eco TV
Chine : la consommation des ménages manque d’élan 12/11/2019

Alors que le secteur exportateur subit les mesures protectionnistes américaines, la croissance de la consommation privée ralentit également. L’assouplissement de la politique économique est resté prudent. Les dépenses des ménages devraient néanmoins commencer à profiter des récentes mesures de relance fiscale.

TRANSCRIPT // Chine : la consommation des ménages manque d’élan : novembre 2019

François Doux

Trois questions à présent sur la Chine où la croissance ralentit. Christine Peltier, bonjour.

Christine Peltier

Bonjour.

François Doux

On était à 6,6 % de croissance sur l'année 2018. Au troisième trimestre 2019 le rythme n'est que de 6% en annualisé. Première question, qu'est-ce qui pèse sur la croissance en Chine ?

Christine Peltier

Tout d'abord le secteur exportateur a été durement touché par la hausse des droits de douane américains et par le ralentissement de la demande mondiale. Sur les neuf premiers mois de l'année 2019, les exportations totales ont légèrement baissé par rapport à la même période l'an dernier. Surtout, les exportations chinoises vers les Etats-Unis ont chuté de 11%. Donc la Chine doit trouver d'autres relais de croissance ; le problème est que la croissance de l'investissement et la croissance de la consommation privée ralentissent également. L'affaiblissement de la demande des ménages a été visible dans le secteur automobile en particulier, mais on a observé un ralentissement de la croissance des ventes au détail, des ventes de biens durables et des ventes en ligne de biens et services.

François Doux

Deuxième question, quelles sont les raisons de ce ralentissement de la consommation privée en Chine ?

Christine Peltier

Toute une série de facteurs explique le ralentissement de la consommation privée. D'abord l'inflation des prix à la consommation a accéléré depuis le début de l'année, tirée par la hausse des prix alimentaires et notamment ceux du porc.

Ensuite les difficultés du secteur manufacturier ont eu des effets négatifs sur la confiance des Chinois sur le marché du travail. Le ralentissement des transactions sur le marché immobilier a également pesé sur les achats de biens d'équipement des ménages chinois.

Autre facteur, la croissance du crédit à la consommation a ralenti parce que les autorités ont durci les règles encadrant ces crédits. Les autorités ont notamment durci les règles encadrant les activités des plateformes de prêts entre particuliers. De plus, le poids du service de la dette des ménages a dû commencer à peser sur leurs dépenses, puisque la dette des ménages a fortement augmenté ces dernières années, pour atteindre 56% du PIB.

François Doux

Il y a aussi peut-être  des facteurs structurels?

Christine Peltier

Oui, d'autres facteurs persistent en Chine. D'abord la croissance du revenu disponible par tête continue de ralentir. Ensuite, les inégalités de revenus sont fortes en Chine, et cela pèse sur la consommation privée. Enfin, les ménages chinois continuent d'épargner 36 % de leur revenu disponible, ce qui est très élevé.

François Doux

Troisième et dernière question. Que fait le gouvernement pour essayer de relancer cette demande intérieure ?

Christine Peltier

Du côté de la politique monétaire et de crédit, l'assouplissement réalisé depuis le printemps 2018 a été très prudent. D'ailleurs la croissance des crédits aux entreprises ne s’est redressée que faiblement et celle des crédits aux ménages a ralenti.

Les autorités restent très prudentes, fortement contraintes par l'excès de dette de l'économie chinoise, et par les risques de crédit élevés. Les autorités chinoises souhaitent à la fois soutenir la croissance, ou en tout cas modérer son ralentissement, mais garder le cap de l'assainissement dans le secteur financier, du désendettement des entreprises les plus fragiles, et de l'assainissement du marché immobilier.

Du côté de la politique budgétaire, la marge de manœuvre est un petit peu plus confortable. L'investissement dans les projets d'infrastructure publique commence à se redresser et toute une série de mesures d'incitations fiscales a été introduite depuis l'année dernière. Ces réductions d'impôts doivent aider les entreprises et soutenir la consommation privée. On devrait commencer à voir leurs effets positifs d'ici la fin de l'année.

François Doux

Merci Christine Peltier pour ce point sur la Chine.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

