eco TV

États-Unis : retour aux années 1970 ?

12/05/2021

Dans le débat en cours sur la politique économique aux États-Unis, certains commentateurs s’alarment sur un possible retour aux années 70. C’était une période de chocs majeurs – passage à des taux de change flottants, deux crises pétrolières – marquée par une inflation élevée et accélérée et le rôle accru du gouvernement. Dans son discours d’investiture en janvier 1981, le président Reagan a fait valoir que « le gouvernement n’est pas la solution à notre problème; c’est le gouvernement qui est le problème ». Aujourd’hui, confrontée à de multiples défis, l’administration Biden intensifie son rôle et la politique monétaire reste très expansionniste malgré une forte accélération de la croissance. Pour certains observateurs, les risques d’inflation sont à la hausse, mais le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, estime qu’il s’agit d’un phénomène transitoire, ajoutant que, si cela devait perdurer, la politique de la Banque centrale serait ajustée : la Fed a tiré les leçons de la politique qu’elle a menée dans les années 70.

TRANSCRIPT // États-Unis : retour aux années 1970 ? : mai 2021

3 QUESTIONS

FRANÇOIS DOUX

À la fin des années 60, les Beatles chantaient « Back in the U.S.S.R. ». Aujourd'hui aux États-Unis, on entend plutôt fredonner « Back to the seventies ». Trois questions sur les années 70 qui reviennent dans l'actualité économique avec William De Vijlder. Bonjour William.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Première question : pourquoi cette référence aux années 70 ?

WILLIAM DE VIJLDER

La référence est inspirée par des commentaires récents, notamment celui de l'ancien secrétaire du Trésor américain, Larry Summers, pour qui que ce qu'on vit aujourd'hui aux États-Unis est un changement de paradigme en termes de politique économique. Le plus important depuis l'arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et de Paul Volcker. On se souvient, Ronald Reagan a été le président qui, lors de son inauguration en 1981, a dit que le problème pour l'économie américaine, c'était le gouvernement. Donc le gouvernement n'allait pas apporter la solution, tandis qu'aujourd'hui, bien évidemment, la direction est tout à fait différente, avec une série d'initiatives prises par Joe Biden. Paul Volcker vient après les années 70. Là aussi, c'était un changement fondamental.

FRANÇOIS DOUX

Deuxième question William De Vijlder. Quel était le problème dans ces années 1970 ? On avait du pétrole, de l'inflation. On avait même des idées.

WILLIAM DE VIJLDER

La remarque de Larry Summers, implicitement, fait référence au problème majeur des années 70 aux États-Unis, mais aussi dans beaucoup d'autres pays, qui est une dérive de l'inflation qui échappait à tout contrôle. Maintenant, différents facteurs ont joué. Tout d'abord, il y avait déjà à la fin des années 60 aux États-Unis une certaine surchauffe de l'économie, qui donnait lieu à une hausse tendancielle de la croissance des salaires et de l'inflation. Puis, il y a eu des chocs très importants. Deux chocs de hausse très importante des prix du pétrole, avec plus d'inflation dans l'économie, et une politique monétaire qui n'était pas appropriée. Il est clair que pendant les années 70, avant l'arrivée de Paul Volcker, le gouverneur de la Réserve fédérale n'avait pas le courage de resserrer la politique monétaire parce que ce n'était pas vraiment dans l'air du temps.

 

FRANÇOIS DOUX

Troisième et dernière question. En 2021, que retenir justement des enseignements des années 70 ? On parle beaucoup d'anticipation inflationniste aujourd'hui.

 

WILLIAM DE VIJLDER

Ce qui alimente l'inquiétude aujourd'hui, c'est qu'un éventail d'éléments pointe vers une accélération de l'inflation. On le voit dans les enquêtes auprès d'entreprises. Les matières premières qui ont fortement augmenté, la pénurie au niveau des semi-conducteurs, etc. Jérôme Powell, le président de la Réserve fédérale dit alors : « Oui. On voit tout cela, ce sera passager et temporaire. Ce qui est très important, c'est que les anticipations inflationnistes n'ont pas monté. Donc, on peut rester tout à fait serein ». Un point qui est extrêmement important. Dans un discours récent, il a insisté sur le fait que la Réserve fédérale avait bien appris les leçons des années 70. En d'autres termes, les leçons de ses erreurs de politique monétaire. S'il devait y avoir une hausse plus importante et plus pérenne de l'inflation, la Réserve fédérale n'hésiterait pas à réagir et à remonter les taux d'intérêts. C'est un scénario qu’il faudra suivre de près et, bien évidemment, notamment en se focalisant sur les attentes inflationnistes. Parce qu’il est clair qu’aujourd’hui les marchés financiers n'anticipent pas un tel resserrement monétaire sévère.

 

FRANÇOIS DOUX

À suivre donc, les statistiques qui présagent de l'inflation et, bien sûr, la communication de la Réserve fédérale américaine. Merci William De Vijlder pour ces Trois questions.

WILLIAM DE VIJLDER

À bientôt.

