eco TV
EcoTV - Mars 2019 07/03/2019

TRANSCRIPT // EcoTV - Mars 2019 : mars 2019

Bonjour à tous. Les États-Unis, la croissance dans la zone euro et l'Angola, c'est le menu de cette édition de mars 2019 d'EcoTV, le magazine des économistes de BNP Paribas.

Dans un Focus en début d'émission, Jean-Luc Proutat va nous parler de l'économie américaine dont la santé serait la meilleure de son histoire. C'est le président Trump qui le dit. Mais il existe des risques et cela peut décélérer à cause des taux de la Fed, des prix du pétrole mais aussi de la guerre commerciale que le président Trump mène avec la Chine. Nous aurons plus d'informations sur ce sujet en début d'émission.

Ensuite, dans le Graphique du mois, William De Vijlder va nous parler de l'indicateur M1. C'est un agrégat monétaire qui permet de prédire l'évolution de la croissance dans la zone euro.

Enfin, pour terminer Trois questions avec Sara Confalonieri sur l'Angola. Le président João Lourenço est arrivé au pouvoir il y a un an. Nous ferons un premier bilan.

Bonne émission.

 

FOCUS

François Doux : Focus sur les États-Unis dont l'économie jouissait d'une santé éclatante depuis l'élection du président Trump.

Jean-Luc Proutat, bonjour.

Jean-Luc Proutat : Bonjour François.

François Doux : Depuis le début de l'année par contre, l'étoile de l'économie américaine est en train de pâlir ?

Jean-Luc Proutat : On voit quelques signes de fléchissement mais c'est vrai que depuis deux ans, l'économie américaine a plutôt bien performé. Le taux de chômage est tombé à un très bas niveau, de l'ordre de 4 % de la population active. C'est historiquement bas. La croissance est assez robuste, elle a atteint pratiquement 3 % en 2018.

François Doux : D'ailleurs le président Trump qualifiait sa propre économie comme "la meilleure de l'histoire" qu'ait connue le pays.

Jean-Luc Proutat : Tout à fait, peut-être en omettant de préciser qu'une bonne partie de ce bilan flatteur est quand même attribuable à l'administration précédente. Peut-être également en omettant de dire que l'impulsion donnée à la croissance, notamment en 2018 par des baisses d'impôts, a très largement contribué à faire déraper le déficit fédéral, qui connaît une de ses plus fortes augmentations en temps de paix.

On peut également signaler que la conjoncture aux États-Unis, la dynamique de croissance reposent sur des facteurs, des effets de richesse qui sont réversibles.

François Doux : Lesquels Jean-Luc ?

Jean-Luc Proutat : D'abord le pétrole. On ne le dit pas suffisamment mais l'économie américaine a doublé sa production de pétrole depuis 10 ans. C'est devenu l'un des tout premiers producteurs au monde devant l'Arabie Saoudite et la Russie. Ce qui fait que la conjoncture aux États-Unis est devenue assez dépendante des fluctuations des prix du pétrole. On remarque même que lorsque les prix du pétrole baissent, cela peut exercer un frein sur l'investissement dans le secteur de l'énergie aux États-Unis.

François Doux : On dit aussi que l'économie américaine serait à nouveau fortement endettée ?

Jean-Luc Proutat : C'est vrai. Surtout les entreprises, notamment dans les secteurs de l'énergie, des infrastructures, des technologies de l'information et des télécommunications. Le FMI alerte sur l'économie américaine depuis plusieurs trimestres déjà, sur l'extension des prêts à effet de levier qui ont tendance à multiplier de plus en plus les bénéfices des sociétés. Cela rend l'économie fragile aux modifications des conditions d'emprunt sur le marché et notamment au fait que la politique monétaire est en train d'être normalisée.

François Doux : Justement, la Fed a remonté ses taux au cours de l'année 2018. Est-ce que cela peut pénaliser la croissance ?

Jean-Luc Proutat : On s'est aperçus que cela avait assez vite contribué à freiner l'économie, ce qui était le but recherché. Notamment des indices, en particulier dans le bâtiment et le logement, ont commencé à se retourner, à tel point que la Banque centrale a décidé d’un coup d'arrêt, d’une pause dans son processus de resserrement monétaire pour 2019.

