eco TV

Turquie : l’histoire se répète

09/04/2021
Code

L’inflation s’est accélérée à 15,6% a/a en février, suite à la dépréciation de la livre fin 2020. Alors que la livre vient à nouveau de se déprécier, l’inflation devrait rester élevée.

TRANSCRIPT // Turquie : l’histoire se répète : avril 2021

LE GRAPHIQUE DU MOIS

FRANÇOIS DOUX

On parle à présent de la Turquie dans le Graphique du mois. La croissance, bonne nouvelle, en Turquie a retrouvé son niveau d'avant-crise en 2020 : 1,8%. Pour en parler, nous sommes avec Stéphane Colliac.

FRANÇOIS DOUX

Bonjour Stéphane.

STÉPHANE COLLIAC

Bonjour.

FRANÇOIS DOUX

On va parler de l'inflation. C'est ce qui préoccupe l'économie turque aujourd'hui, en dépit de cette bonne tenue à 1,8% de croissance en 2020. Si on parle de l'inflation, on va le voir sur le graphique, et bien elle accélère :  15,6% en rythme annuel, c'est la performance au mois de février dernier. On était encore à 11,9% en octobre. Première question : quelles raisons sous-tendent cette forte inflation en Turquie ?

STÉPHANE COLLIAC

La raison principale derrière cette accélération de l'inflation, c'est la dépréciation de la livre turque à l'automne dernier. On a calculé, dans le numéro de Conjoncture du mois de janvier sur la Turquie, qu'une dépréciation de 10% de la livre avait un impact de 2 points sur l'inflation au bout de trois mois. Et on est en plein dedans. C'est exactement ce qui s'est passé.

FRANÇOIS DOUX

On a aussi parlé du rôle de la politique économique, Stéphane.

STÉPHANE COLLIAC

Oui. Et elle a un rôle à jouer manifestement dans le décalage entre l'évolution de l'inflation, l'évolution du taux de change et la combinaison de l'un et de l'autre. Effectivement, on a observé des déséquilibres qui ne se limitent pas à l'inflation. Le déficit courant a aussi atteint 5,1% du PIB en 2020. Et la politique monétaire a été plutôt accommodante. Pas forcément tout du long de l'année, puisque à partir du mois de novembre, un nouveau gouverneur a été nommé. Il a augmenté le taux d'intérêt directeur de 875 points de base. Et effectivement, à partir de là, la livre turque s'est stabilisée.

FRANÇOIS DOUX

Dernière question. Quelles sont les perspectives pour les mois à venir avec le nouveau gouverneur, sur le marché des changes, et donc les répercussions sur l'inflation ?

STÉPHANE COLLIAC

Les tensions sont réapparues sur la devise à partir du 22 mars, au lendemain d'un nouveau changement de gouverneur de la banque centrale. Cela fait craindre le retour à un régime de « stop and go », en termes de croissance et d'évolution du taux de change. Avec des phases où on resserre la politique monétaire parce qu'on y est un peu contraint, et des phases où cette politique monétaire devient beaucoup plus accommodante, ce qui implique une dépréciation tendancielle de la devise, et donc une sorte de yoyo en termes de cycle économique, de cycle de change et de cycle d'inflation.

FRANÇOIS DOUX

Stéphane Colliac, merci pour ce point sur l'économie et l'inflation turque. Dans un instant, nous allons parler de la zombification de l'économie. Trois questions avec Hélène Baudchon.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

La nouvelle politique économique turque 28/01/2022
La politique monétaire et de change en Turquie confrontée à l’instabilité financière : ressorts et conséquences.
Nouvelles tensions financières 30/11/2021
Au cours des 15 derniers jours, la livre turque s’est dépréciée de 21% par rapport à l’euro dont plus de 10% la seule journée du 23 novembre. Parallèlement, les rendements des obligations d’Etat à 10 ans ont franchi la barre des 20%. Cet accès de fièvre fait suite à i/ une nouvelle baisse du taux directeur de la banque centrale le 19 de 16% à 15% malgré l’accélération de l’inflation qui a atteint 19,9% en glissement annuel en octobre et ii/ les déclarations du Président Erdogan justifiant l’assouplissement monétaire au nom d’une nouvelle politique économique, le président ayant demandé au conseil national de sécurité de décréter l’état de « guerre d’indépendance économique ». Le président a également fustigé les comportements spéculatifs opportunistes qui profitent de la dépréciation de la livre pour augmenter les prix.  L’axe principal de la nouvelle politique économique est d’améliorer la compétitivité des exportations, ce que faciliterait la dépréciation du change. De ce fait, la priorité de la banque centrale est de réduire le déficit courant qui serait la cause première de la faiblesse de la livre, et non de combattre l’inflation. Le paradoxe est que le déficit courant a été divisé par deux passant de USD 35mds en 2020 à 18,4 mds en septembre 2021 en cumul sur 12 mois grâce justement à de bonnes performances à l’exportation. La balance des capitaux (y compris les erreurs et omissions) a même dégagé un très fort excédent permettant une reconstitution des réserves de change qui atteignaient USD 88 mds (or exclu) au 21 novembre contre USD 50 mds en début d’année. Les marchés continuent donc de sanctionner une politique monétaire qui, à leurs yeux, devrait se focaliser sur l’inflation. Et, malgré la pression sur le change, ils n’anticipent pas de changement de cap brutal, comme ce fut le cas en septembre 2020.   
Croissance turque : ne pas abuser des bonnes choses 10/09/2021
La Turquie a enregistré une croissance élevée au 2ème trimestre 2021 par rapport au même trimestre de 2020. Si le rebond est naturel, en comparaison d’une période où le confinement était de mise, son ampleur reste majeure. Toutefois, cette croissance ne va pas sans quelques péripéties : la principale d’entre elle est l’inflation qui dépasse actuellement les 19%.
Turquie : en finir avec la croissance en stop and go ? 12/01/2021
Au troisième trimestre 2020, la Turquie avait déjà retrouvé son niveau de PIB d’avant-Covid. Cette « prouesse » s’explique par un soutien conséquent de la politique économique, tant budgétaire que monétaire, qui n’a pas été sans risques. L’inflation n’a pas diminué et le compte courant a de nouveau basculé en déficit, au contraire d’autres pays émergents, ce qui a contribué à la forte dépréciation de la livre turque. Le renforcement de ces tensions a conduit le président Erdogan à changer le cap de sa politique économique. Un policy mix plus rigoureux, avec une politique monétaire plus réactive par rapport à l’inflation, et l’attractivité vis-à-vis des investisseurs étrangers en sont les deux piliers. Autant d’éléments qui devront se traduire durablement dans les faits, afin de réduire la volatilité et lever les freins qui altèrent la croissance turque depuis 5 ans.
Turquie : démystifier la dépréciation de la livre 13/11/2020
La livre turque s’est visiblement dépréciée ces dernières semaines, une évolution dont il est important de bien comprendre les causes et les conséquences, à la fois négatives et positive.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1749 articles et 344 vidéos