FRANÇOIS DOUX

On se retrouve dans un mois pour un nouveau numéro d'EcoTV

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

États-Unis : L’élargissement de la dette fédérale américaine nécessitera de mobiliser plus de capitaux étrangers 02/12/2022
Depuis une dizaine d’années, l’appétence des investisseurs non-résidents pour les titres du Trésor américain fléchit. À la lumière des projections officielles qui annoncent un quasi-doublement de la dette fédérale américaine au cours des dix prochaines années, le renforcement de leur appétit apparaît primordial.    
La fiabilité des prévisions du PIB réel en période de récession interpelle 27/11/2022
La projection économique réalisée avant et pendant les récessions est un exercice délicat. Une analyse des résultats de l’enquête menée, auprès des prévisionnistes professionnels (SPF), par la Réserve fédérale de Philadelphie, montre que, depuis 1968, les erreurs de prévision au cours des récessions sont beaucoup plus élevées qu’en dehors. De plus, pendant les récessions les erreurs sont le plus souvent positives. Ainsi, les prévisions ont tendance à se révéler trop optimistes, même lorsqu’elles concernent le trimestre suivant. Actuellement, il existe un large consensus, voire une unanimité, sur le fait que les risques à la baisse, pesant sur la croissance du PIB, l’emportent du fait d’une multiplicité d’incertitudes et de vents contraires. L’historique des prévisions confirme que ces risques sont bien réels. 
La fin du pouvoir de négociation ? 22/11/2022
Le pic d’inflation semble avoir été atteint aux États-Unis en juin. La poursuite du mouvement et le rythme de la désinflation seront, en partie, dépendants de la diminution des tensions sur le marché du travail qui continuent de soutenir les salaires. En octobre, la légère augmentation du taux de chômage et le ralentissement des créations d’emplois salariés non agricoles pourraient bien indiquer le début d’une détente. Qu’en est-il de la dynamique des salaires ? D’après le Wage Growth Tracker de la Réserve fédérale d’Atlanta, un début de ralentissement s’esquisse.  Cet indicateur mesure, en moyenne mobile sur 3 mois, la variation médiane sur 12 mois du salaire horaire des personnes en emploi. Selon cet indicateur, un ralentissement des salaires semble se dessiner même s’il reste à confirmer. Après avoir atteint un pic en juillet et en août (6,7%), la progression des salaires s’est établie à 6,4% en octobre (contre 6,3% en septembre). Outre l’indication d’un début de ralentissement des salaires, cet indicateur donne une autre information intéressante sur la différence de dynamique des salaires selon que les personnes sont en poste (job stayers) ou ont changé d’emploi (job switchers) Après une vigoureuse progression, le ralentissement des salaires des job switchers semble bien engagé (7,6% en octobre, en baisse continue depuis son pic à 8,5% en juillet). En revanche, du côté des salaires des job stayers, leur progression a légèrement rebondi en octobre (5,4%), venant interrompre une décélération entamée en juin (6,1%). Si cette tendance au ralentissement des salaires se confirme, ce qui est le plus probable, les employés pourraient être moins enclins à changer d’emploi pour des raisons salariales, ce qui pourraient réduire les tensions sur le marché du travail.
La désinflation a commencé 13/11/2022
Les données sur les prix à la consommation aux États-Unis pour octobre ont renforcé l’opinion selon laquelle la désinflation  -le rétrécissement de l’écart entre l’inflation observée et la cible d’inflation de la banque centrale- a commencé. Si cette conclusion semble claire en en matière d’inflation globale -elle a atteint un sommet en juin-, il reste encore à confirmer que la baisse de l’inflation sous-jacente,  après avoir culminé en septembre, n’est pas qu’un phénomène ponctuel. L’inflation sous-jacente des biens – donc hors énergie et produits alimentaires – a amorcé une tendance à la baisse mais l’inflation sous-jacente des services  reste obstinément élevée en raison des coûts des services de transport et du logement.  L’important, à présent, pour l’économie et les marchés financiers est de savoir à quel rythme la désinflation se fera, compte tenu de son influence sur la politique monétaire de la Fed, sur le niveau du taux final, et sur quelle durée le taux des fonds fédéraux se maintiendra à ce niveau. Tous ces facteurs ont une incidence sur la perception des risques à la baisse pour la croissance.
Réserve fédérale américaine : quand s’arrêtera le resserrement monétaire ? 05/11/2022
Quand la Réserve fédérale américaine cessera-t-elle de relever les taux des Fed funds ? La question est cruciale pour l’activité et la demande de l’économie américaine, mais aussi pour les marchés financiers. Lors de sa récente conférence de presse le président de la Fed Jerome Powell est resté vague sur la fonction de réaction du FOMC. Il a néanmoins indiqué qu’il examinerait les taux réels. Cela soulève la question de savoir quel outil de mesure permettra de comparer les taux nominaux et les taux réels. Une solution réside dans la structure par échéances des anticipations d’inflation, calculée par la Banque de la Réserve fédérale de Cleveland. Malgré sa hausse récente, le rendement réel à un an des bons du Trésor américain reste en dessous du niveau atteint lors des précédents cycles de resserrement monétaire, à l’exception de celui de 2018. Dans un contexte de forte inflation, le cycle actuel n’est donc pas près de prendre fin.
