eco TV

Faiblesse prolongée des taux d'intérêt : facteurs réels et politique monétaire

11/07/2016

La baisse des taux d'abord liée à la désinflation s'est poursuivie du fait de l'abondance d'épargne. La politique monétaire a évité une dépression à la fin des années 2000. Elle peine à présent à relever l'inflation et ne peut agir sur la croissance potentielle sans réformes structurelles.

TRANSCRIPT // Faiblesse prolongée des taux d'intérêt : facteurs réels et politique monétaire : juillet 2016

FRANCOIS DOUX

 

Pour cette dernière partie du numéro estival d'Eco TV, nous allons parler des taux d'intérêt. Jean Lemierre, le président de BNP Paribas, nous en a déjà un peu parlé le mois dernier. Nous sommes avec Philippe d'Arvisenet, bonjour. Depuis 1980, on voit une baisse continue des taux d'intérêt, pourquoi ?

 

PHILIPPE D'ARVISENET

 

Il y a deux raisons. La première c’est qu’au début des années 1980 qu’il s'agissait de lutter contre une vague d'inflation, suite à la politique de resserrement menée par Volcker. La plupart des pays occidentaux se sont lancés dans la lutte contre l'inflation. Quelques années plus tard, cette lutte a été gagnée, et les taux d'intérêt ont continué à dégringoler. Il ne s'agissait plus d'inflation : la partie réelle des taux d'intérêt baissait. Cette baisse était imputable à un excès d'épargne ex ante, c'est-à-dire un désir d'épargne qui se concrétisait et qui dépassait les besoins ou les désirs d'investissement. Tout cela a continué pendant et après la crise.

 

FRANCOIS DOUX

 

Avec des taux très bas, voire parfois négatifs, on atteint les limites de la politique monétaire. Qu'est-ce qu'on peut faire maintenant ?

 

PHILIPPE D'ARVISENET

 

La politique monétaire a beaucoup servi. Elle a empêché l'entrée dans une dépression en 2008-2009, il ne faut pas l'oublier. Elle a soutenu la reprise au début. A l'heure actuelle, elle se donne pour tâche de faire remonter l'inflation. Mais l'inflation en question est amputée, du fait de phénomènes structurels - mondialisation, etc. - qui n'ont pas grand-chose à voir avec la politique monétaire, donc son efficacité est limitée. Elle est limitée à plusieurs titres, à travers plusieurs canaux. Vous ne pouvez pas, même si les conditions de financement sont très accommodantes, obliger les gens à emprunter lorsqu'ils sont en train, par exemple, de réparer leur bilan. Il y a plusieurs canaux de transmission. Autre exemple : on fait baisser un taux de change à travers une politique monétaire accommodante. Cela ne sert pas à grand-chose si le voisin fait la même chose, etc. Donc, effectivement, comme vous le disiez, l'efficacité de cette politique monétaire a des limites.

 

FRANCOIS DOUX

 

Troisième et dernière question : comment peut-on en sortir ? Va-t-on sortir de ces taux très bas et de cette politique monétaire à bout de souffle ?

 

PHILIPPE D'ARVISENET

 

Il faut bien voir, premièrement, que nous avons traversé une période de taux bas déjà assez longue, sans même parler de taux négatifs. Au cours de cette période, un certain nombre d'agents économiques, notamment les Etats, ont été incités à s'endetter. Ceux qui ont constitué des portefeuilles - les institutionnels, etc. – l’ont fait avec des taux d'intérêts bas. Une remontée des taux d'intérêt remettrait en question la solvabilité des emprunteurs, entraînerait des pertes en capital pour les investisseurs, sans parler des problèmes propres aux institutionnels qui ont des engagements à des taux d'intérêt de 3 %, 4 %, 5 % dans certains pays, quand leurs actifs ne leur rapportent quasiment plus rien. Donc beaucoup pensent que cette politique est irréversible. On verra.

