eco TV
EcoTV - Octobre 2018 09/10/2018

TRANSCRIPT // EcoTV - Octobre 2018 : octobre 2018

François Doux : Au sommaire de cette édition, nous allons parler de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Cela inquiète plusieurs économistes d'entreprises aux États-Unis dont les deux tiers d'entre eux s'attendent à une récession fin 2020. Quel est le point de vue de William De Vijlder ? On l'écoutera en début d'émission.

Ensuite, nous verrons s'il existe une rationalité économique à fermer les frontières pour effacer les déficits. C'est le Graphique du mois par Jean-Luc Proutat.

Enfin, nous verrons le point de vue de la Chine, justement, qui subit cette guerre commerciale, avec Trois questions à Christine Peltier pour faire le point sur la politique économique de l'Empire du Milieu.

 

FOCUS

 

François Doux : La récession est-elle au coin de la rue ou plutôt pour la fin de l'année 2020 ? C'est en tout cas ce que révèle un sondage réalisé auprès des économistes d'entreprises aux États-Unis dont les deux tiers s'attendent à une récession à la fin de l'année 2020.

William De Vijlder, bonjour

 

William De Vijlder : Bonjour François

 

François Doux : Quelle est votre réaction à ce sondage réalisé auprès des économistes d'entreprise aux États-Unis ? Y-aura-t-il une récession à la fin 2020 ?

 

William De Vijlder : C'est assez étonnant de voir ce pessimisme que l’on ne retrouve pas dans d'autres enquêtes. Il y a notamment celle réalisée auprès de prévisionnistes professionnels, donc des économistes qui ne sont payés que pour faire des prévisions et qui attendent toujours une croissance de 1,5 % en 2021, et donc pas à une récession.

En même temps, force est de constater que le jour où on entrera en récession, ce sera sans doute celle dont on a le plus parlé en amont.

 

François Doux : En ce moment, nous sommes dans un long cycle de croissance qui forcément devra s'arrêter un jour. Quels " indicateurs avancés" regardez-vous pour anticiper une éventuelle récession ?

 

William De Vijlder : Pour l'instant, du côté du "ciel économique américain", tout paraît être au beau fixe. L'économie marche très bien, le niveau d'activité est très élevé. Néanmoins, il faut quand même suivre, comme vous le disiez, des indicateurs avancés.

L'indicateur préféré des économistes, analystes de marché est la pente de la courbe des taux qui s'est très fortement aplatie, ce qui, dans le passé, a toujours été le signe avant-coureur d'une entrée en récession mais dans un délai parfois considérable. Un deuxième indicateur important est l'écart de rendement entre la dette émise par les entreprises et la celle émise par le secteur public américain, donc le Trésor américain.

 

François Doux : Que l'on appelle les « spreads ».

 

William De Vijlder : Donc ce spread-là reste très étroit. La bourse atteint des records mais il faut se méfier de la bourse comme indicateur avancé. Et on continue à créer des emplois, donc pour l'instant, il n'y a pas encore de signes clairs d’un fort essoufflement.

 

François Doux : Parmi les critères cités par cette enquête NABE aux États-Unis, la guerre commerciale, la remontée des taux et l’éventuelle forte volatilité des marchés actions. Vous êtes plutôt d'accord avec ces trois indicateurs ?

 

William De Vijlder : Concernant la volatilité des marchés, il faut bien se rendre compte que les marchés ont un comportement endogène. Quand la volatilité augmente, il y a une raison à cela.

Il y a donc deux candidats, comme vous le disiez. La politique monétaire de la Réserve fédérale, qui va se caractériser par une très grande prudence, et donc là je ne suis pas trop inquiet. En revanche, la menace protectionniste est un sujet qui domine en Europe, en Chine bien évidemment, mais également du côté américain.

 

François Doux : Justement, dans le Graphique du mois que nous verrons dans quelques instants avec Jean-Luc Proutat, nous vérifierons si économiquement cela a des conséquences positives. On va aussi voir le point de vue chinois dans les Trois questions, avec Christine Peltier, en fin d'émission.

Pour vous, du point de vue américain justement, cette guerre économique est-elle soutenable ?

 

William De Vijlder : On voit de plus en plus de références à ce sujet dans les commentaires d'entreprises et dans les enquêtes. D'ailleurs, monsieur Powell de la Réserve fédérale y a fait référence aussi récemment. De plus en plus les dirigeants d'entreprises expriment leur inquiétude et ils commencent à observer les effets néfastes, soit des difficultés à importer des produits, soit une hausse des prix. Cela peut finir par peser sur la croissance et pousser l'inflation à la hausse. Ce qui serait un facteur bien évidemment d'inquiétude pour le marché et, donc, par ce biais, cela finirait par provoquer le ralentissement tant redouté.

