eco TV
EcoTV - Décembre 2018 11/12/2018

TRANSCRIPT // EcoTV - Décembre 2018 : décembre 2018

Bonjour à tous et bienvenue dans cette édition de décembre 2018 d'EcoTV, le magazine des économistes de BNP Paribas.

Au sommaire de cette édition, les États-Unis, Israël et la France. On va commencer par le ralentissement annoncé de la croissance de la première économie du monde. C'est William De Vijlder, le chef économiste, qui va définir les tenants et aboutissants de ce ralentissement.
Ensuite nous parlerons d’Israël et de la remontée surprise des taux à la fin du mois de novembre 2018. Dans le Graphique du mois, Pascal Devaux nous parlera des implications pour 2019.

On terminera avec les taux d'intérêt en France. Ils sont bas notamment pour le marché de l'immobilier. En trois questions, Jean-Luc Proutat nous dira si la situation est tenable.

Bonne émission.

 

 

FOCUS

 

François Doux : La croissance aux États-Unis devrait ralentir en 2019. Sur l'année 2018, elle devrait atteindre 2,9 %.

William De Vijlder bonjour.

 

William De Vijlder : Bonjour François.

 

François Doux : C'est votre estimation, chez BNP Paribas, de la croissance américaine. En 2019, elle devrait tomber à 2,1 %. Pourquoi ce ralentissement ?

 

William De Vijlder : Tout d'abord, on voit déjà un certain tassement du secteur immobilier à mettre en rapport avec les maisons, qui se sont fortement renchéries, et la remontée des taux d'intérêts bien évidemment.

Au-delà de cet élément, d'autres facteurs pointent vers une croissance moins soutenue - j'insiste sur "moins soutenue" - plutôt qu’une croissance lente parce que l'on restera au-dessus du potentiel en 2019.

 

Un élément, le boost fiscal de cette année, devrait s'essouffler. Son impact, qui a été très important pour le revenu des ménages et surtout les bénéfices des entreprises, va graduellement disparaître. Il y a un ralentissement de la croissance mondiale, et la hausse du dollar a quand même eu un impact négatif sur la compétitivité-prix des entreprises américaines.

On peut également tabler sur une croissance plus lente des bénéfices des entreprises qui devrait donc peser sur l'investissement.

 

François Doux : Est-ce que c'est ce que l'on appelle le « late cycle blues », le blues de fin de cycle ?

 

William De Vijlder : Les économistes en tout cas sont un peu dans cet esprit. Pourquoi ? Parce que ce cycle a commencé à l'été 2009 donc on va en fêter le 10e anniversaire. C’est un nouveau record. On se dit donc que cela ralentira bien un jour et, par conséquent, on ne parle que de cela.

Il se peut bien sûr qu'il y ait des surprises favorables. Par exemple que le chômage continue à baisser, que la productivité accélère. Cela voudrait dire que peut-être la prévision serait trop prudente. On verra.

 

François Doux : Est-ce que, finalement, le président Trump va prendre de nouvelles mesures pour stimuler la croissance ?

 

William De Vijlder : Oui, on ne peut pas l'exclure. Mais c'est bien évidemment un peu plus compliqué maintenant après les élections de mi-mandat. Un autre élément est extrêmement important. Vous parlez de la politique budgétaire, mais on peut également parler de politique monétaire et c'est plutôt vers cela que l'on va regarder. Avec donc un souci, vraiment très important, du côté de la Réserve fédérale, d'éviter de faire le resserrement de trop. C'est pour cela d'ailleurs que monsieur Powell, le président de la Fed, a déjà laissé entendre qu'on se rapproche du taux neutre, ce qui a été salué par les marchés, en disant : « le resserrement cumulé qui nous reste dans ce cycle sera plutôt limité ». En fait, nous tablons pour 2019 sur ces deux resserrements, et puis sur une pause.

 

François Doux : Deux resserrements ?

 

William De Vijlder : Oui

 

François Doux : William, quelles sont les conséquences de cette croissance moindre aux États-Unis pour le reste du monde ?

 

William De Vijlder : Un élément très important réside dans que ce que l'on a vu à de maintes reprises durant le cycle précédent : les États-Unis exportent leur politique monétaire restrictive. Cette fois-ci ce sera assez différent parce que la politique ne sera pas vraiment restrictive.

Un autre élément important est que cela devrait changer la dynamique du dollar. Nous tablons par exemple sur une remontée de l'euro par rapport au dollar avec pour toile de fond un relèvement, par la BCE, de son taux de dépôt après l'été 2019.

 

François Doux : Donc une désynchronisation des politiques monétaires ?