 

FRANCOIS DOUX

 

On verra. Pour en savoir plus, on peut se référer à votre article dans la revue mensuelle des Etudes économiques de BNP Paribas, Conjoncture, que l'on peut retrouver sur le site internet de BNP Paribas et toutes les applications. Quant à moi, Philippe, je vais vous remercier à titre personnel pour toutes ces années passées ensemble, 20 ans à la tête des Etudes économiques de BNP Paribas. Merci pour votre professionnalisme, votre clairvoyance et votre sympathie.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Commerces et loisirs : l'effet des restrictions et du confinement sur la fréquentation 20/11/2020
Depuis mi-septembre, la reprise de la pandémie et les restrictions sanitaires mises ont conduit à une nouvelle baisse de la fréquentation des commerces et établissements de loisir. Les pays où la deuxième vague est la plus intense, et qui ont franchi le pas d’un reconfinement total, voient la plus forte contraction selon le rapport sur la mobilité fourni par Google...
L’annonce d’un vaccin contre la Covid-19 réduit le risque de perte extrême (tail risk) 13/11/2020
L’annonce de la découverte d’un candidat-vaccin particulièrement efficace contre la Covid-19 a provoqué de fortes réactions sur les marchés financiers, traduisant le sentiment d’un changement des perspectives de croissance. Cette annonce suscite l’espoir de parvenir à une normalisation de l’activité économique à moyen terme, mais les effets positifs sur la croissance mettront du temps à se faire sentir. À l’évidence, l’idée d’une sortie de crise dépend dans une large mesure de l’horizon sur lequel on se place. Cependant, les décisions des ménages et des entreprises dépendent non seulement de la hausse attendue du revenu et des bénéfices, mais aussi de la dispersion de la distribution statistique autour des prévisions de croissance. La perspective d’un vaccin réduit la probabilité de résultats très négatifs et cette diminution de l’incertitude devrait finir par contribuer à un rebond de la croissance.
La politique budgétaire est au cœur du débat (et elle va y rester) 09/11/2020
Relance budgétaire ou monétaire ? Les évolutions boursières de la semaine dernière ont reflété, dans une large mesure, les anticipations selon lesquelles le résultat des élections américaines pourrait faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Jerome Powell, président de la Réserve fédérale, a insisté sur la nécessité d’un plus large soutien des finances publiques, tout en laissant entrevoir un assouplissement monétaire plus important en cas de besoin.Le Royaume-Uni a opté pour une approche coordonnée : la Banque d’Angleterre augmentera ses achats d’obligations d’Etat tandis que le dispositif de chômage partiel, mis en place par l’Etat, sera prolongé. La politique budgétaire restera au cœur du débat pendant de nombreuses années encore.
Une reprise par à-coups 03/11/2020
L’activité ralentissait déjà avant les nouvelles mesures de confinement et ces dernières ne feront que la freiner davantage. Nous vivons dans une économie de type « stop-start ». La contraction de l’activité devrait être plus limitée qu’en mars-avril. Les mesures sont moins strictes pour l’activité économique qu’au printemps dernier, les entreprises sont mieux préparées et les exportations devraient bénéficier d’un climat des affaires plus dynamique, en particulier en Asie.Une reprise par à-coups devrait aussi avoir des conséquences négatives à moyen et long termes. L’incertitude pourrait durer plus longtemps, entraînant un risque accru d’impacts plus importants comme la montée du chômage de longue durée ou les faillites d’entreprises. Cela pourrait conduire à une intensification des forces désinflationnistes et peser sur les finances publiques. Il faudra aussi plus de temps pour atteindre le niveau d’activité antérieur à la pandémie.
Escalade de la dette publique 23/10/2020
Dans beaucoup de pays développés, la dette publique en pourcentage du PIB est depuis quarante ans sur une tendance à la hausse. Une dette publique élevée affaiblit la résilience de l’économie aux chocs de croissance et de taux d’intérêt. Un ajustement budgétaire s’imposera donc tôt ou tard. À l’évidence, le moment n’est pas venu. L’économie ne s’est pas encore remise du choc de la pandémie de Covid-19 et les perspectives restent très incertaines. Il n’y a pas non plus d’urgence, compte tenu du niveau très faible des taux d’intérêt. Pour autant, l’absence d’urgence à court terme ne doit pas faire oublier la nécessité d’agir, au risque d’affaiblir davantage la résilience de l’économie. Ce serait aussi prendre le pari qu’à chaque crise, il faille s’en remettre aux programmes d’assouplissement quantitatif des banques centrales.
