eco TV

Chine : la consommation des ménages manque d’élan

12/11/2019

Alors que le secteur exportateur subit les mesures protectionnistes américaines, la croissance de la consommation privée ralentit également. L’assouplissement de la politique économique est resté prudent. Les dépenses des ménages devraient néanmoins commencer à profiter des récentes mesures de relance fiscale.

TRANSCRIPT // Chine : la consommation des ménages manque d’élan : novembre 2019

François Doux

Trois questions à présent sur la Chine où la croissance ralentit. Christine Peltier, bonjour.

Christine Peltier

Bonjour.

François Doux

On était à 6,6 % de croissance sur l'année 2018. Au troisième trimestre 2019 le rythme n'est que de 6% en annualisé. Première question, qu'est-ce qui pèse sur la croissance en Chine ?

Christine Peltier

Tout d'abord le secteur exportateur a été durement touché par la hausse des droits de douane américains et par le ralentissement de la demande mondiale. Sur les neuf premiers mois de l'année 2019, les exportations totales ont légèrement baissé par rapport à la même période l'an dernier. Surtout, les exportations chinoises vers les Etats-Unis ont chuté de 11%. Donc la Chine doit trouver d'autres relais de croissance ; le problème est que la croissance de l'investissement et la croissance de la consommation privée ralentissent également. L'affaiblissement de la demande des ménages a été visible dans le secteur automobile en particulier, mais on a observé un ralentissement de la croissance des ventes au détail, des ventes de biens durables et des ventes en ligne de biens et services.

François Doux

Deuxième question, quelles sont les raisons de ce ralentissement de la consommation privée en Chine ?

Christine Peltier

Toute une série de facteurs explique le ralentissement de la consommation privée. D'abord l'inflation des prix à la consommation a accéléré depuis le début de l'année, tirée par la hausse des prix alimentaires et notamment ceux du porc.

Ensuite les difficultés du secteur manufacturier ont eu des effets négatifs sur la confiance des Chinois sur le marché du travail. Le ralentissement des transactions sur le marché immobilier a également pesé sur les achats de biens d'équipement des ménages chinois.

Autre facteur, la croissance du crédit à la consommation a ralenti parce que les autorités ont durci les règles encadrant ces crédits. Les autorités ont notamment durci les règles encadrant les activités des plateformes de prêts entre particuliers. De plus, le poids du service de la dette des ménages a dû commencer à peser sur leurs dépenses, puisque la dette des ménages a fortement augmenté ces dernières années, pour atteindre 56% du PIB.

François Doux

Il y a aussi peut-être  des facteurs structurels?

Christine Peltier

Oui, d'autres facteurs persistent en Chine. D'abord la croissance du revenu disponible par tête continue de ralentir. Ensuite, les inégalités de revenus sont fortes en Chine, et cela pèse sur la consommation privée. Enfin, les ménages chinois continuent d'épargner 36 % de leur revenu disponible, ce qui est très élevé.

François Doux

Troisième et dernière question. Que fait le gouvernement pour essayer de relancer cette demande intérieure ?

Christine Peltier

Du côté de la politique monétaire et de crédit, l'assouplissement réalisé depuis le printemps 2018 a été très prudent. D'ailleurs la croissance des crédits aux entreprises ne s’est redressée que faiblement et celle des crédits aux ménages a ralenti.

Les autorités restent très prudentes, fortement contraintes par l'excès de dette de l'économie chinoise, et par les risques de crédit élevés. Les autorités chinoises souhaitent à la fois soutenir la croissance, ou en tout cas modérer son ralentissement, mais garder le cap de l'assainissement dans le secteur financier, du désendettement des entreprises les plus fragiles, et de l'assainissement du marché immobilier.

Du côté de la politique budgétaire, la marge de manœuvre est un petit peu plus confortable. L'investissement dans les projets d'infrastructure publique commence à se redresser et toute une série de mesures d'incitations fiscales a été introduite depuis l'année dernière. Ces réductions d'impôts doivent aider les entreprises et soutenir la consommation privée. On devrait commencer à voir leurs effets positifs d'ici la fin de l'année.

