eco TV

EcoTV – Mai 2021

12/05/2021

TRANSCRIPT // EcoTV – Mai 2021 : mai 2021

FRANÇOIS DOUX

Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue dans ce numéro de mai 2021 d'EcoTV, un numéro spécial Amérique. Après les 100 premiers jours du président Biden, dans le Focus, nous allons parler avec Jean-Luc Proutat du plan d'infrastructures. Il va s'étaler sur huit ans et représente près de 10 points de PIB des États-Unis. Ce plan aura aussi un impact sur les économies voisines. Dans le Graphique du mois, Salim Hammad va nous parler de l'Amérique centrale et des canaux de transmission entre les États-Unis et ces économies. Et, en fin d'émission, William De Vijlder va prendre du recul. Il va nous parler des années 1970 en Trois questions. Quels enseignements en tirer ? Je vous donne rendez-vous en fin d'émission.

LE FOCUS

FRANÇOIS DOUX

2 300 milliards de dollars, c'est l'équivalent de 10 points de PIB des États-Unis. Voilà l'ampleur du plan de relance pour les infrastructures proposé par le président Biden. Un plan qui s'étale sur huit ans, qui sera financé probablement par l'impôt. Pour en parler, nous sommes avec Jean-Luc Proutat. Bonjour Jean-Luc.

JEAN-LUC PROUTAT

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Avant d'entrer dans les détails de ce plan de relance, parlez-nous de la conjoncture aux États-Unis en ce printemps 2021. À quoi ressemble-t-elle ?

JEAN-LUC PROUTAT

Elle est très tonique. Celui que son prédécesseur appelait "Joe l'endormi", le président Joe Biden, avance vraiment au pas de course à l’approche de l’été 2021 et à l’issue de ses 100 premiers jours. On sait qu’il a déjà fait voter un plan de 1 900 milliards de dollars au mois de mars, dont on commence à voir les effets dans l'économie, en parallèle du recul de l'épidémie. Pratiquement 50% des Américains sont maintenant vaccinés et circulent davantage, avec des poches mieux garnies puisqu'ils sont nombreux à toucher un chèque du Trésor américain. Ils bénéficient aussi de crédits d'impôts, ce qui fait que la consommation pousse très fort aux États-Unis et que le taux de croissance que l'on envisage cette année est d’au moins 6%. Cela dit, le président Biden ne se contente pas de brûler de l'essence pour faire tourner le moteur plus vite. Il compte également renforcer, consolider, le moteur de l'économie américaine.

FRANÇOIS DOUX

Parlons justement de ce fameux plan de relance qui veut moderniser l’économie américaine. Que contient ce plan et quelle va être son efficacité à vos yeux ?

JEAN-LUC PROUTAT

Ce plan part du constat, qui est aussi un paradoxe, que l'économie américaine, pourtant l'une des plus riches du monde, investit peu dans ses infrastructures. Le classement de l'OCDE situe mal les États-Unis sur ce terrain, comme sur celui de transition énergétique où les progrès sont faibles. Le plan d'infrastructures se déploie donc le long de ces deux axes : renforcer, rénover les infrastructures, notamment les infrastructures de transport et les réseaux (eau, électricité, etc.), et promouvoir les énergies vertes, y compris en taxant davantage les énergies fossiles. Pratiquement les deux tiers du plan sont déployés dans ce sens. Reste une partie qu'il ne faut pas négliger et qui est très empreinte de patriotisme économique. Elle consiste à promouvoir les intérêts stratégiques américains, à investir là où les États-Unis ont cédé du terrain vis à vis de l'Asie, notamment de la Chine. Beaucoup d'argent est ainsi promis pour soutenir les filières des semi-conducteurs, des batteries, des éoliennes, des principes actifs de médicaments, etc. Pour ce qui est de la question de la faisabilité, l'État fédéral devra absolument compter avec les autorités locales, car il faut toujours rappeler que les États-Unis sont un espace fédéral et que ce sont les États, les villes, les comtés qui opèrent les infrastructures. Il faudra donc leur coopération pour déployer le plan. En outre, si l’American Rescue Plan de 1 900 milliards a été financé par la dette et les déficits, il n'est cette fois-ci plus question pour les États-Unis de s'endetter davantage, mais bien de mettre à contribution les entreprises qui devraient bénéficier du programme d’infrastructures.

