eco TV

Eco TV : Octobre 2019

07/10/2019

TRANSCRIPT // Eco TV : Octobre 2019 : octobre 2019

Bonjour à tous et bienvenue dans cette édition d’octobre 2019 d'EcoTV, le magazine des économistes de BNP Paribas.

Au sommaire de cette édition, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Quel est l'impact économique ? Nous aurons la réponse de Jean-Luc Proutat.

Pour le Graphique du mois, William De Vijlder se penchera sur les risques de récession aux États-Unis. Quels sont les signes avant-coureurs ? Est-ce que l'inversion de la courbe des taux est suffisante ?

Pour terminer, trois questions sur l'Argentine avec François Faure. Les élections générales sont prévues le 27 octobre prochain et la situation économique est plus que tendue.

Bonne émission.

FOCUS

François Doux :

On a cru longtemps pouvoir l'éviter, mais l'affrontement entre la Chine et les États-Unis, au niveau commercial, a bel et bien eu lieu.

Jean-Luc Proutat, bonjour.

Jean-Luc Proutat :

Bonjour François.

François Doux :

Étape par étape, les droits de douane augmentent. Où en est-on en cet automne 2019 ?

Jean-Luc Proutat :

Cela fait à peu près deux ans que les États-Unis ont commencé leur offensive sur les droits de douane, en ciblant d’abord tout le monde avec l'aluminium et l'acier.

Et puis, c'est vrai, en se focalisant de plus en plus sur la Chine, qui est leur premier partenaire commercial. A départ, une gamme plutôt restreinte de produits était concernée, puis elle s’est élargie, alors que, étape par étape, les droits de douane étaient augmentés. Aujourd'hui, ce sont à peu près 250 milliards de dollars d'importations américaines en provenance de Chine qui sont taxés à un taux moyen de 25 %, peut-être 30 % dès le mois d'octobre, et le président Trump annonce vouloir taxer ce qui ne l'est pas encore. Cela représenterait à nouveau de 250 à 300 milliards de produits chinois supplémentaires ; si bien qu'au final, tout le commerce Chine-États-Unis serait concerné.

François Doux :

Les Chinois de leur côté que font-ils ?

Jean-Luc Proutat :

La même chose. Ils augmentent leurs droits, appliquent des taxes de plus en plus lourdes, en ciblant surtout les produits agricoles américains comme le soja. Ils freinent, restreignent leurs achats ; réorientent leurs filières d'approvisionnement, par exemple au bénéfice de l'Australie. Et puis, prudemment, ils laissent se déprécier leur monnaie.

François Doux :

L'affrontement commercial entre la Chine et les États-Unis, on l'a bien compris se durcit. Quelles sont maintenant les conséquences au niveau économique pour ces deux pays ?

Jean-Luc Proutat :

L'économie chinoise ralentit, mais cela fait déjà un moment. Toutefois, on peut dire que ce ralentissement est accentué par le tassement des exportations de la Chine qui, en retour, achète moins. Au final, c'est tout le commerce international qui est grippé. Pour des pays très exportateurs, très tournés vers les marchés asiatiques, comme l'Allemagne, cela a des conséquences. On sait que l'Allemagne est proche de la récession. Même aux États-Unis, on a vu pendant l'été les indicateurs d'enquête se détériorer. La production manufacturière est en recul, si bien que la Réserve fédérale a annoncé vouloir soutenir l'économie par des baisses de taux. On a également une accentuation du soutien monétaire en zone euro.

Au final, on peut dire que les premières conséquences négatives de cette guerre commerciale se font sentir et elles épargnent peu de monde.

François Doux :

Peu de monde, mais concernant le budget américain, le président Trump se félicite de ces rentrées fiscales, de ces rentrées douanières.

Jean-Luc Proutat :

Oui mais qui les paye, sinon le consommateur et les entreprises américaines ? En réalité, le président Trump est en passe de reprendre d'une main, par les hausses de tarifs douaniers, ce qu'il a pu donner de l'autre, par les baisses d'impôts. Et s'il va jusqu'au bout de sa logique, ce sont les hausses de tarifs aux frontières qui l'emporteront, sans conséquence particulièrement heureuse pour le budget fédéral.