François Doux

Merci Christine Peltier pour ce point sur la Chine.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Le pire est-il passé ? 07/04/2020
La population et l’économie chinoises ont été les premières frappées par l’épidémie de coronavirus. L’activité s’est brutalement et fortement contractée pendant le mois de février, pour repartir ensuite très progressivement. Alors que la situation du côté de l’offre devrait se normaliser au T2, le choc de demande va se prolonger. Aux effets de la perte de revenus qu’entreprises et ménages viennent de subir vont s’ajouter ceux de l’effondrement de la demande mondiale. Les autorités ont encore des moyens d’intervention conséquents pour aider au redressement de l’économie. Les finances du gouvernement central ne sont pas menacées. En revanche, après le choc sur la croissance, la hausse attendue de l’endettement aggravera à nouveau les vulnérabilités du secteur financier.
Chine : contraction économique attendue au T1 2020 18/03/2020
Les derniers indices PMI l’avaient annoncé : la production industrielle chinoise a fortement baissé en janvier-février, chutant de 13,5% par rapport à la même période l’an dernier. A cette baisse s’est ajoutée une contraction très sévère des exportations (-18% en glissement annuel), de l’investissement (-24,5%) et des volumes de ventes au détail (-23,7%). Un tel effondrement de l’activité est inédit en Chine, qui devrait afficher une contraction de son PIB réel au T1 2020. L’activité reprend progressivement depuis quelques jours, et un rebond de la croissance est attendu au T2 2020, en partie soutenu par les mesures de relance des autorités. L’ampleur du redressement risque néanmoins d’être sévèrement limitée par les répercussions de la crise sanitaire et économique qui s’étend en Europe et dans le reste du monde.
Chine : la banque centrale vient en aide aux entreprises touchées par le coronavirus 26/02/2020
Un grand nombre de secteurs sont fragilisés par les effets de l’épidémie sur la demande des consommateurs, les réseaux de transport, les flux de touristes et les chaines de production industrielle. Depuis un mois, la Banque centrale de Chine a multiplié les mesures d’assouplissement des conditions monétaires et de crédit afin de soutenir les entreprises, de faciliter la couverture de leurs besoins de trésorerie et d’encourager une reprise rapide de l’activité. Elle a injecté des liquidités dans le système financier, abaissé les taux d’intérêt – taux monétaires, taux sur les facilités de financement à moyen terme et taux de référence sur les prêts – et annoncé des prêts spéciaux pour les entreprises directement affectées par les conséquences du coronavirus. Le taux moyen pondéré sur les prêts bancaires, en baisse depuis le T2 2018 (de 5,94% à 5,44% à fin 2019 en termes nominaux), devrait donc se réduire encore au S1 2020. L’accélération des financements à l’économie pourrait néanmoins rester très modérée.
Conséquences économiques du coronavirus 07/02/2020
L’épidémie de coronavirus constitue un cas d’école de choc exogène. Il nous oblige à repenser notre scénario de la croissance des prochains mois à la lumière des répercussions sur l’offre et la demande.
Répit de début d’année 23/01/2020
La croissance économique a ralenti à 6,1% en 2019. Les exportations se sont contractées et la demande intérieure continue de s’affaiblir. L’année 2020 débute sous de meilleurs auspices, puisque l’activité a montré quelques signes de reprise et un premier accord commercial vient d’être signé avec les Etats-Unis. Cependant, les perspectives de croissance pour 2020 restent dégradées, le rééquilibrage du modèle de croissance s’avère lent et difficile, et la gestion de la politique économique est de plus en plus complexe. Cette situation pourrait inciter Pékin à donner une nouvelle impulsion au processus de réformes structurelles, unique solution pour entretenir le regain d’optimisme de ce début d’année et améliorer les perspectives économiques de moyen terme. 
La croissance à 6% au T3 2019 08/11/2019
La croissance économique est passée de 6,4% en g.a. au T4 2018 à 6,0% au T3 2019. Ce chiffre est bien inférieur à la moyenne annuelle de 8% enregistrée au cours de la dernière décennie : le ralentissement structurel se poursuit, aggravé depuis l’an dernier par les conséquences des mesures protectionnistes américaines sur les exportations. La croissance de la consommation privée a également ralenti, retardant le processus de rééquilibrage des sources de la croissance chinoise. Les mesures de relance fiscale et d’assouplissement monétaire ont été multipliées, et leurs effets sur la demande interne devraient être visibles au dernier trimestre 2019.
Dosage monétaire sous contrainte 10/10/2019
Pékin a laissé le yuan se déprécier face au dollar après chaque hausse des droits de douane des Etats-Unis sur leurs importations de biens chinois. A court terme, l’usage de la politique de change pour soutenir l’activité devrait néanmoins rester modéré. La marge de manœuvre pour relancer le crédit est également étroite. En cause : le niveau de dette excessivement élevé de l’économie et le souhait des autorités de poursuivre les efforts d’assainissement du secteur financier, du secteur public et du marché immobilier. Le dilemme – soutien à la croissance contre désendettement – pourrait encore s’accroître si les récentes mesures de relance fiscale n’ont pas les effets escomptés sur la demande interne ou si l’environnement externe se détériore davantage.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2376 articles et 603 vidéos