FRANÇOIS DOUX

Mettre à contribution les entreprises, c'est le fameux volet fiscal de ce plan de relance. Il va être compliqué de faire accepter cet aspect par ces entreprises.

JEAN-LUC PROUTAT

Absolument. Cela part du constat que le rendement de l'impôt sur les sociétés a considérablement baissé depuis une dizaine d'années, notamment après la réforme fiscale de 2018 introduite par Donald Trump. Il s'agirait donc de rééquilibrer la charge. On peut évoquer plusieurs mesures. La plus importante est la remontée du taux de l'impôt sur les sociétés de 21 à 28% ; citons également le projet d’application d'un taux unique de 21% sur les bénéfices réalisés à l'étranger. Évidemment, cela concerne surtout les grands groupes. On pense notamment à ce que l’on a coutume d'appeler les « géants » du numérique, qui seraient vraiment les premiers concernés par ce durcissement de la fiscalité. La réforme est actuellement en discussion au Sénat américain. Elle doit recueillir l'unanimité des votes démocrates, ce qui n'est pas acquis. Le président Biden a déjà indiqué qu'il était ouvert au compromis. On verra donc ce qu'il en est mais ce qui est certain, c'est que c'est probablement le début de la fin du "quoi qu'il en coûte" aux États-Unis.

FRANÇOIS DOUX

Jean-Luc Proutat, merci pour cette analyse détaillée de ce plan d'infrastructures aux États-Unis. On va bien sûr en reparler. Dans un instant, on va évoquer l'impact de ce plan sur les économies d'Amérique centrale dans le Graphique du mois avec Salim Hammad.

 

LE GRAPHIQUE DU MOIS

 

FRANÇOIS DOUX

Le plan de relance massif des États-Unis ne va pas profiter uniquement à l'économie de ce pays, mais aussi aux économies voisines. On va parler de l'Amérique centrale avec Salim Hammad. Bonjour Salim.

SALIM HAMMAD

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Parlez-nous des canaux de transmission de cette dynamique des États-Unis vers ces économies d'Amérique centrale. Quels sont-ils ?

SALIM HAMMAD

On a principalement trois canaux de transmission. Le premier est un canal commercial qui opère via les exportations des pays de la zone vers les États-Unis. Un deuxième canal, qui est financier, opère via les flux d'investissement des entités américaines vers les pays de la zone. Et un dernier canal, monétaire, fait référence aux transferts d'argent des travailleurs émigrés basés aux États-Unis. Dans le graphique, on peut appréhender l'importance de ces canaux de transmission pour chacune de ces économies, en regardant la part des États-Unis dans les exportations, dans les flux d'investissements directs étrangers, ainsi que dans les transferts de la diaspora. Ce sont les bâtonnets respectivement verts, rouges et orange sur votre écran. En moyenne, pour faire simple, on voit qu'à peu près 35% des exportations de la zone sont à destination des US, tandis qu'environ 1 dollar sur 3 investi au titre des investissements directs étrangers proviennent des États-Unis. On constate aussi, et c'est l'élément le plus marquant du graphique, qu’en moyenne environ 80% des transferts de la diaspora, donc des ressortissants de la zone, provient également des États-Unis. Les sommes qui sont envoyées sont absolument conséquentes puisque dans des pays comme le Honduras ou le Salvador, ces transferts représentent l'équivalent de presque un quart de la taille de l'économie. D’ailleurs on commence à voir les effets de la reprise américaine sur ces transferts, puisque par exemple au Honduras, au premier trimestre, on a observé une hausse de quasiment 30% de ces remises de fonds en glissement annuel.