François Doux :

Alors si cet affrontement commercial ne fait que des perdants, est-ce qu'on ne peut pas imaginer que le président Trump, à un moment donné, calme le jeu voire revienne un peu en arrière ?

Jean-Luc Proutat :

La première chose que l’on peut dire, c'est que ce réflexe protectionniste est loin de s'arrêter à Donald Trump et aux États-Unis. Le président Trump, dans cette affaire, est plus un symptôme qu'une cause.

En réalité quand on regarde bien, la montée du protectionnisme américain date d'avant-Trump. Elle s'était surtout manifestée par des hausses de barrières non tarifaires, des quotas, des mesures de protection sanitaires, phytosanitaires, des normes techniques depuis une dizaine d'années.

François Doux :

Et il est vrai qu'il y a aussi des affrontements commerciaux dans d'autres endroits de la planète

Jean-Luc Proutat :

Tout à fait. Le Japon et la Corée du Sud se livrent à un affrontement commercial moins médiatique mais tout aussi âpre que celui qui intéresse les États-Unis et la Chine.

Ce que l'on peut dire également, c'est que dans ces « guerres commerciales », il y a des enjeux autres que financiers. Il y a une bataille pour le leadership, technologique, politique, voire culturel, dans laquelle la Chine s'affirme de plus en plus.

Pour bien comprendre les tenants et aboutissants de l'affrontement commercial Chine-États-Unis, il suffit de regarder comment a évolué la nature du commerce entre les deux pays. Il n'est plus du tout le même aujourd'hui qu’en 2001, lorsque la Chine a adhéré à l'OMC. En réalité, les États-Unis aujourd'hui importent essentiellement de Chine des produits de l'industrie mécanique, des composants électriques et électroniques. Il faut savoir que les équipements de communication sont le premier poste d'importation des États-Unis en provenance de Chine. Ce n'est plus du tout le textile, la chaussure, l'électroménager. Tout cela a en fait beaucoup fondu. Ce qui fait que les enjeux ne sont plus du tout les mêmes. Les équipements chinois sont présents pratiquement à tous les stades de la chaîne de valeur des entreprises américaines et pour des usages aussi bien civils que militaires. Donc lorsque Pékin et Washington se parlent et négocient, les enjeux du déficit commercial sont pratiquement secondaires par rapport à ceux que représentent la cyber-sécurité ou la défense.

François Doux :

Est-ce à dire qu'une escalade des tensions est inévitable ?

Jean-Luc Proutat :

Pas nécessairement. Mais pour éviter que tout ceci n'aille trop loin, il faudrait se souvenir que le multilatéralisme a du bon, que des institutions supranationales, internationales ont précisément été créées de manière à ce que les conflits de voisinage ne dégénèrent pas, autrement dit que le chacun pour soi ne se termine pas en préjudice pour tout le monde.

François Doux :

Jean-Luc Proutat, merci.

Nous suivrons de près bien sûr cet affrontement commercial.

Dans un instant le Graphique du mois avec William De Vijlder.

LE GRAPHIQUE DU MOIS

François Doux :

Comment prédire l'arrivée d'une récession, aux États-Unis en particulier. C'est le Graphique du mois avec William De Vijlder.

Bonjour.

William De Vijlder :

Bonjour François

François Doux :

William, dans les manuels d'économie je me souviens qu'une inversion de la courbe des taux était un signe avant-coureur d'une récession.

Sur le graphique, on voit que cela s'est un peu vérifié, mais aujourd'hui on se pose la question.

William De Vijlder :

Effectivement. Dans l'histoire économique, c’est inversion-récession, inversion-récession, inversion-récession. Aujourd'hui, ou plutôt cet été, cela a été une inversion. Et alors ?

Le problème dans cette analyse, c'est que le signal de la courbe des taux est aujourd'hui biaisé. Il est biaisé par une politique monétaire très accommodante des banques centrales : la Fed et la Banque centrale européenne. Ceci a donc poussé vers le bas les taux longs, à travers le monde, et cela a provoqué un aplatissement prématuré de la courbe, donc quelque part le signal est un peu biaisé. 

François Doux :

Est-ce que d'autres indicateurs peuvent nous aider ?

William De Vijlder :

Justement, quand on redoute en quelque sorte que le signal soit biaisé, il faut chercher d'autres éléments. En haut de la liste figure l'indicateur du Conference Board. C'est un indicateur synthétique qui se décompose en dix séries individuelles.

