eco TV

Rattrapage économique France-Allemagne : où en sommes-nous ?

11/03/2021

Il reste du chemin à parcourir en zone euro pour rattraper l’ensemble des pertes accumulées au cours de l’année 2020. Les services marchands accusent un retard particulièrement important au regard de leur niveau d’activité de fin 2019. Les risques de dégradation sur le marché du travail sont à surveiller de près ces prochains mois.

TRANSCRIPT // Rattrapage économique France-Allemagne : où en sommes-nous ? : mars 2021

LE GRAPHIQUE DU MOIS

FRANÇOIS DOUX

Où en est-on du rattrapage économique post-crise du Covid ? On va faire le point sur la France et l'Allemagne avec Louis Boisset.
Bonjour Louis.

LOUIS BOISSET

Bonjour.

FRANÇOIS DOUX

Dans ce Graphique du mois, on détaille la valeur ajoutée, le secteur manufacturier et le secteur des services. Premier point : il reste encore un peu de chemin à parcourir.

LOUIS BOISSET

Effectivement. Ce que montre ce graphique, c'est le chemin déjà été parcouru pour rattraper le retard accumulé en 2020 et ce qu’il reste à parcourir. On voit que fin 2020, on était encore loin d'avoir rattrapé l'ensemble de ce qu'on avait perdu au cours de l'année 2020. Ce constat est particulièrement vrai dans la branche des services marchands qui accuse un retard encore important. Et on sait que les services marchands sont ceux qui ont été véritablement impactés négativement par les mesures sanitaires. Si on regarde les premières données conjoncturelles sur le début de l'année 2021, le constat est similaire. Les services marchands ont vraiment du mal à rattraper, tandis que du côté manufacturier, ça va beaucoup mieux et la tendance est haussière.

FRANÇOIS DOUX

Comment expliquez-vous la disparité entre la France et l'Allemagne ?

LOUIS BOISSET

Derrière cela, il y a la structure des économies. On sait que l'Allemagne est une puissance exportatrice très importante, et donc elle bénéficie, et en particulier son industrie manufacturière, d'un retour à la normale du côté du commerce mondial qui retrouve ses niveaux d'avant-crise. Or, en France, qui est moins exportatrice, ce bénéfice est moindre, ce qui explique aussi les divergences dans les dynamiques de rattrapage.

FRANÇOIS DOUX

Dernière question : quelles sont les conséquences de ce retard tant pour la France que pour l'Allemagne ?

LOUIS BOISSET

Selon de nombreux économistes, y compris nous, l'une des conséquences majeures touchera le marché du travail. Jusqu'ici, les conséquences de la crise de la Covid-19 sur le marché du travail ont été relativement contenues parce qu'il y avait en face un support budgétaire très important. Néanmoins, il existe un risque de forte détérioration des conditions sur le marché du travail et de hausse du taux de chômage, en particulier dans certains secteurs d'activité, notamment certains services marchands, comme cela est représenté ici sur le graphique. Dans le commerce, le transport, l'hébergement ou la restauration, la proportion d'emplois à risques est particulièrement importante. Il va donc falloir être particulièrement vigilant sur ce point.

FRANÇOIS DOUX

Merci Louis Boisset pour ce point sur le rattrapage économique, tant en France qu'en Allemagne. Dans un instant, Trois questions sur le marché obligataire, les causes et les conséquences de la remontée des taux longs. C'est avec William De Vijlder.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