FRANÇOIS DOUX

Parlons à présent de diplomatie. Sous l'administration Trump, on avait vu trois pays - le Panama, le Salvador et la République dominicaine - couper leurs relations diplomatiques avec Taïwan. Sous-entendu, se rapprocher de la Chine. Maintenant avec l'administration Biden, que doit-on attendre du comportement diplomatique des États-Unis envers l'Amérique centrale ?

SALIM HAMMAD

On s'attend à une politique étrangère plus active, moins antagoniste, et plus coopérative de la part de l'administration Biden. Elle devrait notamment se traduire par une remontée de l'aide publique au développement qui, je vous le rappelle, a été coupée pendant les années Trump. Le président Biden a déjà révoqué un certain nombre de mesures de son prédécesseur, notamment, l'expulsion des mineurs non accompagnés, un phénomène qui s'est fortement accentué au cours des quelques dernières années. Surtout, l'administration Biden vient d'annoncer un plan de 4 milliards de dollars destiné à adresser les « pushs factors », ces déterminants des migrations vers les États-Unis. Ils sont étroitement liés à des problèmes de pauvreté, de violence, de gouvernance et aussi à des facteurs climatiques en raison de la dépendance de certaines économies à l'agriculture.

FRANÇOIS DOUX

Si l'on regarde les perspectives économiques, la conjoncture est plutôt favorable pour ces économies d'Amérique centrale. La crise du Covid, bien sûr, les fragilisent. Parlez-nous des risques, justement, qu'encourent ces économies dans les mois à venir.

SALIM HAMMAD

Le principal risque est d'ordre social avec un cocktail de facteurs qui sont peu favorables. On voit des tensions sociales en amont de la crise sanitaire dans certains pays. C'est le cas au Costa Rica, avec les réformes de la fonction publique, mais également des revendications sociales dans d'autres pays, notamment le Guatemala et le Panama. Et puis une crise politique assez violente au Nicaragua. À ceci, il faut ajouter des marges de manœuvre budgétaires très limitées, une hausse du chômage, surtout chez les jeunes, un creusement des inégalités et une remontée de la pauvreté. Récemment, le FMI estimait que le PIB par tête pour beaucoup de pays ne devrait pas retrouver des niveaux de pré-crise, de pré-pandémie avant 2024. Donc, à ces facteurs on peut ajouter deux facteurs aggravants : la remontée des prix du pétrole, puisque la plupart des pays de la zone sont importateurs net d'hydrocarbures, et les risques d'ouragans et de sécheresse qui, encore une fois, étaient à l'origine en partie des fameuses caravanes migratoires observées au cours des dernières années.

FRANÇOIS DOUX

Merci Salim Hammad pour ce point sur les économies d'Amérique centrale. Dans un instant, Trois questions sur les États-Unis et un air des années 70 avec William De Vijlder.

 

3 QUESTIONS

FRANÇOIS DOUX

À la fin des années 60, les Beatles chantaient « Back in the U.S.S.R. ». Aujourd'hui aux États-Unis, on entend plutôt fredonner « Back to the seventies ». Trois questions sur les années 70 qui reviennent dans l'actualité économique avec William De Vijlder. Bonjour William.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Première question : pourquoi cette référence aux années 70 ?

WILLIAM DE VIJLDER

La référence est inspirée par des commentaires récents, notamment celui de l'ancien secrétaire du Trésor américain, Larry Summers, pour qui que ce qu'on vit aujourd'hui aux États-Unis est un changement de paradigme en termes de politique économique. Le plus important depuis l'arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et de Paul Volcker. On se souvient, Ronald Reagan a été le président qui, lors de son inauguration en 1981, a dit que le problème pour l'économie américaine, c'était le gouvernement. Donc le gouvernement n'allait pas apporter la solution, tandis qu'aujourd'hui, bien évidemment, la direction est tout à fait différente, avec une série d'initiatives prises par Joe Biden. Paul Volcker vient après les années 70. Là aussi, c'était un changement fondamental.