François Doux : Dernière question, Jean-Luc Proutat. Est-ce que la guerre commerciale menée par le président Trump a des conséquences dès aujourd'hui sur l'économie ?

Jean-Luc Proutat : En tout cas elle n'a aucune conséquence sur le déficit commercial des États-Unis qui continue d'augmenter et atteint, lui aussi, des records. Le paradoxe est d'ailleurs que c’est vis-à-vis de la Chine que les États-Unis ont le plus creusé leur déficit, alors que c'est le pays qui a subi le plus de hausses de tarifs douaniers. Mais d'une manière générale, on peut dire que l'incertitude générée par la politique tarifaire de l'administration Trump n'aide pas à la prise de décision et contribue à ralentir les flux commerciaux. Très récemment on a vu les indices d'enquêtes sur les perspectives de commandes à l'industrie fléchir aux États-Unis.

François Doux : Jean-Luc Proutat, merci. Dans un instant, on reviendra en zone euro avec William De Vijlder avec le Graphique du mois. Nous verrons quel indicateur anticipe la croissance dans la zone euro. Restez avec nous.

 

LE GRAPHIQUE DU MOIS

François Doux : L'un des enjeux des économistes est de prévoir l'avenir, notamment celui de la croissance.

Beaucoup d'indicateurs avancés nous sont proposés, mais lequel choisir ?

William De Vijlder, bonjour.

William De Vijlder : Bonjour François.

François Doux : Dans le Graphique du mois, vous nous en proposez un. On est dans la zone euro. Quel est-il ?

William De Vijlder : C'est « la star », parce des chercheurs ont analysé la panoplie d'indicateurs disponibles. Et dans différentes recherches, celui qui se distingue vraiment, qui "sort du lot", c'est M1.

François Doux : Qu’est-ce que « M1 » ?

William De Vijlder : C'est la monnaie en circulation plus les dépôts à vue auprès du système bancaire.

François Doux : C'est un agrégat monétaire assez petit.

William De Vijlder : Étroit, étroit comme on dit.

François Doux : Je me souviens avoir appris M2, M3, M4, mais là c'est plus restreint. Alors sur ce graphique qu'est-ce que cela nous dit ? M1 + 9 mois, il y a une corrélation ?

William De Vijlder : Comme vous le voyez, il y a une corrélation. En rouge vous avez la croissance du PIB en zone euro. En bleu, il y a donc M1 mais décalé de 9 mois. Comme c'est un indicateur avancé, il faut trouver le point de retournement qui coïncide. Et pour y arriver il faut décaler la ligne bleue de M1. Ce qui explique aussi qu'il y ait un décalage ici. Ce que l'on constate bien sûr, c'est que lorsqu'il y a un retournement de croissance, concrètement M1 baisse et la croissance économique ralentit aussi, puis c'est pareil avec le rebond.

Dans un passé récent, qu'est-ce que l'on constate ? Depuis plusieurs mois, plusieurs trimestres, on a vu un ralentissement très net de la croissance de M1 qui a été accompagné d'un ralentissement de la croissance.

François Doux : Dernière question. Qu'est-ce que M1 nous dit pour les mois à venir ?

William De Vijlder : Bien sûr, c'est toute l'utilité de l'indicateur. Parce que qu'est-ce qu'il nous dit ?

Comme c'est un indicateur fiable et avec une belle avance, neuf mois sur la croissance de l'activité. Il y a donc lieu de nourrir un certain espoir, parce qu'on constate une stabilisation. Maintenant il faut faire attention. Peu de données vont dans ce sens, mais lorsque dans les prochains mois cette stabilisation pourrait se confirmer, cela servirait de base pour dire : on a vu le ralentissement mais maintenant il devrait se stabiliser et donc le taux de croissance en zone euro aussi.

François Doux : On vous retrouvera dans EcoTV prochainement pour voir si M1 avait raison.

Merci William De Vijlder. Dans un instant Trois questions sur l'Angola.

 

3 QUESTIONS

François Doux : Trois questions sur l'Angola. Un an après l’accession au pouvoir du président João Lourenço.

Sara Confalonieri, bonjour.

Sara Confalonieri : Bonjour François.

