eco TV
Comment appréhender le risque de récession aux États-Unis ? 07/10/2019

L’inversion de la courbe des taux est, historiquement, un indicateur majeur et fiable des récessions aux Etats-Unis. Le sujet a largement été débattu dans les médias ces derniers mois quand les rendements obligataires ont chuté sous le niveau des taux à court terme. Toutefois, des années de conduite politique monétaire non conventionnelle ont pu fausser ce signal ;  il convient donc d’analyser d’autres indicateurs. L'indice économique avancé du Conference Board s’impose comme le candidat idéal.  A noter, toutefois, qu’il ne signale pas encore un risque de récession à court terme.

TRANSCRIPT // Comment appréhender le risque de récession aux États-Unis ? : octobre 2019

François Doux :

Comment prédire l'arrivée d'une récession, aux États-Unis en particulier. C'est le Graphique du mois avec William De Vijlder.

Bonjour.

William De Vijlder :

Bonjour François

François Doux :

William, dans les manuels d'économie je me souviens qu'une inversion de la courbe des taux était un signe avant-coureur d'une récession.

Sur le graphique, on voit que cela s'est un peu vérifié, mais aujourd'hui on se pose la question.

William De Vijlder :

Effectivement. Dans l'histoire économique, c’est inversion-récession, inversion-récession, inversion-récession. Aujourd'hui, ou plutôt cet été, cela a été une inversion. Et alors ?

Le problème dans cette analyse, c'est que le signal de la courbe des taux est aujourd'hui biaisé. Il est biaisé par une politique monétaire très accommodante des banques centrales : la Fed et la Banque centrale européenne. Ceci a donc poussé vers le bas les taux longs, à travers le monde, et cela a provoqué un aplatissement prématuré de la courbe, donc quelque part le signal est un peu biaisé. 

François Doux :

Est-ce que d'autres indicateurs peuvent nous aider ?

William De Vijlder :

Justement, quand on redoute en quelque sorte que le signal soit biaisé, il faut chercher d'autres éléments. En haut de la liste figure l'indicateur du Conference Board. C'est un indicateur synthétique qui se décompose en dix séries individuelles.

François Doux :

Dix séries individuelles dont l'inversion de la courbe des taux. C'est un indice plus large, mais a-t-il bien fonctionné par le passé ?

William De Vijlder :

Il a bien fonctionné. C'est lié au fait qu'il couvre un échantillon, un éventail assez vaste d'indicateurs. Des séries qui proviennent du marché financier comme la pente de la courbe des taux, ou encore la bourse. Mais également la confiance des ménages, pour la sphère réelle, les carnets de commande des entreprises, le marché du travail. Et c'est ce qui donne une grande robustesse à cet indicateur.

Comme on le voit, il n'a pas donné de mauvais signaux dans le passé. Un mauvais signal, c'est quoi ? C'est que la série plonge, il n'y a pas de récession alors il y a un problème.

François Doux :

Et aujourd'hui où en sommes-nous William ?

William De Vijlder :

Aujourd'hui on voit que la série ne baisse pas encore. Dans le passé, quand il y a eu un retournement cyclique, il a été suivi d’une récession. Là, nous n'y sommes pas du tout.

Aussi longtemps qu'on aura ces signaux opposés, entre cet indicateur qui continue à afficher un "beau temps" et l'inversion de la courbe, il y a lieu de rester assez serein tout en étant vigilant. Bien évidemment, le jour où cet indicateur se retournera et que la courbe sera toujours inversée, à ce moment-là on dira que cela ne s'annonce pas trop bien pour l'économie américaine. On n’y est pas encore.

François Doux :

A suivre donc, l'indice économique avancé du Conference Board.

Merci William De Vijlder, dans un instant Trois questions sur l'Argentine, qui ne va pas très bien, avec François Faure.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