FRANÇOIS DOUX

Deuxième question William De Vijlder. Quel était le problème dans ces années 1970 ? On avait du pétrole, de l'inflation. On avait même des idées.

WILLIAM DE VIJLDER

La remarque de Larry Summers, implicitement, fait référence au problème majeur des années 70 aux États-Unis, mais aussi dans beaucoup d'autres pays, qui est une dérive de l'inflation qui échappait à tout contrôle. Maintenant, différents facteurs ont joué. Tout d'abord, il y avait déjà à la fin des années 60 aux États-Unis une certaine surchauffe de l'économie, qui donnait lieu à une hausse tendancielle de la croissance des salaires et de l'inflation. Puis, il y a eu des chocs très importants. Deux chocs de hausse très importante des prix du pétrole, avec plus d'inflation dans l'économie, et une politique monétaire qui n'était pas appropriée. Il est clair que pendant les années 70, avant l'arrivée de Paul Volcker, le gouverneur de la Réserve fédérale n'avait pas le courage de resserrer la politique monétaire parce que ce n'était pas vraiment dans l'air du temps.

 

FRANÇOIS DOUX

Troisième et dernière question. En 2021, que retenir justement des enseignements des années 70 ? On parle beaucoup d'anticipation inflationniste aujourd'hui.

 

WILLIAM DE VIJLDER

Ce qui alimente l'inquiétude aujourd'hui, c'est qu'un éventail d'éléments pointe vers une accélération de l'inflation. On le voit dans les enquêtes auprès d'entreprises. Les matières premières qui ont fortement augmenté, la pénurie au niveau des semi-conducteurs, etc. Jérôme Powell, le président de la Réserve fédérale dit alors : « Oui. On voit tout cela, ce sera passager et temporaire. Ce qui est très important, c'est que les anticipations inflationnistes n'ont pas monté. Donc, on peut rester tout à fait serein ». Un point qui est extrêmement important. Dans un discours récent, il a insisté sur le fait que la Réserve fédérale avait bien appris les leçons des années 70. En d'autres termes, les leçons de ses erreurs de politique monétaire. S'il devait y avoir une hausse plus importante et plus pérenne de l'inflation, la Réserve fédérale n'hésiterait pas à réagir et à remonter les taux d'intérêts. C'est un scénario qu’il faudra suivre de près et, bien évidemment, notamment en se focalisant sur les attentes inflationnistes. Parce qu’il est clair qu’aujourd’hui les marchés financiers n'anticipent pas un tel resserrement monétaire sévère.

 

FRANÇOIS DOUX

À suivre donc, les statistiques qui présagent de l'inflation et, bien sûr, la communication de la Réserve fédérale américaine. Merci William De Vijlder pour ces Trois questions.

WILLIAM DE VIJLDER

À bientôt.

FRANÇOIS DOUX

On se retrouve dans un mois pour un nouveau numéro d'EcoTV.

 

