eco TV

EcoTV – Février 2021

09/02/2021

TRANSCRIPT // EcoTV – Février 2021 : février 2021

En ce mois de février 2021, il est difficile de prévoir la croissance pour les mois à venir. On fera néanmoins le point sur le Portugal avec Guillaume Derrien et sur la Tunisie avec Stéphane Alby dans les Trois questions en fin d'émission. Attention aussi à l'inflation, elle pourrait reprendre. C'est l'analyse du chef économiste William De Vijlder dans le Graphique du mois.

 

FOCUS

FRANÇOIS DOUX

Focus sur le Portugal, l'un des pays les plus touchés par l'épidémie de coronavirus. C'est l'un des taux pour 100 000 habitants les plus élevés dans le monde.

Guillaume Derrien, bonjour.

GUILLAUME DERRIEN

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Le Portugal a reconfiné. Un confinement dur. Les prévisions de croissance pour 2021 ont été revues à la baisse.

GUILLAUME DERRIEN

Oui, exactement. Si on se fie juste aux estimations de la Banque du Portugal, on projette une croissance en 2020 autour de 4%, avant une légère accélération autour de 4,5% en 2022. Mais ce qui est sûr, c'est que ce sera en deçà de ce qu'on aurait pu espérer il y a encore quelques semaines du fait, vous l'avez dit, de la recrudescence de l'épidémie.

FRANÇOIS DOUX

Est-ce que les entreprises portugaises et le marché de l'emploi vont tenir au moment où le soutien de l'État pourrait diminuer ?

GUILLAUME DERRIEN

C'est la grande question. Je citerais un article de la Banque du Portugal publié au mois de janvier, donc très récemment, qui, justement, évalue l'impact de la Covid sur la rentabilité et le stock de dettes à risque pour les entreprises portugaises. Cet article montre que les risques ont augmenté sensiblement du fait de l'épidémie, mais on reste à un niveau de risque qui est en dessous de ce qu'on a pu voir durant les crises précédentes. Il y a deux raisons à cela : la baisse des taux d'intérêts, qui ont fait baisser le poids du remboursement de la dette pour les entreprises, et la tendance au désendettement des entreprises portugaises depuis quelques années.

FRANÇOIS DOUX

Ce sont des effets plutôt positifs. Mais il existe des risques à court terme pour l'économie portugaise en 2021.

GUILLAUME DERRIEN

Les risques sont sensiblement les mêmes qu’en 2020. Tout d’abord, le fait que l'économie dépende fortement du tourisme international, pour environ 8% du PIB. On peut s'attendre à ce que cette activité reste relativement ralentie, même après la fin de l'épidémie. La seconde concerne les exportations. Le Portugal dépend fortement de la demande européenne, davantage que d'autres pays comme la France ou l'Italie. Le Portugal exporte peu vers la Chine et vers les États-Unis, où la demande est restée plus soutenue. Donc, on peut s'attendre à ce que ce rebond de demande dans ces deux pays profite moins au Portugal qu'à d'autres pays européens.

FRANÇOIS DOUX

Parlons maintenant du moyen-long terme. Quels risques pèsent sur la fameuse croissance potentielle ?

GUILLAUME DERRIEN

Les risques pèsent sensiblement sur l'investissement. Avec la hausse de l'endettement des entreprises et la baisse de leur rentabilité, on peut s'attendre à ce qu’elles dépensent moins en investissement. Le second risque porte sur la hausse de la dette publique. Le Portugal a une dette très élevée et à l'issue de l'année 2020, on peut s'attendre déjà à ce que ce stock de dettes dépasse la barre des 130% du PIB. Ce serait le troisième niveau le plus élevé en Europe.

FRANÇOIS DOUX

Y a-t-il, Guillaume Derrien, quelques raisons d'être optimiste pour l'économie portugaise ?