François Doux :

Dix séries individuelles dont l'inversion de la courbe des taux. C'est un indice plus large, mais a-t-il bien fonctionné par le passé ?

William De Vijlder :

Il a bien fonctionné. C'est lié au fait qu'il couvre un échantillon, un éventail assez vaste d'indicateurs. Des séries qui proviennent du marché financier comme la pente de la courbe des taux, ou encore la bourse. Mais également la confiance des ménages, pour la sphère réelle, les carnets de commande des entreprises, le marché du travail. Et c'est ce qui donne une grande robustesse à cet indicateur.

Comme on le voit, il n'a pas donné de mauvais signaux dans le passé. Un mauvais signal, c'est quoi ? C'est que la série plonge, il n'y a pas de récession alors il y a un problème.

François Doux :

Et aujourd'hui où en sommes-nous William ?

William De Vijlder :

Aujourd'hui on voit que la série ne baisse pas encore. Dans le passé, quand il y a eu un retournement cyclique, il a été suivi d’une récession. Là, nous n'y sommes pas du tout.

Aussi longtemps qu'on aura ces signaux opposés, entre cet indicateur qui continue à afficher un "beau temps" et l'inversion de la courbe, il y a lieu de rester assez serein tout en étant vigilant. Bien évidemment, le jour où cet indicateur se retournera et que la courbe sera toujours inversée, à ce moment-là on dira que cela ne s'annonce pas trop bien pour l'économie américaine. On n’y est pas encore.

François Doux :

A suivre donc, l'indice économique avancé du Conference Board.

Merci William De Vijlder, dans un instant Trois questions sur l'Argentine, qui ne va pas très bien, avec François Faure.
 

3 QUESTIONS

François Doux :

Trois questions sur l'Argentine alors que les élections générales sont prévues le 27 octobre.

François Faure, bonjour.

François Faure :

Bonjour.

François Doux :

Première question. Quelle est la situation macro-économique de l'Argentine, est-elle très tendue ?

François Faure :

Elle est même plus que tendue. La situation est très difficile. Il faut savoir qu'à l'issue des élections primaires de cet été, c'est le ticket Cristina Kirchner / Alberto Fernández qui est sorti vainqueur, donc les challengers.

François Doux :

C'était une surprise.

François Faure :

C'était une surprise qu'ils aient une telle avance par rapport à Mauricio Macri. Cela a généré beaucoup de bruit sur les marchés financiers. Le change a de nouveau perdu 20 % depuis la mi-août, ce qui fait une perte d'un tiers depuis le début de l'année. L'inflation a ré-accéléré et on s'attend à ce qu'elle atteigne 55 % d'ici la fin de l'année. Tout cela sur un fond macro-économique très difficile, avec une récession qui a atteint à peu près 7 % sur les 12 mois écoulés et des perspectives qui, du fait notamment du stress financier, sont revues encore à la baisse par les prévisionnistes.

François Doux :

Deuxième question, le gouvernement actuel n'a pas tardé à réagir à cette crise économique et sociale ?

François Faure :

Tout à fait. Il a pris surtout des mesures d'urgence par rapport aux secousses financières. Le premier point a été d'annoncer un plan pour alléger la charge de la dette qui est très importante. Plusieurs mesures, premièrement un étalement des remboursements sur la dette à très court terme dûe aux investisseurs locaux argentins sur la période 2019-2020. Ensuite, le gouvernement va présenter un projet de restructuration de la dette obligataire en loi argentine aux investisseurs, détenue principalement par les investisseurs locaux.

Le gouvernement a aussi pris contact avec les investisseurs, et notamment étrangers, sur la dette obligataire internationale pour également la restructurer.

Enfin, dernier point, le gouvernement va essayer d'approcher le FMI pour que les tombées de dettes que ce pays doit au FMI soient elles aussi rééchelonnées.

Ceci concerne la dette. Ensuite, comme la situation continuait de s'aggraver avec notamment une perte des réserves de change liée à la fuite des capitaux, mais surtout à la dollarisation des dépôts, le gouvernement a réintroduit et durcit le contrôle des changes.