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Un sentiment de malaise (2e partie) 10/07/2022
Les dernières données économiques envoient des signaux contradictoires à propos des perspectives de l’économie américaine. D’après une enquête des directeurs financiers des entreprises américaines, ces derniers s’inquiètent de plus en plus. De plus, le nowcast de la Fed d’Atlanta prévoit une contraction du PIB réel au deuxième trimestre. Or, deux trimestres successifs de croissance négative suffisent habituellement pour parler de récession. Néanmoins, le marché du travail demeure solide et la plupart des indicateurs du Comité de datation du cycle économique du NBER restent orientés à la hausse. Autrement dit, il n’existe pas de risque imminent de récession.
Série noire pour les enquêtes de confiance 10/07/2022
Les différentes enquêtes d’activité et de confiance sont unanimes : le ralentissement de l’économie américaine prend de l’ampleur. Le PMI Flash composite notamment baisse significativement en juin (-2,4 points par rapport à mai) et s’établit à 51,2 points. Du côté des enquêtes auprès des consommateurs, la confiance continue de diminuer fortement : l’indice de l’Université du Michigan a plongé de 9,5 points en juin (une baisse cumulée de 17 points depuis janvier) et l’indice du Conference Board, plus résistant jusque-là, a finalement cédé et chuté de 3,5 points. 
Un sentiment de malaise 04/07/2022
Les directeurs financiers des entreprises américaines se montrent plus pessimistes quant aux perspectives de l’économie américaine. La dernière enquête de l’Université Duke auprès de ces derniers montre que 20,8% d’entre eux s’attendent à une croissance négative du PIB au cours des 12 prochains mois. Leur évaluation des perspectives propres à leur entreprise a nettement moins diminué, ce qui conduit à un écart record avec leur appréciation des perspectives relatives à  l’économie dans son ensemble. Il y a là matière à préoccupation : combien de temps la confiance des entreprises peut-elle rester élevée si l’environnement global continue de se détériorer ? L’évolution des taux d’intérêt jouera un rôle clé à cet égard. Parmi les entreprises américaines qui envisagent d’emprunter, les deux tiers réduiraient leurs investissements en cas d’augmentation des coûts d’emprunt de 3%. C’est un message qui donne à réfléchir, compte tenu du resserrement attendu de la politique monétaire.
Que nous dit l’indicateur composite avancé du risque de récession ? 29/06/2022
Face à la normalisation monétaire accélérée de la Réserve fédérale (Fed), l’économie américaine donne des signes de ralentissement marqué. La détérioration de certains indicateurs (enquête de confiance des ménages de l’Université du Michigan, enquête sur le climat des affaires de la Fed de Philadelphie) semble annoncer une récession. Deux indicateurs composites, publiés par le Conference Board, permettent d’apprécier l’état de l’économie et le risque de récession à court terme. Le Coincident Economic Index (CEI), qui évolue de manière coïncidente avec le cycle, donne une indication de l’activité économique actuelle au regard de quatre sous-indicateurs : l’emploi salarié non agricole, le revenu réel des ménages, les ventes au détail, la production industrielle. Sur la base de cet indicateur, l’économie américaine devrait renouer avec la croissance au T2, après une chute au T1 (-1,4% t/t). Le Leading Economic Index (LEI) est un agrégat de dix indicateurs identifiés comme évoluant de manière avancée sur le cycle. Celui-ci indique un ralentissement à venir non négligeable de l’économie américaine. En mai, il a baissé pour le troisième mois d’affilée, principalement du fait de la contraction de deux sous-indicateurs affectés par la normalisation de la politique monétaire : l’indice boursier S&P 500 et les permis de construire octroyés. Lourdement affectée par l’inflation, la confiance des ménages contribue aussi négativement et de manière importante à la baisse du LEI. Deux autres points d’attention s’ajoutent : l’indice de diffusion sur 6 mois du LEI (proportion de sous-indicateurs en hausse en glissement annualisé sur 6 mois) qui n’est plus que de 40% et le passage, en dessous de zéro, du glissement annualisé sur 6 mois de l’indicateur composite avancé. L’amplification de cette baisse est à surveiller de près : si elle atteint -3,5% et que l’indice de diffusion est inférieur à 50%, alors il s’agira d’un signal récessif fort. Toute la question est de savoir à quelle vitesse va se poursuivre la dégradation du LEI. Si elle est rapide alors une entrée en récession de l’économie américaine, d’ici la fin de l’année 2022, est envisageable. Mais ce n’est pas, pour le moment, le scénario le plus probable étant donné que le marché du travail est encore très robuste.  