GUILLAUME DERRIEN

Oui. Le premier élément, c'est la résistance de l'emploi au choc économique. Avec les mesures mises en place par le gouvernement, notamment le chômage partiel, l'emploi n'a baissé que faiblement en 2020 et les prévisions de la Commission européenne pour les deux prochaines années tablent sur un retour du taux de chômage en 2022 à ce qu'il était à peu près en 2019. C'est donc une dynamique qui, si elle se matérialise, reste assez encourageante.

FRANÇOIS DOUX

Vous avez cité aussi le niveau d'endettement du Portugal. Les taux sont quand même très bas. Le Portugal a même emprunté à taux négatif.

GUILLAUME DERRIEN

Exactement. C'est une tendance qui pourrait se prolonger dans les années à venir, en tout cas en 2021 et 2022. Cela permet un poids de la dette relativement amorti par ces taux d'intérêts bas.

FRANÇOIS DOUX

Le plan de relance européen va-t-il profiter au Portugal ?

GUILLAUME DERRIEN

Bien sûr. Le Portugal reçoit environ 7% de son PIB en subventions pour les cinq prochaines années. Donc, ce n'est pas négligeable. Évidemment, cela va aider le Portugal à mettre en place son plan de relance pour les années à venir.

FRANÇOIS DOUX

Le dernier facteur important, on l'a vu en janvier, c'est une relative stabilité politique.

GUILLAUME DERRIEN

Exactement. On l'a vu fin janvier, avec la réélection du président Marcelo Rebelo de Sousa. Et plus globalement, c'est une stabilité gouvernementale qui, à la différence d'autres pays comme récemment l’Italie, permet d'apporter une certaine stabilité, notamment pour les investisseurs.

FRANÇOIS DOUX

Une question bonus pour vous, Guillaume Derrien. Le Portugal va prendre la présidence du Conseil européen. Que doit-on en attendre ?

GUILLAUME DERRIEN

Je pense que ça sera un prolongement de ce que l'on a vu durant la présidence allemande des six derniers mois. Et notamment, le Portugal va tout faire pour pousser la mise en place du plan de relance européen en 2021.

FRANÇOIS DOUX

Lui aussi en a bien besoin. Merci Guillaume Derrien pour ce point sur l'économie portugaise. Dans un instant, le Graphique du mois sur l'inflation avec William De Vijlder.

 

LE GRAPHIQUE DU MOIS

FRANÇOIS DOUX

Dans le Graphique du mois, on va s'intéresser à l'inflation dans la zone euro. Va-t-elle rebondir enfin ?

William De Vijlder. Bonjour.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

On sait que du côté de Francfort, la Banque centrale européenne regarde beaucoup cette question.

WILLIAM DE VIJLDER

Question clef !

FRANÇOIS DOUX

Il existe plusieurs facteurs assez évidents, assez lisibles pour prédire un rebond éventuel de l'inflation. Tout d'abord, le marché de l'emploi, le chômage. Est-ce que cela va soutenir un rebond de l'inflation ?

WILLIAM DE VIJLDER

Pas du tout. Ce sera le dernier facteur à jouer dans ce sens. À court terme, on s'attend plutôt à une hausse du chômage, donc une absence d'accélération de la croissance des salaires, et pas d'influence à la hausse sur la dynamique inflationniste.

FRANÇOIS DOUX

Deuxième facteur assez évident : les prix de l'énergie, en particulier les cours du pétrole. Là encore, c'est reparti à la hausse.

WILLIAM DE VIJLDER

Oui, en glissement annuel on a effectivement eu une poussée à la hausse de l'inflation. Cela pèse pour un certain pourcentage, c'est quand même un élément.

FRANÇOIS DOUX

Et on a bien sûr un troisième facteur qui ne concerne que l'Allemagne. C'est la fin de la TVA réduite au 31 décembre 2020. Là encore, petit coup de pouce à attendre du côté de l'inflation sur l'Allemagne.

WILLIAM DE VIJLDER

Effectivement. À partir des chiffres du mois de janvier, cela devrait être visible. Mais c'est une problématique allemande qui ne concerne pas les autres pays.