François Doux : On s'était parlés il y a un an au moment de l'arrivée au pouvoir du nouveau président qui devait faire face à des défis en matière de réformes. Dans un contexte de baisse des prix du pétrole, je rappelle que l’Angola est le deuxième pays producteur de pétrole en Afrique. Première question, un an après quel est le bilan ?

Sara Confalonieri : Le bilan est plutôt positif au regard des réformes qui ont été entreprises pour améliorer la perception du climat des affaires auprès des investisseurs étrangers. Il faut se souvenir qu'en plus de la nouvelle politique du taux de change et des améliorations dans l’approvisionnement en électricité, le nouveau gouvernement a approuvé une loi sur l'investissement étranger, pour lutter contre les monopoles et en faveur de la concurrence. Il a aussi un ambitieux plan de privatisation. Le secteur des hydrocarbures, qui est extrêmement critique pour l'Angola, a été réorganisé avec la création de la nouvelle Agence nationale du pétrole et du gaz qui sera en charge de l’attribution des concessions pétrolières et de la gestion des accords de partage de la production, précédemment gérées par Sonangol, aujourd'hui en restructuration.

François Doux : Deuxième question, le FMI a attribué à l'Angola en décembre dernier une facilité de crédit de 3,7 milliards de dollars. Est-ce que la liquidité en devise va s’améliorer ?

Sara Confalonieri : En théorie oui. Il s’agit d’un accord étalé sur trois ans qui vise à diversifier l’économie en développant le secteur privé. Cela devrait servir à améliorer les tensions sur la liquidité en devise qui aujourd'hui reste très forte. Malgré la forte dévaluation du kwanza suite à la flexibilisation du taux de change, l’écart entre taux de change officiel et parallèle reste toujours important.

Les réserves de change ont continué de se réduire malgré une reprise graduelle du prix du pétrole en 2018.

De plus, cet accord permettra une diversification des sources de financement, autres que la Chine et le recours aux marchés de capitaux internationaux qui se fait aujourd’hui à des conditions extrêmement onéreuses pour l'Angola.

François Doux : Troisième et dernière question. Compte tenu de ces progrès, quelles sont les perspectives pour 2019 pour l'Angola ?

Sara Confalonieri : Le pays vit depuis trois ans une récession très sévère.

Néanmoins, une embellie est prévue cette année suite à une reprise partielle de la production de pétrole. En même temps, l'atténuation des tensions sur la liquidité en devises et le ralentissement de l’inflation devraient soutenir le secteur hors pétrole. Mais la situation toujours dégradée du système bancaire continue de peser sur le développement du secteur privé. De plus, la récente chute du cours du brut fait craindre une baisse des recettes budgétaires en 2019, ce qui est un peu inquiétant dans un contexte d’augmentation rapide du ratio de la dette publique sur PIB.