Accélération de la normalisation monétaire 29/06/2022
Le rebond inattendu de l’inflation en mai a contraint la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) à accélérer la normalisation de sa politique monétaire. Mi-juin, le Comité fédéral d’open-market (FOMC) a décidé d’une hausse de 75 points de base (pb) de son principal taux directeur, tandis que la Fed démarre en parallèle son programme de réduction de bilan (QT, quantitative tightening). Pour l’heure, l’économie américaine tient bon, portée par des fondamentaux robustes comme l’emploi. Toutefois, l’activité ralentit face au durcissement des conditions de crédit et à la détérioration des perspectives économiques mondiales. L’atterrissage à venir de l’économie américaine se fera sous tension.
États-Unis : nouvelle expérience de resserrement quantitatif de la Fed 21/06/2022
Depuis le 1er juin, la Réserve fédérale américaine (Fed) a engagé la réduction de la taille de son bilan, en limitant le réinvestissement des tombées de dette sur son portefeuille de titres. Si le rythme annoncé de cessions nettes se maintient, son bilan pourrait dégonfler d’environ USD 1 600 milliards en l’espace d’un an et demi. Le portefeuille de titres de la Fed (à l’actif du bilan) va mécaniquement se réduire tandis qu’une partie des liquidités placées auprès de la Fed par les banques commerciales et/ou fonds monétaires (au passif) vont être détruites. En 2019, la première expérience de resserrement quantitatif de la Fed (QT1) avait dû être interrompue : elle avait épuisé le volant de réserves « excédentaires » au regard des contraintes de liquidité imposées aux banques1 et grippé les marchés monétaires. Certes, le stock actuel de réserves auprès de la Fed (USD 3 200 mds au 15 juin contre USD 1 400 mds au moment de la crise des marchés repo en septembre 2019) et l’encours des mises en pension de titres de la Fed auprès des fonds monétaires (USD 2 200 milliards au 17 juin) constituent de larges réservoirs de liquidités, susceptibles d’amortir le choc de ce dégonflement. Il semble toutefois peu probable, du moins à court terme, que les fonds monétaires réallouent une partie du cash déposé auprès de la Fed vers les T-bills (du fait du rendement attractif de la facilité et de la rareté des T-bills). À défaut d’une appétence suffisante des investisseurs pour les titres longs émis, les primary dealers pourraient, de surcroît, être contraints d’élargir leurs inventaires et solliciter de nouveaux financements auprès des fonds monétaires. Or, la plupart des dealers sont des filiales de grandes banques, dont les ratios de levier flirtent déjà avec les minima réglementaires. Les contraintes de bilan pourraient ainsi gêner les débuts de ce QT2. 1 À ne pas confondre avec les réserves excédentaires au sens de la politique monétaire qui désignent les réserves en excès des réserves obligatoires, d’autant qu’aux États-Unis, la Fed a supprimé cette exigence minimale depuis mars 2020.
Face au ralentissement de la croissance, l'emploi se maintient 06/06/2022
La croissance américaine a fait l’objet d’une légère révision à la baisse au T1 2022 (-0,1 point), ce qui porte la contraction du PIB à -1,5% en rythme trimestriel annualisé, alors que les anticipations misaient sur une révision moins marquée (-1,3% en rythme trimestriel annualisé). Cette correction est imputable à un déstockage plus important qu’annoncé (-1,1 point de contribution) ainsi qu’à une moindre contribution de l’investissement (+1,2 point), notamment résidentiel. Ces révisions sont en partie compensées par la hausse de la consommation des biens comme des services (+2,1 points). De leur côté, la hausse des exportations et celle des importations de biens se sont neutralisées, laissant la contribution du commerce extérieur inchangée (-3,2 points).
La narration d’une récession américaine 06/06/2022