 

François Doux : Il existe quand même des moteurs qui soutiennent cette croissance américaine. Pour terminer quel est votre diagnostic, justement, pour les années à venir sur cette croissance américaine ?

 

William De Vijlder : Le moteur, c'est tout d'abord cet environnement de taux d'intérêt, cet environnement monétaire qui reste plutôt accommodant. C’est un élément très important. La croissance des bénéfices et la croissance des revenus disponibles des ménages sont des facteurs de soutien, respectivement, à l'investissement des entreprises et à la consommation des ménages.
Bien évidemment, on ne peut pas continuer sur ce rythme, il y aura donc un ralentissement. Mais pour l'instant, rien n’indique que ce ralentissement serait vraiment fort.

 

François Doux : William De Vijlder merci. Je vous renvoie à vos éditos et à vos publications pour retrouver tous les chiffres sur les prévisions des Etudes économiques de BNP Paribas.

 

Dans un instant le Graphique du mois sur cette guerre commerciale avec Jean-Luc Proutat.

 

 

 

 

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

François Doux : Taxer les échanges permet-il de réduire les déficits ? C'est une question d'actualité que nous allons traiter avec Jean-Luc Proutat.

Bonjour.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour.

 

François Doux : Jean-Luc, aux États-Unis le président Trump taxe les importations chinoises. Ce qu'il veut, c'est rééquilibrer les échanges, favoriser la production américaine. Au final est-ce que cela fonctionne ?

 

 

Jean-Luc Proutat : Sauf à pousser la logique jusqu'à l'absurde et viser l'autarcie, la réponse est « non » ; c’est ce que suggère ce graphique, qui croise deux séries de données.
Sur l'axe des ordonnées, les balances courantes, donc les déficits et excédents extérieurs, et sur l'axe des abscisses, les taux d'ouverture (le poids des échanges dans le PIB)

 

François Doux : Pour quelle corrélation, Jean-Luc ?

 

Jean-Luc Proutat : De fait, aucune. Lorsqu'on regarde, par exemple, les Etats-Unis, il s'agit d'un pays relativement peu ouvert aux échanges, inscrit sur la partie gauche du graphique, mais qui, pourtant, enregistre des déficits élevés. Cela signifie que se fermer davantage n'est pas, en soi, un gage d'amélioration de la situation.

Et puis vous avez ici les pays d'Europe du Nord, qui sont à la fois très ouverts aux échanges et qui dégagent des surplus. Ce qui veut dire que le taux d'ouverture en soi n'est pas un problème.

 

François Doux : Est-ce que cela veut dire que les politiques protectionnistes sont sans effet ?

 

Jean-Luc Proutat : Elles ont un effet, qui est plutôt récessif, et qui n'est pas véritablement celui visé par l'Administration américaine. Il est bien évident que les pays qui voient leurs produits taxés par les États-Unis réagissent par des mesures de rétorsion similaires, comme on l'a vu avec la Chine. Au final le commerce mondial ralentit, sans qu’aucun pays ne puisse en tirer un quelconque bénéfice.

 

François Doux : Ce qui peut quand même en tirer un bénéfice Jean-Luc, c'est l'environnement. Moins de commerce égale moins de pollution ?

 

Jean-Luc Proutat : Mais aussi plus de chômage, ce qui nous ramène à l’urgence d’opérer une transition énergétique. Si l’on souhaite continuer de commercer au même rythme, la question est comment faire en sorte que nos modes de production et de transport deviennent moins dépendants des énergies fossiles.

 

François Doux : Merci Jean-Luc Proutat pour ce point sur cette théorie économique qui sous-tend ou ne sous-tend pas finalement la politique commerciale des États-Unis. Dans un instant nous aurons le point de vue chinois avec Christine Peltier.

 

 

3 QUESTIONS

 

François Doux : C'est la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique. La formule n'est pas de moi mais des autorités chinoises à propos de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

Christine Peltier, bonjour.

 

Christine Peltier : Bonjour François.

 

François Doux : Les droits de douane ont augmenté sur un total de 250 milliards d'exportations chinoises vers les États-Unis, avec des hausses de 10% à 25%. Première question, quelles en seront les conséquences pour la macroéconomie chinoise ?

 

Christine Peltier : On s'attend évidemment à un ralentissement de la croissance à cause d'une progression moindre des exportations et de ses effets sur l'investissement, le marché du travail et la consommation privée. On s'attend également à une détérioration de l'excédent de la balance courante chinoise qui devrait passer sous la barre de 1% du PIB dès 2018.
Evidemment, les conséquences à court terme pour l'économie chinoise dépendront de l'ampleur des barrières tarifaires qui seront mises en place.