L’emploi fait de la résistance  05/11/2022
Selon l’estimation préliminaire du Bureau of Economic Analysis (BEA), la croissance trimestrielle en rythme annualisé du PIB américain a très nettement rebondi au T3. Elle a atteint 2,6% après deux trimestres de croissance négative (respectivement -1,6% au T1 et -0,6% au T2). Le rebond de la croissance est principalement porté par la contribution du commerce extérieur (2,8 points de pourcentage), qui s’appuie sur la très forte augmentation des exportations de biens et services (+14,4%). Les importations, quant à elles, ont nettement baissé (-6,9%). La consommation des ménages - contribution d’1 point de pourcentage (pp) - résiste plutôt bien au regard de l’ampleur du choc d’inflation. 
Investisseurs non-résidents en titres du Trésor américain : les secteurs officiel et privé désormais au coude à coude 18/10/2022
La liquidité du marché des titres du Trésor américain (Treasuries) s’est fortement dégradée depuis le début de l’année. Sur fond de resserrement monétaire et de craintes de récession, l’appréciation du dollar et la grande volatilité des rendements freinent l’appétence des investisseurs, résidents ou non, alors même que la Fed a engagé la réduction de son portefeuille. Compte tenu de l’ampleur de la dette à financer (USD 23 000 mds de dette négociable à la fin juin 2022), les contraintes prudentielles qui limitent les capacités d’intermédiation des primary dealers sont un facteur aggravant. Depuis de nombreuses années déjà, l’attrait des non-résidents pour les Treasuries fléchit. Le poids de leurs avoirs (valorisés) dans la dette fédérale américaine négociable s’établissait à 32% à la fin juin 2022 contre 57% à la fin 2008. Ce recul est exclusivement le fait des investisseurs officiels : soucieux de diversifier leurs réserves de change (voire de soutenir leur monnaie), les banques centrales et les États étrangers se sont partiellement détournés des Treasuries, et plus généralement du dollar. Ainsi, alors que le secteur officiel constituait la première contrepartie étrangère du Trésor américain fin 2008 (74%), il n’abritait, en juin 2022, plus que 53% de la dette fédérale détenue à l’étranger (respectivement 42% et 17% du stock total de Treasuries). Reflet du rôle croissant des investisseurs privés (sociétés d’assurance, fonds de pension ou hedge funds), l’exposition globale des non-résidents à l’économie américaine (sous forme de titres, prêts et dépôts) s’est progressivement déformée en faveur d’actifs plus risqués (fin juin 2022, elle était constituée à 36% d’actions et parts de fonds contre 15% fin 2008). Les investisseurs privés ayant généralement un horizon d’investissement plus court que celui des investisseurs officiels, leur poids croissant pourrait conduire à une plus grande volatilité des taux d’intérêt.
Résister sans convaincre 02/10/2022
L’inflation toujours persistante et la remontée des taux d’intérêt à un rythme soutenu affectent durement l’économie américaine. Pourtant, les enquêtes sur le climat des affaires rebondissent, certes modestement, et la confiance des ménages s’améliore pour le deuxième mois consécutif. Les indices préliminaires du climat des affaires ont rebondi en septembre, sans pour autant revenir en territoire expansif. Le PMI composite s’est très nettement redressé (+4,7 points par rapport à août) pour s’établir à 49,3, principalement porté par la bonne progression du PMI services (+5,5 points, à 49,2) et, dans une moindre mesure, par une légère amélioration du PMI manufacturier (+0,2 point, à 51,8).
Emplois vacants, taux de rotation et désinflation 25/09/2022
Aux États-Unis, le marché du travail extrêmement tendu joue un rôle central dans les efforts mis en œuvre par la banque centrale pour ramener l’inflation vers son objectif. Une augmentation moindre du revenu du travail devrait freiner la demande finale, tandis que le tassement des hausses salariales contribuera à atténuer la pression sur les marges des entreprises, qui seront moins enclines à relever leurs prix de vente. Le marché du travail se caractérise par une interaction dynamique entre les offres d’emploi, les postes non pourvus, les départs volontaires et licenciements. Aux États-Unis, le nombre de postes non pourvus et le taux de démission ont commencé à baisser. On peut s’attendre à une accélération de cette dynamique et donc à un fléchissement de la hausse des salaires. Il reste de savoir dans quelle mesure. C’est pourquoi la politique de la Réserve fédérale est entièrement fondée sur l’évolution des données économiques.
Proches du pic d’inflation ? 22/09/2022
Après une deuxième contraction de son PIB au T2, les perspectives de l’économie américaine sont pour le moins incertaines. Les pressions inflationnistes donnent des signes de détente mais le rythme de désinflation pourrait être plus lent que prévu. Si la confiance des ménages a récemment interrompu sa baisse et s’est légèrement redressée en août, les enquêtes d’activité auprès des entreprises plongent, notamment dans le secteur industriel. La Réserve fédérale a poursuivi la remontée rapide de ses taux directeurs, qui entrent désormais en territoire restrictif.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1707 articles et 390 vidéos