Depuis le début de l'année, le terme « récession » apparaît de plus en plus souvent dans les médias, tandis que l’on observe au même moment une hausse significative des rendements des bons du Trésor américain. Les deux phénomènes sont sans doute liés, dans une large mesure, au ton plus restrictif de la Réserve fédérale. L’inquiétude entourant un risque de récession apparaît aussi dans la dernière enquête trimestrielle de la Réserve fédérale de Philadelphie. Les probabilités de récession sur l'horizon de projection se sont accrues et dépassent de beaucoup les niveaux observés par le passé à ce stade du cycle de resserrement. Or, l'inflation est exceptionnellement forte, ce qui justifie des hausses des taux beaucoup plus radicales. Cette situation rend plus périlleux encore l'exercice d'équilibriste de la Réserve fédérale, et alimente les inquiétudes croissantes sur le risque de récession.
États-Unis : la masse monétaire, en perte de vitesse 10/05/2022
Depuis un an, la masse monétaire M2 ralentit aux États-Unis1 (+9,5% en glissement annuel en mars 2022 contre +27,1% en février 2021). Cette décélération résulte principalement d’une modération des achats, par la Réserve fédérale (Fed) et les banques, de titres de dette du Trésor (Treasuries, histogramme bleu) et de titres adossés à des créances hypothécaires (MBS, histogramme vert hachuré). La Fed ayant interrompu ses achats nets fin février 2022, l’incidence du QE a été encore plus modeste au T1 2022. Depuis le T2 2021, les mises en pension de la Fed auprès des fonds monétaires (histogramme gris clair) contribuent de surcroît à une destruction (temporaire) de monnaie2. D’autres facteurs l’ont en revanche soutenue. La réduction des avoirs du Trésor auprès de la Fed (histogramme bleu hachuré), afin de financer les plans de soutien à l’économie, a contribué à augmenter les dépôts auprès des banques commerciales. Déprimé par un important effet de base en 2021 (97% des encours de prêts garantis aux entreprises, originés en 2020, ont été effacés en 2021), le moteur traditionnel de création monétaire (les prêts bancaires, histogramme vert) a, en outre, été réactivé au T1 2022. La normalisation de la politique monétaire américaine devrait prolonger ce ralentissement. D’une part, la hausse des taux directeurs pourrait temporairement entretenir l’attractivité du dispositif de mises en pension de la Fed et renforcer celle des dépôts à terme3 auprès des clients bancaires. La rapidité du resserrement monétaire risque, en outre, d’affaiblir le canal des crédits. À compter du 1er juin, d’autre part, la Fed cessera de réinvestir intégralement les tombées de dette sur son portefeuille de titres. Certains agents non bancaires se porteront acquéreurs des Treasuries et MBS nouvellement émis, réduisant, de fait, leurs dépôts. 1 Notre méthode d’identification des contreparties de la masse monétaire est présentée dans Choulet (2021), Les dessous de la création monétaire, revue Conjoncture, juin 2021. Dans le graphique, l’estimation pour le T1 2022 est provisoire (les comptes financiers de l’économie américaine n’ayant pas encore été publiés). 2 Le cash retiré par un ménage de son compte de dépôt, afin de souscrire aux parts d’un fonds monétaire, est « prêté » au jour le jour par le fonds à la Fed plutôt qu’investi en titres de dette, ce qui empêche sa circulation dans l’économie. 3 Exclus de la définition de la masse monétaire.
La contraction de la croissance : un trompe-l'oeil ? 09/05/2022
Le PIB américain s’est contracté au T1 2022 de 1,4% en rythme trimestriel annualisé, contrairement aux anticipations (1%). Derrière cette baisse surprise se cache une réalité plus nuancée et moins négative. Les moteurs que sont la consommation des ménages et l’investissement des entreprises demeurent robustes et contribuent à hauteur, respectivement, de +1,8 et +1,3 point de contribution. En revanche, le moindre stockage des entreprises (contribution des variations de stocks de -0,8 point) et la diminution de la dépense publique (contribution de -0,5 point), due à l’arrivée à échéance de plusieurs programmes d’aides, pèsent négativement sur la croissance. Mais c’est d’abord la contribution très négative du commerce extérieur (-3,2 points) qui explique le repli du PIB trimestriel. D’une part, les États-Unis ont massivement importé des biens alimentaires et d’équipement. D’autre part, les exportations de biens ont reculé à cause de la guerre en Ukraine et de la résurgence du variant Omicron, mais l’augmentation des exportations de services a, en partie, compensé cette baisse. 

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1811 articles et 362 vidéos