Dans le contexte actuel, même si Pékin montre sa volonté d'atténuer le conflit, même si des négociations sont possibles, on peut s'attendre aujourd'hui à ce que l'ensemble des exportations chinoises soit concerné par des hausses de droits de douane. Malgré cela, le ralentissement de la croissance lié à ce choc protectionniste devrait être assez modéré. Premièrement parce que les exportations chinoises aux États-Unis ne représentent finalement que 4% du PIB et surtout, deuxièmement parce que les autorités vont agir pour atténuer le choc.

 

François Doux : Deuxième question, quelles sont les conséquences sur la politique économique à venir de la part la Chine ?

 

Christine Peltier : Les conséquences des mesures américaines sur la politique économique chinoise sont relativement importantes. Premièrement parce que le choc protectionniste arrive au mauvais moment pour la Chine qui voit ses parts de marché mondial se réduire depuis environ deux ans, et deuxièmement parce que les entreprises chinoises connaissent déjà des difficultés depuis quelques temps, liées au resserrement des conditions de crédit.

 

François Doux : Donc Pékin doit agir ?

 

Christine Peltier : Pékin va agir. Des mesures de relance fiscale et de relance de l'investissement dans les infrastructures publiques sont attendues. Et, surtout, la politique monétaire est assouplie, ce qui représente un changement important d'orientation puisque, depuis fin 2016 environ, la priorité de Pékin était d'encourager un désendettement des entreprises, notamment publiques, et de réduire les sources de vulnérabilité dans le secteur financier. Or, face à des perspectives de croissance qui se détériorent, la détermination de Pékin à poursuivre ce processus de désendettement des entreprises est peut-être en train de s'affaiblir, même si évidemment Pékin continue de maintenir la priorité sur une réduction des risques d'instabilité financière.

 

François Doux : Troisième et dernière question, vous parliez de politique monétaire. Quelles seront les conséquences sur la devise chinoise ?

 

