eco TV

Pic de croissance => pic de rendement obligataire ?

10/06/2021

Historiquement, une corrélation très étroite a été observée entre les pics cycliques du climat économique allemand – qui depuis le début de l’euro coïncide plus ou moins avec le pic du climat économique de la zone euro – et le rendement du Bund à 10 ans. Ce dernier tend à diminuer, une fois le pic passé. Bien que d’autres facteurs jouent également un rôle dans la dynamique des taux d’intérêt à long terme, il est important de garder à l’esprit l’expérience historique quand il s’agit d’évaluer les perspectives de rendement des obligations.

TRANSCRIPT // Pic de croissance => pic de rendement obligataire ? : juin 2021

LE GRAPHIQUE DU MOIS

FRANÇOIS DOUX

Dans le Graphique du mois, nous allons parler de l'anticipation de la croissance économique. William De Vijlder est avec nous et nous a préparé une corrélation. Nous allons comparer les rendements obligataires et l'indice du sentiment économique.

FRANÇOIS DOUX

Bonjour William.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Parlez-nous d'abord de ce fameux sentiment économique. Qu'est-ce que c'est ?

WILLIAM DE VIJLDER

C'est un de mes indices préférés. Il est établi par la Commission européenne. Il montre la moyenne du sentiment de l'industrie, des services, du secteur de construction, du commerce de détail et le sentiment des ménages. C'est un excellent indicateur pour appréhender le ressenti de tous ces agents économiques à un instant donné. Il existe pour l'Union européenne, la zone euro et tous les pays membres de l'UE. Voici ce que j'ai préparé. J'ai pris l'indicateur pour l'Allemagne afin de le comparer avec le comportement du Bund 10 ans, la dette souveraine allemande. Maintenant, depuis la création de l'euro, cet indicateur du sentiment économique allemand est extrêmement corrélé avec le même indicateur de la zone euro. La conclusion que l'on tire du graphique pour l'Allemagne s'applique également à la zone euro.

WILLIAM DE VIJLDER

La conclusion est qu’il y a une corrélation très étroite entre le comportement des deux séries, ce qui est assez logique. Lorsque le sentiment économique s'améliore, lorsque les agents économiques, ménages et entreprises, deviennent plus confiants, alors les marchés obligataires ne leur échappent pas. Les investisseurs anticipent donc également une amélioration de l'économie, et les rendements remontent.

FRANÇOIS DOUX

Qu'est-ce qu'il se passe une fois que le pic de confiance a été atteint du côté des rendements obligataires ? Vous avez concocté un autre graphique, qui est un peu inédit dans l'émission. On va le voir à l'écran. Il reprend le rendement obligataire avec, en son centre, le point où en général le pic de confiance est atteint. C'est bien ça, William ? Expliquez-nous.

WILLIAM DE VIJLDER

J'ai été frappé en préparant le premier graphique de voir à quel point il y avait une coïncidence entre le pic du sentiment économique et le pic du taux long. C'est pour cette raison que j'ai préparé ce graphique. J'ai d'abord identifié le pic du sentiment économique qui est égal au point zéro. Et puis j'ai regardé quel était le niveau des taux longs au moment où on avait atteint le pic du sentiment économique, et comment ces taux ont évolué les quatre mois précédents. Dans la partie gauche du graphique, on a les quatre mois qui ont précédé le pic du sentiment économique. Donc lorsque la série est ascendante, lorsque la ligne est ascendante, le taux était plutôt en train de monter à l'approche du pic du sentiment économique.

WILLIAM DE VIJLDER

On regarde également ce qu'il se passe après, sur la partie droite du graphique. Qu'est-ce que l'on constate, qu'est-ce qui est vraiment très intéressant ? C'est que dans la majorité des cas, une fois le pic du sentiment économique dépassé, les taux longs ont plutôt tendance à baisser. Ce constat est très important à l'heure actuelle. Pourquoi ? Parce que le sentiment économique a très fortement augmentéces derniers mois et on comprend pourquoi.

WILLIAM DE VIJLDER

On peut dire que d'ici quelques mois, a priori, on devrait atteindre le pic de cette série. Le pic du sentiment. Et donc, sur base de l'expérience historique, on serait tenté de dire que, à ce moment-là, on aura également atteint un certain pic au niveau des taux longs. Ceci ne veut pas dire que les taux ne pourraient plus remonter après. Mais ce serait pour d'autres raisons que simplement le sentiment au niveau des perspectives économiques. Un facteur pourrait être, par exemple, la dynamique inflationniste. Un autre facteur possible serait l'influence de la perspective d'une continuation de la hausse des taux venant des États-Unis.