François Doux :

Pour conclure, avant de connaître le résultat des élections, même si les chances de Monsieur Macri d'être réélu sont faibles, parlez-nous des défis du futur gouvernement ?

François Faure :

Le principal défi pour le futur gouvernement va être un dilemme entre une situation économique et sociale qui peut devenir explosive, à la fois à cause de l'inflation comme le l'ai expliqué, mais parce que par exemple les prestations sociales ont baissé de 10% en termes réels, donc la population souffre. Puis, d'un autre côté, il y a toujours la nécessité de contrôler l'inflation, de stabiliser les changes pour pouvoir stabiliser la dette qui est à 80 % libellée en devises.

L'espoir c'est qu'il y ait une restructuration sans abandon de dettes. L'écueil à éviter pour ce gouvernement est de se fixer des objectifs de politique monétaire qui ne soient pas raisonnables, notamment en termes d'inflation. Tout cela doit rendre de la crédibilité à la politique monétaire et permettre la stabilisation du change.

Et, évidemment, le risque est que le FMI demande des efforts en matière budgétaire, ne serait-ce que pour stabiliser la dette. Et cela va être toute la difficulté pour ce gouvernement.

François Doux :

En tout cas voici bien des choses à suivre.

Merci François Faure pour ce point sur l'économie argentine.

On se retrouve dans un mois pour nouveau numéro d'ECOTV.

 

