augure d’un repli de la consommation. Le soutien budgétaire a permis de limiter la hausse de l’inflation (de près de 2 points de pourcentage en avril), autorisant le maintien d’une croissance légèrement positive (0,3% pour le T1 et 0,1% pour le T2 selon nos prévisions).
Marché du travail français : maintenir la dynamique 29/03/2022
La France a terminé l’année 2021 avec le taux d’emploi le plus élevé depuis les années soixante-dix, le taux de chômage le plus bas depuis 2008 et un record de créations d’emplois depuis l’après-guerre. Ce dynamisme de l’emploi est imputable pour moitié au rebond des créations d’emplois dans les secteurs les plus affectés par la crise de la Covid-19 (dont la restauration et l’intérim). La pandémie a également soutenu l’emploi dans la santé et l’éducation. Le secteur privé marchand porte néanmoins encore la trace de la crise sanitaire : l’emploi y est inférieur de 1,3% au niveau qu’il aurait atteint si sa croissance observée entre 2017-19 s’était poursuivie jusqu’à fin 2021 (un même calcul sur le PIB réel donne un écart de 2,2%). Le taux d’emploi des 15-64 ans atteint 67,8% de la classe d’âge. Cette hausse s’explique principalement par celle du taux d’emploi des 50-64 ans (départs en retraite plus tardifs). L’amélioration du taux d’emploi des 15-24 ans en toute fin de période doit, quant à elle, être confirmée. La progression des salaires, qui a été modérée ces dernières années, devrait s’accélérer en 2022 sous l’effet combiné de la baisse du taux de chômage et de la hausse de l’inflation. 
Des enquêtes de conjoncture en passe de se dégrader nettement 21/03/2022
La croissance française est restée positive en début d’année 2022, comme en témoignent des enquêtes de conjoncture relativement stables jusqu’en février, tant du point de vue des ménages que des entreprises, ou même du climat de l’emploi. La hausse de l’inflation a été significative, à 3,6% a/a en février, néanmoins la stabilité du tarif réglementé du gaz et la hausse contenue à 4% du prix de l’électricité ont permis de la limiter. D’après le dernier point de conjoncture de l’Insee, l’inflation aurait atteint 5,1% sans ces mécanismes.
L’amélioration de l’excédent sur les services compense la dégradation du déficit des biens 16/03/2022
La France connait une dégradation structurelle de sa balance commerciale des biens depuis 2015. Son déficit atteint en janvier 2022 le niveau record de EUR 73 mds en cumul sur 12 mois, selon les statistiques de balance des paiements de la Banque de France (EUR 88 mds selon la définition des douanes1). La tendance au creusement du déficit des biens industriels s’est renforcée depuis 2020 avec la baisse des exportations aéronautiques depuis le début de la pandémie de Covid-19. La hausse du prix du pétrole explique l’essentiel de la détérioration observée à partir de novembre 2021. Toutefois, la balance courante, qui synthétise la totalité des échanges extérieurs de la France2, montre un profil différent, avec un déficit limité à EUR 23,4 mds en janvier, en cumul sur 12 mois. Il reste relativement stable même sur les trois derniers mois. L’excédent sur le commerce de services en est la principale explication. Il atteint, lui aussi, un niveau record à EUR 39 mds en janvier (en cumul sur 12 mois). Cette nette augmentation depuis début 2021 provient du poste « transport » qui a basculé en surplus au moment du déclenchement de la pandémie de Covid-19, excédent qui n’a depuis cessé de croître pour atteindre EUR 32 mds sur les 12 derniers mois à fin janvier. Les données détaillées du FMI, disponibles jusqu’au 3e trimestre 2021, montrent que l’amélioration jusqu’à cette date correspondait essentiellement aux services exportés de fret maritime dans un contexte où le transport maritime bénéficiait d’une forte demande mondiale. 1 La balance des paiements sépare les coûts de transport et d’assurance incorporés par les douanes dans les échanges de biens pour les incorporer aux échanges de services ce qui a tendance à réduire le déficit sur les biens. De plus, les douanes considèrent qu’un échange de biens est constitué s’il franchit la frontière, tandis que la balance des paiements applique un critère de résidence : le flux est incorporé s’il est fait entre un résident et un non-résident. 2 Ces échanges concernent les biens, les services ainsi que les revenus (flux d’intérêt, rapatriement de profits, transferts de migrants notamment).

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1749 articles et 344 vidéos