Assouplissement temporaire des normes de levier 19/10/2020
Le 16 septembre dernier, le superviseur unique (SSM) de la zone euro a annoncé l’exonération provisoire des réserves auprès de l’Eurosystème du calcul du ratio de levier des grandes banques. Le même assouplissement avait été introduit quelques mois plus tôt aux États-Unis, en Suisse et au Royaume-Uni. De fait, les dispositifs exceptionnels de soutien à la liquidité, mis en place par les autorités publiques, ont provoqué un élargissement sensible des bilans bancaires. Craignant que les exigences de levier n’entravent la transmission de la politique monétaire et la capacité des banques à prêter à l’économie, les régulateurs, puis les superviseurs les ont temporairement assouplies. L’absence de perspective de réduction des bilans de banques centrales à court terme et, mécaniquement, des réserves justifierait pourtant leur exclusion de l’« exposition de levier » pour une période prolongée. Aux États-Unis, le relâchement de la norme de levier, plus sensible qu’en zone euro (exclusion temporaire des titres du Trésor en sus des réserves, déduction pérenne des réserves pour les custodial banks*, a permis au T2 2020 une nette amélioration des ratios de levier des très grandes banques. Certes, la mesure de l’exposition de levier utilisée dans le calcul des scores de systémicité n’est pas modifiée. Néanmoins, des mesures ciblées de rationalisation des bilans, d’ici la fin 2020 ou 2021, pourraient permettre d’éviter le relèvement des surcharges de capital G-SIB. * Banques spécialisées dans la conservation et la gestion de titres
Des politiques de l’offre pour l’après Covid-19 16/10/2020
La pandémie de Covid-19 aura de profondes conséquences à long terme. Certaines industries en tireront des bénéfices, directement ou indirectement, tandis que d’autres souffriront. L’idée de secteurs florissants, surfant sur de nouvelles opportunités, et d’autres luttant pour leur survie rappelle le concept de "destruction créatrice" de Schumpeter. Or, un tel processus peut générer à court terme des coûts considérables. La recherche économique montre que les programmes visant à dynamiser le marché du travail jouent un rôle-clé. Plus généralement, la politique économique ne doit pas seulement se concentrer sur la demande mais de plus en plus sur l’offre, afin d’éviter que la pandémie n’entrave durablement la croissance.
Les entreprises vont-elles profiter de l’amélioration de leur trésorerie pour investir ? 09/10/2020
Pour évaluer le rythme de la reprise dans les prochains trimestres, l’une des principales questions qui se posent est celle de l'investissement des entreprises. Les analystes financiers tablent sur une augmentation des bénéfices des entreprises américaines. Si cela se confirme, l’on peut s’attendre à une amélioration de leur trésorerie, ce qui, sur la base des relations historiques, devrait conduire, avec un certain décalage, à une augmentation de la formation du capital. Cependant, compte tenu de la hausse de leur endettement en raison de la pandémie, elles pourraient aussi bien affecter cet excédent de trésorerie au remboursement de leur dette. Les incertitudes entourant les flux de trésorerie pourraient peser sur la propension à investir des entreprises.
PMI : les services de nouveau pénalisés par la pandémie 09/10/2020
 Les indices PMI de septembre font apparaître des tendances divergentes, tant du point de vue sectoriel que géographique. L’indice composite se stabilise aux États-Unis après le rebond du mois précédent. Dans la zone euro, le sursaut de juillet avait laissé place à une forte baisse en août et après un nouveau repli en septembre... 
Assouplissement quantitatif : est-ce que quelqu'un devra payer la note ? 02/10/2020
L’expérience des dernières décennies montre que dans beaucoup de pays, voire dans la plupart, la baisse du ratio de la dette publique en phase d’expansion ne compense pas l’augmentation de ce même ratio en phase de récession. Cela accroît le risque souverain susceptible d’influencer in fine les coûts d’emprunt. Dans l’hypothèse d’un réinvestissement permanent des titres arrivant à maturité, la détention d’un important portefeuille d’emprunts d’État par la banque centrale pourrait limiter ce risque. Cela dépend des taux d’intérêt sur les réserves excédentaires et si cette politique entraîne une hausse de l’inflation et/ou des anticipations d’inflation.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2569 articles et 664 vidéos