L’atterrissage se poursuit 10/10/2019
La contraction des échanges mondiaux, aggravée par l’offensive tarifaire du président Trump, rattrape les Etats-Unis et participe au ralentissement de son activité, qui a aussi ses raisons propres. L’atterrissage de l’économie s’est poursuivi dans le courant de l’été 2019, les enquêtes de conjoncture n’annonçant aucun mieux dans les mois à venir. L’investissement des entreprises, notamment, resterait mal orienté, tandis que la consommation des ménages, résistante jusqu’ici, freinerait. Dans ce contexte, la Réserve fédérale, qui ne donne plus d’indication quant à l’évolution à venir de sa politique, baissera encore les taux d’intérêt.
Entre grosse frayeur et soulagement 04/10/2019
L’indice des directeurs des achats du secteur manufacturier de l’Institute for Supply Management (ISM) a poursuivi sa baisse en septembre, atteignant 47,8%. L'ISM non-manufacturier a enregistré une forte contraction de 3,8 points de pourcentage et se situe maintenant à 52,6%. Hormis en période de récession, il s’agit d’un chiffre assez faible. Dans ce contexte, les rendements obligataires ont nettement faibli, reflétant les inquiétudes grandissantes quant au risque de récession, les anticipations d’assouplissements monétaires par la Fed, et la fuite vers des valeurs refuges. Les données sur le marché du travail pour septembre ont toutefois apporté un soulagement. Nous prévoyons néanmoins que la Réserve fédérale continuera à réduire ses taux.
Les chiffres clés envoient des signaux contradictoires 04/10/2019
Bien qu’en août le volume de la production industrielle et celui des ventes au détail aient dépassé les attentes, les données clés relatives à septembre ont envoyé des signaux contradictoires. L’ISM manufacturier et l’ISM non manufacturier, tous deux en dessous des attentes, ont généré beaucoup de nervosité à l’approche de la publication cruciale des chiffres du marché du travail. Les données publiées ont été accueillies avec soulagement, les créations d’emplois non agricoles s’élevant à 136 000 pour septembre (contre un consensus Bloomberg de l’ordre de 145 000) et le taux de chômage s’élevant à 3,5%...
Le nouveau rôle de la Fed sous Bâle 3 03/10/2019
Les 16 et 17 septembre derniers, les marchés monétaires américains se sont grippés. L’excès de demande de cash a fait flamber les taux d’emprunt au jour le jour. Pour reprendre le contrôle des taux courts, la Réserve fédérale (Fed) a dû intervenir en urgence et réinjecter de la monnaie centrale par le biais d’opérations de prise en pension de titres. Cette insuffisance de liquidité n’est pas soudaine. Certes, une fâcheuse combinaison de facteurs ponctuels a pu aggraver la situation. Mais les tensions étaient perceptibles depuis plus d’un an déjà. En cause, les contraintes réglementaires de liquidité imposées aux banques. La reconstitution du compte courant du Trésor auprès de la Fed, dans un contexte d’insuffisance des réserves en banque centrale, promet de nouvelles tensions. Pour les atténuer durablement, la Fed va être contrainte d’élargir à nouveau son bilan et accepter d’endosser le rôle de dealer en premier ressort que Bâle 3 lui a implicitement confié. Une solution, pour agir vite et sans modifier la taille de son bilan, consisterait à réduire ses opérations de mise en pension de titres auprès des banques centrales étrangères.    
Le signal et le bruit 30/08/2019
Les prix des actifs peuvent jouer un rôle important dans l’évaluation des perspectives économiques. La forte baisse des rendements des bons du Trésor américain au mois d’août a soulevé des inquiétudes, mais une estimation en temps réel indique une croissance pour le troisième trimestre satisfaisante aux Etats-Unis. Cela signifierait que l’incertitude accrue liée au différend commercial avec la Chine aurait entraîné une fuite vers des actifs sûrs et une baisse des taux d’intérêt à long terme. Les fluctuations dans la communication sur le différend commercial influent sur l’incertitude des investisseurs, et donc sur les primes de risque. Cela réduit la qualité du signal des prix des actifs, qui peut finir par peser sur l’économie réelle. 
Etats-Unis : la croissance ralentit 26/07/2019
D’après le Livre beige de la Réserve fédérale paru récemment, la croissance américaine devrait rester modeste. La plupart des indicateurs dépassent leur moyenne de long terme, à l’exception de l’ISM manufacturier et de la production industrielle.
Le cycle de croissance américaine : record historique et puis ? 11/07/2019
Les États-Unis sont entrés dans leur 121e mois consécutif de croissance, battant ainsi le précédent record qui datait des années 90 sous la présidence de Bill Clinton. Au-delà de la durée, il existe d'autres similitudes entre les deux phases d’expansion.
Tournant monétaire 10/07/2019
Si la consommation des ménages américains reste assez tonique à l’approche de l’été, d’autres moteurs de l’économie, comme le commerce extérieur ou l’investissement, faiblissent. En juin, les enquêtes auprès des dirigeants d’entreprise ont été franchement médiocres, de telle sorte que la Réserve fédérale a ouvert la porte à une baisse de ses taux d’intérêt. La politique tarifaire du président Trump, en campagne pour sa réélection, ne déviera sans doute pas de sa ligne dure, tout en restant peu prévisible. La conjoncture pourrait donc avoir besoin de soutien.
États-Unis : des raisons de faire la fête ? 05/07/2019
Il y a eu, cette semaine, deux raisons de se réjouir aux États-Unis, avec, tout d’abord, la célébration du 4 juillet et, ensuite, le début du 121e mois d’expansion économique, la plus longue de l’histoire américaine.
Les primary dealers ont absorbé près de 40% des ventes nettes de Treasuries de la Fed 03/07/2019
Depuis octobre 2017, la Réserve fédérale (Fed) ne réinvestit plus intégralement les tombées de dette sur son portefeuille de titres. En d’autres termes, elle procède à des ventes nettes de titres (tapering). Au 26 juin dernier,  sa détention de titres du Trésor américain avait fondu de USD 355 mds, celle de titres de dette et de MBS* d’Agences de USD 249 mds. Le dégonflement du bilan de la Fed a des effets notables sur les taux monétaires, en raison des tensions qu’il crée sur la liquidité banque centrale. Or, ces tensions se sont renforcées depuis l’automne dernier, la baisse des rendements ayant réduit l’appétence des investisseurs pour les titres du Trésor. Il en a résulté un net élargissement de la position nette des primary dealers** en Treasuries : d’octobre 2018 à juin 2019, leur inventaire a augmenté de USD 140 mds. Pour financer ces « achats nets », les primary dealers ont accru leurs emprunts sur le marché des mises en pension, exerçant une pression à la hausse sur les taux repo. * Titres adossés à des prêts hypothécaires émis par les agences de garantie hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac **Les primary dealers ont notamment pour mission de participer aux adjudications, de placer les valeurs et d’assurer la liquidité du marché secondaire des bons du Trésor

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2230 articles et 563 vidéos