 

William De Vijlder : Une désynchronisation monétaire, qui est un élément important pour l'euro-dollar, mais également pour les devises émergentes et pour les taux émergents. Pourquoi ? Parce qu'un dollar plus faible est une bonne nouvelle d'une manière générale pour les pays émergents.

 

François Doux : Dernière question pour la zone euro : quel sera l'impact de ce ralentissement américain ?

 

William De Vijlder : Cela veut dire que la croissance des exportations vers les États-Unis devrait fléchir un peu parce la croissance est moins soutenue du côté américain. Et il faudra suivre un autre élément : est-ce que la remontée de l'euro va être forte et dans quelle mesure cela va peser sur les exportations ?

Finalement au niveau de la zone euro, on a une estimation de croissance pour 2019 plutôt correcte, à 1,4 %, donc on reste avec une conjoncture bien orientée.

 

François Doux : Plein de statistiques en tout cas à suivre sur l'année 2019. Merci William De Vijlder. Dans un instant, on part en Israël. C'est le Graphique du mois avec Pascal Devaux. On parlera aussi de politique monétaire.

 

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

François Doux : Dans le Graphique du mois nous allons parler de l'économie israélienne avec Pascal Devaux.

Bonjour.

 

Pascal Devaux : Bonjour François.

 

François Doux : Pascal, l'économie devrait se stabiliser autour de 3 % de croissance en 2019. Par contre, fin novembre 2018 il y a eu une hausse des taux directeurs de la Banque centrale d'Israël, pourquoi ?

 

Pascal Devaux : C'est essentiellement dû à la hausse des pressions inflationnistes. On voit sur le graphique que l'inflation était restée négative entre 2015 et fin 2016. On revient en territoire positif. On attend environ 0,7 % en moyenne pour 2018, et 1,1 % d'inflation des prix à la consommation en moyenne pour 2019. On arrive donc dans la zone cible de la banque centrale qui se situe entre 1 % et 3 %.

 

François Doux : On va enfin avoir des taux d'intérêt réel positifs pour Israël.

 

Pascal Devaux : Exactement.

 

François Doux : Qu'est-ce qui alimente cette inflation ?

 

Pascal Devaux : Essentiellement deux raisons : une hausse des salaires réels essentiellement due à la baisse du chômage, en tout cas au maintien du chômage à un taux extrêmement bas en raison notamment d’une croissance économique assez soutenue, et, par ailleurs, à une hausse des dépenses publiques. Elles sont modérées mais ont tendance à alimenter l'inflation.

 

François Doux : Est-ce qu'il existe des risques justement à cette appréciation de l'inflation et, donc, à ces hausses de taux ?

 

Pascal Devaux : Le principal risque de cette hausse de taux serait une appréciation non désirée du shekel. Les comptes extérieurs étant structurellement en excédent, cela a tendance à faire apprécier le shekel et donc cette hausse des taux, si elle était trop rapide, pourrait ajouter un moteur supplémentaire à cette appréciation du shekel. Cela aurait un impact négatif sur les exportations en dehors des secteurs high tech et des hydrocarbures.

 

François Doux : Pascal Devaux, merci. Dans un instant, on reviendra en France avec Jean-Luc Proutat et Trois questions sur les taux d'intérêt.

 

 

3 QUESTIONS

 

François Doux : On parle à présent des taux d'intérêt en France. Ils sont plutôt bas.

Jean-Luc Proutat, bonjour.

 

Jean-Luc Proutat : Bonjour.

 

François Doux : Selon la Banque de France, le taux moyen des prêts à l'habitat est tombé à 1,51 % en septembre 2018, un plus bas historique. Première question : pourquoi ?

 

Jean-Luc Proutat : En raison de la politique de la Banque centrale européenne qui a précisément pour rôle de piloter les taux d'intérêt en zone euro, donc en France. Il faut savoir que, depuis plus de trois ans, la BCE maintient le taux des prêts à court terme aux alentours de zéro, mais elle influence aussi le niveau des taux d'intérêt à long terme en achetant de la dette, notamment de la dette des Etats sur le marché obligataire.

 

François Doux : Deuxième question, est-ce que cette situation de taux bas va durer ?

 

Jean-Luc Proutat : Cette politique de taux bas répond à un objectif qui est de stimuler le crédit et, in fine, l'activité. En général on la voit se mettre en place lorsque l'inflation est faible en zone euro, inférieure à la cible officielle de la BCE qui est de 2 %.

 

François Doux : Oui, mais Jean-Luc aujourd'hui en France l'inflation est bien à 2 % comme ailleurs dans la zone euro. Alors les taux vont-ils remonter ?