FRANÇOIS DOUX

On va à présent regarder ce qui se passe du côté des entreprises pour anticiper justement cette inflation. Dans ce graphique, William De Vijlder, vous avez mis la courbe bleue qui montre le prix des intrants, c'est à dire le prix des matières premières et le prix des produits semi manufacturés que les entreprises payent pour acheter et produire. Ensuite, les prix à la production, les prix « sortie d'usine » si je simplifie un petit peu. Et la courbe rouge montre les délais de livraison des fournisseurs. Bien sûr, on voit un pic sur l'année 2020. Elles ont mis plus de temps à livrer à cause du confinement en zone euro. Quelle est votre analyse sur 2021 maintenant ?

WILLIAM DE VIJLDER

Ces chiffres d'enquêtes sont très importants. Ils montrent comment les entreprises appréhendent le contexte d'inflation. Cette forte poussée, que l'on a vue fin 2020 en termes de délais de livraison et de prix des intrants, laisse présager une accélération de l'inflation en zone euro.

FRANÇOIS DOUX

Et donc, pour aller un cran plus loin, vous avez synthétisé à la fois les prix des intrants et les délais de livraison. C'est ce que l'on voit sur cette courbe. L'indice PMI des directeurs d'achat du secteur manufacturier, la composante tension sur les prix, et la courbe bleue, bien sûr, c'est l'inflation sous-jacente, hors alimentation et énergie. Quelle est votre lecture de ce graphique ? L'inflation va-t-elle remonter ?

WILLIAM DE VIJLDER

C'est la conclusion à laquelle on arrive, mais je vais être un peu nuancé. Effectivement, il y a un décalage de 12 mois entre la tension sur les prix, la ligne rouge sur le graphique, et l'inflation sous-jacente, la ligne bleue. Ce décalage dit : « vous avez vu dernièrement cette poussée de tension sur les prix dont témoignent les entreprises dans les réponses aux enquêtes. Dans 12 mois à peu près, on devrait voir aussi une certaine accélération de l'inflation en zone euro. »

FRANÇOIS DOUX

Il faut donc aussi rester vigilant sur les facteurs d'offre qu'on a vus au début de cette interview.

WILLIAM DE VIJLDER

Tout à fait. Et en particulier il faudra regarder la dynamique du chômage et celle de la demande. C'est ce qui expliquera si cette hausse de l'inflation va être pérenne ou pas. C'est un point à garder très fortement à l'esprit parce que cela va influencer le comportement des marchés financiers par le biais de l'anticipation du discours de la Banque centrale européenne. Un point important d'ailleurs, sur lequel je voudrais insister, c'est que l'on observe une dynamique similaire lorsque l'on regarde l'économie américaine.

FRANÇOIS DOUX

À suivre donc l'évolution des deux côtés de l'Atlantique. Merci William De Vijlder. Dans un instant, Trois questions sur la Tunisie avec Stéphane Alby.

 

3 QUESTIONS

FRANÇOIS DOUX

Trois questions sur la Tunisie, où les événements se bousculent en ce début d'année 2021. Recrudescence de l'épidémie, remaniement ministériel cinq mois à peine après l'intronisation du Premier ministre avec un président qui est en désaccord.

Stéphane Alby, bonjour.

STÉPHANE ALBY

Bonjour.

FRANÇOIS DOUX

Votre prévision de croissance de 4% pour l'économie tunisienne en 2021 est-elle déjà compromise ?

STÉPHANE ALBY

Pour l'instant, on maintient cette hypothèse de croissance car l'économie tunisienne est censée bénéficier d'un puissant effet de base. De fait, en 2020, la contraction de l'activité a été une des plus fortes de la région. Confinement très strict début mars, chute de la demande européenne, et bien sûr effondrement de l'activité touristique, ont entraîné une baisse du PIB supérieure à 8%. Ce qui veut dire que même en cas de rebond, l'économie tunisienne ne récupérera pas de toutes ses pertes en 2021. Mais avec la recrudescence de l'épidémie, aussi bien en Tunisie que chez ses principaux partenaires commerciaux, ce scénario de reprise apparaît bien fragile, surtout si la situation politique restait paralysée.