FRANÇOIS DOUX

On va donc rester vigilant sur ces taux longs, en particulier en zone euro. Merci William De Vijlder pour ce point sur les anticipations de la croissance, de la confiance et des marchés obligataires. Dans un instant, nous allons parler de l'économie indienne avec Johanna Melka.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

La BCE entre dans une nouvelle ère 24/07/2022
Le Conseil des gouverneurs de la BCE a surpris en décidant à la fois d’une hausse de 50 points de base de son taux d’intérêt, d’abandonner la forward guidance et que les données le guideront à l’avenir dans ses décisions de resserrement monétaire. Cela pourrait traduire une appréhension de la banque centrale à propos de la rapidité avec laquelle l’économie de la zone euro pourrait réagir à la remontée des taux et des incertitudes entourant les livraisons de gaz l’hiver prochain. L’autre décision importante de la réunion du 21 juillet a été l’introduction de l’instrument de protection de la transmission (IPT) pour contrer un élargissement injustifié des spreads souverains qui pèserait sur la transmission de la politique monétaire. La dépendance aux données des futures hausses de taux d’intérêt et le flou entourant les critères d’activation de l’IPT pourraient conduire à une hausse de la volatilité des taux d’intérêt et des spreads souverains, les investisseurs s’efforçant de comprendre la fonction de réaction de la BCE.
BCE : remédier à un élargissement injustifié des spreads 17/07/2022
La réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE de jeudi prochain est très attendue. La décision de relever les taux ayant fait l’objet d’une annonce préalable, la question sera de savoir si le nouvel outil destiné à contrer l’élargissement injustifié des spreads souverains sera dévoilé. Si la justification d’un tel instrument est bien admise, sa conception et son utilisation soulèvent plusieurs questions. La réponse à l’une d’elles est facile. Pour éviter de remettre en cause l’orientation de la politique monétaire, les achats d’obligations par la banque centrale devront être neutralisés. Répondre aux suivantes est plus complexe. À quel seuil faut-il considérer que l’élargissement du spread devient « injustifié » ? Une fois ce seuil atteint, la BCE doit-elle se montrer claire ou rester ambiguë quant à sa réaction ? La dernière question relève de l’aléa moral et, par conséquent, de la conditionnalité. Lorsque la BCE intervient pour remédier à l’élargissement injustifié du spread, que sont censés faire les gouvernements à leur tour en termes de politique budgétaire ?
L’euro à parité avec le dollar : causes, conséquences et perspectives 15/07/2022
La perspective de multiples resserrements monétaires de la Réserve fédérale, ainsi que le risque de disruption de l’offre de gaz en Europe, avec des conséquences néfastes pour la croissance, sont les principaux facteurs qui ont récemment causé une baisse du taux de change de l’euro par rapport au dollar, conduisant à une parité entre les deux devises. Les conséquences économiques pour la zone euro sont surtout négatives, le seul point positif étant le gain de compétitivité. À court terme, un changement de tendance est peu probable mais à moyen terme l’euro devrait finir par s’apprécier contre le dollar
Zone euro : les découverts des entreprises proches de leur niveau pré-pandémique 12/07/2022
L’encours[1] total des découverts, crédits renouvelables, facilités de remboursement et prorogations sur cartes de crédits, accordés par les banques[2] aux sociétés non financières (SNF) de la zone euro, s’établissait en mai 2022 à EUR 535 mds, soit un niveau comparable à celui de mai 2020 après cinq mois de hausses. Depuis son point bas d’août 2021 à EUR 452 mds, l’encours des découverts des SNF a augmenté de 18,3% après une baisse de 35,6% entamée en février 2015. La baisse de l’encours des découverts des SNF s’est accentuée en 2020, probablement en raison des mesures de soutien public mises en place en réponse à la pandémie de Covid-19. Plus particulièrement, les prêts garantis par les États ont permis aux entreprises de bénéficier de ressources à des conditions exceptionnellement attractives. Elles ont ainsi réduit le recours aux découverts, comme en témoigne l’augmentation sensible de l’encours des prêts hors découverts à partir du mois de mars 2020. La levée progressive des mesures de soutien public (moratoires sur les remboursements de prêts et garantie des prêts par les États, notamment) ainsi que la très nette détérioration de l’environnement macroéconomique et géopolitique semblent avoir contribué à l’augmentation de l’encours des découverts des SNF depuis le début de l’année 2022. En outre, les hausses du prix des matières premières et des autres intrants ont également contribué à l’augmentation des besoins en fonds de roulement. Du côté des ménages[3], l’encours des découverts demeurait inférieur, en mai 2022, de 7,9% à son niveau de décembre 2019. Il avait néanmoins augmenté de 5,5% depuis son point bas de mai 2021, suggérant un resserrement de la contrainte financière pour certains ménages en raison de la résurgence de l’inflation. [1] L’encours coïncide avec la production nouvelle. Ces prêts sont ainsi intégralement remboursés d’une période sur l’autre. [2] Institutions financières monétaires (IFM) à l’exclusion du système européen de banques centrales (SEBC). [3] Y compris les entrepreneurs individuels ainsi que les institutions sans but lucratif au service des ménages.