France : deuxième étape de la stratégie de sortie de crise 17/09/2021
Alors que la reprise économique se confirme, une nouvelle étape de la stratégie de sortie de crise peut s’enclencher pour poursuivre le retrait progressif du filet de sécurité des mesures d’urgence.
08/09/2021
La propagation rapide du variant delta pèse sur le climat économique 30/08/2021
Notre baromètre montre une amélioration significative de la conjoncture économique en Allemagne. La zone en bleu, qui représente la situation de ces trois derniers mois, est clairement plus étendue qu’au cours des trois mois précédents (zone délimitée en pointillé). Cette évolution est particulièrement manifeste dans les statistiques du secteur manufacturier, notamment les commandes et la production, qui ressortent en nette progression au T2 par rapport au T1.   
Optimisme plus tempéré 30/08/2021
D’après la première estimation de l’INSEE, le PIB français a progressé de 0,9% t/t au T2 2021. Ce résultat est légèrement meilleur qu’attendu : nous tablions sur 0,8% et l’INSEE sur 0,7%. La croissance française est, certes, nettement moins élevée que celle de la zone euro (2% t/t) ou des États-Unis (1,6% t/t) mais il s’agit tout de même d’un bon chiffre compte tenu des circonstances. Il est, en effet, significativement positif malgré le troisième confinement d’avril.
Marché du travail français : les signes de retour à meilleure fortune sont-ils déjà là ? 25/08/2021
Pour juger du retour à meilleure fortune du marché du travail français, on peut s’appuyer sur les deux indicateurs retenus par le gouvernement dans le cadre de la réforme en cours de l’assurance-chômage : 1/ le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A doit avoir diminué d’au moins 130 000 sur 6 mois ; 2/ les déclarations d’embauche de plus d’un mois (hors intérim) doivent, concomitamment, dépasser les 2,7 millions cumulés sur 4 mois glissants. En juin 2021, le double critère d’amélioration est satisfait. C’est moins une surprise pour les déclarations d’embauche que pour les inscriptions à Pôle emploi, la barre semblant plus facile à franchir pour les premières que pour les secondes. Ce premier signal positif[1] doit encore s’inscrire dans la durée mais cela semble en bonne voie. Cette bonne nouvelle s’ajoute à celle de l’emploi salarié privé – déjà revenu, au T2 2021, à son niveau d’avant-crise du T4 2019 – et à celle du taux de chômage – qui n’a pas connu l’envolée crainte après la crise de la Covid-19 et se situe également, à 8% au T2 2021, à son niveau d’avant-crise, lui-même à un plus bas depuis 2008. Ces bons résultats sont, en grande partie, à mettre sur le compte des mesures d’urgence prises pour amortir la crise. Une remontée future du taux de chômage ne peut être exclue mais, a priori, la situation devrait continuer de s’améliorer, portée par le rebond de la croissance et le plan France Relance.   [1] Le signal positif du point d’octobre 2020 est factice et éphémère car reposant sur un effet de base favorable.
06/07/2021
Changement de climat 06/07/2021
Après une forte contraction au premier trimestre 2020, le climat économique s’est nettement amélioré au T2, avec l’ouverture progressive de l’économie. En 2020, le gouvernement allemand a réussi à limiter l’impact de la crise du coronavirus sur les ménages et les entreprises. Cette année, l’orientation de la politique budgétaire restera très accommodante et les mesures de soutien liées à la Covid-19 pourraient représenter 3% du PIB. Les élections législatives fédérales ayant lieu le 26 septembre prochain, le budget pour 2022 sera élaboré par le nouveau gouvernement. D’après les sondages, une coalition serait possible entre la CDU/CSU et les Verts, de sorte que le changement climatique devrait figurer au premier rang des priorités. L’économie devrait connaître, selon les prévisions, une croissance robuste en 2021 et 2022. Sur le plan intérieur, le principal moteur est la consommation privée, tandis que le secteur manufacturier devrait bénéficier du programme Next Generation de l’UE. La rapidité de la reprise pourrait raviver les tensions inflationnistes et l’orientation de la politique monétaire de la BCE pourrait se révéler trop accommodante pour l’Allemagne.
Belle embellie 06/07/2021
Au regard des enquêtes sur le climat des affaires en mai et juin, le rebond de l’économie française, au sortir du troisième confinement, est plus vigoureux que prévu. Nous avons rehaussé notre prévision de croissance au T2, d’un chiffre frôlant zéro à presque 1% t/t. Au T3, le rebond mécanique porterait la croissance à environ 3% t/t. Elle refluerait ensuite, l’effet de rattrapage se dissipant, mais resterait élevée, soutenue par l’impulsion budgétaire. Le revers de la médaille du redressement vigoureux de la demande est la mise sous tension de l’offre. Les contraintes d’approvisionnement, la hausse des prix des intrants, les difficultés de recrutement qui en découlent sont autant de points de friction pouvant freiner la reprise. Sur l’ensemble de 2021, la croissance s’élèverait à 6% en moyenne (une prévision optimiste, un demi-point au-dessus du consensus de juin 2021) et elle resterait forte en 2022 (4,6%). Les risques économiques sont équilibrés : le déblocage de l’épargne forcée accumulée reste un aléa haussier tandis que les tensions sur l’offre et certains prix constituent un aléa baissier. Si l’épidémie de Covid-19 a fortement reculé, l’aléa sanitaire n’a toutefois pas disparu du fait de la circulation accrue des variants.
La dynamique de croissance doit encore se renforcer 28/06/2021
L’économie allemande connaît un fort rebond. La zone en bleu du graphique, qui représente la situation au cours des trois derniers mois, s’est clairement élargie par rapport à celle du trimestre précédent (zone délimitée par la ligne en pointillés). Les dernières données confirment la consolidation de la dynamique de croissance. En juin, l’indice Ifo du climat des affaires s’est inscrit à 101,8 (2015 = 100), un plus haut depuis avril 2018. Les entreprises se sont notamment déclarées plus satisfaites de leur situation actuelle. La reprise est, par ailleurs, générale, l’indice du climat des affaires affichant une progression dans tous les secteurs.   
Le climat des affaires à un plus haut depuis l’été 2007 28/06/2021
Notre baromètre continue de faire état d’une nette amélioration de la situation conjoncturelle française ces derniers mois par rapport aux trois mois précédents : la zone en bleu déborde en effet largement celle en pointillés au niveau des indicateurs d’activité, et elle dépasse ou est très proche de l’hendécagone gris délimitant la valeur moyenne de long terme au niveau des enquêtes de confiance. S’agissant des données d’activité, comme il y a un mois, l’amélioration repose toutefois sur un effet de base très favorable.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2782 articles et 741 vidéos