FRANÇOIS DOUX

Deuxième question. Y a-t-il d'autres facteurs de risques qui pourraient peser sur cette dynamique en 2021 ?

STÉPHANE ALBY

Effectivement, la Tunisie se démarque également par la très forte détérioration de ses finances publiques. Le déficit budgétaire s'est creusé à plus de 10 points de PIB, contre une cible initiale de 3%, ce qui a porté la dette du gouvernement à presque 90% du PIB. Derrière cette dégradation des finances publiques, il y a des éléments avant tout conjoncturels. Mais il y a aussi des facteurs structurels, en particulier la nouvelle hausse de 15% de la masse salariale de la fonction publique. Or, ce poste absorbe désormais deux tiers des ressources budgétaires, ce qui pourrait contraindre la mise en place de mesures de soutien s'il n'était pas mieux maîtrisé.

FRANÇOIS DOUX

Troisième et dernière question. Parlons du FMI. Comme d'autres pays, la Tunisie a bénéficié d'un soutien du FMI par le passé, c’est assez récent. Les négociations d'un nouveau plan triennal sont en cours. Pourquoi un accord avec le FMI est-il, selon vous, indispensable à plusieurs titres ?

STÉPHANE ALBY

Premièrement, la contrainte de financement sera forte, puisque la capacité de l'État tunisien à s'endetter localement est limitée, alors que le déficit budgétaire restera élevé. Deuxièmement, un accord avec le FMI permettra de rassurer les investisseurs et surtout de débloquer l'assistance d'autres bailleurs de fonds. Ce point est primordial. Actuellement, quasiment la moitié du stock de la dette est détenue par des créanciers officiels, ce qui permet de contenir le service de la dette. Néanmoins, les charges d'intérêts ont eu tendance à augmenter rapidement ces dernières années. Il est important de les maintenir à un niveau modéré pour préserver l'espace fiscal à d'autres dépenses nécessaires au développement économique. Dans tout cela, il y a quand même des motifs d'encouragement. La Tunisie a notamment su stabiliser sa situation monétaire en 2020 malgré le choc et dispose actuellement de réserves de change suffisamment confortables pour servir sa dette en devises cette année. Néanmoins, il n'y a pas de temps à perdre car, au final, le choc de l'épidémie a aggravé des fragilités préexistantes d'une économie qui est en panne de croissance depuis une dizaine d'années.