Baisse de forme 04/07/2022
Sur le plan conjoncturel, les mois se suivent et se ressemblent dans la zone euro. Ainsi, l’inflation ne cesse d’augmenter et les enquêtes de confiance de reculer, dans une ampleur qui varie et en ordre dispersé. Si la détérioration de la situation et des perspectives économiques est claire, son importance et sa durée restent incertaines. La probabilité d’une récession s’accroît mais ce n’est pas (encore) une certitude. En effet, d’une part, le niveau d’activité reste élevé et tous les voyants économiques ne sont pas au rouge (notamment ceux concernant le marché du travail) et, d’autre part, la croissance bénéficie de vents porteurs ou, à tout le moins, d’amortisseurs.
Plus d’inflation que de croissance 29/06/2022
Jusqu’ici relativement résistante aux chocs, la croissance de la zone euro devrait plus nettement ralentir dans les prochains mois. Une récession n’est pas à exclure mais ce n’est pas notre scénario central, la croissance disposant aussi de relais importants (rattrapage post-Covid-19, surplus d’épargne, besoins d’investissement, soutiens budgétaires). Notre scénario a certaines apparences de la stagflation mais s’en écarte par une hausse du taux de chômage qui resterait contenue. La BCE s’apprête à amorcer la remontée de ses taux directeurs pour contrer le choc inflationniste. Nous tablons sur une hausse cumulée de 250 points de base du taux de dépôt, ce qui le porterait à 2% à l’automne 2023.
Chronique (mouvementée) du compte des ménages européens 28/06/2022
Hier protégé par le « quoi qu’il en coûte », le pouvoir d’achat des Européens est aujourd’hui menacé par l’inflation. À nouveau sollicitées après la pandémie, les politiques publiques s’efforcent de limiter les pertes, sans y parvenir tout à fait. En 2022, le revenu disponible réel des ménages de la zone euro devrait reculer de l’ordre de 2,5%. Si la consommation progresse encore, c’est parce que le taux d’épargne baisse, une tendance qui masque une grande diversité de situations.
Zone euro : comment quantifier un élargissement injustifié des spreads (2e partie) 27/06/2022
Un élargissement injustifié et prolongé des spreads souverains dans la zone euro entraînerait un durcissement excessif des conditions financières et pèserait sur l’activité et la demande. Un tel creusement irait à l’encontre des objectifs de la BCE dans le cadre de la normalisation de sa politique monétaire. Différentes variables fondamentales, directement ou indirectement liées aux questions de viabilité de la dette, influencent les écarts de taux. Or, elles ont tendance à évoluer lentement. Les spreads souverains dépendent également du niveau de l’aversion pour le risque, une variable très fluctuante influencée par des facteurs mondiaux. Tout cela complique l’évaluation du caractère justifié ou non de l’élargissement du spread observé.
Comment quantifier un élargissement injustifié des spreads 19/06/2022
Ces dernières semaines, la perspective de plusieurs relèvements de taux par la BCE a provoqué une hausse des rendements des obligations d’État allemandes et de certains spreads souverains de la zone euro. Au-delà d’un certain point, l’augmentation des spreads ne se justifie pas. Dans ces circonstances, la banque centrale pourrait décider d’intervenir pour éviter que cela n’entrave la transmission de la politique monétaire. Or, il est difficile de déterminer quand une hausse de spread souverain est trop forte. Historiquement, la relation (bêta) entre le spread BTP-Bund et les rendements du Bund, calculée sur une fenêtre mobile de 20 semaines, fluctue beaucoup. Il est donc nécessaire de considérer une perspective plus longue. Avec des données remontant à 2013, le spread actuel est en ligne avec l’estimation basée sur le rendement actuel du Bund. D’autres variables économiques devraient venir compléter l’analyse. Cela montre toute la difficulté de la tâche de la BCE lorsqu’il est question de remédier à un élargissement injustifié des spreads.
Réunion de la BCE du 9 juin : sur la rampe de lancement, vers la neutralité et au-delà ? 06/06/2022
Lors de sa réunion du 10 mars, la BCE avait ouvert la voie à la remontée du taux de dépôt. Le timing de la première hausse restait néanmoins incertain : septembre apparaissait moins probable comparé à quelques semaines plus tôt, juillet était exclu, restait décembre. La temporisation semblait toujours de mise compte tenu des risques baissiers croissants que le choc inflationniste en cours, la guerre en Ukraine et la stratégie zéro-Covid de la Chine font peser sur la croissance de la zone euro. Les données économiques publiées depuis ainsi que les discours hawkish, prononcés par nombre de membres de la BCE, ont accéléré le tempo.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1811 articles et 362 vidéos