La croissance à 6% au T3 2019 08/11/2019
La croissance économique est passée de 6,4% en g.a. au T4 2018 à 6,0% au T3 2019. Ce chiffre est bien inférieur à la moyenne annuelle de 8% enregistrée au cours de la dernière décennie : le ralentissement structurel se poursuit, aggravé depuis l’an dernier par les conséquences des mesures protectionnistes américaines sur les exportations. La croissance de la consommation privée a également ralenti, retardant le processus de rééquilibrage des sources de la croissance chinoise. Les mesures de relance fiscale et d’assouplissement monétaire ont été multipliées, et leurs effets sur la demande interne devraient être visibles au dernier trimestre 2019.
Dosage monétaire sous contrainte 10/10/2019
Pékin a laissé le yuan se déprécier face au dollar après chaque hausse des droits de douane des Etats-Unis sur leurs importations de biens chinois. A court terme, l’usage de la politique de change pour soutenir l’activité devrait néanmoins rester modéré. La marge de manœuvre pour relancer le crédit est également étroite. En cause : le niveau de dette excessivement élevé de l’économie et le souhait des autorités de poursuivre les efforts d’assainissement du secteur financier, du secteur public et du marché immobilier. Le dilemme – soutien à la croissance contre désendettement – pourrait encore s’accroître si les récentes mesures de relance fiscale n’ont pas les effets escomptés sur la demande interne ou si l’environnement externe se détériore davantage.
Hausse des droits de douanes américains et evolution du yuan 09/10/2019
De fin mars 2018 à fin août 2019, le yuan a perdu près de 13% contre le dollar. Les autorités chinoises ont laissé le yuan se déprécier en réponse à chaque nouvelle hausse des droits de douane américains (annoncée ou effective) afin d’en compenser partiellement les effets sur les entreprises exportatrices. Au mois de septembre, malgré l’introduction d’une nouvelle barrière tarifaire, le yuan s’est stabilisé face au dollar, Pékin et Washington s’étant mis d’accord pour reprendre les négociations. A court terme, le recours à la politique de change pour soutenir l’activité devrait rester modéré, surtout à cause du risque de spirale négative d’anticipations de dépréciation et de nouvelles sorties de capitaux que la chute du yuan peut provoquer. En même temps, ce risque est lui-même limité par le maintien de contrôles sur les sorties de capitaux des résidents. La légère amélioration de l’excédent courant et l’augmentation attendue des entrées d’investissements de portefeuille étrangers sur les marchés financiers chinois (suite à de nouvelles mesures d’ouverture) pourraient aussi soutenir le yuan à court terme.   Note : Les listes de biens chinois importés par les US et surtaxés sont appelées « Liste 1 » : total de USD 34 mds ; « Liste 2 » : USD 16 mds ; « Liste 3 » : USD 200 mds ; « Liste 4A » : USD 125 mds (première tranche de la « liste 4 »).  
Chine : la consommation privée, un moteur fragile 23/09/2019
Le rôle de la consommation privée comme moteur de la croissance économique chinoise s’est accru ces dernières années, mais ce moteur reste fragile. A l’heure où le secteur exportateur subit les effets des mesures protectionnistes américaines et l’affaiblissement de la demande mondiale, la Chine cherche de solides relais de croissance. La consommation privée marque cependant le pas, et pourrait continuer de décevoir à court et moyen terme. Le rattrapage va nécessairement se poursuivre avec l’urbanisation et le vieillissement de la population, ainsi que grâce à l’action du gouvernement, déterminé à réduire les inégalités de revenus, à améliorer l’accès au logement et à renforcer davantage le système de protection sociale. Néanmoins, ces changements structurels prendront du temps. Ensuite, bien que d’importants gains de productivité soient possibles dans certains secteurs, la hausse des salaires pourrait être freinée par les difficultés de l’industrie, dont l’activité est ralentie, et la montée en gamme entravée par les rivalités avec les Etats-Unis. Enfin, l’endettement des ménages, qui a fortement augmenté ces dernières années, pourrait devenir une contrainte pesant sur la consommation.
Coup dur 10/07/2019
Le secteur exportateur subit de plein fouet les effets des mesures tarifaires américaines, la consommation privée marque le pas, et l’investissement ralentit en conséquence. Alors que la demande interne pourrait montrer des signes d’amélioration à court terme grâce aux mesures d’assouplissement monétaire et de relance fiscale, les perspectives d’exportation dépendent des négociations entre Pékin et Washington, dont le résultat reste très incertain. Les autorités devraient faire un usage limité de la politique de change afin de ne pas créer de source d’instabilité financière. En outre, l’excédent courant s’est redressé depuis quelques mois.
Que voir dans la multiplication des défauts des entreprises ? 18/04/2019
Les entreprises industrielles ont souffert du resserrement de leurs conditions de crédit en 2017 et début 2018, puis du ralentissement de leur activité et de leur chiffre d’affaires. Ces difficultés ont contribué à la détérioration de leur capacité de paiement en 2018, avec notamment la multiplication des défauts sur le marché obligataire local. Indicateur de la fragilité financière des entreprises, la montée des défauts semble aussi accompagner une plus grande différenciation des risques de crédit par les créanciers et un certain assainissement du secteur financier. Cette dynamique pourrait se poursuivre à court terme avec l’assouplissement ciblé de la politique monétaire. Cependant, la persistance de l’excès de dette des entreprises entretiendra les risques de crédit à moyen terme.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2279 articles et 579 vidéos