FRANÇOIS DOUX

Merci Stéphane Alby pour ce point sur l'économie tunisienne. On se retrouve dans un mois pour un nouveau numéro d'EcoTV.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Le plus dur est passé 08/04/2021
Le Portugal a été l’un des pays européens les plus durement touchés par la troisième vague de Covid-19 survenue cet hiver. Le gouvernement a réinstauré un confinement « dur », ce qui a permis de réduire drastiquement la propagation du virus. Un plan progressif de déconfinement a débuté le 15 mars et s’achevera le 3 mai prochain. L’espoir d’une reprise économique solide repose sur la campagne de vaccination qui se déroule pour l’heure, et comme partout dans l’Union européenne, à un rythme peu soutenu. Le succès de la vaccination en Grande-Bretagne offre néanmoins des perspectives de reprise intéressantes pour le secteur touristique portugais, très dépendant des visiteurs d’outre-Manche. Le PIB en volume pourrait rebondir à hauteur de 5,0%-5,5% en 2021, après une contraction de 7,6% en 2020.  
Quelques marges budgétaires pour soutenir la reprise 01/10/2020
La bonne gestion de l’épidémie n’a pas permis au Portugal d’éviter un choc économique sévère. Le PIB réel a chuté de 13,9% au T2, principalement sous l’effet d’un plongeon des exportations de biens et services (-36,1% t/t) et de la consommation privée (-14,0% t/t). Le Portugal a pâti de la chute du tourisme et de l’arrêt de l’activité à l’étranger, en particulier en Espagne. Cela pourrait également freiner la reprise, étant donné la recrudescence des contaminations de l’autre côté de la frontière. Cependant, et grâce à des efforts budgétaires consentis ces dernières années, le déficit public pour 2020 devrait être inférieur à celui de ses voisins européens (environ 7,0% du PIB selon les estimations gouvernementales), ce qui offre quelques marges de manœuvre à l’exécutif.
Rattrapé par la crise 07/04/2020
En 2019, après un ralentissement somme toute limité, la croissance du PIB portugais s’était finalement établie dans la fourchette haute des attentes, à 2,2%. L’épidémie de coronavirus va faire disparaître ces performances enviables, mettre toute une partie de l’économie à l’arrêt et plonger le pays dans une récession majeure au cours des prochaines semaines. Dans la ligne de ses homologues européens, le gouvernement Costa met progressivement en place une série de mesures qui visent à préserver le tissu économique le temps du choc et préserver les capacités de reprise.
Portugal : vers un tassement de la marge d’intérêt sur encours ? 29/01/2020
En période de baisse des taux, la marge d’intérêt sur les opérations avec la clientèle s’élargit car le rendement des actifs bancaires présente une plus grande inertie à la baisse que le coût  des ressources. Les banques portugaises détiennent toutefois une forte proportion de prêts à taux variable qui tend à accélérer l’ajustement à la baisse du rendement du portefeuille de prêts. Dans un contexte de taux durablement bas et de coût des ressources clientèle désormais proche de zéro, la pérennité de la marge d’intérêt dépendra essentiellement de la capacité des banques portugaises à maintenir les taux pratiqués actuellement sur les nouveaux prêts [1]. Une poursuite de la baisse des taux sur la production nouvelle conduirait la marge sur les nouvelles opérations bien en deçà de la marge sur encours et mettrait un terme à l’élargissement de cette dernière, observé depuis 2013.   [1] Au Portugal, la circulaire 33/2009/DBS interdit aux banques d’appliquer des taux négatifs aux dépôts des sociétés non financières et des ménages.
Les grandes banques portugaises face aux taux bas 23/12/2019
Pour la première fois depuis 2010, les cinq plus grandes banques portugaises ont renoué avec les bénéfices en 2018. Une baisse des charges d’intérêts plus rapide que celle des produits d’intérêts, ainsi qu’une stricte maîtrise des frais généraux et du coût du risque sont les principaux facteurs à l’origine de ce retour à la rentabilité. L’élargissement de la marge nette d’intérêt a compensé la baisse de l’encours des prêts bancaires, augmentant les revenus nets d’intérêts. Toutes choses égales par ailleurs, la baisse des taux a aussi contribué à la réduction du coût du risque et à l’assainissement des bilans bancaires. L’encours et le ratio des prêts non performants des grandes banques portugaises ont ainsi été réduits de moitié mais demeurent à des niveaux élevés. L’évolution récente du compte de résultat des plus grandes banques portugaises met en évidence, notamment, certains effets des taux bas sur un système bancaire principalement orienté vers les activités de détail et qui octroie surtout des prêts à taux variable.