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Arrêt soudain et généralisé, reprise graduelle et inégale 07/04/2020
La pandémie de Covid-19 a provoqué un arrêt brutal de l’activité économique dans un nombre croissant de pays. Ce coup de frein a eu des répercussions internationales avec la baisse du commerce extérieur et la hausse de l’aversion au risque des investisseurs. Celle-ci a déclenché une quête mondiale effrénée de liquidité en dollar ainsi que des sorties de capitaux dans les pays en développement. Les grandes économies ont réagi en prenant des mesures énergiques de politique monétaire et budgétaire. L’évolution à court terme de la demande et de l’activité dépendra entièrement de la durée et de la sévérité du confinement des populations. Une fois qu’il sera levé, la reprise sera probablement progressive et inégale. L’action des pouvoirs publics devra évoluer, les mesures d’aide face à la pandémie cédant la place aux mesures de relance de la croissance, avec des finances publiques encore mises à l’épreuve.
Les PMI confirment le plongeon de l’activité économique mondiale 25/03/2020
Les indices PMI publiés cette semaine offrent un premier aperçu de l’ampleur du choc économique lié au Covid-19. Les indices composites pour le Japon (35,8), l’Allemagne (37,2), la France (30,2), le Royaume Uni (37,1) et les États-Unis (40,5) plongent en mars. Le PMI composite pour la zone  euro est le plus bas jamais enregistré (31,4). La détérioration est particulièrement marquée pour les sous-indices liés à l’emploi et aux commandes de biens et services. Les chiffres pour le mois d’avril, tout en restant à des niveaux historiquement bas, pourraient diverger de plus en plus entre les régions. En Asie de l’Est, la demande intérieure devrait commencer à se redresser avec un début de reprise de l’activité en Chine. À l’inverse, la propagation de l’épidémie s’accélère aux États-Unis, en Inde et en Afrique, et les mesures de confinement restent en place dans de nombreux pays européens.
Conséquences économiques de l'épidémie de covid-19 : incertitude omniprésente, reprise retardée 12/03/2020
L’épidémie de coronavirus constitue un triple choc de demande, d’offre et d’incertitude. Elle a des effets indirects sur les cours du pétrole et les conditions financières, ce qui devrait finir par peser sur la croissance. La chute brutale des prix du pétrole, en l’absence d’un accord sur des baisses de production au sein de l’OPEP+, aggrave la situation. Les pays producteurs sont particulièrement touchés et la pression financière sur les entreprises du secteur croît (en particulier pour les plus endettées), tandis que la demande souffre de l’épidémie et du manque de visibilité. La timide amélioration des enquêtes de conjoncture de fin 2019 a été interrompue. Les dernières données indiquent une forte détérioration en Chine et à Hong Kong. Ailleurs, la réaction est globalement limitée mais cela ne devrait pas durer. La Réserve Fédérale a renoué avec une politique d'assouplissement agressive. La Banque d’Angleterre lui a emboîté le pas et BCE devrait en faire de même. Les gouvernements ont pris des mesures différentes très ciblées. Une fois le pic de l’épidémie passé et la propagation du virus stoppée, la reconstitution des stocks et une demande refoulée devraient soutenir la croissance mondiale. La politique monétaire très accommodante devrait aider. Cependant, le timing de la reprise dépend entièrement de la manière dont évoluera l'épidémie.
L’économie des crypto-« monnaies » 11/03/2020
On dénombrerait, selon les sources, entre 1600 et 3000 crypto-« monnaies » à l’échelle mondiale. Ces crypto-actifs peinent à remplir les trois fonctions économiques d’une véritable monnaie et ne peuvent donc pas être considérées comme telle. Si leur degré de  développement - somme toute modeste - en limite aujourd’hui les effets économiques, leur  expansion pourrait présenter des risques en matière de transmission de la politique monétaire, de création monétaire et de stabilité financière. Plusieurs banques centrales voient dans l’introduction de « monnaies digitales de banque centrale » (MDBC) une réponse à ces enjeux. Or, loin d’être de simples substituts aux crypto-« monnaies » privées, ces MDBC présentent des risques qui leurs sont spécifiques en matière de stabilité financière, en particulier celui de ruée bancaire « digitale ». L’éventualité de leur introduction et leurs modalités doivent, à notre sens, faire l’objet d’une analyse méticuleuse.
La conjoncture mondiale après le choc du coronavirus 10/03/2020
Les résultats des enquêtes macroéconomiques réalisées depuis l’apparition de l’épidémie ont été jusqu’à présent rassurants, mais, dans les prochaines semaines, les données sur l’activité et les dépenses devraient refléter l’impact négatif. Il s’agit néanmoins d’un choc temporaire. Dès que les perturbations des chaînes d’approvisionnement auront diminué et que la demande aura redémarré, l’activité va rebondir. Les mesures de relance, déjà annoncées en Chine, devraient aller dans ce sens.
Le coronavirus : quel rôle peut jouer la politique économique ? 06/03/2020
La baisse des taux de la Réserve fédérale ainsi que la promesse d’intervention d’autres banques centrales et de ministres des Finances posent la question de savoir dans quelle mesure la politique économique peut réagir à l’épidémie.
Coronavirus : propagation internationale et risques de perte extrême (tail risk) 28/02/2020
La propagation internationale du coronavirus oblige à en repenser les conséquences pour l’économie mondiale. L’effet marginal de la diffusion de l’épidémie devrait, a priori, être assez limité. La réaction des marchés financiers a, cependant, été très négative. Cette envolée de l’aversion au risque reflète la crainte d’une sous-estimation des conséquences économiques ainsi qu’une plus grande prise en compte du risque de perte extrême (tail risk). Ce phénomène d’ « accélérateur financier » pourrait, à son tour, contribuer à la détérioration des perspectives de croissance.
Banques centrales : leurs objectifs en questions 26/02/2020
Dans ce premier épisode,  nous verrons que les banques centrales ne partagent pas toujours les mêmes objectifs. Si la priorité de la BCE est d’atteindre son objectif d’inflation, la Fed cible à la fois l’inflation et le plein emploi.  L’examen de ces questions suscite quelques interrogations : comment l’inflation ou le plein emploi se mesurent-ils ? Comment les banques centrales définissent-elles leur cible ? Et quels leviers peuvent-elles actionner pour atteindre les objectifs fixés ?  Nous verrons également que les banques centrales doivent composer avec un environnement économique en constante évolution.
Incertitude : messages contradictoires 21/02/2020
Les données utilisées pour mesurer le niveau de l’incertitude n’intègrent pas encore l’impact de l’épidémie de coronavirus. Cela étant, les signaux recueillis apparaissent dispersés...
BCE, Fed : Les banques centrales revoient leurs stratégies 11/02/2020
La Banque centrale européenne, à l’image de Réserve Fédérale américaine quelques mois plus tôt, a officiellement lancé sa propre revue stratégique lors de la réunion du 23 janvier 2020. Le chantier s’annonce important. La communication ces prochains mois autour de cette revue nous apportera plus d’éléments concernant la finalité de cet exercice et les changements qui seront opérés.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2376 articles et 603 vidéos