eco TV

Perspectives de rendement des obligations d’État : quelques certitudes, beaucoup d’incertitudes

17/06/2020

Les rendements des obligations d’Etat, en net repli pendant la pandémie, se sont stabilisés en avril et mai, malgré le rebond des actions - qui va généralement de pair avec une augmentation des rendements - et la forte hausse du besoin de financement. Dans un avenir prévisible, deux certitudes pèseront dans la balance : d’une part, l’orientation actuelle de la politique monétaire sera maintenue durant une longue période ; d’autre part, les déficits budgétaires vont rester élevés par rapport à leurs niveaux d’avant la pandémie. Il existe néanmoins aussi de nombreuses incertitudes comme le rythme de la reprise. En l’absence d’une deuxième vague, les rendements devraient légèrement augmenter, mais les banques centrales ne toléreront aucune hausse significative.

TRANSCRIPT // Perspectives de rendement des obligations d’État : quelques certitudes, beaucoup d’incertitudes : juin 2020

François Doux

Dans le Graphique du mois, nous allons parler des taux longs. Les taux à 10 ans aux États-Unis et en Allemagne.

William De Vijlder bonjour.

William De Vijlder

Bonjour François.

François Doux

Pourquoi avez-vous choisi ces taux longs à 10 ans ?

William De Vijlder

C'est un baromètre du coût de financement de l'économie. Ici pour le secteur public, mais bien évidemment avec une influence aussi sur le coût de financement des ménages et des entreprises.

François Doux

Quand on regarde ce graphique, les taux longs ont nettement baissé depuis le mois de janvier 2020, pourquoi cette baisse ?

William De Vijlder

On constate que le coût économique de la pandémie allait être gigantesque. Cela a provoqué une fuite vers des valeurs refuges, les investisseurs ont quitté le marché boursier pour se replier sur la dette obligataire.

François Doux

Et en plein confinement, à partir du mois de mars, on voit les taux fortement baisser, puis qui remonter. Comment est-ce que vous analysez cette période-là ?

William De Vijlder

Je pense que ce qui a joué, c'est le constat que le besoin de financement allait être gigantesque et cela justifierait une hausse du coût de financement. Finalement l'effet a été relativement de courte durée.

François Doux

On a eu aussi un rebond des actions qui aurait dû être accompagné d'une hausse des taux longs. Pourtant cela n'a pas vraiment été le cas.

William De Vijlder

C'est ce qui m'interpelle beaucoup dans la dynamique récente des marchés financiers parce que normalement, comme vous le dites, quand les bourses montent, typiquement les taux longs montent aussi. La bourse monte parce qu'on devient plus confiant dans les perspectives économiques et en conséquence les taux longs devraient monter.

François Doux

Et qu'est-ce qui intervient alors ?

William De Vijlder

Qu'est-ce qui a joué ? Peut-être une différence de perspective, peut-être que les investisseurs obligataires sont un peu moins optimistes que ceux qui achètent des actions. Un autre facteur qui a clairement joué, c'est l'intervention des banques centrales. La Réserve fédérale du côté américain, la BCE du côté européen ont redémarré leur programme d'assouplissement quantitatif et se sont remises à acheter du papier d'État.

François Doux

Pour terminer sur cette courbe, on voit qu'au mois de juin, les taux longs sont remontés, pourquoi ?

William De Vijlder

Les chiffres du marché du travail aux États-Unis étaient nettement meilleurs qu'attendu. On s'attendait à quelque chose de cataclysmique, cela n'a pas été le cas, ce qui a provoqué une sorte de soulagement et a poussé vers le haut les taux longs. Avec aussi avec un certain effet d'entraînement en Allemagne.

François Doux

Dernière question. Quelles sont les perspectives de ces marchés de taux ? Des certitudes ?

William De Vijlder

Et bien il y a des certitudes, heureusement. Premièrement, les banques centrales vont continuer à acheter du papier d'État. Elles ne vont pas bouger la politique des taux d'intérêt. La deuxième certitude, c'est le besoin de financement du secteur public qui va rester gigantesque.

Aux États-Unis, on table sur un besoin de financement, donc un déficit du secteur public en pourcentage du PIB cette année de 18%, de 10% l'année prochaine. C’est donc évidemment un facteur qui va plutôt pousser à la hausse les taux d'intérêt, mais il y a les banques centrales.

François Doux

Et l'incertitude ?

William De Vijlder

La grande incertitude est : est-ce qu'il y aura une deuxième vague du Covid-19 ?  Parce que cela changerait complètement la donne et cela pousserait vers le bas, bien évidemment, les taux longs. Cela signifirait une conjoncture économique qui se détériorait à nouveau, tandis que la reprise est très récente et ne vient que de commencer.

François Doux

À suivre donc ces taux longs et notamment l'importance des banques centrales qui veillent sur ces taux longs.

William De Vijlder

Tout à fait.

François Doux

Merc William de Vijlder.Dans un instant, Trois questions sur les banques italiennes avec Thomas Humblot.