Confiance renouvelée 10/10/2019
Très progressif jusqu’ici, le ralentissement économique devrait peu à peu s’étendre au cours de la seconde moitié de 2019 et en 2020. Alors que le chômage est au plus bas depuis 2002, le moral des ménages est bon. Ils viennent d’ailleurs de renouveler leur confiance à l’équipe sortante du premier ministre Costa. Le Parti socialiste est ainsi arrivé largement en tête des élections législatives du 6 octobre dernier avec plus de 36% des votes. Comme lors de la précédente législature, il va chercher à s’assurer du soutien des autres partis de gauche pour former un nouveau gouvernement.
Les banques portugaises renouent avec les bénéfices grâce à leurs activités à l’étranger 11/09/2019
Pour la première fois depuis 2014, le résultat net agrégé des cinq plus grands groupes bancaires portugais[1] - environ 80% du système bancaire en termes d’actifs consolidés - fut positif en 2018 (EUR 375 millions). Les pertes enregistrées au Portugal (EUR -14 millions) ont été plus que compensées par les bénéfices réalisés à l’étranger (EUR 389 millions). Les actifs à l’étranger des banques portugaises représentent, en moyenne depuis 2014, 13% de leur actif total. En 2017, les baisses simultanées de cette proportion et du résultat net réalisé à l’étranger relèvent notamment d’un effet de valorisation des actifs comptabilisés à leur juste valeur. Les implantations à l’étranger des banques portugaises sont essentiellement situées en Espagne, en France ainsi que dans d’autres pays lusophones (Angola et Mozambique). Elles réalisent principalement des activités de crédit comptabilisé au coût amorti.   [1] Banco BPI, Caixa Geral de Depósitos, Santander Totta SGPS (sans activités significatives à l’étranger mais sa position de 3ème plus grand groupe bancaire portugais justifie sa place dans l’échantillon), Millennium BCP et Novo Banco  
Portugal : les deux tiers des prêts immobiliers excèdent 30 ans 22/05/2019
Une part croissante de l’encours des crédits à l’habitat octroyés aux ménages portugais est constituée de crédits dont la maturité initiale excède 30 ans. Entre le premier trimestre 2009 et le quatrième trimestre 2018, la proportion des maturités initiales les plus longues est ainsi passée de 51% à 71% de l’encours total. La stabilité de l’encours des crédits à plus de 30 ans, conjuguée au repli de 45% de l’encours de ceux d’une maturité inférieure, explique cette dynamique. Les nouveaux prêts immobiliers ont ainsi vu leur maturité moyenne s’allonger entre 2014 et 2017, de 30,8 ans à 33,3 ans selon les derniers chiffres de la Banque du Portugal1. Depuis le 1er juillet 2018, la Banque du Portugal recommande2 aux entités placées sous sa surveillance de limiter à 40 ans la maturité initiale des nouveaux crédits immobiliers aux ménages. Cette mesure ne devrait toutefois pas permettre d’atteindre l’objectif de ramener, fin 2022, leur maturité moyenne à 30 ans. 1 A titre de comparaison, les prêts immobiliers à plus de 30 ans représentaient 0,6% de la production nouvelle en France (source : Crédit Logement/CSA). 2 Une recommandation n’est pas juridiquement contraignante. Les établissements de crédit doivent  néanmoins s’y conformer ou, dans le cas contraire, se justifier sous peine de subir des mesures prudentielles de la part de la Banque du Portugal.
Portugal : l’assainissement des bilans bancaires résulte principalement d’abandons de créances 20/03/2019
Le ratio des prêts non performants (PNP) du système bancaire portugais a poursuivi son repli au T2 2018, à 11,7% (puis 11,3% au T3 2018), après avoir enregistré un pic à 17,9% au T2 2016. Cette contraction de 6,2 points de pourcentage du ratio s’explique essentiellement par la réduction de près de 40% de l’encours des PNP tandis que celui des prêts totaux diminuait de 2,1%. Selon les données de la Banque du Portugal, la baisse du ratio des PNP résulte à hauteur de 42% d’abandons de créances, tandis que les cessions et titrisations y concourent à 23%. Ainsi, près des deux tiers de l’assainissement du bilan des banques portugaises ont procédé d’une sortie des PNP du système bancaire. Au demeurant, le reclassement de PNP en catégorie « prêts performants » a plus que compensé les flux de prêts nouvellement non performants. Les flux nets de PNP ont ainsi contribué à hauteur de 24% à la réduction du ratio.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2730 articles et 721 vidéos