Christine Peltier : Les conséquences des mesures tarifaires américaines sur la politique de change sont déjà visibles. Entre mars et août, le yuan s'est déprécié par rapport au dollar et en termes effectifs nominaux. Ceci permet d’atténuer les effets du choc sur la performance des exportations. Le yuan connait aussi les conséquences du resserrement monétaire américain comme les autres monnaies émergentes. Malgré cela, Pékin ne devrait pas se lancer dans une guerre des changes à court terme parce que cela pourrait faire entrer la Chine dans un cercle vicieux de sorties des capitaux et de nouvelles pressions sur la monnaie chinoise, ce que Pékin ne souhaite absolument pas.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Les « dots » créent le malaise 22/03/2019
Les projections de croissance des membres du FOMC ont été revues à la baisse, celles sur le chômage à la hausse. Les projections du taux cible des Fonds fédéraux ( « dots »), quant à elles, ont reculé de 50 points de base. Selon le président de la Fed, les perspectives restent favorables et c’est le moment de faire preuve de patience. Les marchés sont moins optimistes. Ils voient dans cette invitation à la patience le signe d’une préoccupation sous-jacente liée à des risques à la baisse et anticipent une détente des taux en 2020. Nos prévisions tablent sur un taux inchangé en 2019 et 2020.
L’inertie de l’inflation américaine 15/03/2019
L’expansion actuelle aux États-Unis a commencé à l’été 2009 mais l’inflation demeure, selon la définition, proche ou inférieure à l’objectif de 2% fixé par la Réserve fédérale.
États-Unis, à propos du retournement de conjoncture 07/03/2019
Les deux premières années de la présidence Trump ont coïncidé avec conjoncture économique dynamique. Les deux dernières risquent d’être plus difficiles.
Réforme du marché hypothécaire américain : un besoin considérable en capitaux privés 27/02/2019
Le président de la commission bancaire du Sénat, Mike Crapo, a esquissé, le 1er février dernier, les contours de son projet de réforme du marché hypothécaire. Celui-ci intègre l’idée que les garanties publiques sont indispensables à la liquidité et à la stabilité du marché mais que l’Etat fédéral ne saurait, à lui seul, assumer l’essentiel des risques de défaut de paiement. Le modèle des titrisations Ginnie Mae* (originateurs et émetteurs multiples) serait généralisé mais le rehaussement de crédit serait confié au seul secteur privé. Ginnie Mae apporterait sa garantie (celle de l’Etat) aux titrisations adossées aux prêts couverts par des garants privés agréés. Les dispositifs de transfert des risques de crédit « non extrêmes » seraient approfondis. Pour limiter l’exposition des contribuables aux risques de crédit, un fonds d’assurance serait créé et abondé par les garants. Selon nous, le volume des capitaux privés à mobiliser pour mener à bien cette réforme serait colossal, d’autant plus s’il s’avérait nécessaire de remettre à flot les garants actuels, Fannie Mae et Freddie Mac (lesquels seraient « reprivatisés »), en épongeant le cumul des pertes et distributions de dividendes ayant excédé leurs fonds propres. * voir Choulet C., Le sort de Fannie Mae et Freddie Mac n’est pas scellé, BNP Paribas, Conjoncture, mars 2018
Atterrissage contrôlé 22/02/2019
Les bonnes surprises conjoncturelles se font rares aux Etats-Unis, puisque seuls les statistiques d’emploi et l’indice ISM des directeurs d’achats ont dépassé les attentes en janvier. Il s’agit néanmoins d’indicateurs solides. En outre, la déception causée par la production industrielle ou les ventes de détail peut avoir eu pour cause des facteurs climatiques (froid extrême) ou ponctuels (shutdown). Pour l’heure, l’atterrissage de l’économie américaine reste sous contrôle.
Négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine : enfin de bonnes nouvelles ? 15/02/2019
Les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine pourraient aboutir à des résultats concluants à court terme, levant ainsi une importante incertitude pour l’économie mondiale. On peut néanmoins se demander si la conclusion d’un accord ne risque pas d’entraîner une réorientation des échanges au détriment d’autres pays.
La Réserve fédérale prend un virage, mais dans quelle direction? 01/02/2019
La croissance américaine reste forte. Des vents contraires, le fléchissement de données d'enquête et le resserrement des conditions financières placent néanmoins la Réserve fédérale en situation de gestion des risques. Sa politique reste dépendante des données, mais la Fed devra faire preuve de patience avant de décider du prochain mouvement de taux. Une inflation qui reste bien maîtrisée facilite cette attitude attentiste. Les marchés tablent désormais sur un assouplissement de la politique de la Fed en 2020. Cela illustre à quel point l'incertitude pèse sur la confiance.
Etats-Unis : les déficits explosent (suite*) 30/01/2019
Axées sur les ménages les plus aisés, les baisses d’impôts du président Trump n’ont pas toujours été favorables à l’ « America First ». Une célèbre marque de voitures étrangères, identifiables par une statuette à l’avant du capot, annonce avoir battu des records de ventes aux Etats-Unis pour l’année 2018. Elle n’est pas la seule. En voulant doper la demande alors que l’économie était à son potentiel, la politique américaine a eu pour conséquence une hausse généralisée des importations et un creusement du déficit commercial. Désormais proche de 900 milliards de dollars, celui-ci bat des records ; peu sensible à l’inflation des droits de douanes, il s’est surtout creusé vis-à-vis de la Chine. * Voir aussi le Graphique de la semaine en date du 10 octobre 2018
Atterrissage 24/01/2019
L’hypothèse d’un franc ralentissement de l’économie américaine se matérialise chaque jour un peu plus, en raison l’interruption partielle des services fédéraux (shutdown) mais pas seulement. Les désordres créés par la guerre tarifaire avec la Chine, la réappréciation du risque sur les marchés obligataires ou d’actions, l’atterrissage du secteur de l’énergie, l’effritement des indices immobiliers : tout présage d’une conjoncture moins riante. Une appréciation partagée par la Réserve fédérale des Etats-Unis, qui délivre un discours plus prudent, et suspend la remontée des taux directeurs aux publications macroéconomiques à venir.
Etats-Unis : la réallocation des liquidités induite par la réforme des fonds monétaires 16/01/2019
La Securities and Exchange Commission* (SEC) a adopté en 2014 une réforme visant à réduire le champ des fonds monétaires à valeur liquidative constante. Les fonds investis en dette privée (prime funds) ont dû abandonner ce modèle tandis que les fonds investis en dette publique (government funds) ont conservé la possibilité d’émettre des parts à capital garanti**. A partir d’octobre 2015, cette réforme a conduit à une réallocation massive des liquidités placées auprès des prime funds vers les government funds. Les banques étrangères, emprunteuses traditionnelles auprès des prime funds, ont ainsi été privées d’un accès au dollar, tandis que le Trésor américain et les agences fédérales bénéficiaient d’un afflux de ressources. Or, une partie de ces ressources ont in fine été prêtées aux banques américaines. Finalement, au cours des trois dernières années, les ressources allouées de manière directe ou indirecte par les fonds monétaires aux banques américaines se sont accrues de USD 155 mds ; celles en faveur des banques étrangères se sont taries de USD 115 mds. *  organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers ** voir Choulet C., Fonds monétaires américains et financement en dollar, BNP Paribas, EcoFlash, 16 juillet 2018

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2062 articles et 568 vidéos