Pour résumer, un retour à la croissance est prévu mais il se fera de manière graduelle.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Le cycle de croissance américaine : record historique et puis ? 11/07/2019
Les États-Unis sont entrés dans leur 121e mois consécutif de croissance, battant ainsi le précédent record qui datait des années 90 sous la présidence de Bill Clinton. Au-delà de la durée, il existe d'autres similitudes entre les deux phases d’expansion.
Tournant monétaire 10/07/2019
Si la consommation des ménages américains reste assez tonique à l’approche de l’été, d’autres moteurs de l’économie, comme le commerce extérieur ou l’investissement, faiblissent. En juin, les enquêtes auprès des dirigeants d’entreprise ont été franchement médiocres, de telle sorte que la Réserve fédérale a ouvert la porte à une baisse de ses taux d’intérêt. La politique tarifaire du président Trump, en campagne pour sa réélection, ne déviera sans doute pas de sa ligne dure, tout en restant peu prévisible. La conjoncture pourrait donc avoir besoin de soutien.
États-Unis : des raisons de faire la fête ? 05/07/2019
Il y a eu, cette semaine, deux raisons de se réjouir aux États-Unis, avec, tout d’abord, la célébration du 4 juillet et, ensuite, le début du 121e mois d’expansion économique, la plus longue de l’histoire américaine.
Les primary dealers ont absorbé près de 40% des ventes nettes de Treasuries de la Fed 03/07/2019
Depuis octobre 2017, la Réserve fédérale (Fed) ne réinvestit plus intégralement les tombées de dette sur son portefeuille de titres. En d’autres termes, elle procède à des ventes nettes de titres (tapering). Au 26 juin dernier,  sa détention de titres du Trésor américain avait fondu de USD 355 mds, celle de titres de dette et de MBS* d’Agences de USD 249 mds. Le dégonflement du bilan de la Fed a des effets notables sur les taux monétaires, en raison des tensions qu’il crée sur la liquidité banque centrale. Or, ces tensions se sont renforcées depuis l’automne dernier, la baisse des rendements ayant réduit l’appétence des investisseurs pour les titres du Trésor. Il en a résulté un net élargissement de la position nette des primary dealers** en Treasuries : d’octobre 2018 à juin 2019, leur inventaire a augmenté de USD 140 mds. Pour financer ces « achats nets », les primary dealers ont accru leurs emprunts sur le marché des mises en pension, exerçant une pression à la hausse sur les taux repo. * Titres adossés à des prêts hypothécaires émis par les agences de garantie hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac **Les primary dealers ont notamment pour mission de participer aux adjudications, de placer les valeurs et d’assurer la liquidité du marché secondaire des bons du Trésor
L’atterrissage en douceur, plus difficile que jamais 21/06/2019
La Fed a franchi une étape clé et s’apprête désormais à adopter une politique plus accommodante.
Paysage contrasté 07/06/2019
Aux Etats-Unis, le vent n’a pas encore tourné pour le consommateur : la faiblesse du chômage, le haut niveau de confiance, le dynamisme des revenus autant que celui des dépenses, se distinguent positivement dans notre « baromètre ». En outre, l’inflation reste modérée, ce qui rajoute au pouvoir d’achat. Le ciel n’est toutefois pas uniformément bleu.  
A propos de la baisse des rendements longs aux Etats-Unis 05/06/2019
Les taux d’intérêt attachés à la dette américaine connaissent un recul significatif depuis quelques mois. Tombé à 2,1%, le coût des emprunts à dix ans de l’Etat fédéral est au plus bas depuis septembre 2017. Le président Donald Trump peut donc se réjouir : le dollar lui offre ce privilège de pouvoir creuser les déficits pratiquement sans limite ; en face, l’appétit pour les titres du Trésor américain semble inépuisable. L’engouement pour la dette fédérale et le repli des rendements associé a toutefois valeur d’alerte : il indique que les investisseurs, en quête de valeurs refuges, forment des anticipations plus prudentes ; aux Etats-Unis, le recul des taux d’intérêt à long terme est aussi le témoin de la dégradation du climat des affaires.
L’effet boomerang des droits de douane 17/05/2019
Une hausse des droits de douane a des conséquences négatives sur le pays ciblé. Celui à l’origine de la hausse en subira à son tour l’impact, même en l'absence de représailles. Les dépenses des ménages souffriront ainsi d'une perte de pouvoir d'achat, l’inflation augmentant en raison de la hausse des prix à l'importation et/ou du remplacement des produits importés par des produits locaux. Pour la même raison, à un niveau agrégé, les bénéfices des entreprises peuvent en souffrir, et ces dernières peuvent décider de réduire leurs investissements en raison d'une incertitude accrue. Des recherches empiriques viennent confirmer ces analyses.
Une croissance forte, mais de qualité? 03/05/2019
Selon Jerome Powell, les fondamentaux de l’économie américaine demeurent solides. La croissance a été robuste au premier trimestre, mais sa qualité ne laisse pas d’interroger. L’investissement résidentiel freine la croissance qui a, par ailleurs, bénéficié d’une baisse des importations et de l’augmentation des stocks. Dans les prochains mois, un rebond des importations et une diminution des stocks sont à prévoir. La croissance devra alors compter sur les dépenses de consommation et les investissements des entreprises.
États-Unis, faut-il se préoccuper de l'aplatissement de la courbe des taux d'intérêt ? 03/05/2019
Aux États-Unis, l’aplatissement de la courbe des taux n’est ni artificiel, ni anodin. Il anticipe un atterrissage de l’économie.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2175 articles et 572 vidéos