 

Jean-Luc Proutat : L'inflation effectivement a atteint 2 % mais c'est probablement transitoire. C'est essentiellement lié à la hausse du prix du pétrole qui d'ailleurs est en train de retomber. Hors énergie, l'inflation est plutôt basse et inerte dans la zone euro et en France proche de 1 %. Pour cela la Banque centrale n'a pas atteint son objectif donc il y a très peu d'incitation pour elle a modifier le niveau des taux d'intérêt en 2019.

 

François Doux :

Donc pas de changement ?

 

Jean-Luc Proutat : Si tout de même. A partir du 1er janvier la Banque centrale européenne devrait cesser ses achats nets de titres, ce qui pour certains observateurs pourrait avoir pour conséquence de faire remonter les taux d'intérêt à long terme, de manière modérée toutefois. Les anticipations du marché (forwards) sont très mesurées pour ce qui concerne les hausses de taux longs en 2019.

 

François Doux : Troisième et dernière question, cette situation de taux bas voire de taux zéro est-elle profitable ou dangereuse ?

 

Jean-Luc Proutat : Elle est assurément profitable pour les emprunteurs au premier rang desquels les Etats qui, grâce à la politique de la BCE, ont pu limiter la charge de leur dette qui a beaucoup augmenté. Mais elle peut aussi avoir des inconvénients.

 

François Doux : Lesquels ?

 

Jean-Luc Proutat : Poussée trop loin ou trop longtemps, la politique de taux zéro ou la politique de liquidité abondante peut avoir pour effet de faire monter de manière excessive le prix des actifs, immobiliers ou boursiers, et de générer un risque d'instabilité financière. Ce risque est actuellement très présent dans l'analyse des grandes institutions internationales comme le FMI. Il domine aussi le débat aux États-Unis, où la hausse des taux n'est plus une hypothèse mais une réalité depuis plusieurs trimestres.

 

François Doux : Jean-Luc Proutat, merci. On va regarder bien sûr ces questions de taux tout au long de l'année 2019.