Voir plus de vidéos Eco TV

Sur le même thème

Télétravail et innovation : la sérendipité est-elle menacée ? 17/05/2021
Le télétravail devrait avoir un effet positif sur le niveau de productivité mais permettra-t-il d’en augmenter la croissance ? La réponse réside en grande partie dans l’innovation. Les interactions jouent un rôle-clé dans l’émergence d’idées nouvelles et le partage d’informations. Si les interactions formelles reposent sur un éventail d’outils informatiques, l’organisation des interactions informelles constitue un défi. Pour maintenir la sérendipité, essentielle à la culture de l’innovation, entre équipes et au sein de celles-ci, il faudra combiner télétravail et travail sur site. 
Covid-19 : baisse du nombre de nouveaux cas dans le monde 17/05/2021
Selon les dernières données de l’université Johns-Hopkins, 5,5 millions de cas de Covid-19 ont été enregistrés entre le 4 et le 10 mai dans le monde, soit une baisse de -12,5% par rapport à la semaine précédente. Cette baisse s’observe en Europe (-16,5%), en Asie hors Inde (-14,5%) et sur l’ensemble du continent américain (-6,3%).
Indices PMI : Hausse des tensions inflationnistes 10/05/2021
Le sentiment a continué de s’améliorer dans le secteur manufacturier au niveau mondial, porté par l’amélioration des chiffres dans la plupart des pays développés – dans lesquels de très hauts niveaux ont été atteints – alors que la situation est plus contrastée dans les pays émergents. Quoi qu’il en soit, dans cette partie du monde également, les indices PMI sont supérieurs au seuil de 50,0 à l’exception du Mexique.
Covid-19 : le bilan en Inde dépasse les 20 millions de contaminations 10/05/2021
La situation en Inde continue de se dégrader et le rythme de la campagne de vaccination reste lent. Ainsi, 9,3% de la population indienne a reçu au moins une dose depuis le début de la campagne en janvier. En Asie (à l’exception de l’Inde), en Europe et sur le continent américain, le nombre de cas de contamination continue de baisser.
Télétravail et productivité 03/05/2021
La Covid-19 a, entre autres conséquences durables, modifié notre manière de travailler, le temps de travail à domicile ayant nettement augmenté par rapport à la période pré-pandémie. Cette possibilité dépend néanmoins du secteur, de la nature du travail effectué mais aussi du pays. Cette évolution pourrait avoir de profondes implications sur le choix du lieu de vie, le rôle des villes, la demande d’espaces de bureau, l’utilisation des moyens de transport, les besoins en termes d’infrastructures informatiques (internet haut débit), etc. On peut s’attendre a priori à une augmentation de la productivité, les salariés étant plus satisfaits et efficaces. D’après des études récentes, c’est aussi ce à quoi les entreprises s’attendent. Cela dépendra de plusieurs facteurs comme les infrastructures informatiques, les préférences des salariés et la manière dont le télétravail est présenté et organisé par l’entreprise.
Records de contaminations au niveau mondial 03/05/2021
La pandémie de Covid-19 continue de battre des records dans le monde, avec 825 721 nouvelles infections recensées pour la seule journée du 28 avril. C’est à l’Inde que l’on doit cette flambée épidémique, avec 349 378 nouveaux cas, soit 42% des cas mondiaux, tandis qu’en Asie (à l’exception de l’Inde), en Europe et sur le continent américain, on observe une tendance à la baisse du nombre de cas depuis plusieurs jours.
Amélioration de la fréquentation des commerces et des établissements de loisirs 26/04/2021
La fréquentation des commerces et des établissements de loisirs, toujours affectée par les restrictions sanitaires, s’est améliorée dans les principaux pays développés durant la semaine du 9 au 16 avril par rapport à la semaine précédente, en particulier au Royaume-Uni où on enregistre une forte hausse de la fréquentation.
Changement de modèles de consommation et Covid-19 19/04/2021
La pandémie de Covid-19 a fortement impacté les dépenses de consommation des ménages, dont les volumes ont baissé et la composition a été profondément modifiée. Avec la levée progressive des restrictions, certains services, comme les loisirs, la restauration et l’hôtellerie, qui ont connu une chute de la demande due aux mesures de restriction, pourraient tirer leur épingle du jeu au détriment – en termes relatifs tout au moins – des dépenses en biens. La demande contenue constitue un facteur déterminant de la vigueur du début de la reprise. Elle joue, cependant, un rôle moins décisif dans le secteur des services. Ainsi, les pays avec un important secteur des services, après avoir pâti des mesures de restriction, pourraient connaître un redressement plus difficile que les autres. 
Incertitude : tendance à la baisse 19/04/2021
La plupart de nos indicateurs d’incertitude poursuivent leur repli à la faveur de l’accélération des campagnes de vaccination et de l’amélioration des données économiques, alors que le taux d’incidence repart en forte hausse dans plusieurs pays...
Baisse de la fréquentation des commerces et des établissements de loisirs en Europe 19/04/2021
Face à la recrudescence de la pandémie, la fréquentation des commerces et des établissements de loisirs* a baissé durant la semaine du 4 au 11 avril dans les principaux pays développés par rapport à la semaine précédente. Par ailleurs l’indicateur de substitution hebdomadaire de la croissance en glissement annuel du PIB (OCDE) continue de fléchir en Europe...

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2701 articles et 713 vidéos