Quant à moi, au nom de toutes les équipes des Études économiques de BNP Paribas, je vous souhaite d'excellentes fêtes.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Paysage contrasté 07/06/2019
Aux Etats-Unis, le vent n’a pas encore tourné pour le consommateur : la faiblesse du chômage, le haut niveau de confiance, le dynamisme des revenus autant que celui des dépenses, se distinguent positivement dans notre « baromètre ». En outre, l’inflation reste modérée, ce qui rajoute au pouvoir d’achat. Le ciel n’est toutefois pas uniformément bleu.  
A propos de la baisse des rendements longs aux Etats-Unis 05/06/2019
Les taux d’intérêt attachés à la dette américaine connaissent un recul significatif depuis quelques mois. Tombé à 2,1%, le coût des emprunts à dix ans de l’Etat fédéral est au plus bas depuis septembre 2017. Le président Donald Trump peut donc se réjouir : le dollar lui offre ce privilège de pouvoir creuser les déficits pratiquement sans limite ; en face, l’appétit pour les titres du Trésor américain semble inépuisable. L’engouement pour la dette fédérale et le repli des rendements associé a toutefois valeur d’alerte : il indique que les investisseurs, en quête de valeurs refuges, forment des anticipations plus prudentes ; aux Etats-Unis, le recul des taux d’intérêt à long terme est aussi le témoin de la dégradation du climat des affaires.
L’effet boomerang des droits de douane 17/05/2019
Une hausse des droits de douane a des conséquences négatives sur le pays ciblé. Celui à l’origine de la hausse en subira à son tour l’impact, même en l'absence de représailles. Les dépenses des ménages souffriront ainsi d'une perte de pouvoir d'achat, l’inflation augmentant en raison de la hausse des prix à l'importation et/ou du remplacement des produits importés par des produits locaux. Pour la même raison, à un niveau agrégé, les bénéfices des entreprises peuvent en souffrir, et ces dernières peuvent décider de réduire leurs investissements en raison d'une incertitude accrue. Des recherches empiriques viennent confirmer ces analyses.
Une croissance forte, mais de qualité? 03/05/2019
Selon Jerome Powell, les fondamentaux de l’économie américaine demeurent solides. La croissance a été robuste au premier trimestre, mais sa qualité ne laisse pas d’interroger. L’investissement résidentiel freine la croissance qui a, par ailleurs, bénéficié d’une baisse des importations et de l’augmentation des stocks. Dans les prochains mois, un rebond des importations et une diminution des stocks sont à prévoir. La croissance devra alors compter sur les dépenses de consommation et les investissements des entreprises.
États-Unis, faut-il se préoccuper de l'aplatissement de la courbe des taux d'intérêt ? 03/05/2019
Aux États-Unis, l’aplatissement de la courbe des taux n’est ni artificiel, ni anodin. Il anticipe un atterrissage de l’économie.
Forte croissance et inflation faible au 1er trimestre 26/04/2019
Au premier trimestre l’économie américaine s’est avérée particulièrement performante. La première estimation de la croissance trimestrielle du PIB au T1 2019 qui vient d’être publiée est de +3,2%, bien au-delà du chiffre du consensus (+2,3%) et de celui du trimestre précédent (+2,2%). Les statistiques pour le mois de mars, publiées plus tôt ce mois-ci, avaient été bonnes, sans plus.
Inversion vaut-elle récession ? 18/04/2019
Si elle ralentit, la croissance économique des Etats-Unis conserverait un rythme somme toute enviable en 2019. Le Fonds monétaire international la situe encore à 2,3%, un chiffre qui, toutefois, contraste avec un discours de plus en plus prudent. Le taux d’endettement record des entreprises, l’opacité ainsi que la moindre sélectivité du marché des prêts à effet de levier, les valorisations boursières tendues, sont autant de risques pointés par l’Institution. La courbe des taux d’intérêt se retrouve, par ailleurs, quasiment inversée, ce qui a toujours constitué, par le passé, un signe avant-coureur de récession.
Trois messages différents de Washington DC 12/04/2019
Le Président Trump a affirmé que l’économie décollerait si la Réserve fédérale décidait d'abaisser les taux directeurs. D’après les minutes de la réunion du FOMC, les membres du Comité ont confiance dans les perspectives économiques, et celles d’inflation les autorisent à faire preuve de patience compte tenu des nombreuses incertitudes au niveau mondial. Dans son dernier rapport sur la stabilité financière dans le monde, le FMI s’inquiète du niveau élevé d’endettement qui pèse sur la capacité des entreprises à faire face à un fort ralentissement de la croissance ou à une hausse des coûts de financement. La Fed devra donc combiner patience et prudence.
Etats-Unis : les non banques, relativement plus exposées aux prêts automobiles de mauvaise qualité 10/04/2019
Fin 2018, l’encours des crédits automobiles culminait à USD 1 274 mds aux Etats-Unis. Troisième poste d’endettement des ménages américains, derrière les crédits hypothécaires (67%) et les prêts étudiants (11%), leur poids (9%) n’a cessé de progresser depuis 2010. La Réserve fédérale de New York a publié récemment des données inédites, détaillées par type d’originateur. Elles indiquent qu’au T3 2018, les sociétés de crédit non bancaires avaient originé 12% de l’encours, dont la moitié étaient des prêts subprime*. Or, ces non banques, qui présentent généralement des leviers financiers élevés, demeurent très exposées au risque de crédit (seuls 17% des encours sont titrisés). Aussi, pour ces établissements, la constante progression de la part des prêts automobiles accusant un retard de paiement de plus de 90 jours (4,5% fin 2018) n’est-elle pas de bon augure. * prêts à des emprunteurs dont la note de crédit est inférieure à 620
Les tensions sur la liquidité centrale, hors des radars 09/04/2019
Depuis le 20 mars dernier, les banques américaines se prêtent au jour le jour la monnaie centrale à un taux qui excède celui auquel la Réserve fédérale américaine (Fed) rémunère leurs comptes courants. Dans un contexte de réserves en banque centrale abondantes (au regard des standards d’avant-crise), cette hiérarchie (inédite) des taux monétaires peut surprendre. Elle traduit les tensions qui s’exercent, depuis l’an dernier, sur la liquidité centrale : du côté de la demande (en hausse en raison des exigences réglementaires de liquidité) comme du côté de l’offre (en baisse en raison d’un attrait renforcé des marchés de mise en pension). En l’absence d’une intensification des échanges sur le marché interbancaire, la décision de poursuivre le dégonflement du bilan de la Fed jusqu’à la fin septembre ne devrait pas être infléchie. Les tensions sur la liquidité centrale sont pourtant bien perceptibles mais, contrairement aux attentes des autorités monétaires, en dehors du marché monétaire. La Fed pourrait finalement être amenée à réinjecter de la monnaie centrale, par le biais de prises en pension de titres du Trésor notamment. Une alternative, pour agir plus vite et sans modifier la taille de son bilan, consisterait à réduire ses opérations de mise en pension auprès des banques centrales étrangères.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2141 articles et 562 vidéos